Silence, on tourne !

TOP 14... 8ème journée                       Toulon – Montpellier     52 – 8

Toulon Montpellier 2015

C’est toujours le même cinéma…

A l’approche de la quinzaine européenne, les grandes équipes qui se déplacent font tourner leurs effectifs pour préserver leurs meilleurs joueurs.

Montpellier n’a pas échappé à la règle. Jack White a clairement fait l’impasse pour le déplacement des siens dans l’enfer de Mayol.

Comme d’autres, me direz-vous. Mais à l’image du score, là, c’était plus flagrant.

A quoi bon lutter, face à l’armada varoise, au risque d’y laisser sa peau ?

Alors les hommes de Bernard Laporte ont assuré le spectacle tout seuls à défaut de donner la réplique à un adversaire à leur hauteur.

Le scénario du film de la rencontre a été aussi prévisible qu’un nouveau James Bond. Seule l’action a primé, avec ses traditionnelles courses-poursuites, non sans laisser place à sa note d’humour et sa conquête irrésistible où l’amour du jeu amène la belle en cuir de mains en mains pour séduire des fans conquis.

Samedi après-midi, dans le rôle principal, la star Quade Cooper succédait à d’autres aussi prestigieuses, l’incontournable Jonny Wilkinson bien sûr, ou encore Matt Giteau et Nicolas Sanchez.

Après un long feuilleton, genre « Les feux de l’amour » avec le président Mourad Boudjellal et sa Fédération nationale, l’Australien, néo vice-champion du monde, a enfin intégré le casting du triple champion d’Europe pour jouer le premier rôle cette saison, celui de l’agent spécial, flanqué du numéro 10.

Et face à cette équipe montpelliéraine remaniée aux trois-quarts, il n’a pas eu de mal à briller et faire briller ses coéquipiers, dans un film à sens unique qui a tourné court.

33-0, à la pause. Le spectre du carton pointe déjà le bout de son nez. Une première période où à 13 contre 15, les Héraultais ont pris l’eau rapidement. Un essai de Manoa, l’américain, suivi d’un doublé de Turner, le compatriote Wallaby.

La deuxième mi-temps vire à une démonstration de facilité où les Varois s’amusent et offrent un triplé au meilleur marqueur de la côte méditerranéenne, Tuisova, avant que Steffen Armitage et Tillous-Borde parachèvent la mission du jour.

8 essais contre 8 points ridicules des visiteurs.  Match nul…

Parce que bâclé de la part des Montpelliérains qui n’ont pas joué le jeu, la tête à l’Europe sans doute ou à leur prochaine réception dans trois semaines.

Le meilleur championnat du monde, nous dit-on, ce TOP 14. Alors qu’avec toutes ces stars de l’hémisphère sud qui font rêver, nos plus grands clubs ne jouent quasiment jamais les affrontements qui les opposent avant la phase finale. Et c’est bien triste !

Un résultat qui permet en tout cas à Toulon de revenir à hauteur de son adversaire du jour dans le TOP 6.

 

En bref…

Bis répétita !

Toulouse – Grenoble             52-12

8 essais et des Grenoblois absents.

Joli cadeau pour la guest star de la soirée, Guy Novès, qui n’avait pas vu un tel spectacle depuis les grandes heures toulousaines.

Il a été comblé, tout comme le public d’Ernest Wallon, dans un match trop facile, avec des Isérois en simples figurants. Un triplé de Fickou, un doublé de Bézy, un essai de Picamoles en solitaire, un autre de Flood puis un dernier Matanavou pour clore le festival local quand Bouchet et Bosch sauvaient l’honneur pour les visiteurs.

Toulouse s’empare de la deuxième place, deux points derrière l’indétrônable leader, pourtant défait lors de son déplacement à la capitale.

Stade Français – Clermont    14-9

Si les nombreux changements opérés par Franck Azéma dans le XV de départ clermontois affichaient une équipe de belle facture, il n’en reste pas moins que la meilleure attaque du championnat est arrivée sur la pelouse de Jean Bouin avec des intentions plutôt amicales, laissant ses armes au vestiaire.

Après ils vont nous jurer qu’ils n’avaient pas la tête à l’Europe nos premiers de la classe !

Tandis que les Parisiens, bons derniers avant ce choc annoncé, n’avaient qu’une seule idée en tête : gagner coûte que coûte pour ne plus être la lanterne « rose ».

Un seul essai (Ross, 14è) et que de déchets à se mettre sous la dent dans un match où l’on a assisté à un record d’en-avant et de turnovers. A croire que le ballon était une savonnette. On avait le tournis à le voir passer d’une main à l’autre.

Les Stadistes ont largement dominé les débats, dans le jeu, la conquête (et aux poings aussi), jusqu’à l’heure de jeu et le coaching d’Azéma qui a permis aux Jaunards de redresser la barre (menés 14-0). James puis Lopez ont concrétisé au pied les avancées des leurs jusqu’à décrocher le point de bonus défensif, à défaut de mieux. Car les Parisiens se sont fait peur en fin de match, voyant leurs adversaires à un mètre de leur ligne à la sirène. Ouf !

Clermont reste leader et Paris sort de la zone rose… euh rouge.

Castres – Racing 92             34-8

Les Racingmen ont une coupe d’Europe à jouer, je parie... Surtout n’allez pas vous blesser, ce serait con !

Les Castrais en ont profité et ils ont bien eu raison. Bias, Tulous deux fois, Smith et Grosso auront vite mis la tête sous l’eau à leurs visiteurs, euh… comment dire ? … ah oui ! … absents.

Comme pour les Montpelliérains, une défaite en moindre mal puisque les Franciliens conservent leur troisième place au classement.

Misère de TOP 14 !

Brive – Bordeaux                  16-3

Les Brivistes ont été fidèles à leur réputation. Intraitables chez eux !

Et les Bordelais n’ont pas réussi à traiter le problème d’une victoire à Amédée-Domenech insoluble. Il faut dire qu’eux aussi ont une réception européenne de leurs compatriotes auvergnats à assurer la semaine prochaine. Un autre casse-tête.

Brive reste brillamment dans le TOP 6 quand Bordeaux se contente de rester à l’affût derrière.

La Rochelle – Oyonnax         38-3

Les Rochelais ne se sont pas posés de questions. Car il n’en est qu’une qui se pose à eux chaque journée, c’est celle de leur survie dans ce TOP 14 difficile.

Et les Oyomen sont des concurrents directs au maintien. Il fallait donc assurer la victoire et si elle pouvait être bonifiée, c'était d'autant mieux.

C’est chose faite… et bien faite, avec 4 essais à la clé dont un doublé d’Amosa.

Pau – Agen                            33-31

Les Palois ont eu chaud aux fesses dans ce duel crucial entre promus et actuels relégables.

Dominant la première période, ils ont sombré en seconde voyant des Agenais prendre le dessus, inscrivant même un essai de plus qu’eux. Heureusement que leur buteur Francis n’a pas eu une réussite totale au pied, sinon les visiteurs seraient repartis avec les quatre points de la victoire.

Que ça a été chaud donc ! Mais Agen reste dernier derrière Oyonnax également en danger.

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

La semaine prochaine…

Place à la Coupe d’Europe et aux ambitions de nos Cadors !

 

Côté Champions Cup, ça commence dès vendredi soir 13 novembre :

  • Leicester – Stade Français, 20h45 (beIN) : d’autres problèmes.

Puis samedi 14 novembre :

  • Oyonnax – Ulster, 14h (beIN) : qu’est-ce que je fous là ?
  • Racing 92 – Glasgow, 16h15 (beIN) : démarrer fort,
  • Saracens – Toulouse, 18h15 (beIN) : un sacré défi !

Dimanche 15 novembre, enfin :

  • BordeauxClermont, 14h (beIN) : un air de TOP 14,
  • Toulon – Bath, 16h15 (Fr2) : un Crunch comme on les aime !

Tous les matches >>

 

En ce qui concerne la petite compétition de la Challenge Cup qui concerne les 7 autres club du TOP 14, je vous invite à consulter le site officiel de l’EPCR qui vous en détaillera le programme.