Le grand bleu !

France - Nouvelle Zélande          7 - 8

Quel match ! … quelle force de caractère ce XV de France ! … Où sont-ils allés chercher ce panache, cette envie, cette confiance, cette force, cette solidité, cette solidarité de tous les instants, en défense, en conquête, dans l’esprit du jeu même ? … Ils ont du aller chercher au plus profond d’eux, dans les abysses des valeurs du rugby français et de son histoire, en particulier avec ces All Blacks !

Quelle démonstration dès le haka avec cette avancée en formant un V d’une victoire qui leur semblait promise ou qu’ils se sont promis d’aller chercher. Tout en respect mais détermination, ils ont défié ces guerriers noirs sur leurs terres en avançant sur eux. Quelle image forte !

Le match avait déjà commencé et les coqs dressaient leurs crêtes d’une volonté sans faille d’en découdre bec et ongles avec ceux qui se voyaient déjà champions du monde, depuis une semaine.

Où nous ont-ils emmenés ? … On a plongé sans se poser de question tellement la manière était belle, les vagues de temps de jeu époustouflantes à surfer de plaisir dessus. Mais le jeu n’est pas resté en surface, il a pris de la profondeur et les duels ont été âpres au point que Parra a du sortir au bout de 20 minutes avec des hématomes dignes d’un boxeur après dix rounds.

On les a suivi, en apnées, tout le long de ce match fabuleux, impossible de respirer, après un essai malin de Woodcock à la 14ème minute, non transformé (5-0), des pénalités ratées de Wheepu, une résistance remarquable jusqu’à la mi-temps, une pénalité enfin réussie par Donald (8-0) à la reprise, un essai prodigieux de Titi Dussotoir transformé par Trinh Duc (8-7), une pénalité puis un drop manqués par Yaschvili et Trinh Duc, des séquences de jeu intenses et pleines de promesses durant trente minutes restantes, trente longues minutes à espérer cet exploit qui nous tendait les bras.

Quelle descente fantastique ils nous ont fait vivre là, ces bleus, c’est grand… on en a pris plein les yeux ! … Que c’est beau, cette force en action, qui résiste et contre par à-coups ! On se dit que l’on ne peut remonter à la surface sans cette victoire si proche, si accessible, on la toucherait presque des doigts, trésor bien gardé par la défense armée néo-zélandaise où chaque brèche se referme sur nous et fait mal.

Mais les bleus sont courageux et ne ménagent pas leurs efforts pour atteindre le graal. Il ne manque qu’une faille dans cette défense, un drop, une pénalité. Monsieur Joubert, l’arbitre sud-africain, n’en fera rien, il n’y aura pas de coup de pouce du destin cette fois, l’étoile ne brille plus au dessus du XV de France, pire, elle a changé de camp et sera décrochée par les All Blacks pour ce qui deviendra logiquement leur deuxième titre de champions du monde, après 1987, déjà contre la France !

Pour un point … Que c’est dur de refaire surface après une telle prestation, un tel spectacle… On a vu du grand bleu ce matin, dans une finale qu’ils ont jouée sur le terrain avec brio et déjoué aux yeux d’une presse venimeuse avec culot !

Un point seulement sépare nos coqs des champions du monde, de quoi donner la chair de poule dans ce qu’ils sont capables de faire et ce qui nous attend dans les prochains matches, à commencer par le tournoi des VI nations.

Car on aura beau dire et médire, il y a de la graine de champions dans cette équipe !

Lire tous les autres résultats >> version iWord mprimable !


Tous les résultats officiels des finales >>

 

Les classements du jeu de pronostics >> version Excel imprimable !

 

And especially for Jonny, the new IRB World Rankings >> ... each monday noon !