Humiliés aux éditions Harlequins !

H CUP... 3ème journée,                  Racing Métro – Harlequins       8 – 32

Racing Métro Harlequins 2013

Samedi après-midi à Nantes, les arlequins n’étaient pas ceux qu’on croit !

Pantins ! … Bouffons !

Au stade de la Beaujoire où le Racing a délocalisé sa rencontre, le beau jeu à la nantaise du ballon rond a laissé place à une mascarade à la parisienne du ballon ovale. Accoutré d’un masque noir des mauvais jours et d’un sabre en bois, le jeu des Racingmen, matamores du TOP 14, n’a été qu’une mauvaise pièce, une farce de 80 minutes, reproduite aux éditions Harlequins.

Girouettes ! … Fanfarons ! … Fantoches !

Les noms ne manquent pas pour qualifier les hommes des deux Laurent, Travers et Labit, tant ils ont déçu dans leur capacité à proposer du jeu, démontrée pourtant face à Montpellier la semaine passée, et à entretenir quelque intrigue ou espoir durant ce match que les visiteurs n’ont eu aucun mal à dévorer.

Dès les premières lectures du jeu parisien, à l’eau de rose, sans consistance, les Harlequins ont pris la mesure du récit du match.

Car il ne fallait pas s’y tromper. Le XV des Harlequins, même sous sa tunique bigarrée, n’est pas du genre à donner dans la romance.

Bien au contraire. C’est du carré, un peu en losange si vous voulez, des figures géométriques variables dans leur jeu, à faire tourner la tête de l’adversaire.

Fiables en conquête, solides en défense, encore fallait-il que les locaux délocalisés attaquent, imaginatifs, vifs et efficaces, les Quins ont marqué un premier coup d’arrêt des ambitions franciliennes à la 20ème minute par un essai en solitaire de l’ouvreur néo-zélandais Nick Evans, marquant la page à 7-0 après sa propre transformation.

Dix minutes plus tard, après une nouvelle pénalité de l’ouvreur All Black, c’est au tour d’un autre Nick, Easter celui-là, de piéger la défense locale défoncée tout en puissance par le troisième ligne qui aplatit dans l’en-but. Hou, c'est chaud !

De quoi rougir de honte à écrire une aussi mauvaise première mi-temps.

17-3 après une pénalité réussie par Dambielle à la sirène.

La seconde période démarre très mal pour le Racing. Une pénalité puis un nouvel essai de Charlie Walker laissent sur place le XV francilien qui malgré l’entrée de Sexton et de Mike Philips plus tard, le sulfureux alcoolique gallois renvoyé de Bayonne et aussitôt embauché au Racing, ne parviendra pas à nous surprendre et réécrire l’histoire du match.

Pourtant la charnière des Lions Britanniques a de quoi séduire, à se demander pourquoi elle n’a pas démarré le match. On aurait pu croire à leur union et une complicité évidente, rêver d'une remontée fantastique sur les ailes d'un Fall ou Andreu. L’essai de Le Roux ne sera que l’illusion d’une intrigue bâclée par une prestation mielleuse des franciliens. C’est tout lu, les Quins imprimeront leur victoire en allant chercher le bonus offensif, sans complexe, à cinq minutes de la fin par Dickson, histoire de tourner la page d’un début de compétition catastrophique avec deux défaites.

La dernière, au stade Marcel Michelin, semble les avoir reboostés puisque les Harlequins n’ont enchaîné depuis que des victoires en Premiership.

Cette victoire bonifiée permet aux anglais de se remettre en course dans cette poule, car…

 

En bref…

Dans la poule 4, samedi en début d’après-midi, Clermont a largement dominé les Scarlets et validé enfin sa victoire avec le bonus (32-11), non sans difficultés, tant les gallois et l’arbitre ont tout fait pour casser le rythme impulsé par des jaunards chauds bouillants comme leur public. Mais c’était sans compter la hargne de la bande à Roro qui après la sirène décroche la cerise sur le KO. Yes !

Une poule où tout est relancé derrière les clermontois, seuls en tête, les Harlequins passant même devant les Racingmen et les Scarlets. Les perdants de la semaine prochaine pourraient dire adieu aux quarts de finale.

Dans la poule 1, dès vendredi soir, Castres a du serrer les fesses pour venir à bout des Ospreys (15-9) dans un match âpre et tendu sans essais.

De bon augure pour les castrais, désormais deuxièmes devant les intouchables irlandais du Leinster qui ont littéralement écrasé Northampton (40-7), chez les anglais. Il s’agira pour les français d’aller chercher une victoire chez les gallois pour espérer finir meilleur deuxième. Pas gagné !

