Flexion, liez, en avant toutes !

TOP 14... 1ère journée,           Montpellier – Toulon    22 – 22

Montpellier toulon 2013

Vendredi soir, au stade Yves du Manoir à Montpellier, le top 14 a introduit son premier match dans la nouvelle mêlée de son championnat qui s’annonce chahutée.

Parce que oui, il y a du neuf dans ce top 14 avec des renforts de taille de part et d’autre, on l’a vu, mais aussi avec des nouvelles règles du rugby mondial qui n’ont pas fini de nous faire parler, notamment celles de la mêlée et de l’en-avant qui, dès leur mise en application dans ce match d’ouverture, ont déjà l’art de nous emmêler et nous faire regarder plutôt en arrière.

Flexion, liez, jeu !

Tout est dans la subtilité des mots, il faut croire… Quoi de neuf, docteur ? 

Flexion, touchez, stop, entrez ! … souvenez-vous !

Déjà à la dernière modification on ne marque plus le stop (attention les collisions !) et on réduit d’une syllabe l’entrée finale.

Et re ! ... Flexion, touchez, Jeu !

On était bien avancés et les mêlées ne s’en portaient pas mieux. Aujourd’hui le toucher cède sa place au lier, histoire sans doute de remettre les avants dans le bon sens. Sauf que l’introduction par le demi de mêlée doit désormais attendre le top d’un ultime commandement :

Oui, neuf !

Ca change tout… et pourtant : C’est le même bordel, les mêmes trucages invisibles à l’œil nu, sauf chez les supporters de mauvaise foi, les mêmes pertes de temps, et les mêmes mécontents à l’arrivée, surtout quand on est toulonnais et que l’on a investi sur un pack d’avants de poids et de renom.

Si à cela on ajoute la nouvelle règle de l’en-avant qui en dehors d’amener de la confusion et des nouvelles polémiques, n’apporte absolument rien. Bien au contraire. La balle peut partir devant mais les mains doivent simuler un mouvement vers l’arrière. Du grand n’importe quoi de "rugbymenocrates" des instances internationales qui n’ont apparemment rien d’autre à foutre, pour être aussi vulgaire et grotesque que leurs nouvelles règles.

Pendant ce temps là, sur la pelouse montpelliéraine, le jeu a réussi à se faufiler de belle manière entre les temps d’arrêts de jeu fréquents, dans de belles séquences, toutes à l’initiative des locaux ou presque, les varois démontrant par à-coups tout leur talent, notamment à la fin de chaque période.

Dès la 3ème minute, les hommes de Fabien Galtier trouvaient la faille grâce à un jeu rapide et osé, et la conclusion de l’ailier Audrin de belle facture. Les varois sont désabusés et quelque peu perturbés par cet allant et cette entame payante.

Le reste du match se résume à une belle opposition d’une attaque-défense de qualités et de jeux au pied maîtrisés par Trinh Duc, excellent, et Wilkinson, égal à lui même. Pélissier, recruté depuis Grenoble a aussi impressionné au pied et derrière ses avants, quand Smith affolait la défense locale avec sa vitesse et ses appuis de ouf. De quoi se régaler si on veut bien ne pas s’attarder sur cet essai varois refusé pour un en-avant de Jonny, justifié quelle que soit la règle d’avant ou de maintenant.

La seconde période voit les montpelliérains s’émousser et les toulonnais recoller au score, à un essai de l’égalisation qui viendra finalement sur une interception judicieuse de Mermoz suite à une passe trop à plat de Trinh Duc, malheureux.

La dernière tentative de pénalité de Paillaugue, l’ancien titulaire, entré en jeu, échouera (trop court), laissant les deux équipes dos à dos, assez logiquement ma foi, même si l’ouvreur de Montpellier peut se mordre les doigts d’avoir voulu continuer à dérouler au large, un péché mignon que l’on connaît que trop bien à Clermont.

Mais de ce culot-là, sans lequel le premier essai montpelliérain n’existerait pas, et bien moi, je vous le dis, je m’en lèche les doigts et m’assiérai autant de fois qu’il le faudra sur des victoires acquises, tant que le plaisir sera là.

Merci Montpellier pour cette belle première intention !

Pas d’inquiétude pour Toulon qui va monter encore en puissance, dès la semaine prochaine à Mayol contre l’autre grosse écurie du championnat, le Racing-Métro, pas encore au top parmi les quatorze.

Justement, je vous propose de les suivre… Top 14, nous voilà... en avant, toutes !

 

En bref…

Samedi après midi, Clermont s’est imposé à Biarritz (22-18), dans un stade à ciel ouvert qui a fait office de déchetterie tant les deux équipes ont gaspillé leurs jeux et leurs munitions en balançant à tout va. A leur décharge, une première confrontation où les réglages sont loin d’être au point de part et d’autre. Les biarrots ont su rattraper un bonus offensif qui s’envolait au fil du match, un moindre mal, merci Yachvili ! ... le demi de mêlée étant à l’origine des deux essais basques. Seul le pack d’avants, Broke James et King, auteur de l’essai, côté clermontois, ont donné de belles satisfactions dans ce match.

Y a du boulot plus que du souci à se faire des deux côtés !

