Je l'ai imaginée pour vous, cette fiction folle...

où les 36 de PSA disparaissent alors que le bus les emmènent en stage à Tignes...

Si !

Plutôt dans l'idée d'une BD ou d'une saga (à paraitre ici), ça commence comme ça...

bus-XV-de-France-et-RATP

Mercredi 15 juillet, au Centre National de Marcoussis.

L’Equipe de France a disparu !

Tout le monde du rugby est stupéfait par la nouvelle, la Fédération française en tête.

« Ils ont quitté Marcoussis mardi matin pour se rendre en Savoie comme ce qui était prévu. »

« Ils sont 41 avec le chauffeur. A la liste des 36 joueurs sélectionnés, il faut rajouter quatre membres du staff, Philippe Saint-André, Yannick Bru, Patrice Lagisquet et le médecin Jean-Baptiste Grisoli.»

« Non. Personne ne les a vus arriver. Ni les hôtes, ni même les journalistes déjà sur place ! Nous n’avons aucune nouvelle. »

« Non plus. Aucun accident par la gendarmerie n’est à déplorer sur l’itinéraire établi. Une enquête est en cours. »

En effet, la gendarmerie, mais aussi la Direction Générale de la Sécurité Intérieure, prennent l’affaire très au sérieux.

« Aucune piste n’est écartée ! … Pour l’heure, nous n’avons pas assez d’éléments pour en privilégier une en particulier. La fin de l'itinéraire étant très escarpée, nous fouillons tous les ravins depuis l’aire d’autoroute près de Chambéry où le car a été vu pour la dernière fois. »

« Nous investiguons également sur la personnalité du chauffeur, Pedro Dominguez, un conducteur expérimenté qui a plus de 150.000 km à son actif. »

Le président Pierre Camou s’étonne encore plus de cette piste car Pedro, comme il le prénomme, fait partie de leur "famille rugby" depuis l’ère Laporte. C’est un amoureux du rugby qui ne boit pas, ne fume pas et qui a toujours roulé en respectant les limitations de vitesse, confirme également le directeur de la RATP qui l’emploie depuis dix ans que la société est partenaire de la FFR (Fédération française de rugby).

Depuis l’accident de Germanwings, les enquêteurs ne veulent rien négliger sur le caractère psychologique de ce célibataire endurci qui parlait peu et se confiait encore moins d’après les premiers témoignages.

« Pedro, c’est un timide, un mec secret. Moi, par exemple, je suis son pote et je ne suis jamais allé chez lui. »

« Moussiou Dominguez est trèch’ pouli, trèch’ propre dans l’immouble. Il dit touch’ours bonch’our quand il pach’e devant la loch’e. Pas boucoup discoutir’. Jouste bonch’our... »

« Oh ! il a bien eu une copine il y a cinq ans, mais ça n’a pas duré. Il n’y a vraiment que le rugby qui l’intéresse. Depuis la mort de sa mère, deux ans tout juste après son père, ici à Marcoussis, nous sommes son unique famille. »

« Son poste de chauffeur de l’équipe de France, c’est sa fierté à Pedro, sa place dans le staff comme il dit. C’est lui qui a conduit l’équipe de France jusqu’en demie en 2007. Au Stade de France, qu’il nous disait. Ca le faisait marrer. »

« Une dépression ? Vous rigolez ! … Ah ! Sauf si vous lui enlevez son job, là oui ! … Pourquoi, c’était le cas ? »

Non. Pas de projet de licenciement du côté de la RATP, pas d’arrêt maladie, pas de mal être visible par son entourage, bien au contraire, pas de lien avec une filière terroriste, ni secte.

Fils unique, Pedro est né en Suisse. Catholique par sa mère, athée par son père, tous deux argentins de naissance, émigrés en Europe dans les années 70. S’il n’allait pas ostensiblement à la messe pour faire comme papa, il priait chaque soir au fond de son lit, au cas où Dieu existerait, parce qu’une mère sent ces choses-là. Accroc aux BD, il pouvait rester des heures à lire dans son bus.

« C’est pour ça qu’il aimait ce métier. Tout ce temps, immobile, rien qu’à lui, plongé dans les Tintin, les Astérix. Il avait toutes les collections. »

« Il aimait méditer aussi. C’était son nouveau truc. Il m’avait montré une fois… J’ai pas tenu cinq minutes. Mais lui, il pouvait tenir une heure, ça le rendait plus fort, il disait. »

Au bout d’une semaine la piste du conducteur kamikaze a été écartée. Les investigations ont alors porté sur les personnalités de certains joueurs à bord, dits fragiles comme Mathieu Bastareaud ou Fredéric Michalak, le ressuscité de la sélection. Rien de probant, du moins pas plus que la fragilité affichée sur un terrain de rugby.

