A tension basse !

CHAMPIONS CUP... Journée reprogrammée                Toulon – Bath     12 – 9

Toulon Bath 2016

Toulon a pris la pression… Et comment !

Ce dimanche après-midi à Mayol, les Anglais de Bath ont obligé le triple champion européen en titre à se retrousser les manches et aller chercher une victoire précieuse pour un diagnostic rassurant dans son parcours en Coupe d’Europe.

« C’est grave, docteur ?

- Non, loin de là. Vous pouvez jouer avec deux de tension, tant que vous prenez le score, vous restez vivant. Il vous faut juste un petit remontant et ça va repartir. Vous prenez toujours le Giteau que je vous ai prescrit ?

- J’en ai plus, docteur ! »

C’est clair. Sans son maître à jouer, Toulon est méconnaissable, apathique, incapable de mouvoir ses stars - meilleurs trois-quarts du monde avec Quade Cooper, Nonu, O’Connor, Habana - jusqu’à l’en-but.

Le jeu toulonnais a manqué d’ambition, de précision, de vitesse, laissant la part belle aux attaques anglaises qui l’ont piqué au vif à plusieurs reprises dans son camp, sans parvenir pour autant à déstabiliser son système de défense immunitaire.

Les hommes de Bernard Laporte auraient eu besoin d’un bon coup de pied au cul pour se réveiller, mais ils se contenteront de botter celui du ballon pour passer devant au score, par Escande puis Michalak dès qu’il a fait son entrée.

En face, Ford leur a répondu de bien plus belle manière en claquant deux drops wilkinsonien à défaut d’emmener les siens dans l’en-but varois. Ils n’en étaient pas loin !

Une victoire laborieuse donc, mais rien d’inquiétant !

Toulon a son destin entre les mains dans cette poule 5, deux points derrière les Wasps qu’il devra battre dimanche prochain à Mayol pour reprendre les rênes de sa qualification avant de finir à Bath où les Toulonnais auront sans doute repris des forces d’ici là.

« Je vous prescrits du Giteau pour la semaine prochaine.

Et vous verrez comme vos trois-quarts courront comme des lapins ! »

 

En bref…

Dans la poule 1, Toulouse ne jouait pas ce week-end et Oyonnax s’illustrait pour du beurre à Charles-Mathon face à l’Ulster (23-24), les deux équipes françaises étant d’ores et déjà éliminées de la compétition, faut-il le rappeler.

Les Oyomen ont livré une première mi-temps parfaite (23-0), inscrivant deux essais et dominant sans partage des Nord-Irlandais qui se réveilleront alors dans une seconde période à sens unique (24-0), répondant par trois essais et une ultime pénalité de Jackson pour la gagne. Dur pour les hommes d’Augier qui pensaient tenir un match référence pour se relancer dans trois semaines dans le TOP 14.

Avec pour tous quatre matches joués, les Saracens font la course en tête et n'ont désormais besoin que d'une seule victoire nécessaire pour assurer leur première place quand les Irlandais d’Ulster gardent une bonne chance de finir meilleur deuxième. Encore faudra-t-il allait chercher des points sur le terrain du leader de la poule.

Dans la poule 2, vendredi soir, Clermont a été le plus costaud et le plus opportuniste face à Bordeaux dans un match décousu (10-28) où les locaux évolueront à 13 puis à 14 toute la seconde période suite au carton rouge de Ledevedec.

Une rencontre où Abendanon s’est encore distingué, nous régalant d’un premier essai à la 18ème minute avant que Lopez ne lui emboite le pas à deux minutes de la pause. Nakaitaci répondra à Maynadier dans un second acte brouillon où les Clermontois, en supériorité numérique, ne parviendront pas à tuer le match et s’offrir l’essai du bonus offensif qui leur tendait les bras.

Mais l’essentiel semble se trouver dans le résultat lui même. Clermont a tapé du point sur le tableau du classement et prend désormais la première place devant les Ospreys chez qui le nouveau leader devra s’imposer pour garder toutes les cartes en mains jusqu’à la réception des Bordelais, histoire de finir en beauté.

Si Bordeaux n’a plus rien à espérer dans ce groupe, Exeter se mêlera à la bataille finale avec les deux premiers, ne serait-ce que pour une meilleure deuxième place.

