Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
  • Revivez ici les grands moments du rugby à XV... avec les fameuses "Brèves d'Ovalie" d'Antonio ! Retrouvez ici tous les résultats du TOP 14 à la CHAMPIONS CUP... en passant par le Tournoi des VI Nations et la Coupe du monde, bien sûr !
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
42 abonnés
Le match de rugby arbitré par Dédé

Jeu 5-3-Double (LOGO-X)
                  C'est quoi ce jeu ?

TOP 7 - Le jeu de pronos du TOP 14 !
Le Café de la Page blanche

Bandeau le café de la page blanche v12

Visiteurs
Depuis la création 44 705
21 mai 2012

Les brèves du lundi - Edition n°39

La balade irlandaise !

H CUP, la finale :    Ulster - Leinster      14 - 42

Si on n’est pas prêt de voir un oranger sur le sol irlandais, on n’a pas fini de voir les irlandais presser leur jeu comme des oranges sur les pelouses de tous les stades d’Europe qui recevront la finale de la H Cup.

C’était le cas samedi après midi à Twickenham, comme ça l’a été déjà l’an passé au Millénium de Cardiff ou encore en 2009 au Stade de France. Pas moins de trois titres en quatre ans… C’est tout simplement phénoménal !

Parce que ces irlandais là, les lions du Leinster comme on les surnomme, sont indomptables dans tous les domaines. Leur jeu est d’une telle intensité, d’une telle fluidité, avec une vitesse d’exécution sans pareil, qu’il paraît impossible de les contenir et encore moins de franchir leur rideau défensif imperméable.

Après les clermontois en demi-finale, tout proches de l’exploit, à deux doigts de tutoyer les anges d’une première finale et peut-être d’un premier titre… argh ! … oui, je sais, je me fais du mal… Après les Blues de Cardiff en quart de finales et… le blues des jaunards en demis… bouh !! … c’est trop dur, j’y arrive pas ! … Après les Montpelliérains en poules et… et… tous les autres, c’est au tour des irlandais du nord de l’Ulster de faire les frais de ce rouleau compresseur ou presse-agrumes, comme l’image vous plaira !

Quel match, samedi ! Quels gestes techniques, quelle démonstration de force… tout simplement un régal !

Et j’y étais dans ce stade mythique pour cette finale grandiose où le spectacle a été au rendez-vous bien avant le coup d’envoi. Des cabines téléphoniques anglaises au bord du terrain d’où en sortaient des créatures dansantes sur tenues aussi légères que colorées et sur des musiques pop entraînantes avec un gros son de boite de nuit. Whouah !

« London calling » résonne et nos cœurs s’emballent déjà sans soupçonner un instant que le vrai clash aura lieu entre les deux équipes, pas du tout sur la même longueur d’ondes.

London 2012 twickenhamJ’y étais donc, parmi la flopée de drapeaux bleus, ces mêmes supporters qui trois semaines auparavant chantaient dans les tribunes du stade Chaban Delmas « Allez les bleus ! » avec  un accent français presque parfait, comme un pied de nez à toute une nation, chez elle, soutenant la dernière équipe en lice.

Samedi, ils scandaient encore ce slogan qui leur a porté chance en France. J’aurais voulu être pour l’Ulster, pour me venger ou encore pour soutenir le petit poucet de cette compétition devant l’ogre du rugby européen. Oui, j’avais pensé l’être, si seulement le jeu de ces diables bleus et la ferveur de son public assourdissant, chantant à tue-tête, portant son équipe à bout de voix, ne m’avait pas conquis.

Pendant dix minutes folles, les irlandais du nord ont bien failli surprendre le géant dans son sommeil, sans complexe. On était époustouflé devant ce premier quart d’heure où le jeu passait d’un camp à l’autre avec de belles intentions et beaucoup d’engagement, à des années lumière du match de la veille, à 500 mètres de là, entre Biarritz et Toulon, qui avaient troqué leur rugby contre un football américain soporifique.

