Des Sarries noyautés !

H CUP... 2ème journée,                  Saracens – Toulouse   16 – 17

Saracens Toulouse 2013

Le ver est dans le fruit !

Quand on reçoit le quadruple champion d’Europe dans son antre, il faut vite le régurgiter, sinon il peut vous pourrir le fruit de vos initiatives très vite.

Les anglais n’ont apparemment pas retenu la leçon depuis leur dernière défaite en 2011 (20-11).

Vendredi soir à Wembley, en ouverture de la deuxième journée de H Cup, les toulousains ont mangé les Sarries par la queue d’un match bien accroché aux branches du savoir-faire du leader de la Premiership, invaincu depuis la reprise.

Parce qu’il faut le dire, les anglais ont été meilleurs que les français !

Ca fait mal à entendre, encore plus à subir, vous diront les coéquipiers de Fritz, capitaine d’un soir, bousculés en première période mais dont la défense et la bonne discipline n’ont pas payé en faveur des rouge et noir vêtus de blanc.

Un essai pour les Sarries contre le cours du jeu, gratifié d’un en-avant ignoré grâce à la nouvelle règle, et un manque de réussite brokejamiesque (0/3) de McAlister qui finira par se blesser avant la pause. Il faudra un essai tout en force de Tolofua pour que Toulouse valide ses temps forts et garde la pression sur son adversaire.

Car pendant ce temps-là, Farrell fait le boulot, et bien, enquillant tous les points à prendre, jusqu’à ce que le banc de Novès fasse son effet à dix minutes de la fin.

Menés 16 à 7, le stratège haut-garonnais faisait rentrer six avants, offrant une mêlée plus conquérante, débouchant sur une pénalité de Doussain, cruciale, et surtout une balle d’essai pour l’homme providentiel du club, Picamoles, décidément indispensable.

Oui mais voilà, il était écrit que Farrell serait maudit contre les français.

Souvenez-vous, face à Sir Wilkinson, lors des demi-finales, l’an passé. L’ancien, le maître, avait tout simplement mystifié la relève du XV de la Rose dans un dernier drop magistral qui enterrait une bonne fois pour toutes les espoirs de finale des Sarries.

Celui de Farrell vendredi, au bout de quatre minutes d’enfer après la sirène pour les toulousains repoussant les salves anglaises avec une bravoure hors du commun, échouera encore une fois, contré in extrémis par un défenseur, laissant échapper une victoire qui leur revenait de droit, presque.

Quelques minutes auparavant, le maitre d’œuvre anglais avait déjà eu la gagne au bout du pied, en vain, trop court.

Les hommes de Novès peuvent jubiler, l’exploit est là dans un match de haut niveau et de grande qualité, ce qui ne sera pas toujours le cas dans le samedi noir que vont connaître les clubs français.

Toulouse entame son périple européen de la meilleure des manières avec deux victoires et prend logiquement la tête de cette poule 3, à quatre longueurs de son adversaire du jour et de Connacht, vainqueur sans bonus des Zèbre (33-6).

  

En bref…

Dans la poule 1, samedi après midi, le champion de France Castres s’est incliné logiquement chez le triple champion d’Europe irlandais du Leinster (19-7), résistant avec rigueur et les honneurs, mais cela n’a pas suffi pour créer l’exploit.

Dimanche, Nothampton a disposé des Ospreys (27-16), sans bonus mais suffisant pour passer d’une courte tête devant les castrais, mais derrière les irlandais, impériaux dans leur sans faute.

Dans la poule 2, le samedi après-midi a très mal démarré pour les clubs français je vous disais, avec la défaite surprise de Toulon à Cardiff (15-19), les varois ne s’étant pas assez méfié de la vaillance des gallois jusqu’au-boutiste qui reprennent le score dans les dernières minutes du match grâce à un essai de Davies concrétisant plusieurs séquences de jeu dangereuses après un relâchement coupable des champions en titre. A corriger !

Dimanche, Galsgow a retenu les ardeurs des anglais d’Exeter qui devront se contenter d’un point de bonus défensif, battus en Ecosse (20-16) tout comme une première place ex-aequo avec les toulonnais, un point seulement devant les deux vainqueurs du week-end.

Dans la poule 4, samedi soir, le Racing Métro a arraché le match nul et aurait même pu l’emporter chez les Scarlets (26-26) si seulement il n’avait pas encaissé autant de points en sous nombre, réduit à 13 contre 15.

C’est bien dommage d’autant que dans l’autre match, les auvergnats n'ont pas bénéficié de la même rigueur de l’arbitrage européen. Monsieur Clancy avait décidé d’être plus clément envers les anglais, coupables de gestes volontaires dangereux ou d’anti jeu et qui auraient bien mérité de terminer le match à 13 eux aussi. Oui mais voilà...

Clermont a du s’en remettre à son jeu uniquement pour faire la différence face aux Harlequins (23-16), beau et fluide en première période, brouillon voire inexistant en seconde. Le quatrième essai du bonus offensif ne viendra jamais, pire, la dernière action offrira un drop  et un point de bonus aux anglais. Une injustice au vu du match haché par l’arbitrage et les fautes, une réalité en tout cas au vu du tableau d’affichage. Merci Monsieur Clancy !

Les Racingmen et les gallois gardent la tête haute, dans cette poule, un point devant les clermontois.

Dans la poule 5, la plus grosse déconvenue a été pour Montpellier, samedi après midi, qui a balbutié encore une fois son rugby à domicile pour offrir une victoire inattendue aux nord-irlandais de l’Ulster (8-25) qui n’en demandaient pas, tant, eux qui ont été irréprochables et patients, sans plus.

Une très mauvaise opération pour les héraultais qui vont rester spectateur de cette poule, loin derrière les Ulstermen et les anglais du Leicester qui n’ont pas laissé échapper le bonus offensif en recevant Trévise (34-3). Dur à encaisser pour les hommes de Galthier !

Enfin, dans la poule 6, dimanche après-midi, Perpignan a enthousiasmé son public à Aimé Giral en écrasant Edimbourg (31-14) notamment grâce à son remplaçant prodige Mjekevu, intenable et dont l’entrée a rendu le jeu catalan explosif, bonifiant en plus la victoire, déjà belle. Chapeau !

Les catalans prennent la tête au classement, un point devant le Munster, vainqueur sans bonus face à Gloucester (26-10), les quatre équipes ayant chacune une victoire au compteur, c’est dire si rien n’est joué dans cette poule.

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

Amlin Challenge Cup... tous les résultats sur le le site officiel de l’ERC !

  

La semaine prochaine…

Le TOP 14 reprend ses droits terrain et télé pour nous offrir du sang et des larmes, tant la situation est tendue, la lutte acharnée en bas comme en haut du classement.

Au programme de cette 10ème journée, la première de ce deuxième tiers de championnat, dès vendredi soir, 25 octobre :

  • Bayonne – Montpellier, 20h45 (c+ sport) : resserrer le grand écart.

Puis samedi 26 octobre :

  • Toulouse – Toulon, 15h (c+) : la guerre des chefs,
  • Castres – Biarritz, 18h30 (r+) : appuyer là où ça fait mal,
  • Perpignan – Bordeaux, 18h30 (r+) : dans la cour des grands ,
  • Clermont – Brive, 18h30 (r+) : le derby comme au bon vieux temps,
  • Grenoble – Oyonnax, 18h30 (r+) : le derby nouveau est arrivé,
  • Racing Métro – Stade Français, 20h35 (c+ sport) : un derby capital.