Enfin... y'a d'la joie !

TEST MATCH... Tournée d'automne (1)                 France – Samoa        52 – 8

Wesley Fofana a survolé ce match...

Comme un air entraînant… et en Trenet

Y’a d'la joie ! bonjour bonjour monsieur Novès !
Y'a d'la joie ! dans ce stade où t’es comm’ chez toi
Y'a d'la joie ! et du soleil dans cett’ jeunesse
Y'a d'la joie ! enfin y a d'la joie !

C’est l’essai ! mon cœur bat, chavire et chancelle
C’est Wesley qui passe jusqu’à Vakatawa
Quel essai ! bonjour, bonjour c’est d’jà Noël !
Y'a d'la joie ! enfin y'a d'la joie !

Le p’tit Fofana prend la balle à pleins bras
     Il file comme le vent, on ne le rattrap’ra pas
           Il envoie Huget qui s'envole là-bas
    Comme un ange « Bleu » portant sa lettre au bon jeu

Miracle au nom qui rime avec « French-flair »
On voit le brio qui lui donne un peu d’air
Grisé de beau jeu et d’actions aux grand cœurs
Voilà nos trois-quarts qui courent à toute vapeur.

Y’a d'la joie ! la paire de centres nous régale
       Comme une folle elle franchit le mur samoan
                Puis elle donne à Ollivon dans l’intervalle
                                     Et de trois ça fait à mi-temps !

Y’a d'la joie ! le visiteur se met en quête
Plie boutique d’une défense locale à genoux
"Bien l'bonjour, on voulait être aussi d’la fête
Méfiez-vous, Messieurs, méfiez-vous !"

Mais soudain voilà au réveil qui surgit
      Fickou embusqué par Gourdon bien servi
             Ils vont se rel’ver, s’dépasser, se r’saisir
    Plus quatre autr’ essais y a plus rien d’autre à dire.

Mais malheureusement c’rêve n’a pas que du bon
Car on a perdu trois de nos grands garçons
Goujon et Poirot, dès la première mi-temps
Puis François Trinh-Duc, on connaît la chanson.

Y’a d'la poisse ! bonjour au r’voir c’est plus Noël !
Y'a d'la poisse ! maintenant tu rentres chez toi
Y'a d'la poisse ! après l’tibia c’est l’avant-bras
Y'a d'la poisse ! encore y a d'la poisse !

Ca fait du bien de se lâcher un peu, non ? ... Ca fait du bien de les voir eux, se lâcher surtout !

Pour ce premier test d'automne, au Stadium de Toulouse, le rugby était à la fête et le beau jeu de trois-quarts comme on l’aime en était l’invité d’honneur. Alors je ne vais pas commencer à chercher la petite bête et gâcher notre plaisir.

On aura bien le temps de déchanter plus tard.

Il faut savoir se réjouir à la mesure de ce que nous a offert ce XV de France, version Novès, un an après. Oui, je sais, ce n’était que les Samoa, au jeu rugueux et méchant (il serait temps d’interdire certaines pratiques d’arrêts-buffet assassins).

 Mais tout de même, parvenir à franchir autant ce mur de haine et à dérouler des actions aussi somptueuses durant plus d’une heure, avec sept essais à la clé, même contre le Canada ou la Roumanie on n’avait jamais vu ça sous l’ère Saint-André.

On s’impatiente de voir comment ce jeu-là peut se sublimer, ou juste trouver sa place, face aux vice et champions du monde, ces prochaines semaines.

Si l’Ecosse a échoué d’un point pour faire tomber les Wallabies, le XV de France a toutes les raisons d’espérer mieux samedi prochain.

Quant au rendez-vous face aux All-Blacks, rien que d’y penser mes poils se hérissent…

 

Les autres résultats internationaux

Géorgie – Japon                       22-28

Roumanie - Etats-Unis             23-10

Italie - Nouvelle-Zélande        10-68

Ecosse – Australie                   22-23

Angleterre - Afrique du Sud      37-21

Pays de Galles - Argentine       24-20

Irlande - Canada                      52-21

 

Du côté de nos Bleues…

Angleterre – France                10 – 5

Sur la défensive

Mercredi soir, les Françaises ont livré un âpre combat face aux redoutables championnes du monde très affutées dans le petit stade qui jouxte Twickenham.

Les Anglaises seront les premières à marquer quand nos Bleues passeront une mi-temps à défendre et une autre à pousser dans leur camp pour égaliser… enfin.

Seulement, en fin de rencontre, un carton jaune contre les Françaises donnera l’occasion aux locales d’enfoncer le clou avec un deuxième essai sur ballon porté, l’arme fatale du rugby féminin.

Y a encore du chemin pour nos Bleues avant de rêver de grand chelem l’an prochain.

 

11ème journée du TOP 14 en bref…

Bayonne (14) – Clermont (1)                22 – 14

Un rouge comme un petit remontant

Décidément, au rugby, prendre un carton rouge semble devenir un avantage. On l’a vu lors de la dernière finale.

A Bayonne, cela a eu le même effet, sur quarante minutes, poussant les locaux à se sacrifier les uns pour les autres, résistant aux assauts du leader qui n’était pas venu avec ses jeunes pour leur compter fleurette ou chanter la Pena Baiona.

Mieux, les Basques ont pris le dessus sur des Clermontois, poussés à la faute, permettant à Saubusse d’éloigner le danger alors que les visiteurs avaient marqué deux essais contre un seul pour leur hôte.

Le rouge a eu du bon, au final, car monsieur Chalon semblait s’en vouloir et pénaliser plus facilement les Clermontois. Mais cela reste subjectif et, objectivement, la victoire n’est pas pour autant volée et fait du bien à ces Bayonnais, surtout pour le moral, car ils restent quand même… dans le rouge, à la dernière place, à huit points du premier non relégable.

