Un Racing de haute magnitude !

TOP 14... 4è journée,     Clermont – Racing-Métro     13 – 12

Elle aura tremblé la forteresse du stade Marcel Michelin !

On la disait imprenable, on la disait effroyable pour qui s’aventurerait dans son antre. Depuis trois ans toutes les équipes s’y sont cassé les dents, 44 matches où l’ogre auvergnat s’est fait un festin de tout visiteur aventureux et inconscient. Le dernier en date, Perpignan, est reparti avec une valise pleine et des bras cassés.

Mais c’était sans compter dimanche soir sur la force du Racing Métro arrivé au pied de la muraille du géant avec une énergie hors du commun, une intensité explosive qui a vu la mêlée et l’attaque clermontoise se faire secouer comme jamais, à deux doigt de tomber.

Pourtant le premier essai de Nalaga dès la 3ème minute de jeu ne laissait rien entrevoir de bon pour les visiteurs qui ne se sont pas laissé impressionner et conter la légende de l’invincibilité des jaunards que tout un chacun pouvait lire depuis une semaine dans les journaux. Bien au contraire, avec la malignité d’un petit Poucet, le jeune Dambielle, suppléant improvisé d’un Wisniewski trop vite blessé, a su mener son équipe sur le bon chemin en trompant la vigilance de l’ogre qui emporté dans un excès de zèle offrait même à son impétueux visiteur deux pénalités.

Les clermontois voulaient faire le jeu, on ne leur en voudra pas, car depuis la demi-finale de H Cup à Bordeaux face au Leinster en avril dernier, on le cherche encore... ce jeu-là !

7-6 à la mi-temps après une bonne volonté de part et d’autre d’enchainer les temps de jeu mais chacun se heurtant à une défense imperméable et bien organisée. La seconde période sera le théâtre d’un champ de bataille sans merci où des affrontements terribles dans les mêlées et les rucks laisseront des traces dans les organismes.

Tous les coups semblent permis et Bardy, le flanker (de beignes surtout), marche sur un parisien et prend logiquement un carton jaune, laissant ses coéquipiers en infériorité numérique dont les racingmen ne tardent pas à profiter dès la première mêlée qui leur offre une pénalité.

S’en suit un drop magistral d’Estebanez qui enfonce l’ASM mais qui a aussi le mérite de réveiller la bête avec l’entrée de Lee Byrne, notamment, déterminante.

Pénalité pour Clermont qui revient à deux points (10-12). Le combat est âpre et engagé. Une faute de Chavancy sur Lee Byrne sans ballon offre une nouvelle pénalité aux jaunards que ne rate pas à nouveau Morgan Parra pour faire passer son équipe devant (13-12). Sur la même action, mauvais coup du sort ou coup du mauvais sort de ce lieu hanté, le jeune Dambielle, pierre angulaire du jeu du Racing, se blesse gravement au genou sur le plaquage qui a suivi du gallois. Il doit sortir sur civière. Un signe ?

La fin de match à l’avantage des locaux est insoutenable à suivre devant la ligne d’en-but francilienne qui telle une autre forteresse semble imprenable. Une pénalité de Parra prend même le poteau extérieur et garde le suspense intacte. C’est chaud et ça fait mal tant l’intensité est à son comble.

La dernière action du Racing à la sirène est interminable, il faudra l’intervention de l’arbitre pour offrir à Clermont la pénalité de la délivrance que Parra se chargera d’envoyer dans les tribunes, en direction de son public, sa garde rapprochée, soulagée, qui peut déposer les armes et qui semble bien être la seul garante de l’invincibilité de ces lieux d'un autre temps.

Mais que la terre a tremblé à Marcel-Michelin. Bravo au Racing !

 

En bref…

Le championnat se dessine clairement avec à sa tête 4 grosses cylindrées que sont Toulon, leader, Biarritz, le dauphin, Toulouse, le favori et Clermont, l’embusqué.

Derrière, des outsiders très sérieux avec un effectif tout aussi garni, Castres, Racing Métro, Montpellier, Bayonne et le Stade Français vont se battre pour accéder au TOP 6.

Quant aux cinq autres, la priorité en ce début de championnat semble tournée vers le maintien, avant de penser plus tard à se qualifier pour les barrages.

Pourtant Grenoble se mêle déjà au TOP 6 quand Bayonne et le Stade Français ont toutes les peines du monde eux à s’y imposer.

Mont-de-Marsan et Agen n’ont pas décroché la moindre victoire et pointent logiquement aux places de reléguables. Deux équipes que l’on connaît pour ne rien lâcher jusqu’au bout.

Ce TOP 14 s’annonce des plus serrés que l’on ait connu jusqu'à présent. Autant de raions pour le suivre…

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

La semaine prochaine…

Deux rencontres au sommet pour les actuels leaders qui se déplacent chez des outsiders très sérieux !

  • Castres – Biarritz 
  • Montpellier – Toulon 

Quand les deux ténors, également à l’extérieur, pourraient profiter de leurs faux pas pour remettre la main sur ce TOP 14, comme l’an dernier…

  • Perpignan – Toulouse
  • Mont-de-Marsan – Clermont

A suivre également :

  • Agen – Grenoble
  • Bayonne – Racing-Métro
  • Bordeaux – Stade Français