Les recherches, au point mort, laissent présager que les disparus de la délégation française sont encore vivants, et que le bus a sans doute été détourné de sa route dans des circonstances que les enquêteurs ne s’expliquent pas encore. Il est même tout à fait envisageable qu’il ait quitté le territoire pour l’Italie ou la Suisse. Un douanier hélvète confirme avoir fait passer un car français la nuit de la disparition.

 

Jeudi 23 juillet, au Café des sports, du côté de Casteljaloux, dans le Lot-et-Garonne.

« Non mais t’imagines, Dédé !  … Un mec qui détourne un bus avec 40 rugbymen dedans. Il doit être sacrément armé. C’est un coup de Daech, y a pas de doute !

- La Suisse jusqu’en Turquie par les Balkans, ça tient la route, Michel. T’as raison !

- Si ça se trouve ils sont déjà en Syrie à cette heure !

- Comment il a pu traverser la Suisse sans être contrôlé. C’est quand même le bus de l’équipe de France… Il est tagué de partout avec les couleurs du métro parisien !

- C’est un vrai gruyère, ce pays !

- Ahah !! … Ahahah ! …T’es con, Michel ! La Suisse, du gruyère ! … Excellent ! … Ahah ! …

- De toute façon, les gars, on n’avait aucune chance de la gagner cette coupe du monde chez les rosbifs… alors !

- T’as pas tort, Robert ! … Là au moins, si on ne la joue pas, on ne sera pas ridicule !

- Bah, ils n’ont qu’à nous en débarrasser de ces starlettes, à coup de kalachnikov !

- Jeannot se réveille ! … C’est le Ricard qui fait effet ou c’est ton verre vide qui t’inspire ? … Je te ressers si tu réfléchis avant de parler.

Attends, pas Nakaitaci, il n’y est pour rien, lui ! Les autres j’dis pas, mais Nakaitaci...

- Ou alors qu’ils commencent par Saint-André ! … Je déconne, Jacques, je déconne !

- Nakaitaci, même pas français, ‘cui-là ! … Bon en même temps, on n’en compte même pas la moitié de vrais français !

- Commence pas ton cirque Jeannot ! Tu enlèves Kockott, Nakaitaci, Spedding et Le Roux, les autres sont français que je sache !

- Et Ben Arous, Guirado, Szarzewski, Slimani, Chiocci, Maestri, Guitoune, Vahaa-j’sais-pas-quoi, ça sonne français peut-être? … Sans parler de Fofana, Fickou, Nyanga ou Dusautoir ! 

- Mais ça va pas, toi !… Dusautoir ! …

- Ouais bah, il est quand même noir !

- Blancs ou noirs, on parle de 40 bonhommes qui sont peut être morts dans un ravin !

- Ou pire, entre les mains d’un Coulibaly !

- N’empêche, moi je dis, c’est triste. C’est dégueulasse même ! Ce ne sont que des hommes. Mais il faut bien admettre une chose. Si aujourd’hui on prend un Novès avec tous les joueurs qu’on aurait du sélectionner - hein ? les Domingo, Machenaud, Mermoz et Médard - on a peut-être une chance de la gagner, cette coupe du monde ! … C’est tout ce que je dis, moi.

- C’est peut-être un mal pour un bien, t’as raison, Robert…

- Bah ouais, avec Germain derrière et Rougerie au centre…

- Non, mais ça va pas ! Germain derrière ! Et pourquoi pas Poitreneaud tant que tu y es !

- Et Tichit ? C’est le moment de l’essayer, Tichit ! 

- Tu ne peux pas nous lâcher un peu, là… avec ton pilier de campagne ?

- Poitreneaud avec Fritz au centre, ça me plait bien, moi.

- Non mais vous vous entendez, les sélectionneurs du dimanche… Rougerie, Poitreneaud …

On n’est plus à la coupe du monde 2007, là ! … Demandez à Blanco de renfiler un short tant que vous y êtes ! …

- Et d’y rentrer son bide ! Ahah ! … Ahahahah !!

- Ahah ! … T’es con, Michel ! Ahah ! Que t’es con ! 

« N’empêche… ça fout les j’tons, ce bus qui disparaît dans la nature ! »

(à suivre...)

 

Alors, vous en pensez quoi ?

Une BD, ce serait pas mal, hein ? 

Le projet est sérieux. De quoi alimenter cet été ce blog ou qui sait, une colonne du Midol ou de l'Equipe ?

 

Vous l'imagineriez comment vous, la suite ?

 

Votre avis et toutes vos idées m'intéressent...

A vos commentaires ! ... N'hésitez pas !