Ah qu’il est beau le début du BO !

TOP 14... 3è journée,     Biarritz  – Toulouse     22 – 17

« Ah qu’il est laid le début du BO ! », pouvait-on s’entrainer à chanter dans les tribunes d’Aguilera la saison passée tant le début du Biarritz Olympique avait été catastrophique.

Seulement cette année, c’est un tout autre refrain qui colle aux basques en ce début de saison !

Enfin, les biarrots ont prit les rênes du championnat, une première dans l’histoire du TOP 14. Mieux, ils ont tenu tête aux champions en titre. Et comment !

Dominés dans le jeu par la redoutable machine de Novès, les biarrots ont su rester concentrés, bien en place et attendre leur heure avec une percée magnifique de la recrue galloise, Aled Brew, qui sert parfaitement Traille pour leur seul essai du match, celui qui va laisser jusqu’au bout les toulousains derrière.

Dauphins avant le match, recalés à la quatrième place après, les champions de France ont du faire le dos rond face à un XV basque plus efficace au pied que Beauxis, emprunté, grâce à son jeune ouvreur qui a tenu la baraque en l’absence du maître à jouer, Yachvili.

Toulouse ramène néanmoins, et un point en plus, un bonus défensif heureux, grâce à un essai de clairvoyance, comme à l’accoutumée, de son ailier international, à quelques minutes du terme.  

 

Mont-de-Marsan – Toulon    15 – 29

Et pendant ce temps-là, « Ah qu’il est beau le jeu des toulonnais ! »... Qui a chanté, là ?

Il faut le reconnaître, même si j’ai des bémols à vous souffler sur cette affirmation, les varois, dans le jeu, en imposent. Nan, nan !!! … je ne mettrai aucune nuance dans mes propos, vous ne m’aurez pas !

Parce que s’imposer trois fois de suite à l’extérieur, il faut le faire !

Et les toulonnais l’ont fait. Et avec la manière, leur manière, toujours dans le combat, l’application et l’efficacité. C’était presque beau à voir face à des montois valeureux, qui n’ont rien lâché. Et ça c’était aussi beau à voir ! Cela donne d’autant plus de mérite aux rouge et noir qu’ils sont allés la chercher cette victoire, au détriment des landais qui vraiment n’ont pas de réussite dans leur entreprise, courageuse, propre et belle, depuis le début de la saison.

Déjà la semaine dernière ils avaient donné du fil à retordre aux toulousains, là, il ne manquait pas grand-chose, ils sont même passés devant en seconde période (15-13). Le banc varois aura eu raison de celui landais, avec notamment l’entrée remarquée de Michalak. Score final : 15-29… dur !

Toulon brigue désormais la tête du TOP 14 aux côtés de Biarritz qui a l’avantage de la différence des points marqués et encaissés.

 

Grenoble – Stade Français    26 – 12

 « Ah qu’il est laid le début du Stade Français ! ». C’est le moins que l’on puisse chanter.

Incapable d’imprimer son jeu sur le sol des promus, sous un débit d’eau assez laid ma foi pour pouvoir se saisir du ballon, Paris a pris l’eau. Et de précipitations en précipitation, les fautes de main se sont multipliées côté parisien, ajoutées aux fautes du pied de Porrical, pas dans le coup. Au stade Lesdiguières les grenoblois leur ont fait barrage et sont même parvenus à inscrire deux très beaux essais par Jahouer et Dupont, un à chaque période.

Voilà un promu qui a plus de réussite que sont compère des Landes, pour qui ça sent déjà le sapin, et qui peut savourer sa deuxième victoire après celle sur le fil, presque inespérée à Bordeaux lors de la première journée.

Quant à Paris, tout semble à refaire depuis la victoire face à Montpellier, prometteuse, on voulait le croire, mais finalement illusoire.

 

Clermont – Perpignan    53 – 31

Il a plu aussi du côté du Stade Marcel Michelin, non de l’eau mais des blessés et des records, dans un match fou, complètement à l’envers, qui donnera au final  plus d’espoir au perdant qu’au vainqueur.

Ses blessés, Perpignan les a vu défiler sur le banc, une hécatombe, à commencer par le pilier international Nicolas Mas, dès la sixième minute, touché aux ischio-jambiers. Son remplaçant Kisi Pulu ne tardera pas à faire de même dix minutes plus tard, le bras fracturé, laissant la mêlée catalane amputée d’un porteur gauche non remplaçable à cause d’une erreur de feuille de match. Du coup les mêlées sont simulées pour le reste du match et Perpignan doit jouer à 14. Marc Delpoux, l’entraîneur, voudrait bien s’arracher les cheveux mais même eux l’ont laissé tombé il y a bien longtemps. Mais ce serait trop simple de s’en tenir là, c’est au tour de Jean-Pierre Perez de quitter ses coéquiiers. S’en suivront Cazenave et Bosch pour des remplacements sauvent qui peut du nouveau stratège catalan.

Il ne faut pas chercher Delpoux, il est émotif et remobilise sa troupe la larme à l’œil. Et c’est efficace.

Car vous l’aurez compris, il n’en fallait pas tant pour l’ogre clermontois, chez lui, avec le meilleur public de France pour venir à bout de ces catalans. Avec 3 essais dans leur musette contre un à la mi-temps, les auvergnats semblaient intouchables face à une formation perpignanaise bien handicapée.

Et pourtant, le cœur et la tête des catalans ont failli faire perdre le bonus offensif aux jaunards menant 6 essais à 2 (48-17) quand par deux reprises, toujours à 14 contre 15, ils trouvent la faille par Narraway et Mafi dans la défense clermontoise (48-31). Le bonus est perdu !

Heureusement les occasions d’essais ne manqueront pas et Bonnaire en sera pour son deuxième, le septième pour les jaune et bleu, le onzième et dernier de la rencontre, un record, tout comme les 84 points inscrits et la 44ème victoire à domicile consécutive des jaunards ! ... Wouah !

Pas de quoi s’emballer pour Vern Cotter qui contrairement à Marc Delpoux, ému et confiant pour la suite, a du souci à se faire avec autant de failles face à une équipe si diminuée. Clermont prend néanmoins la troisième place, à hauteur de son principal concurrent, Toulouse.

 

En bref…

Castres, le Racing-Métro et Montpellier, tous à domicile, ont pris le dessus respectivement sur Bayonne (31-10), Bègles-Bordeaux (18-7) et Agen (32-15) et pointent à la cinquième place, tous à égalité, un point seulement derrière Toulouse et Clermont.

Biarritz et Toulon semblent avoir marqué les esprits plus qu’ils n’ont creusé l’écart, avec 3 points, restant les seules équipes invaincues dans ce TOP 14... donc à abattre !

En bas du classement, Mont-de-Marsan, Perpignan et Agen doivent relever la tête pour ne pas se laisser distancer en ce début de saison.

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

La semaine prochaine…

A suivre trois chocs…

  • Clermont – Racing-Métro et Biarritz – Montpellier pour les premières places, ainsi que
  • Grenoble – Mont-de-Marsan, le choc des promus, déjà vital pour les landais.

A suivre également…

  • Toulouse – Agen
  • Perpignan – Bayonne
  • Stade Français – Castres
  • Toulon – Bègles-Bordeaux