J'accuse... !

TEST-MATCH, troisième              Nouvelle-Zélande – France        24 – 9

JaccuseA l’heure où la saison s’achève sur une énième défaite logique de l’équipe de France et où chacun s’attèle à ouvrir le procès aussi bidon que réconfortant du sélectionneur, à commencer par le pas moins bidon tabloïd sur le ballon ovale dans l’hexagone, dès ce matin, sur deux pages pleines, à deux fautes par ligne, je ne vais pas me priver et me permets même de reprendre le flambeau et la plume du bon vieux célèbre Emile…

Car oui, j’accuse !

Envoyé au bagne sur l’île du diabolique champion du monde, la Nouvelle-Zélande, le XV de France purge une peine absolument injuste et dans la plus affreuse des tortures pour un crime qu’il n’a pas commis. Avoir livré tout son potentiel aux chefs des armées du TOP 14.

PSA

Jamais, il n’aurait du y aller ! …

Il n’y a qu’un seul véritable coupable, connu de tous, et que l’état-major du rugby français cherche visiblement à protéger, c’est Philippe Saint-André.

J'accuse le président Pierre Camou d'avoir été l'ouvrier diabolique de la nomination du sélectionneur, en inconscient, je veux le croire, et d'avoir ensuite défendu son oeuvre néfaste, depuis deux ans, par une obstination aveugle des plus saugrenues et des plus coupables.

J'accuse le staff de l’équipe de France, de Jo Maso à Yannick Bru, de s'être rendu complices, tout au moins par faiblesse d'esprit de la contradiction, d'une des plus grandes iniquités du siècle.

J'accuse aussi les All Blacks, de Nonu à Carter, d'avoir eu entre les mains les preuves certaines de l'innocence d’un XV de France en quête de victoire et de les avoir étouffées, de s'être rendu coupable à trois reprises de ce crime de lèse-humilité et de lèse-pitié, en leur laissant croire que son but n’était jamais loin, dans un but politique, et pour sauver l'état-major français compromis.

J'accuse le journal Midi Olympique, de la première à sa dernière page jaunie, d'avoir fait des articles scélérats, j'entends par là des articles de la plus monstrueuse partialité, dont nous avons, dans les rapports des matchs joués, un impérissable monument de naïve audace. Mais...

J'accuse par dessus tout le seul coupable, Monsieur Saint-André, toujours libre d’exercer sa profession, de multiplier les sélections de joueurs à tous les postes pour cacher son incompétence.

J’accuse le sélectionneur de l’équipe de France en place de se cacher derrière le calendrier des championnats et un manque de temps de préparation alors que le sélectionneur des Lions britanniques prouve par sa tournée extraordinaire qu’avec moins de temps et les meilleurs joueurs on peut remporter des matchs avec brio dans l’hémisphère sud face aux plus grands.

J’accuse le manager des bleus de s’obstiner à développer la polyvalence des postes quand il faut des experts à chacun d’eux, de nous leurrer avec des points de satisfactions que l’on connaît déjà sans soulever les points névralgiques que sont la conquête, l’animation et la finition, à moins qu'un examen médical ne le déclare atteint d'une maladie de la vue et du jugement.

En portant ces accusations, je n'ignore pas que je me mets sous le coup des critiques des forums de spécialistes qui fustigent les délits de diffamation. Et c'est volontairement que je m'expose.

Je n'ai qu'une passion, celle de la lumière, cette french touch retrouvée, au nom de l’équipe de France qui a tant souffert et qui a droit au bonheur, celui de toucher le graal, et qui plus est en Angleterre.

Ma protestation enflammée n'est qu’un cri de désespoir en réponse à un âne bâté et battu sur tous les plans… les siens.

Qu'on ose donc me suivre et que ma requête s’affiche au grand jour !

J'attends.

Quoi, le match ? … Je n’ai rien vu. Fête de la musique oblige. Vous ne vouliez pas que je vous parle rugby aussi !

 

La semaine prochaine…

Promis, je me tais ! …

Bonnes vacances à ceux qui en prennent !

Retour aux affaires d’Ovalie mi-août pour la première journée de TOP 14. A bientôt !