Un final sur un plateau !

H CUP... les demies,          Clermont – Munster       16 – 10     

On ne va pas en faire tout un fromage mais tout de même… Clermont a bien failli nous rendre chèvre en fin de rencontre de cette demi-finale de H Cup qui lui semblait servie pourtant sur un plateau !

« Oubliez le Saint-Nectaire, mangez du Munster ! »,

pouvait-on lire sur les murs du net pro-auvergnat cette semaine. Et les Jaunards ne se sont pas pas privés. Après quelques minutes d’hésitation ou de politesse,

« Après vous, je vous en prie ! »,

O’Gara se servant une bonne petite part avec les trois premiers points, les hommes de Vern Cotter se mettent à table et tranchent dans le vif du sujet tels des morfalous quand Nalaga avale dans la gueule du monstre jaune et bleu un premier essai sans bavure. On se dit à ce moment là,

« Mais ils ne vont rien leur laisser ! ».

C’était sans compter sur la férocité de la défense irlandaise qui n’a pas laissé sa part au chien et a englouti les ambitions d’un Sivivatu pourtant intenable et d’un Fofana moins inspiré que face à Toulouse.

Heureusement que notre bleu d’Auvergne, Parra, concrétisait, lui, les coups de pieds dès que le Munster était à la faute.

11 – 3 à la pause, c’est pas cher payé pour une domination totale des locaux délocalisés avec son public, à la Mosson, à Montpellier.

Et ils n’ont rien lâchés les supporters jaune et bleu, encourageant à tue-tête leur équipe, comme à la maison, scandant leur hymne « Ici, ici… » (vous connaissez), entonnant à plusieurs reprises la Marseillaise, aux temps forts de l’adversaire qui reprend des forces et espoir en seconde période.

Parra avait pourtant creusé l’écart (16-3) quand l’invraisemblable survient. Les dublinois poussaient depuis un moment, forts dans les rucks, les jaune et bleu résistaient tant bien que mal, quand l’éclat d’un O’Gara délivre un coup de pied rasant pour son ailier Hurley qui n’a plus qu’à aplatir en coin. Quant à la transformation, l’ouvreur irlandais n’en fait qu’une bouchée, ramenant les siens à un essai de la finale (16-10).

« Agla agla les auvergnats, agla agla, les auvergnats… sont plus là »

Vingt minutes à tenir pour l’ASM qui commence à avoir des remontées… de ballon de l'adversaire qui pèsent désormais sur l’estomac, la peur au ventre. Clermont grignote son jeu plus qu’il n’est dans son assiette.

Ce n’est pas le moment de s’en laisser conter, surtout quand Parra rate la pénalité qui aurait permis à son équipe de souffler. Au contraire, tout le monde retient son souffle à chaque attaque du Munster.

Ca ne sent pas bon, on se serait bien bouché le nez, les yeux et les oreilles. Mais bon, on est supporteur ou on ne l’est pas. Allez, une dernière bouchée, courage…

En avant ! … en avant… de Murray. Nous voilà sauvés ! L’arbitre central, Owens, irréprochable, pas comme son collègue de touche (oublions), offre même une dernière pénalité aux jaunards que les jambes tremblantes de Parra ne chercheront même pas à mettre en scène.

On est en finale ! … On est en finale ! …

Une première pour Clermont. Un vrai bonheur même si la fin de match nous a laissé sur notre faim.

Mais ne nous racontons pas de salade, l’essentiel est à Dublin désormais, le 18 mai prochain, parce que là, nous aurons encore du pain sur la planche !

Car…

 

Saracens – Toulon       12 – 24                      

Les toulonnais n’ont pas l’intention de laisser la part du gâteau aux clermontois.

On s’était dit rendez-vous en finales, vous vous souvenez ?

Voilà, c’est fait ! … Pour la première d’entre elles du moins… la plus prestigieuse !

Dans l’enceinte de Twickenham au deux tiers vide très curieusement, les hommes de Laporte se sont ouverts celles de la finale en disposant des Saracens grâce au pied gauche de Jonny Wilkinson, tout simplement exceptionnel.

Son duel avec son homologue titulaire du XV de la Rose, Farrell, a largement tourné à son avantage, exécutant un 100% et un drop magistral en toute fin de match clouant tous les espoirs des Sarries de revenir dans la partie.

Un semblant de déjà vu.

Comme en quarts de finale, Toulon a contenu son adversaire, déjà anglais, et s’en est remis totalement au pied de son maître à jouer, claquant un drop venu d’ailleurs pour parachever son œuvre personnelle dans un match sans essai et presque sans ballons côté varois.

Les Sarries ont campé une grande partie dans les 22 adverses sans parvenir à franchir le mur défensif, appliqué et discipliné. Les quelques incursions toulonnaises n’ont pas eu plus de réussite malgré un Armitage et un Palisson très actifs.

Il a suffi d’un grand Jonny pour voir poindre cette première finale européenne, tout comme Clermont, donc par définition inédite et surtout 100% française, pour notre plus grand plaisir.

A nous l’Aviva Stadium et viva qui vous voudrez ! … Moi, j’ai choisi !

 

La finale du Challenge européen

Porrical aura eu raison de ses anciens coéquipiers, qualifiant Paris pour la finale face à l’inévitable blue army du Leinster qui n’a fait qu’une bouchée de Biarritz.

  • Perpignan – Stade Français   22 – 25        v        Leinster – Biarritz        44 – 17

 

La semaine prochaine…

Dernier round de la phase régulière du TOP 14 dont le seul suspense est de valider les numéros de place des six premiers avec une place de barrage à domicile à disputer entre les Racingmen et les castrais.

Au programme de la 26ème journée, tous ensemble samedi à 14h45, pas de calcul possible :

  • Toulon – Agen, un œil sur le terrain, l’autre au Michelin.
  • Clermont – Bordeaux, un record et une première place à la clé,
  • Toulouse – Grenoble, une bonne préparation sans pression,
  • Racing Métro – Castres, the match !
  • Montpellier – Perpignan, comment éviter Toulouse ?
  • Biarritz – Stade Français, à défaut d’une finale à Dublin,
  • Mont de Marsan – Bayonne, ça sent les vacances !