Dans la poule 2, samedi, Toulon a réalisé un bon coup chez les anglais de Exeter (14-9) qui ont pourtant proposé du beau jeu et obligé les varois à défendre solidement leur titre. Giteau et Wilkinson se répartiront la tâche en fin de match, une pénalité et un drop chacun, pour une victoire bienvenue après la désillusion à Jean Bouin.

Dans l’autre match, Cardiff talonne les toulonnais grâce à sa victoire à domicile face à Glasgow (29-20). Attention au match retour des anglais à Mayol qui joueront le tout pour le tout afin de rester qualifiable.

Dans la poule 3, dimanche après-midi, Toulouse s’est chié dessus, c’est le moins qu’on puisse dire, dans son stade face aux irlandais de Connacht (14-16), certes joueurs, pragmatiques et opportunistes, tout ce que vous voudrez, mais de là à faire peur, faut pas déconner. Et les toulousains ont déconné sans réussir à accélérer en fin de match pour renverser la tendance. Ca va mal pour les hommes de Guy Novès !

Les Saracens, eux, n’ont eu aucun mal à venir à bout des Zèbre (39-10), comme on pouvait s’y attendre, et passe logiquement devant les toulousains au classement. Toulouse avait un boulevard, désormais c’est devenu bien étroit pour reprendre cette première place, à commencer par aller gagner en Irlande.

Dans la poule 5, et dans le même temps dimanche, Montpellier n’a pas réussi l’exploit de surprendre les tigres du Leicester chez eux (32-41), empochant de part et d’autre le bonus offensif, c’est dire s’il y a eu des essais, mais laissant échapper celui défensif pour les héraultais, sur un drop de dernière minute des anglais. Rageant !

Pas de quoi espérer pour les montpelliérains, à la troisième place, derrière l’Ulster, incontestable leader et logique vainqueur des modestes italiens de Trévise (48-0).

Enfin, dans la poule 6, toujours dimanche, Perpignan n’a pas fait le poids face au Munster (8-36), premier devant les anglais de Gloucester, grands vainqueurs à Edimbourg (23-12).

Les catalans, à la troisième place, vont devoir trouver la solution au match retour face aux irlandais à Aimé Giral. Pas une mince affaire.

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

Amlin Challenge Cup... tous les résultats sur le site officiel de l’ERC !

 

La semaine prochaine...

On le sait désormais. C’est la dernière H Cup pour les anglais !

Si la LNR s’est finalement ralliée à la cause de l’ERC, se chiant dessus, poussée par une main de FFR influente (non mais c’est qui qui commande ?), acceptant une période suppositoire, supposée transitoire je veux dire, en attendant une promise modification de la gouvernance de la compétition (ne me faites pas rire j’ai les lèvres gercées), la ligue anglaise, elle, continue de faire front et préfère le boycott à la soumission.

Et dans cette lutte, seuls contre tous, les clubs anglais, à l’image des HarlequinsSaracens, Gloucester ou Leicester ont décidé de riposter et même le faire payer aux français, comme en ont fait les frais, on l'a vu, le Racing et Montpellier. Seul Toulon a su résiter à Exeter ramenant le score à 2-1 pour les sujets de la reine outre Manche.

Mais les matchs retours de la semaine prochaine pourraient encore donner l'avantage aux rosbifs. Alors mobilisons-nous !

La quatrième journée de H Cup reprend les mêmes et on recommence chez l'autre cette fois.

Dès vendredi soir, 13 décembre :

  • Ospreys – Castres, 21h (c+ sport) : au bout de l’exploit.

Puis samedi 14 décembre :

  • Toulon – Exeter, 14h35 (c+) : rosbif avec purée s'il vous plaît,
  • Scarlets – Clermont, 16h40 (sport+) : autant en emporte le vent en poupe des clermontois,
  • Perpignan – Munster, 16h40 (fr2) : tout donner,
  • Connacht – Toulouse, 19h (sport+) : à l’orgueil !

Dimanche 15 décembre, enfin :

  • Harlequins – Racing Métro, 13h45 (sport+) : tourisme à Twickenham,
  • Montpellier – Leicester, 16h (fr2) : France 2 - Angleterre 1.

Tous les matchs sur le site officiel de l'ERC >>

 

En ce qui concerne la petite compétition, l'Amlin Challenge Cup, qui concerne les 7 autres club du TOP 14, je vous invite à consulter le site officiel de l’ERC qui vous en détaillera le programme.