 

La Rochelle (2) – Toulouse (6)              25 – 19

Le dauphin dans la douleur

Les Rochelais conservent leur deuxième place au classement après être venu à bout dans la douleur d’une équipe toulousaine remaniée (avec 10 internationaux réquisitionnés) mais combative.

Un essai partout en seconde période. Zack Holmes fera la différence au pied concrétisant toutes ses tentatives.

Les Toulousains repartent bredouilles, à un petit point du bonus défensif. Dommage, ils méritaient mieux.

 

Montpellier (4) – Lyon (10)                  25 – 20

S’en vouloir m’en mêler…

Pierre Mignoni peut s’en prendre à l’arbitre, monsieur Brousset, qui n’a pas voulu accorder un essai de pénalité sur la dernière mêlée du match alors que les Montpelliérains étaient clairement à la peine. Pire, il sanctionne les Lyonnais pour avoir tourné la mêlée. Cela peut paraître dur.

D’autant qu’avec trois essais à leur actif, les visiteurs pouvaient repartir de l’Altrad Stadium avec une victoire bonifiée, largement méritée, quand on voit que les locaux n’en ont inscrit qu’un seul en toute fin de match et s’en sont remis encore une fois aux pieds de leurs buteurs, Catrakilis et Steyn.

Décidément, avec le MHR le rugby perd de sa superbe, mais reste gagnant. Et c’est bien là l’essentiel pour leurs dirigeants.

 

Toulon (3) – Stade Français (12)             31 – 12

Show show à Mayol !

Pour la première du prodige japonais Gorumaru, positionné à l'arrière, le RCT a offert un beau spectacle à son public en inscrivant quatre essais dont trois dès la première demi-heure.

Seulement les Parisiens ont eu du répondant avec Plisson à la baguette, auteur d'un premier essai avant que Ratini ne double la mise. Le match était lancé et Toulon menait à la pause.

En seconde période Nonu en rajoutera un quatrième pour les Varois qui ne parviendront pas à en décrocher un dernier pour le bonus offensif, histoire que la fête soit encore plus belle. En vain.

Toulon remonte sur le podium à hauteur de Montpellier et à cinq longueurs du leader auvergnat. Quand le Stade Français occupe la dernière place non relégable, peu enviable.

 

Pau (11) – Racing 92 (7)                        26 – 17

Le scalp du champion

Pau a réalisé un match quasi parfait à domicile face au champion de France. Un victoire qui fait du bien au moral après quatre défaites consécutives.

Votu puis Pourailly lançaient les hostilités avant que les vieux Szarzewski et Masoe ne répliquent avec brio en seconde période. Mais les Palois n’ont pas lâché, aidés par le pied de Taylor qui laissait les siens faire la course en tête.

De bon augure pour la suite, d’autant que Grenoble a chuté à nouveau à domicile.

 

Grenoble (13) – Bordeaux (5)               22 – 24

Cruel spectacle

Quand Bordeaux joue, il y a toujours du jeu dont se saisissent volontiers ses adversaires. Et les Grenoblois ne se sont pas fait prier pour nous offrir chez eux une belle partie, inscrivant trois essais contre deux pour ces visiteurs très joueurs.

Seulement les Bordelais ont été plus pragmatiques et ont eu la chance avec eux pour l’emporter. Quand Grenoble s’est trouvé encore une fois lésé dans les décisions arbitrales qui au final leur coûtent très cher.

Un essai refusé, une pénalité qui aurait pu les sauver à la fin… Bref, avec un petit point qui les place devant Bayonne, aller chercher Pau ou Lyon va être compliqué et rendre la saison longue et pénible.

Une bonne affaire pour Bordeaux qui reste dans le TOP 6, au contact du podium.

 

Castres (8) – Brive (9)                           32 – 13

Discipline discipline !

Le CO a maîtrisé son match de bout en bout, punissant son adversaire chaque fois qu’il s’est mis à la faute. Urdapilleta a ainsi construit la victoire des siens qui y ont ajouté deux essais pour la forme, histoire de dire qu’ils savent aussi jouer au rugby.

Castres passe devant son adversaire au classement. Brive va devoir revoir sa discipline s’il ne veut pas se mettre dans le dur lors de la réception de Pau, concurrent direct pour le maintien.

 

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >>

  

La semaine prochaine…

On ne change pas un doublon qui gagne…

Le XV de France et le TOP 14 se tireront la bourre ce week-end, le premier au Stade de France face à l’Australie quand le second se répartira dans les autres stades de France.

 

Le programme des matches internationaux samedi 19 novembre :

Tonga – Etats-Unis (9h)

    Géorgie – Samoa (12h)

        Roumanie – Canada (15h)

Italie – Afrique du Sud (15h)

    Angleterre – Fidji (15h30)

Pays de Galles – Japon (15h30)

     Ecosse – Argentine (18h)

Irlande – Nouvelle-Zélande (18h30)

       France – Australie (21h)

 

Pendant ce temps le TOP 14 nous proposera sa 12ème journée :

  • Castres – Toulon, à 14h45 (C+ sport) : monter dans le wagon de tête,
  • Bordeaux – La Rochelle, à 17h (r+) : viser le podium,
  • Racing 92 – Grenoble, à 17h (r+) : garder son sérieux,
  • Clermont – Lyon, à 17h (r+) : renouer avec sa flamboyance,
  • Brive – Pau, à 17h (r+) : en danger,

Puis dimanche 20 novembre :

  • Stade Français – Montpellier, à 12h30 (C+ sport) : ne pas décrocher maintenant,
  • Bayonne – Toulouse, à 16h15 (C+) : confirmer l'exploit.