Aux diables le panache… à nous la finale !

Pays de Galles - France          8 - 9

« C’est quand vous voulez, pour l’essai ! … Bande de chiffes molles ! »

Non, nous ne sommes pas dans la pub Renault passée à la mi-temps par TF1 mais plutôt à un quart d’heure de la fin de cette première demi-finale qui oppose le XV tricolore à celui du Poireau !

Les bleus ont retrouvé leurs vieux démons face à ces diables rouges que rien ne semble arrêter, même pas cette expulsion à la 17ème minute qui les a vu terminer le match à 14 contre 15.

Plus d’une heure en supériorité numérique, avec trois petits points à remonter, la tâche semblait alors à la portée de nos français qui se voyaient déjà un pied en finale après avoir puni à deux reprises les fautes des gallois secoués par ce carton rouge (un peu sévère pour certains) et un pack tricolore du coup plus consistant.

Mais ce petit pied en finale, qui chaussait seulement du 6-3 à la mi-temps, ils se le sont fait marcher dessus pour ne pas dire piétiner en deuxième période tellement les mains du XV de France ont tremblé, de peur de se voir jouer avec … comme des pieds. Du coup (de pied), ils ont préféré prendre en main ce match avec leurs pieds, sans prendre pour autant … leur pied ! Vous me suivez ?

Parce que moi j’ai du mal à les suivre ces bleus depuis le début de cette coupe du monde. Dans ce tournoi, on est passé d’un ouvreur improvisé à 15, tous chargés de dégager la balle à la moindre occasion. A regarder ce non match de nos coqs transformés en poules mouillées, ce n’était pas l’envie qui manquait de se lever et de botter en touche nos efforts à les supporter et de leur mettre un dernier bon coup de pied au cul avant de voir ce XV de Galles nous priver logiquement d’une finale.

« C’est quand vous voulez, pour l’essai ! … Bande de chiffes molles ! »

Mon cri était vain et les gallois seulement quatorze à se battre comme des diables et avec panache pour inscrire ce qui sera le seul essai du match, à la 60ième minute, un essai heureusement non transformé, ce qui nous laissera espérer jusqu’au bout durant vingt bonnes minutes …. Vingt minutes à porter à ébullition (dans ces casseroles accrochées au XV tricolore depuis un mois)  tous ces sentiments mêlés par lesquels on est passé, peur, frustration, déception, colère ! … puis joie mitigée, compassion et empathie pour ces pauvres gallois à un drop, une pénalité de leur finale qu’ils méritaient bien plus que nous !

Mais il était écrit sans doute que les dieux du stade d’Eden Park étaient avec nous, ils ont du entendre les prières de ce XV de la chocotte, à genoux dans ses 22, qui a défendu, et bien défendu même … corps et âmes faces à ces diables rouges qui ont possédé la balle et mis le feu dans le camp des français au stade du purgatoire avec un seul petit point d’avance pour éviter l’enfer.

Alléluia ! … la balle est exorcisée des mains de ce XV de Galles, les bleus s’en emparent et la sauvent en l’envoyant en touche s’ouvrant alors, tel un miracle, les portes d'un paradis incertain, celui d’une nouvelle finale dans ce fabuleux jardin d’Eden Park…. Amène !

« On est en finale ! … on est en finale ! » … Certes, les bleus ont pêché dans leurs intentions et leur désir de jouer mais faut-il pour autant bouder ce plaisir quand on sait ce qui peut nous attendre au bout ?

Non, bien sûr ! Si ce XV de France ne sait pas jouer quand le match semble à sa portée, peut-être est-il voué à se sublimer dans les situations les plus improbables, ces exploits dont il nous a déjà fait cadeau par le passé.

On ne demande qu’à se sublimer avec lui !

Lire tous les autres résultats >> version Word imprimable !

 

Tous les résultats officiels des demi-finales >>

 

Les classements du jeu de pronostics >> version Excel imprimable !

 

And especially for Jonny, the new IRB World Rankings >> ... each monday noon !