4 bonnes raisons de voir Irlande - France au féminin...

Jeudi 17 août prochain          (sur France 2 à 20h45)

Romane Ménager, y a du Bonnaire là-dedans.

Les Bleues ont démarré cette Coupe du monde en Irlande de la plus belle des façons, tambour battant, avec 2 victoires bonifiées sans appel, 20 essais à la clé.

  • * face au Japon, mercredi (72-14), 12 essais à 2. 
  • * Puis l'Australie dimanche  (48-0), 8 essais à 0.

Elles ont été tout simplement époustouflantes avec un niveau de jeu jamais atteint, à l'image de Romane Ménager, élue femme du match après son essai face aux Wallaroos... et quelle rouste ! 

Alors ne ratez pas jeudi prochain, la finale de cette poule 'C' face à l'Irlande car...

 

1 - Rien n'est joué pour accéder au dernier carré

Si les Françaises ont obtenu le maximum de points dans cette poule pourtant relevée, elles ne sont pas les seules.

Dans la poule A, la Nouvelle-Zélande a fait de même, avec un goal average encore bien plus conséquent que celui des Bleues après son 121-0 infligé à Hong-Kong, avant de rencontrer le Canada, seulement à 9 points.

Dans la poule B, l'Angleterre et les États-Unis ont également obtenu les 10 points maximum avant de se rencontrer jeudi.

Si la France ne perd pas contre l'Irlande, elle finira première de sa poule et accédera aux demies. Par contre si elle s'incline, elle devra faire mieux que la perdante du duel entre les Anglaises et les Américaines pour lui chiper la place de meilleure deuxième.

Suivre ici tous les résultats >>

 

2 - Il s'agit d'une vraie finale chez les Irlandaises 

Ce Mondial féminin se déroule en Irlande et le pays hôte est en difficulté dans sa poule après s'être défait de justesse des Australiennes (19-17) puis des Japonaises (24-14), non sans frayeur (mené 14-0 à la pause).

Si les Françaises semblent bien favorites dans cette finale de poule, pour autant le public à Dublin ne sera pas en leur faveur. L'ambiance risque d'être surchaufée et le rugby féminin enfin sous les projecteurs pour un grand match à sensations.

Car les Irlandaises pourraient bien dire au revoir à leur Coupe du monde sur ce match.

Et on y compte bien !

 

3 -  Le niveau de jeu des Bleues n'a jamais été aussi bon

Il faut les voir déplacer le ballon avec habileté et vitesse. L'apport des joueuses venues du 7 est indéniable.

Montserrat Amédée à l'arrière assure des relances qui n'ont rien à envier à celle d'un Dulin en pleine forme. Le jeu au large insufflé par les trois-quarts centre Élodie Poublan et Caroline Ladagnous et conclu par Shannon Izar, Chloé Pelle ou Caroline Boujard pourrait faire palir de jalousie la ligne arrière masculine du XV de France.

Et que dire de cette troisième ligne défensive qui me rappelle le bon vieux temps avec Dusautoir-Picamoles-Bonnaire. Marjorie Mayans, qu'on pourait surnommer la Blond Destroyer, tellement elle est impressionnante au plaquage, épaulée par Romane Ménager qui a du Jubon dans son activité insatiable, à faire des misères à l'adversaire en attaque comme en défense. Sans oublier notre Picamoles au féminin qu'est la percutante Safi N'Diaye. 

Retenez bien tous ces noms !

La touche et la mêlée sont également des armes de conquête efficaces chez nos Bleues, avec des ballons portés assassins.

Seul point faible, le pied pour passer transformations et pénalités. Si nos ouvreuses (pas de cinéma) ont un bon pied pour déplacer le ballon dans le cours du jeu, pour le passer entre les perches, c'est une autre histoire. Reste Montserrat Amédée qui sauve les meubles, avec une tentative sur deux, et encore... Va falloir bosser ce secteur pour espérer faire la différence face à des équipes plus coriaces. 

 

4 - La France a une véritable chance de créer l'exploit

Au 4ème rang mondial derrière les championnes du monde en titre, les Anglaises, puis les All-blacks et les Canadiennes, mais juste devant les Irlandaises (5è) et les Américaines (6è), la France n'a rien à envier à ces cinq nations favorites pour le titre suprême car elles n'ont pas montré autant de qualité de jeu que nos Bleues sur leurs deux premiers matches.

 

Alors avant de vibrer lors des demi-finales, mardi 22 août, puis d'une éventuelle finale samedi 26 août, je vous invite à vous mettre dans l'ambiance irlandaise dès jeudi prochain. La Guinness va couler à flot et le XV du Trèfle avec !

À ne pas manquer donc !