Toulon de France !

TOP 14... 7ème journée,                  Toulon – Montpellier         40 – 17

Toulon montpellier 2014On le disait un bateau de mercenaires, 

battant pavillon français, affrété par un armateur, homme d’affaire très puissant, parcourant les eaux de l’hémisphère sud avec à son bord de vieux loups de mer océaniens et sud-africains ayant déjà traversé les plus grands océans du monde de l’Ovalie, des rides plein les yeux et des titres plein les poches. Que nenni !

Samedi après-midi, sur la rade, le RCT arborait un XV de départ haut en trois couleurs, bleu, blanc et rouge... avec pas moins de sept français sur quinze, un ratio encore inimaginable l’an passé.

Ils étaient donc sept sur le pré de Mayol, plus trois sur le banc, à rêver de XV de France dont huit sont déjà sélectionnés par PSA pour un stage de trois jours dès ce lundi. Un record qui laisse  tous les autres grands fournisseurs habituels, Toulouse, Clermont et Castres loin derrière, à tout juste la moitié.

Menini, Guirado et Chiocci en premières lignes, Taofifenua en seconde, Bruni en troisième, Tillous-Borde en demi de mêlée et enfin, Bastaraud et Mermoz en trois-quarts centres.

Pas des noms à faire trembler des fidjiens, des argentins et encore moins des australiens lors des prochains tests de novembre, mais plus leurs concurrents tricolores, poste pour poste, tels Domingo, Tolofua, Mas, Vahaamahina, Ouedrago, Parra, Machenaud ou encore Fritz.

Alors nos petits coqs de Toulon ont poussé un grand cocorico lors de cet affrontement de haut de tableau entre le deuxième et le troisième du TOP 14, d’autant que dans les tribunes le sélectionneur français veillait au grain.

Et si durant ce match, il fallait les chercher nos frenchies sous le brillant de ce Toulon, clinquant et claquant des essais à tout va, ils ont fait le job, dans l’ombre et dans l’humilité .. ou la limite de leur talent.

Car il faut bien l’avouer, samedi après midi on n’a vu que du Delon Armitage, du O’Connor, du Wulf, des Smith, du Hayman, du Masoe, du Giteau bien sûr, le capitaine de cette armada, sa tête pensante autant que ses jambes, on n’a même vu du Gorgodze georgien contre son ancienne équipe.

En face, Montpellier a eu du répondant et s’est même offert le luxe de coller à trois point à la pause (17-14) après un essai fantastique de Dupont qui, à la sirène presque, dépose Ménini et Mermoz, un peu déjà la tête au vestiaire.

Oh ! Mais... les voilà !

Une première période où Toulon a fait le show, marquant trois fois dont un essai sera refusé, celui de Wulf pour jeu à terre illicite, quand ceux de Smith et de O’Connor seront justement validés.

La deuxième mi-temps restera à l’avantage des locaux qui inscriront trois autres essais dont un doublé de O’Connor, une réalisation de Giteau et une autre de Armitage. Faciles !

Les montpelliérains avaient de quoi rivaliser mais à l’image de Fall qui échappe la balle d’essai dans l’en-but tel un benjamin, ils passeront à côté d’un match à leur portée ou pire, ils laisseront le bonus offensif à des toulonnais sur cette ultime action de l’international français à la paume trop petite pour aplatir le ballon, sous l’œil du coach national qui a du prendre note.

Conclusion : Oui, le RCT bat pavillon français mais c’est bien l’armada australo-anglo-néo-zélandaise qui a battu samedi après-midi le MHR.

 

En bref…

Clermont a maîtrisé son sujet à Oyonnax (19-8), sans paniquer ni briller, malgré les vendanges (c'est de saison) d’occasions franches en début de match (merci Domingo !) et les nombreuses fautes de mains tout du long. La patience aura récompensé les auvergnats en seconde période grâce à un essai de Cudmore avant d’en encaisser un sans conséquence en fin de match par Ma’Afu. 

Le leader enchaine sa troisième victoire à l’extérieur et peut aller à Bordeaux en toute sérénité la semaine prochaine.

Car Bordeaux, à Brive, a laissé passer l’occasion de revenir avec des points (24-34), du à une fin de première période qui lui coûte très cher. La fin de match en fanfare des béglo-bordelais ne suffira pas, revenant de trop loin.

Ils auront à cœur, c’est clair, de se racheter face au leader à domicile. A ne pas rater samedi 15h !

Quant aux Coujoux, ils sortent de la zone relégable y laissant, à la grande surprise, deux ténors de notre championnat.

Toulouse, d’abord, revenu de Bayonne vendredi soir avec une grosse désillusion (19-35), une série noire de cinq défaites consécutives et de décisions arbitrales difficiles, mais pas toutes injustes. Un carton jaune suivi d’un rouge (justifié) qui fait jouer les hommes de Guy Novès à 14 quasiment tout le match. Compliqué !

Autre nouveau relégable, Castres, ça lui pendait au nez, à nouveau défait, à Lyon (18-28) malgré une bonne entame. Mais le promu a su hausser son niveau de jeu dans un second temps pour laisser les castrais à la traîne au score et au classement, juste derrière un autre promu.

