Waterloo, nous voilà !

France - Tonga           14 - 19

Allez me chercher ce bus, c’est moi qui les emmène nos bleus pour ce prochain tour généreusement offert par une équipe canadienne combative qui a su, elle, barrer la route aux Tonga la semaine passée.

Quelle honte ! … On n’a même pas été fichu de leur rendre la pareille en battant largement ces tongiens, ce qui aurait offert aux Canucks cette fameuse troisième place méritée et qualificative pour la prochaine coupe du monde, désormais caduque ! … Merci et Pardon !

Quelle honte ! … à voir ces bleus prendre une cuite pareille, titubant à chaque course, chaque passe, chaque plaquage, je ne peux qu’être volontaire pour jouer les Sam d’après match de nuit. Moi j’ai rien bu, ou presque, j’ai préféré recracher le cocktail Lièvremont, pas assez de jus et trop de mauvaise école à mon goût, un mélange qui ne tient pas au corps et qui donne envie de vomir au bout de cinq minutes.

Allez, tous dans le car, les gars, je vous y amène ! … Quoi, Lièvremont ? … s’il ne boit rien, il ne nous enfume pas moins. T’as vu son état second après le match ? L’herbe du terrain, il ne l’a pas seulement faite brouter à ces joueurs, Chèvremont, comme on peut désormais l’appeler une fois que l’on a soulevé le lièvre qui se cache derrière l’homme, transformé, en cette triste occasion, en bouc émissaire parfait et justifié de cette brève. Il a tiré plus d’une fois sur le chichon depuis le début de cette coupe du monde, au point de ne plus savoir qui doit jouer où dans cette équipe.

« Chiche, on met Parra à l’ouverture ? »« Chiche, Marc ! … Tiens, à toi ! ». Jo Maso tend un chapeau avec des noms que tire Marc Lièvremont pour le poste d’arrière. « Oh, ‘tain … Médard ! … j’ai bien tiré, là, hein ? »« Ah, ouais, ça va nous changer de Traille ! ».

C’est clair, l’humiliation est à son comble pour les bleus qui n’ont rien, mais alors rien montré face à ces tongiens largement à leur portée, et qui avaient tout à gagner, surtout une victoire historique pour leur pays face à une grande (ou ex-grande) nation du rugby. Une victoire qu’ils ont préféré assurer par des pénalités plutôt que d’aller chercher le bonus offensif qualificatif pour les quarts. Tant mieux pour nous … ou tant pis, je ne sais plus !

Et c’est Clerc encore qui avec un essai de dernière minute, tentera de sauver l’honneur, trop sali pour effacer la honte et l’état second de notre staff désabusé par des joueurs qui selon eux n’ont pas été assez ivres d’agressivité, de combativité, de prise en main dans ce match. « Envoyez-moi chier ! » aurait lancé le sélectionneur à ses joueurs le lendemain dela débâcle. C’est dire si le chichon lui est monté à la tête … mais pourquoi se priver les gars, s’il vous le demande ?

Car votre état second dans le classement de ce groupe, ne l’oubliez pas, vous donne droit de disputer un quart de finale face aux anglais qui sont parvenus in extremis à se défaire des écossais dans le match qui a suivi.

Alors, je vous le dis sans détour, les gars … le premier qui ne veut pas monter dans de ce quart avec une détermination de tueur, de guerrier pour éliminer nos ennemis historiques d’outre manche, c’est même pas la peine qu’il se présente au bar de l’hôtel, comme à chaque fin de match, il n’y aura de demis pour personne ! Il faudra autrement se retrousser les manches (qu’outrageusement jusqu’à présent) et nous montrer autre chose que ces simagrées rugbystiques lièvremontesques !

Hier soir sur la pelouse de Wellington, il y avait comme un souffle de désolation d’un champ de bataille en ruine … prémonitoire avant d’affronter notre bête noire depuis bien des siècles.

Alors en route, fermeture des portières … Waterloo nous voilà !

Lire tous les autres résultats >> version Word imprimable ! 

 

Tous les résultats et classements par poule >>

 

Les classements du jeu de pronostics >> version Excel imprimable !

 

And especially for Jonny, the new IRB World Rankings >> ... each monday noon !