Moi, si j'étais un homme...

COUPE DU MONDE Féminine...              France – Irlande            21 – 5

Safi N'Diaye, attaque défense picamolesque !

Je serais fantastique !

Qu’elle est belle notre équipe de France féminine !

Et pourtant, que c’est dur pour nos médias télés de l’encenser, pour que le grand public prenne son piédestal en matant enfin du beau jeu sous toutes ses formes. 

France Télévision a pris le parti de diffuser les matches de nos Bleues dans cette coupe du monde en Irlande. Bravo à elle !

Mais la chaîne publique pourrait mieux faire, avec un peu plus d’enthousiasme sur la forme … comme pour les Hommes !

Avec des spots attractifs, avant et après le 20h, des longs résumés, des interviews, des reportages.

Mais à quoi bon demander la une !

Et pourtant, dans une semaine, elles pourraient bien décrocher mieux que ça, dans le ciel de cette compétition suprême… une étoile ! Ce que les Hommes n’ont jamais fait jusque-là…

Car cette équipe de France féminine, en trois matches de poule (lire ici >>), nous a régalé, pour terminer en beauté à la première place, devant l’Irlande, pays hôte qui n’a rien pu faire dans ce dernier round face à nos Tricolores. Les Irlandaises ont été mangées toutes crues en une mi-temps, le temps pour Romane Ménager et Caroline Ladagnous de tuer la bête blessée avec trois essais à rien (21-0 à la pause).

Une première période somptueuse, où les chistéras d’Élodie Poublan, les relances de Montserrat Amédée et les crochets dévastateurs de Chloé Pelle ont fait valser le cuir dans les intervalles que Romane et Caroline (2 fois) ont su prendre dans une entame de match idéale. Après le rugby ruck-commotion à faire péter les cervelles de nos messieurs, voici le rugby rock and roll de ces dames, à faire tourner les têtes et la balle surtout, dans des figures de jeu large-large fabuleuses.

Il faut voir cette horde de queues-de-cheval galoper sur le pré, balle en mains, et passer la ligne d’en-but, avec l’euphorie d'enfants dans une cour de récré.

Mais ce n’est pas le seul atout de ces dames. Elles ont aussi une force de caractère. Car, privée de ballon en seconde période, elles ont défendu leur camp, becs et ongles (sans fards, ni maquillage), avec une solidarité et un engagement à toute épreuve, à l’image de Marjorie Mayans, plaquant à tour de bras, et de Safie N’Diaye qui a su mettre la main sur le ballon à plusieurs reprises à 5 mètres de leur ligne. Une défense terrible pour les Irlandaises, vertes de rage jusqu’au gong final, au bout duquel elles arracheront un essai d’honneur, toutefois mérité, devant leur public, médusé.

Une victoire, ô combien précieuse et prometteuse pour la suite, qui ouvre la voie d’une demie aux airs de finale, face aux championnes du monde en titre. Les Anglaises.

Ça va cruncher mardi prochain à Belfast !

Chapeau mesdames ! Si seulement cette équipe de France avait été masculine…

Moi, si j'étais un homme
Je s'rais sur tout'les chaines
Les plateaux... m'encensant 
D'un enthousiasme rare, saisissant cette aubaine
D'un jeu au firmament.

On parlerait de ce courage
Qu'il faut dans une coupe du monde
Sans que cela vire au naufrage
En savourant chaque seconde
Où le public conquis s'enflamme
Jusqu'à décrocher cette étoile
Mais je suis femme et quand on est femme
On reste cachée sous le voile.

Il faut dire que le rugby a changé
De nos jours, c'est faire des p'tits tas
Ces séquences de jeu débridé
N'arrivent pas dans l'tournoi
On devient économe.

C'est dommage, on aurait bien aimé
Un peu plus de culot et de flair
Si les hommes n'étaient pas si pressés
De jouer à l'envers
Ah ! si j'étais un homme
Je serais fantastique !

Drôle de tournée...
Clique pour lire !