Dans la poule 3,  on ne voit pas ce qui pourrait empêcher le Racing 92 de se qualifier pour les quarts de finales. Samedi, les Franciliens n’ont fait qu’une bouchée des écossais de Glasgow (34-10), allant même chercher l’essai du bonus dans le temps additionnel histoire de signer le match parfait.

Avec 7 points d’avance sur leur unique concurrent Northampton, les Racingmen, invaincus, ont fait le plus dur et pourraient obtenir leur billet pour les quart de finale dès dimanche prochain en disposant des Scarlets à Colombes. Une formalité s’ils continuent à produire ce niveau de jeu.

Dans la poule 4, samedi en début de soirée à Jean-Bouin, le Stade Français nous a gratiné d’une maîtrise et d’un culot que l’on n’avait pas revu depuis les phases finales du TOP 14 du mois de mai dernier. Les Irlandais du Munster l’ont appris à leurs dépens (27-7) encaissant trois essais en une heure de temps sans inscrire le moindre point avant de trouver une fois la faille dans la défense parisienne en fin de match.

Merci la jeunesse !

Il aura fallu cependant attendre la demi-heure de jeu pour voir le 'vieux' Williams transpercer la défense irlandaise et inscrire les premiers points avant que Steyn ne transforme et ne rajoute 3 points pour rentrer aux vestiaires avec une courte avance (10-0).

Malgré une expulsion très discutable de l’ailier local Raisuqé pour des doigts dans les yeux de son vis-à-vis que monsieur Owens n’a pas apprécié, les Parisiens se sont appuyés sur leur mêlée puissante et deux exploits de leurs jeunes pour enfoncer un peu plus leur adversaire du jour, fébrile et loin du monstre de combat qui a fait sa notoriété et son palmarès (avec 2 titres européens).

Un essai du troisième ligne de 20 ans, Macalou, qui mystifie cinq défenseurs tel un trois-quarts avant de se jeter dans l’en-but. Hugo Bonneval, à peine plus vieux, s’arrache à son tour de plusieurs défenseurs celtes pour inscrire le troisième essai.

Il sera très difficile pour les Parisiens de rattraper les Anglais du Leicester, invaincus, qu’ils vont devoir battre dans quinze jours à domicile. Encore faudra-t-il avoir fait un coup à Thomond Park samedi prochain chez ces mêmes Irlandais, certes éliminés (comme leurs voisins de la province dublinoise) mais sans doute revanchards.

Même une meilleure deuxième place semblerait inaccessible au club de la capitale sans prendre au moins 6 points dans ses deux prochains matches. Et pourquoi pas ?

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

En ce qui concerne la Challenge Cup, vous trouverez également tous les résultats sur le site officiel de l’EPCR.

Castres s’est relancé à Pau (21-30) dans le seul match reprogrammé de cette compétition pour le compte de la poule 2.

 

La semaine prochaine…

La Coupe d’Europe reprend son cours normal…

Pour le compte de ses deux dernières journées, les deux prochains week-ends.

Un verdict en deux temps qui devrait permettre à nos 3 cadors français, le Racing 92, Clermont et Toulon de décrocher leurs tickets pour les quarts de finale, dans un sans faute obligatoire.

Par contre, ce sera plus compliqué pour le Stade Français, mais pas impossible.

A suivre, pour commencer vendredi 15 janvier :

  • Ospreys – Clermont, 20h45 (beIN) : sans trembler !

Puis samedi 16 janvier :

  • Munster – Stade Français, 14h (beIN) : impossible n’est pas Stade Français,
  • Bordeaux – Exeter, 14h (beIN) : sans pression,
  • Oyonnax – Toulouse, 16h15 (beIN) : match amical de TOP 14,

Enfin, dimanche 17 janvier :

  • Racing 92 – Scarlets, 14h (beIN) : une formalité,
  • Toulon – Wasps, 16h15 (Fr2) : un air de finale.

Tous les matches >>

 

S’agissant de la Challenge Cup et les 7 autres clubs du TOP 14, veuillez consulter le site officiel de l’EPCR qui vous en détaillera le programme.