La Rochelle, en déplacement à Jean Bouin face au Stade Français n’a pas résisté longtemps avant de prendre l’eau et d’encaisser sept essais (10-43), dont quatre dès la première période.

Paris remonte sur la troisième marche du podium derrière les deux patrons affichés du TOP 14 et se déplacera à Ernest Wallon sans pression, après avoir déjà gagné à Castres et à Toulon. Chaud pour les toulousains !

C’est Grenoble qui complète le carré de tête devant son adversaire du jour qu’il recevait, le Racing Métro, après avoir su tenir bon jusqu’au bout, sans flancher (27-25), les franciliens arrachant un précieux bonus défensif en toute fin de match.

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

Tournoi des IV nations

Afrique du Sud – Australie    28 – 10

En vain… en dix minutes !

Les Wallabies étaient à deux doigts de créer la surprise au Cap, menant de deux points devant les springboks à dix minutes du terme (10-8).

Il a suffit d’un drop de Lambie, homme du match, pour mettre le feu dans la défense australienne. L’ouvreur, remplaçant de Pollard déjà lui même suppléant de Morné Steyn écarté, a tué le suspense en moins de cinq minutes inscrivant un essai de belle facture après un joli petit numéro, juste après celui du centre De Villiers qui en sera de son doublé dans les arrêts de jeu.

Les australiens n’ont rien vu venir. 20 points en dix minutes. Tout est allé très vite, trop vite.

L’Afrique du Sud met la pression sur la Nouvelle-Zélande avant son déplacement en Argentine et surtout l’ultime affrontement la semaine prochaine entre les deux nations.

 

Argentine – Nouvelle-Zélande    13 – 34

Fin du suspense !

Les All Blacks ne se sont pas embarrassés d’une pression supplémentaire. Il leur fallait un bonus offensif pour remporter ce tournoi une journée avant la fin. C’est chose faite ! ... Leur troisième titre d'affilée, les seuls vainqueurs dans cette nouvelle édition à quatre nations !

Deux essais par mi-temps, ni plus ni moins, laissant tantôt la balle aux argentins pour mieux les contrer. Une tactique efficace depuis leur titre de champion du monde.

Les Pumas n’ont pas démérité. Ils ont joué avec leurs griffes, sans vraiment exister, s'accrochant comme ils pouvaient, proposant de belles séquences et inscrivant un essai de consolation en toute fin de partie.

Reste un match pour bien finir en Afrique du Sud et marquer encore plus les esprits à un an de la coupe du monde !

 

Classement :  1 - Nouvelle-Zélande : 21 pts,   2 - Afrique du sud : 15 pts,   3 - Australie : 10 pts, 
                      4 - Argentine : 3 pts.

 

Mondial 2015 (repêchage, match aller)

Russie – Uruguay    22 – 21

Gain minimum pour RSA !

Raphaël Saint-André, frère de celui que l’on connaît et dont se débarrasserait bien aussi quelque part hors des frontières de France, a obtenu, avec la Russie qu’il entraîne, une courte victoire à Krasnoïrarsk, face à l’Uruguay, peut-on lire dans l’Equipe, à défaut d’images dans quelque canal télévisuel.

Cet affrontement entre les deux nations, en matches aller et retour, est l’ultime étape de repêchage pour rejoindre la coupe du monde en Angleterre dans la poule A, dite de la mort, avec l’Australie, l’Angleterre, le Pays de Galles et les Fidji. Rien que ça !

Une victoire des russes qui risque d’avoir un goût de trop peu lors du match retour le 11 octobre prochain à Montevideo.

A suivre… ou pas !

 

La semaine prochaine…

La huitième journée ne sera pas de tout repos. Nos deux ex-champions, relégables, vont devoir mettre les bouchées doubles à domicile pour ne pas voir leur saison ressembler à celle de Biarritz l’an passé.

Quant au choc entre les promus, il aura pour conséquence de pousser le perdant dans la zone rouge.

Les oyomens, les basques et les coujoux eux, le savent, ils jouent gros, à domicile et à l’extérieur, avec la même sentence en cas de défaite.

Et ça commence dès vendredi soir 3 octobre :

  • Oyonnax – Toulon, à 20h45 (C+ sport) : deuxième test-match à Mathon.

Puis samedi 4 octobre:

  • Bordeaux – Clermont, à 14h45 (C+) : faire tomber le mur,
  • Racing Métro – Brive, à 18h30 (r+) : prendre les devants !
  • Castres – Grenoble, à 18h30 (r+) : revenir sur terre,
  • Bayonne – Montpellier, à 18h30 (r+) : récidiver d’audace,
  • La Rochelle – Lyon, à 18h30 (r+) : ne nous parlez plus de PRO D2 !
  • Toulouse – Stade Français, à 20h45 (C+ sport) : stopper l’hémorragie !

 

Quant au tournoi des IV nations, il nous offrira sa dernière journée pour le fun et peut-être pour la première sensation en Argentine, une première victoire dans cette prestigieuse compétition.

  • Afrique du Sud – Nouvelle Zélande, samedi 4 octobre à 17h05.
  • Argentine – Australie, dimanche 5 octobre à 0h40.