 

Autres résultats…

Poule A          Nouvelle-Zélande – Canada            48 – 5

                       Pays de Galles – Hong-Kong           39 – 15

Poule B          Angleterre – Etats-Unis                   47 – 26

                       Espagne – Italie                               22 – 8

Poule C          Australie – Japon                             29 – 15

Les demi-finales verront s’opposer :

  • la Nouvelle-Zélande  (1ère poule A, 15 pts, +196)   vs   les États-Unis   (meilleure 2ème poule B, 11 pts, +34)
  • l’Angleterre  (1ère poule B, 15 pts, +115)                vs   la France  (1ère poule C, 14 pts, +122)

 

Les résultats du IV Nations... 1ère journée.

Australie – Nouvelle-Zélande          34 – 54

Afrique du Sud – Argentine             37 – 15

Les doubles champions du monde au dessus de la mêlée

Les Australiens n’ont pas existé pendant 50 minutes encaissant 8 essais pour être menés chez eux 54-6. Les quatre essais qui ont suivi, dus au relâchement compréhensible des visiteurs, sont anecdotiques. Le tenant du titre a pris une belle option dans cette compétition, face à son plus coriace adversaire.

Dans l’autre match, les Springboks n’ont pas eu à forcer leur talent pour empêcher les Argentins de déployer leur jeu. Cela sera sans doute une autre paire de manche à Buenos Aires la semaine prochaine. Le réveil des Pumas pourrait faire mal.

 

Les principaux matches amicaux en août.

Montpellier – Lyon                  12 – 40          (Sainte-Afrique)
Soyaux-Angoulême – Pau        21 – 40          (Angoulême) 
Agen – Castres                      26 – 49          (Lacaune) 
Biarritz – Bordeaux                21 – 40          (Aguilera) 
Brive – Aurillac                      38 – 21          (A. Domenech) 
Oyonnax – Grenoble              33 – 21          (C. Mathon) 
Perpignan – Stade Français    24 – 12          (A. Giral) 
Toulouse – Colomiers             33 – 28          (E. Wallon)
Argentine (Espoirs) – Toulon  29 – 38           (Tucuman, Argentine) 

La Rochelle – Bordeaux         19 – 17          (Deflandre) 
Brive – Lyon                          38 – 10          (Biars-sur-Cère)
Toulon – Clermont                  29 – 26          (Mayol)
Montpellier – Newport           40 – 15          (Sainte-Afrique)
Oyonnax – Stade Français      30 – 28          (Nyon, Suisse) 
Castres – Sale                        14 – 31          (Rodez) 
Bayonne – Racing 92              35 – 28          (J. Dauger)

La Rochelle – Agen                33 – 14          (Deflandre) 
Clermont – Pau                     35 – 14          (Issoire) 
Toulon – Lyon                         14 – 17          (Mayol)
Toulouse – Racing 92             19 – 14          (Lannemezan)


Points de nouveauté dans le règlement...

Source: Blog « Esprit de la règle »  

Les têtes pensantes de World Rugby n’ont pas chômé pour modifier les règles du sport ovale, déjà en vigueur dans l’hémisphère sud depuis le début de l’année.

Les pénal-touche autorisée après le temps réglementaire. 

Si une pénalité est bottée en touche après que la durée fixée a expiré sans toucher un autre joueur, l’arbitre permettra que soit effectuée la remise en jeu, et le jeu se poursuivra jusqu’à ce que le ballon soit mort.

Choix de l’avantage pour le capitaine.

Lorsque l’avantage est joué à la suite de multiples infractions commises par la même équipe, l’arbitre peut autoriser le capitaine de l’équipe adverse à choisir la marque de la pénalité qui procure le meilleur avantage.

L’essai de pénalité dispensé de transformation.

L’essai de pénalité vaudra 7 points directement sans avoir à taper la transformation.

Précision pour le plaqueur

Le plaqueur doit se remettre sur ses pieds avant de jouer le ballon et ne peut ensuite jouer ce ballon que de son côté de la porte du plaquage.

Les nouveaux rucks anti-ritals de sa Majesté.

Un ruck commence quand au moins un joueur est sur ses pieds et au-dessus du ballon qui est au sol (joueur plaqué, plaqueur). C’est à ce moment-là que se crée la ligne de hors-jeu. Un joueur sur ses pieds peut utiliser ses mains pour ramasser le ballon tant que cette action est immédiate. Dès qu’un joueur adverse arrive, il est interdit de se servir des mains pour jouer le ballon.

Un joueur ne doit pas botter le ballon hors d’un ruck.

Arrêt de volée, le ballon et un pied dans les 22.

