Joyeux Noël, monsieur Novès !

TOP 14... 11ème journée                Toulouse – Toulon     31 – 8

Toulouse Toulon 2015

Toulouse sur son 31 !

C’est entre les deux réveillons de fin d’année, lors du traditionnel Boxing-Day, que le club le plus titré de l’histoire du rugby français a décidé de réveiller sa force au milieu des stars affichées chez son adversaire du jour.

Et pas des moindres : Nonu, Habana, Vermeulen, Gorgodze, O’Connor… et ce Taylor dont on nous disait du bien et qui aura bien du mal à peser sur le jeu des triples Champions d’Europe.

De quoi ravir l’ancien entraineur du XV de la ville rose, Guy Novès, aujourd’hui sélectionneur, à deux jours de la révélation de sa première liste des Bleus réquisitionnés pour son premier Tournoi des VI Nations. On brûle d'impatience !

Et c’est le XV le plus tricolore de cette 11ème journée qui a brillé et reçu le plus beau des cadeaux de Noël, une place de leader arrachée aux Clermontois, assis dessus depuis le début de la saison mais défaits chez eux par des Racingmen tout aussi tricolorés (lire plus bas).

Car ce XV toulousain (comme celui francilien) affichait  80% de français, tous désireux sans doute de faire partie de la liste de leur ancien coach (un Samoan, un Argentin et un Géorgien seulement empêchant un XV 100% français).

Et quelle classe dans leurs costumes 3 pièces sur mesure !

Tantôt plaqueurs, relanceurs et marqueurs, les Haut-Garonnais nous ont offert une prestation très propre et efficace avec quelques perles à la boutonnière.

Bézy (face à Tillous-Borde) a étincelé comme une guirlande en mouvement sur le sapin du jeu toulousain.

Quand, en face, les stars toulonnaises enguirlandées de titres se sont éteintes tour à tour, de fautes répétées en cadeaux grossiers, basées sur un jeu qui ne sentait, lui, que le sapin.

Quelle offrande de Nonu pour Fickou dès la 12ème minute ! Alors que Toulon avait maintes occasions de dégager son camp avant de subir la pression adverse.

Camara a eu de quoi taper dans l’œil de Novès, surclassant Gorgodze et Vermeulen, dont l’œil de ce dernier s’est éteint sur un plaquage violent à retardement sur Medard qui inscrivait malgré tout le deuxième essai toulousain, dès l’entame de la seconde période.

Camara, encore lui, qui s’employait vingt minutes plus tard sur un essai personnel en coin que Bezy transformait pour voir les siens s’envoler au score.

Insuffisant pour décrocher le bonus offensif, qu’à cela ne tienne ! Un ballon porté en toute fin de match offrira au Stade Toulousain un essai de pénalité justifié et les précieux points bonifiés pour caracoler seul en tête, devant les cadors annoncés du championnat, désormais derrière.

Camara, Bezy, Fickou, la relève du XV de France promet donc...

à l’image également de Escande (côté varois) dont l’entrée en fin de match a été remarquable une nouvelle fois, tout comme les jeunes talonneurs face à face, Marchand et Etrillard .

Mais que dire des anciens en pleine bourre, à l’image de Maestri et Picamoles, égaux à eux-mêmes, Médard, Clerc et Fritz, bien en jambes.

Mardi prochain, mon petit doigt me dit que dans la première sélection de Novès, il y aura du Toulousain en nombre.

Tout comme des Racingmen car ils ont été plus que costauds à Clermont.

 

En bref…

Clermont – Racing 92          16 – 20

Des Bleus en puissance !

Douze Racingmen sur quinze étaient sélectionnables sur la feuille de match de ce choc entre deux prétendants au titre. Quand du coté clermontois, même s’ils étaient dix, ils étaient surtout loin d’être aussi flamboyants et solides en défense.

Certes, certains Auvergnats comme Parra, Lapandry ou encore Gérondeau ont su sortir leur épingle du jeu, mais du côté des Visiteurs tous ont été irréprochables.

Et dire qu’ils ne sont pas tous des titulaires !

Machenaud, Chat, Lauret, Claassen, Andreu, Dussartre, Dupichot et surtout Chavancy, qui explose de talent depuis le début de saison, tous ont résisté à l’épreuve de force du leader qui, il faut le reconnaître, ne s’est employé qu’en fin de seconde période, à l’image de la dernière séquence de jeu, aussi incroyable et éprouvante que vaine.