Et puis il y a eu cette gamine, peinturlurée de bleu, de la tête au bout des ongles, un sourire jusqu’aux oreilles et tous les accessoires que ces deux menottes pouvaient agiter à chaque action. Elle n’avait pas dix ans. Elle accompagnait son père et son frère, ce dernier à peine plus âgé qu’elle. C’est ça le rugby que j’aime, cet engouement, cette fête partagée, la communion de tout un public.

Alors quand la machine à essais s’est mise en marche, je n’ai pu qu’applaudir avec cette foule chantante et heureuse. Car il n’y a pas eu photo, même si l’Ulster a tout donné jusqu’à l’épuisement. Les dix dernières minutes étaient presque cruelles avec ces deux derniers essais du Leinster qui ont atomisé leurs adversaires, portant le nombre d'essais à 5 contre 1. La bande à O’Driscoll et à Kearney, élu à l’instant joueur de l’année, peut exulter et fêter ce troisième trophée qui fait de cette équipe un monument du rugby européen, sur les talons du grand Toulouse.

L’an prochain, on se régale à l’avance de la finale qui aura lieu à Dublin, chez ces irlandais où les orangers n'ont pas leur place, mais où les trophées s'accumulent. Il faudra être grand pour priver d'un quatrième titre ces gladiateurs du ballon ovale.

Au final, j’aurais vu un grand match, dans un grand stade, oubliant (presque) les déceptions d’hier. Et à bien y réfléchir, ce qui a été le plus dur pour moi, n’est pas tant de penser qu’à un petit coup de main prêt, Clermont aurait pu être là, à la place du Leinster avec un premier titre à sa portée, non ! … Ce qui est le plus dur à avaler, c’est de regarder un tel match entre deux équipes irlandaises en buvant de la Heineken. Pas une Guinness !

A quand la G Cup ?

Tous les résultats officiels du week-end >>


Côté pronostics,

Cette finale n’aura pas vu le baroud d’honneur de La Basse Cour, aux aboies depuis le début du jeu, ni le sacre de Bridget dans ce dernier round grâce à un bonus final avec l’Ulster gagnant.

C’est à nouveau Brennus qui tire son épingle du jeu et obtient un deuxième sacre partagé avec son coéquipier Rokocoko et l’incontournable Spiderman, empochant son quatrième titre, record absolu !

Merci le bonus final, les gars ! Car sur le seul match, Mlle Saint-Bris et Zézette ont obtenu les meilleures performances. Dommage, les filles !

Le CNRC passe pour la deuxième fois devant le BRC, la Basse Cour fermant la marche, pour la dernière fois. Ouf, ça fait du bien quand ça s’arrête !

Au classement général, pas de surprise. Mr Rougerie et le BRC sont les vainqueurs incontestables de ce tournoi qu’ils ont mené de mains de maîtres. Spiderman, revenu à 10 points, assure sa place de dauphin, quand Fleury 2009 reste sur la troisième marche du podium, ne laissant aucune chance à The Marvellous Driver de rattraper son point de retard.

Le beau finish de Rokocoko permet au CNRC d’avoir un représentant dans les cinq premiers, contrariant ainsi la suprématie du BRC et Mlle Saint-Bris du même coup qui paye cher son bonus final fanni.

En fin de classement, la triplette de la Loose affiche trois poulettes de la Basse Cour avec Zézette, Veronika et leur capitaine, La Fermière.

Bridget s’en est sortie brillamment, tandis que Boubou se paye même le luxe de passer devant un gars du CNRC. En dehors de son extraordinaire score exact, record des high-scores avec à 7 points, ce n’était décidément pas ça pour Gui !

Pour finir, il faut noter le dépassement de Brennus devant Le Nab à la septième place. RAS pour Tbone66, installé à son neuvième rang depuis très longtemps.

Les classements et palmarès du jeu de pronostics >>

 

La prochaine journée…

Retour au TOP 14 pour assister aux fameux barrages qui vont déterminer les adversaires de Toulouse et Clermont pour les demis.

Vendredi, 21h

v      Castres – Montpellier : Pour aller à Toulouse, contre Toulouse !

Samedi, 21h

v      Toulon – Racing Métro : Pour régler enfin son compte à Clermont !

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité