La rentrée des maîtres !

TOP 14... 2ème journée                          Racing 92 – Lyon        29 – 16

Laulala... insaisissable !

« Les vacances sont finies ! »

Laurent Labit a été clair la semaine dernière après une apparition en tongs du jeu des Racingmen à Bordeaux.

Si la rentrée véritable dans le vif du sujet aura lieu plus tard pour la majorité des élèves du TOP 14, pour les maîtres, par contre, c’est maintenant ! … afin de préparer au mieux une saison scolaire longue, au planning très chargé.

Le promu, premier de la classe PRO D2 l'an passé, l’a appris à ses dépens.

Après une première approche timide face à de toujours sérieux Brivistes, il a été convoqué chez le principal dès le deuxième jour pour se faire tirer les oreilles.

« Et vous comptez tenir la saison entière avec cet état d’esprit ? »

Car il s’agit de montrer d’entrée qui commande dans ce championnat. Afin que les petits nouveaux ne fassent pas de zèle comme cela est arrivé avec Oyonnax fut un temps. Ca fait mauvais genre après, pour afficher son autorité jusqu’aux phases finales.

Et le bizut n’a pas moufté, prenant des notes devant les maîtres en démonstration.

« Oh lala ! »

Car il n’y en a eu que pour le trois-quarts centre All-Black, Laulala, époustouflant de vitesse et d’agilité les régalant de courses et de chistéras somptueuses pour offrir deux essais à son compère Chavancy. Un duo de choc !

Un autre All-Black de plus grande renommée, Carter, s’était illustré tout d’abord en offrant le premier essai avec la même dextérité et quasi le même offload à son ailier international argentin Imhoff. Du grand spectacle !

Mais pas que. En bonus, les avants du XV francilien ont voulu démontrer également leur force dans un groupé pénétrant que le pilier Ducalcon a brillamment concrétisé par un essai en coin. Ca calme tout de suite les ardeurs.

Le LOU, dans la bergerie Yves du Manoir, s’est donc laissé croquer sans rien dire... ou presque.

« Des questions ? »

Un visiteur, Mapusa, s’est amusé en fin d'entretien, sans qu'on le lui ait demandé, à copier le pilier francilien et à inscrire le seul essai lyonnais du match sur un ballon porté.

« Oui, c’est bien. Mais la rentrée pour vous, c’est la semaine prochaine ! 

Je sens que les promus vont nous donner du fil à retordre, cette année... » 

 

En bref...

Bayonne (3) – Castres (2)                 12 – 12

A nous rendre baba !

« C’est à Baba, c’est à yoyo, c’est à Baba, c’est à Bayonne !
Qu’on se bibi, qu’on se dodo, qu’on se bibi qu’on se bidonne ! »

J’avais envie de chanter ça. Parce que chez l’autre promu justement, à Bayonne, on sait se donner la peine pour arracher un résultat comme on sait chanter la Peña Baiona… avec du cœur.

Alors je me bidonne avec eux, sur cet air qui me revient et que je chantais quand j’étais gamin, en chœur avec mes sœurs, sur le trajet entre Clermont-Ferrand et Guimarães, en passant forcément par Bayonne.

Sinon...

Pas un grand match, pas un seul essai, mais du cœur et des tripes et un nul arraché aux Castrais qui, comme les Toulonnais la semaine passée, sont repartis avec des regrets.

Bravo, l’Aviron. Vous n’avez pas fini de ramer, mais pour l’instant ça n’est pas pour rien puisque vous êtes sur le podium avec ces mêmes Castrais.

 

Toulouse (1) – Bordeaux (7)                 22 – 17

Leader... Price!

Les Toulousains sont en tête du championnat. Après deux victoires à domicile, les comptes leur sont logiquement favorables. Mais pour combien de temps ?

Car la manière n’y est pas du tout. Si on compare avec les prestations de haut vol du champion en titre ou encore des Clermontois avec deux rencontres à l’extérieur. Y a pas photo.

Les Bordelais ont montré plus de choses en première période quand les Toulousains ont cumulé plus de maladresses. Les deux équipes ont été très pénalisées ce qui a permis aux buteurs de se disputer les points à défaut de s'illustrer.

D’un côté Bezy, de l’autre Beauxis puis Madigan, pas tous en grande réussite.

Il aura fallu attendre l’heure de jeu, pour ceux qui sont restés, pour voir un essai de part et d’autre, sans grandes envolées dans un match pauvre en occasions.

Deux équipes à la peine l’an passé et qui démarrent petitement cette saison, sans convaincre.

A suivre face à des concurrents de plus gros calibres. 

 

Brive (6) – Stade Français (8)                   28 – 20

Germain par KO

Encore un match où l’arrière briviste a été au cœur du jeu et des points. 25 à lui tout seul.

Auteur du premier essai après une percée fantastique, servi par son centre Mignardi.

6 pénalités transformées quand son vis-à-vis Plisson en manquait 4.

1 carton jaune en fin de match qui permet notamment à Paris de recoller au score avec un essai de Bonneval, le deuxième après celui de Parisse en première période.

Insuffisant aux Parisiens pour faire tomber ces Brivistes que l'on sait invincibles dans leur antre de Amédée-Domenech.

 

Grenoble (14) – La Rochelle (5)                    19 – 22

Exploit des Maritimes

Les Rochelais démarrent forts leur saison, invaincus pour l’instant.

Après avoir tenu bon face à l’ogre clermontois la semaine dernière, les Maritimes ont joué crânement leur chance au stade des Alpes, face à une équipe en plein doute.

Un premier essai de Kieft pour La Rochelle n’a pas pour autant déstabilisé les locaux qui ont répondu par une pépite. Aplon qui inscrit un essai somptueux après une course de 80 mètres et avoir éliminé 5 joueurs.

Malgré un deuxième essai des visiteurs par Forbes, les locaux rentrent aux vestiaires avec un petit point d’avance.

Seulement en seconde période, ils s’écroulent et encaissent un troisième essai fatal par Holmes.

Avec ce petit point de bonus Grenoble reste dernier et peut commencer à s’inquiéter pour la suite.

 

Pau (13) – Toulon (9)                        18 – 22

Dur dur !

Les Toulonnais avaient ce match en main, sous la botte de Halfpenny d’abord, impeccable, puis avec cet essai de Ollivon qui répondait à celui de Votu pour la Section Paloise.

Mais voilà que dans les dernières minutes ils se sont fait peur avec cet essai de Lespiaucq qui a réveillé les locaux et leur public. Une dernière action que monsieur Raynal a semblé prendre plaisir à laisser durer alors que les Palois pilonnaient devant l’en-but des Toulonnais (réduits à 13) pour l’essai de la gagne. En vain.

Une victoire méritée pour les Varois et un point de bonus défensif insuffisant pour des Palois qui jouent les relégables.

 

Montpellier (12) – Clermont (4)                   22 – 26

Début de crise ?

Montpellier a raté son premier grand choc face à un prétendant au titre.

Incapables de créer du jeu, les Montpelliérains ont fini par se limiter à ce qu’ils savent faire le mieux : un ballon porté et « rouler-compresser » jusqu’à l’en-but.

Ca aura marché deux fois pour répondre aux vélléités des Clermontois venus à Montpellier sans pression. Les Jaunards ont géré parfaitement l’occupation et concrétisé tous les points sous la botte parfaite de Lopez avant que Nakaitaci puis Yato surprennent par deux fois une défense réputée infranchissable.

Le coup parfait quoi !

Même Monsieur Gaüzère n’aura pas réussi à gâcher l’exploit des Clermontois quand on a vu ... non. On n'a rien vu. Ce sont toujours les mêmes cauchemards qui reviennent. Mais pourtant la passe main-main... Non. Puisque que je vous dis que l'on a rien vu.

 

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

Le IV Nations en bref...