Deux essais à un, dans une rencontre bien gérée en première période pour monter en puissance en seconde avec un coaching de luxe, Carter, Masoe, Szarzewski, Kruger, Castrogiovanni, rien que ça.

Le Racing et Clermont sont désormais aux coudes à coudes en seconde position, à trois points du nouveau leader toulousain.

 

Oyonnax – Stade Français            25 – 12

En amuse-bouche ou foutage de gueule…

Le Champion de France nous a gavé d’entrée dans ce petit apéritif oyonnaxien maison que nous offrait Canal+ au menu de son repas de Noël.

Chaque ballon a été avalé par les Parisiens comme un pain surprise étouffe chrétien, laissant la part belle des petits fours aux locaux qui avaient faim de jeu et soif de revanche sur eux-mêmes, privés de points qu’ils étaient avant cette rencontre, à la dernière place.

Merci Yobo pour le seul essai du match. Quant au reste, seule la victoire est belle pour les Oyomen dont la tête se rapproche de la surface.

Pour ce qui a été des hors-d’œuvre qui ont suivi, il fallait se rendre au buffet installé par nos amis de Canal.

 

En multiplex…

Pau – La Rochelle                15 – 11

Bordeaux – Grenoble           25 – 19

Montpellier – Agen              45 – 20

Castres – Brive                    23 – 8

Art et Buffet !

Pour commencer il ne fallait pas les rater les artistes prestigieux invités à l’occasion :

  • Adam Ashley-Cooper, Simon Hickey (Bordeaux)
  • Conrad Smith et Colin Slade (Pau)
  • Les frères Du Plessis, Jessie Mogg (Montpellier)

Et puis ça a été la ruée vers le buffet d’occasions :

Au bout de 5 minutes, Kockott pour le CO manque à l’appel de sa première tentative d’ouvrir le score quand Simon Hickey pour Bordeaux puis Colin Slade pour Pau passent successivement leurs deux premières.

  • A la 25ème première incursion pour Montpellier par Julien Malzieu (25è, 10-0).
  • 27ème. Sofiane Guitoune fait de même pour Bordeaux (13-3).
  • 30ème. Bismarck Du Plessis pour Montpellier (17-0)
  • Puis Julien Dumorra pour Castres (10-3)
  • 36ème. Olé Avéi pour Bordeaux (18-6)
  • 38ème. Drop de Colin Slade pour Pau (15-0)
  • Au même instant, réduction du score par Burden Francis pour Agen (17-6).
  • 43ème. Gabriel Lacroix pour La Rochelle (15-5).
  • 45ème. Tuitavake pour Montpellier, bonus offensif (24-6).
  • 46ème. Julien Caminati pour Castres (20-3).
  • 48ème. Julien Hériteau pour Agen, plus de bonus offensif pour le MHR (24-13).
  • 52ème. Nouveau BO par Jesse Mogg pour Montpellier (31-13)
  • 57ème. Marvin O’Connor pour le 5è essai de Montpellier (38-13).
  • 59ème. Teddy Iribaren pour Brive (23-8).
  • 73ème. Marais pour Bordeaux, bonus offensif (25-12).
  • 75ème. Georges Tilsley pour Agen (38-20).
  • 78ème. Accès refusé pour La Rochelle …ouh ! Les Palois ont eu chaud !
  • 80ème. Farr’ell pour Grenoble qui retire le BO à Bordeaux (25-19).
  • 82ème. Mowen pour le 6è essai montpelliérain, beurk ! J’ai plus faim, n’en jetez plus !

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

La semaine prochaine…

L’after du réveillon se fait toujours chez le TOP 14 pour le compte de sa 12ème journée.

En espérant que cette fois tout le monde sera sur son 31 !

 

A suivre, à partir de samedi 2 janvier :

  • Agen – Clermont, à 14h30 (C+) : attention aux réactions d’orgueil.
  • La Rochelle – Castres, à 15h (r+) : un peu plus près de toi,
  • Grenoble – Oyonnax, à 15h (r+) : derby chaud de l’est,
  • Racing 92 – Bordeaux, à 16h30 (C+) : pour une place sur le podium,
  • Brive – Montpellier, à 20h45 (C+ sport) : le TOP 6 ou rien.

Enfin, dimanche 3 janvier :

  • Toulon – Pau, à 17h45 (C+) : en champion,
  • Stade Français – Toulouse, à 21h (C+) : Etat d’urgence à Paris.