Mais ce ne sont pas les seuls à se chercher. Le Racing-Métro a bien failli se faire surprendre par le promu Brive (19-14), de retour aux affaires du haut niveau, empochant un bonus défensif important dans la lutte qui les attend.

Et que dire du champion de France Castres, chez un autre prétendant au brennus, Perpignan, laissant filer la victoire en toute fin de match à Aimé Giral (23-26) dans un match emballé où les catalans, menés par un Camille Lopez appliqué et décisif, inscrivant l'essai victorieux, ont su revenir à chaque fois que les castrais menaient, grâce notamment au pied précieux de Hook.

Ca promet !

D'autres parmi les grands favoris n'ont pas eu de chance aussi, comme Toulouse défait à Bordeaux (25-31) ou encore le Stade Français avec la balle du match nul au bout du pied qu'il n'a pas voulu tenter et qui s'incline au final à Grenoble (16-19). Deux fins de match là encore tendues, voire houleuses où les toulousains et les parisiens n'ont pu jouer pour les uns ou concrétiser pour les autres un essai tout près de faire basculer la rencontre.

Comme les castrais, ils devront chacun se contenter du point de bonus défensif.

Seul Bayonne a confirmé sa bonne préparation estivale en faisant péter le seul bonus offensif du week-end face à l'autre promu Oyonnax (39-11), qui a connu sa première désillusion après de bonnes performances dans ses matchs amicaux.

Les basques prennent du coup logiquement les rênes du championnat quand les champions de PRO D2, seuls fannis, ferment la marche. Aupa Baiona ! 

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

Tournoi des IV nations

Australie – Nouvelle-Zélande            29 – 47

Samedi soir, à l’autre bout de la terre (midi pour nous), au Stadium de Sydney, les Wallabies se sont fait dé-Smith-tifiés par des All Blacks sûrs de leur force qui ont accéléré en deuxième période alors que les australiens n’étaient qu’à 3 points.

Attention, un Smith peut en cacher un autre ! … 6 essais dont un triplé de Ben Smith complété par celui d'un autre Smith, Conrad, et de deux autres, Cruden, suppléant de Carter qui s’est débrouillé comme un Chief, et Mc Caw, capitaine de retour, énormément pénalisé en première période, dans son travail de sape qu’on lui connaît, toujours à la limite.

Ce match avait des airs de remake de la finale du Super XV, tant le sélectionneur australien avait aligné en nombre les malheureux finalistes, les Brumbies, dont le jeune ouvreur Toomua, préféré à Cooper.

Mais cela n’aura pas suffi, deux essais seulement dont un après la bataille. Les All Blacks ont été impressionnants de maîtrise, défendant impeccablement, laissant la balle à l’adversaire pour scorer à chaque fois dans leur temps fort. Un exemple du rugby que j’aime et dont la France a déjà triplement fait les frais.

Les Wallabies l’ont appris à leur dépend pour leur 100ème défaite face à leur monstre noir.

 

Afrique du Sud – Argentine   73 – 13

Le contexte de ce match était assez particulier. D'un côté les sud-africains prônaient un quota de noirs dans leurs effectifs, de l'autre les sud-américains souhaitaient afficher un jeu ambitieux afin de présenter une province dans le prestigieux Super XV.

Résultat : un quota de 9 essais d'école pour les Springboks aux allures de All Blacks sur tableau noir. C'est un début !

Et une défaite cuisante pour les Pumas qui sont rentrés chez eux têtes basses avec leur dossier et leur jeu à revoir.

La semaine prochaine, à Buenos Aires, il s'agira de relever la tête et de présenter une bien meilleure copie pour espérer un avenir du rugby argentin dans l'élite de l'hémisphère sud. Sinon j'ai peur que le dossier des Fidji passe devant le leur, au risque même de se faire piquer la place dans ce Four-Nations.

Tenez-le vous pour dit, amis argentins ! ... les derniers à avoir pris plus de 70 points étaient namibiens, je vous rappelle ! ;-)

Dossier à suivre !

 

Classement : 1 - Afrique du sud, 2 - Nouvelle-Zélande : 5 pts, 3 - Australie, 4 - Argentine : 0 pts.

 

La semaine prochaine…

Le top 14 et le Four-Nations continuent pour leurs deuxièmes journées.

Dès vendredi 23 août :

  • Toulon – Racing-Métro, à 20h50 (c+ sport) : l’heure de vérité !

Puis samedi 24 août :

  • Oyonnax – Clermont, à 15h (c+) : pour de vrai cette fois !
  • Biarritz – Montpellier, 18h30 (r+) : un deuxième os !
  • Castres – Grenoble, 18h30 (r+) : marquer de l'empreinte du champion !
  • Perpignan – Stade Français, 18h30 (r+) : se lancer pour de bon !
  • Toulouse – Bayonne, 18h30 (r+) : à l’orgueil !
  • Brive – Bordeaux, 20h35 (c+ sport) : et si le maintien se jouait là ?

 

Du côté de l’hémisphère sud.  A suivre samedi 24 août :

  • Nouvelle-Zélande – Australie, 9h35 (sport+) : deuxième partie du récital !
  • Argentine – Afrique du Sud, 21h10 (différé 22h30, c+ sport) : question d'honneur !