Le patron, c'est Clermont !

TOP 14... 25ème journée,           Clermont – Toulouse    39 – 17
                                                    Grenoble –  Toulon      25 – 24

Rien ne sert de courir, il faut partir à point !

Tel semble être ce week-end le proverbe approprié aux toulonnais qui viennent de céder leur première place après avoir trôné six mois dessus, tout comme ils ont lâché la victoire contre les grenoblois samedi soir à la dernière minute après les avoir dominés des pieds à la tête.

Pendant ce temps-là, Clermont s’affichait en patron dans son antre inviolable face au champion de France, alignant un effectif du tonnerre, préparant sa demi-finale européenne comme il se doit avec le meilleur sparring-partner qui soit, s’offrant des essais d’anthologie, un record d’invincibilité et, je vous le disais, la première place du TOP14… à la barbe de l’ogre varois.

Dominer n’est pas gagner !

Autre dicton à l’endroit des varois, au dessus du lot durant toute la saison et qui finissent à l’envers, sous-estimant leur adversaire appliqué à réagir et à offrir à son public, dans son dernier match à domicile, un engagement total, un combat jusqu’au-boutiste pour sortir de ce championnat la tête haute. Et ils en seront récompensés les isérois en inscrivant le troisième essai sur la sirène, la transformation de Courrent scellant une victoire incroyable et belle face au leader toulonnais... déchu.

Dominer n’était pas gagné non plus d'avance pour les jaunards, samedi après-midi, quand on sait le potentiel des toulousains et leur envie de retrouver leur niveau, largement à hauteur de leur hôte du jour.

Oui mais voilà, rien ne résiste aux clermontois en ce moment et particulièrement à son jeune prodige Fofana qui, au bout de trente seconde de jeu, déploie tout son talent pour inscrire un nouvel essai fantastique, comme celui à Twickenham. On en reste bouche bée et les visiteurs accusent d’entrée le coup.

Mais la suite sera plus équilibrée jusqu’à ce que Stanley puis Sivivatu en fin de première période donnent de l’air à leur équipe. Les toulousains se révolteront de belle manière en seconde, ne me faisant pas mentir quant à leur capacité à hausser leur niveau de jeu, inscrivant deux beaux essais, par Dusautoir puis par l’excellent et incontournable Picamoles.

Oui mais voilà, ce Clermont-là est irrésistible. Et sa force est dans sa capacité à accélérer pour maintenir son avance et la pression dans le camp adverse, avec un Delany à la place de Broke James impeccable. Sivivatu, monstrueux encore une fois, clôturera le festival auvergnat par une envolée qui laissera les toulousains sur place, sur le terrain comme au score.

Alors c’est qui le patron, monsieur Boudjellal ?  (oh ! je le taquine.. je l’aime bien au fond !)

Car, avec un point d’avance et un goal-average particulier à son avantage, Clermont n’aura besoin que d’une victoire chez lui, sans bonus, face à Bordeaux pour rester en tête de cette phase régulière. Ce serait dommage de mal finir à la maison !

Pour autant le nouveau dauphin, comme son nouveau mentor, est qualifié en demi-finale quoi qu’il arrive. Mais si Toulouse conserve logiquement sa troisième place après la réception de Grenoble lors de la dernière journée, alors il se pourrait que les varois aient à en découdre avec des champions de France au rugby retrouvé.

Mais en attendant, il y a les barrages qui s’annoncent saignants* !

(*) cuisson idéale pour des phases finales de haut niveau. Pas comme l’an passé où on nous a servi du trop cuit… du tout cuit devrais-je dire pour les toulousains.

 

En bref…

Derrière les deux premières places, définitivement attribuées à Clermont et Toulon, les quatre barragistes sont également connus (l’ordre restant néanmoins à définir dans les deux cas).

Car Perpignan s’est incliné à Agen sans le moindre point (15-23) et n’a pas su saisir l’occasion de se mettre à portée de Montpellier, pourtant défait à Bayonne, mais avec le bonus défensif (26-32).

La sixième place n’est plus accessible pour les catalans, septièmes quoi qu’il arrive, une place qualificative pour la prochaine H Cup si Clermont ou Toulon venait à remporter le titre cette saison.

En effet Grenoble, malgré sa victoire, reste à 7 points de Perpignan, tout comme le Stade Français, vainqueur au Stade de France de son voisin le Racing-Métro (19-16).

Cette huitième place qui pourrait sourire également à la H Cup 2014 dans le cas de figure assez incroyable mais fort possible où Perpignan remporterait le Challenge Européen en même temps que Clermont ou Toulon la H Cup (vous suivez ?)

Seulement les parisiens et les isérois ne seraient pa seuls à concourir, à un point devant de Bayonne et deux devant  Biarritz, défait sans appel à Bordeaux (0-16).

Du coup, si on récapitule les barrages.

Toulouse est certain de recevoir son match quand Castres qui s'est défait facilement de Mont-de-Marsan (44-17) devra empêcher le Racing-Métro lors de la dernière journée à Colombes de le battre sans bonus défensif.

Un match à ne pas rater, le seul à véritable enjeu.

Car si Montpellier, dernier qualifié, semble devoir inévitablement se déplacer lors de ces barrages, un bonus offensif contre les catalans couplé à une défaite des castrais sans le moindre point au Racing leur permettrait d'éviter d'aller à Toulouse. Encore faut-il que les toulousains l'emportent face à Grenoble. Donc pas de quoi se prendre la tête pour les hommes de Galtier. 

On le sait, depuis quelques semaines, les jeux sont faits pour Agen qui rejoindra Mont-de-Marsan en PRO D2.

Tous les résultats officiels du week-end >>

  

La semaine prochaine…

La H Cup nous offre deux demi-finales de prestige avec nos deux cadors du TOP 14, la crème de la crème du rugby européen avec deux clients aussi sérieux que redoutables.

A ne manquer sous aucun prétexte !

Samedi 27 avril à 18h au stade de la Mosson, Montpellier :

  • Clermont – Munster, un vieux compte à régler.

Dimanche 28 avril à 16h à Twickenham, Londres :

  • Saracens – Toulon, un choc de générations.

 

Côté Challenge Européen, la France fait tout aussi bonne figure avec 3 clubs :

  • Perpignan Stade Français      vendredi 26 avril, 21h
  • LeinsterBiarritz                      samedi 27 avril, 15h30