Nouvelle-Zélande – Australie                  29 – 9

A tire-d’aile !

Les Français étaient au centre de cette deuxième journée du Rugby Championship. Monsieur Poite, d’abord, pour arbitrer cette rencontre, puis monsieur Garces pour la suivante. Un petit cocorico en clin d’œil à l’arbitrage français si décrié dans notre championnat. Ils ont été à la hauteur des performances respectives, néo-zélandaise et argentine, quoi que certain(s) en di(sen)t.

Car les All-Blacks ont une nouvelle fois démontré leur supériorité dans la pratique de ce sport et l’exploitation optimale de leurs ailiers, fers de lance ou armes fatales par excellence.

Dagg, par deux fois, a poignardé la défense des Wallabies, à la ramasse, trop lente à suivre les pas de danse des trois-quarts néo-zélandais, faisant virevolter la balle telle une partenaire de rock acrobatique.

Savéa ajoutera de l’autre côté le troisième essai, tout aussi tranchant sur son aile, avant que Sam Cane (la relève du non regretté Mc Caw) ne conclue avec brio et charisme l’essai du bonus offensif.

C’est monstrueux, c’est efficace… et en plus c’est beau !

De quoi couper le sifflet à ces fantomatiques Australiens et leur sélectionneur Cheika qui a cru bon s’en prendre à monsieur Poite pour son arbitrage partial. Ben voyons ! …

En attendant, c’est bien les Wallabies qui portent le bonnet d’âne avec un zéro pointé, à la dernière place.

 

Argentine – Afrique du Sud                26 – 24

Et de trois !

Les Pumas signent leur troisième victoire dans cette compétition prestigieuse de l’hémisphère sud.

En cinq ans, ils seront venus à bout des Wallabies et des Springboks, ces derniers pour la seconde fois après leur exploit l’an passé à Durban.

Mais que ça a été dur, samedi soir à Salta, fief argentin au pied de la Cordillère des Andes. Menant tout le match, mais ne parvenant jamais à creuser l’écart au score, les Argentins ont été jusqu’au bout à la merci d’un retour des Springboks qui ont toujours répondu jusqu’à passer devant à cinq minutes du terme.

Habana, juste après la pause, répondait à l’essai de Tuculet, juste avant de rentrer au vestiaire. Quand Du Toit répondait à Leguizamon en seconde période et remettait les Springboks dans la partie, à deux points des locaux (23-21), alors que Morné Steyn ratait la transformation.

Seulement l’ouvreur parisien, dont l’entrée en place du transparent Jantjies a fait beaucoup de bien, entrevoyait la victoire des siens sur une pénalité parfaitement transformée. C’était sans compter la ténacité des Pumas et le sang froid de leur ouvreur suppléant Gonzales Iglesias qui passait la pénalité de la gagne à deux minutes de la fin.

Les Argentins n’en finissent pas d’étonner et de progresser, désormais au niveau de leurs adversaires. Tout du moins deux d’entre eux, car les All Blacks semblent encore bien au dessus du lot.

A suivre dans quinze jours !

 

Classement : 1- Nouvelle-Zélande : 10 pts ; 2- Afrique du Sud : 5 ; 3- Argentine : 5 ; 4- Australie : 0.

 

La semaine prochaine…

Le TOP 14 trisse quand le IV Nations fait une pause.

Au programme à partir de samedi 3 septembre :

  • Stade Français – Clermont, à 14h45 (C+ sport) : le visiteur qui fait peur,
  • Pau – Bayonne, à 18h30 (r+) : se rassurer,
  • Lyon – Grenoble, à 18h30 (r+) : se lancer enfin,
  • Castres – La Rochelle, à 18h30 (r+) : sur la dynamique,
  • Toulon – Brive, à 20h45 (C+ sport) : bonjour Mayol !

Puis dimanche 4 septembre :

  • Bordeaux – Montpellier, à 16h15 (C+) : tout à prouver.
  • Racing 92 – Toulouse, à 21h (C+) : l'heure de vérité.