Fin de série !

TOP 14... 23ème journée,           Racing Métro – Toulouse    26 – 27

La dixième victime du sérial winner est saine et sauve !

Le Racing Métro, identifié depuis le début de l’année par la brigade des stupéfiants qui a suivi les performances du gang francilien au trafic de victoires hallucinantes, a été arrêté samedi soir dans une opération d’envergure et spectaculaire menée par les hommes du GIGN (Groupe d’Internationaux de Guy Novès).

L’intervention a eu lieu à Saint-Denis, dans le grand stade, lieu de trafics en tout genre surtout connu pour le racolage des femmes aux seins nus du réseau de Guazzini qui sévit toujours, délocalisé même dans la banlieue de Lille, malgré la mise sous les verrous il y a quelques années de son mentor.

Les hommes de Guy Novès, dits les Toulousains, ont eu tout le mal du monde à piéger le gang des Racingmen, bien organisé et pas loin de tromper leur proie.

Une dixième victoire face au champion de France en titre... Ca fait bander !

Alors qu’ils la croyaient en poche, à la toute dernière minute de l’opération, menant par six points, hors de portée de tir, d'une pénalité ou d’un drop, les franciliens ne l’ont pas vu venir.

Clerc, comme l’éclair, il a surgi sur son aile foudroyant la bande du Racing, en pointant son arme  dans le coin et tenant en joue le sort du match.

Les yeux en l’air, les mains sur la tête, les franciliens impuissants n’ont pu empêcher Beauxis de tirer une balle entre les deux yeux d'une historique dixième victoire consécutive qui s’écroule dans les bras d’un Stade de France tout aussi abattu.

Et pourtant cela avait plutôt bien commencé pour le Racing Métro menant 17-6 à la mi-temps avec un Winiewski aux commandes.

Tout marchait comme sur des roulettes. Même quand les Toulousains ont égalisé à 17 partout. Pas de panique, le caïd éloigne le danger et remet l’opération sur les rails.

C’était sans compter le plan de Guy Novès qui a su, lui, tirer profit de ses internationaux avec Huget à l’arrière, Médard et Clerc aux ailes. Suivez mon regard ! ;-)

Ses hommes ont réussi à mettre hors de nuire le stratège francilien qui prend un carton jaune à dix minutes de la fin.

La suite, on la connaît, les membres du GIGN avec son marqueur d’élite et son buteur impitoyable achèvent le travail dans une opération dont seuls eux ont le secret. Ils n’ont pas 18 Brennus pour rien. Et pour la petite histoire, ce sont eux aussi qui détiennent le record du nombre de victoires consécutives (11).

Et toc ! … Ce n’est pas un gang de merdeux de la région parisienne qui allait le leur subtiliser !

Toulouse est bel et bien là, à l’approche du dénouement final, c’est clair !

 

En bref…

Quelques heures auparavant, les deux ténors de notre TOP 14 avaient eu la bonne idée de creuser l’écart avec chacun un bonus offensif à la clé. De bon augure avant d’affronter leurs quarts de finale en H Cup !

Tout d’abord Toulon, dans le grand stade de Lille, répondait à l’invitation du Stade Français en lui faisant l’honneur d’un rugby plein et d’une victoire sans concession (43-11).

Un peu plus tard, Clermont, à domicile, ne faisait qu’une bouchée d’Agen (66-21), avec dix essais, s’il vous plaît, même s’il en encaissera tout de même trois. Anecdotique ? J'ai peur que non.

Pour autant les toulousains peuvent encore espérer la deuxième place s’ils venaient à remporter leurs trois derniers matchs dont celui au stade Marcel Michelin justement.

Quant à nos leaders, la première place se jouera dans quinze jours à Mayol. Un mois d’avril palpitant en haut de classement.

Derrière pour une place de barrage à domicile, la lutte sera acharnée jusqu’au bout. Si Castres a su profiter du faux pas des Racingmen en battant Perpignan d’un petit point, comme un champion (20-21), il lui faudra être aussi convaincant face aux franciliens lors de la dernière journée.

D’autant que Montpellier, vainqueur de Mont-de-Marsan dans les Landes (30-17) jouera aussi crânement sa chance pour cette quatrième place très prisée.

Par contre, pour les catalans ce sera très compliqué d’atteindre le sésame du TOP 6, mais pas impossible. Comme il leur sera tout aussi difficile de conserver cette septième place sous la pression de biarrots très en forme depuis leur victoire contre les jaunards.

Car Biarritz a mis définitivement fin aux espoirs de Grenoble de jouer la H Cup l’an prochain en les dominant assez largement vendredi soir (33-16).

Tout comme les isérois et les parisiens, Bayonne n’a plus rien à espérer du championnat et sa défaite à Bordeaux (13-39) est sans grande conséquence.

Par contre elle confirme le maintien des béglo-bordelais et la descente quasi mathématique en RPO D2 des agenais. Terrible pour les hommes de Mathieu Blin.

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

La semaine prochaine…

Nous y voilà !

Les fameux quarts de finales de H CUP avec nos trois clubs français dont nos deux favoris du TOP 14 qui jouent à domicile. 

Et déjà un l'un d'entre eux en demies. Clermont ou Montpellier, déjà une satisfaction quoi qu'il arrive !

Au programme de ces quarts de finale, samedi 6 avril :

  • Clermont – Montpellier, à 16h40 : un parfum de TOP 14,
  • Saracens – Ulster, 19h30 : deux leaders de championnats européens.

Puis dimanche 7 avril :

  • Harlequins – Munster, 15h : du lourd !
  • Toulon – Leicester, à 17h30 : so crunchy !

Mais pensez à doubler les packs de bière ou informer vos conjointes de votre absence... dès jeudi !

Car la petite compétition du Challenge Européen promet aussi d'être relevée. A suivre :

  • Gloucester – Biarritz, jeudi 4 avril 21h : et pourquoi pas préserver son titre ?
  • London Wasps – Leinster, vendredi 5 avril 21h : Ca va faire mal !
  • Perpignan – Toulouse, vendredi 5 avril 21h : à la recherche d’un nouveau souffle,
  • Bath – Stade Français, samedi 6 avril 14h : Paris dans le grand bain !