Pour effectuer un marque (arrêt de volée), un joueur doit avoir un ou les deux pieds sur ou derrière sa propre ligne des 22 mètres et attraper un ballon qui a atteint le plan de la ligne des 22 mètres.

Touche ou pas touche ? (clarification)

Si le joueur saute de l’intérieur de l’aire de jeu et dévie le ballon en arrière vers l’aire de jeu (ou si ce joueur se saisit du ballon et le lance en arrière vers l’aire de jeu) avant de retomber en touche ou en touche de but, le jeu continue même si le ballon a atteint le plan de la ligne de touche. 

Si le porteur du ballon atteint le plan de la ligne de touche mais renvoie le ballon dans l’aire de jeu sans avoir atterri en touche en premier, le jeu continue. 

[Le ballon est en touche si un joueur réceptionne le ballon et que ce joueur met un pied sur la ligne de touche ou sur le sol au-delà de cette ligne.] Dans ce cas, si le ballon a franchi le plan de la ligne de touche lorsqu’il est attrapé, le réceptionnaire n’est pas considéré avoir mis le ballon en touche. Si le ballon n’a pas franchi le plan de la ligne de touche lorsqu’il est attrapé ou ramassé, le réceptionnaire est considéré avoir mis le ballon en touche, que le ballon ait été en mouvement ou stationnaire.

DÉSINTOX : les sorties de terrain seront toujours déterminées par les pieds du joueur et non le plan vertical du ballon.

Toujours 8 joueurs dans la mêlée.

Les mêlées simulées faisant suite à une suspension définitive, une suspension temporaire ou une blessure doivent être jouées avec 8 joueurs de chaque équipe.

Instruction mêlée.

Aucun signal de l’arbitre au demi de mêlée après le « oui neuf ».

Introduction mêlée plus ou moins droite.

L’introduction du ballon par le demi de mêlée doit être droite mais le demi de mêlée peut avoir une épaule au niveau de la ligne médiane de la mêlée, ce qui signifie par conséquent qu’il peut se tenir avec une largeur d’épaule vers son côté de la ligne médiane.

Gain au talonnage.

Une fois que le ballon touche le sol dans le tunnel, n’importe quel joueur de première ligne peut utiliser un pied pour essayer de gagner la possession du ballon. Un joueur de l’équipe qui introduit le ballon doit talonner le ballon.

Exception : autoriser le n°8 à ramasser le ballon dans les pieds des joueurs de deuxième ligne.

 

La semaine prochaine…

Le TOP 14 fait sa rentrée !

Le temps à la préparation est terminé. On passe aux choses sérieuses. La première journée du championnat de France pointe le bout de son nez, avec des équipes plus ou moins prêtes au vu des matches amicaux (voir ci-dessus).

Cette saison, il y a trois gros favoris que l’on devrait retrouver très rapidement aux six premières places.

Clermont, le champion en titre avec sa recrue star, Greg Laidlaw, pour seconder une autre star au poste de demi de mêlée, Morgan Parra. Ça promet !

Toulon, l’inévitable finaliste, après des phases régulières souvent chaotiques, sera à suivre de près. Rien que pour voir Chris Ashton évoluer au sein de cette armada, chaque match vaudra le détour.

Montpellier, avec l’arrivée du stratège Cotter et des recrues comme Cruden, Pienaar, Picamoles ou Camara, pour ne citer qu’elles, on peut s’attendre à un rugby total. Même s’il leur faudra le temps pour mettre en place un jeu ambitieux.

Derrière, le Racing 92, La Rochelle, Castres et Toulouse, devraient se positionner dans la bataille du haut de classement.

Encore, faudra-t-il ne pas rater l’entame et accumuler du retard dans un TOP 14 toujours aussi serré. Oyonnax et Agen, les nouveaux promus, feront figure de petits poucets. Mais on connaît le caractère de ces équipes qui n’en sont pas à leurs premières dans l’élite et qui savent y enchainer quelques saisons. Méfiance pour les autres.

Alors, à vos marques, prêts ? …

 

Au programme de la Coupe du monde féminine,

Mardi 22 août, les demi-finales

  • Nouvelle-Zélande – États-Unis, à 18h
  • Angleterre - France, à 20h45

Puis samedi 26 août, la finale et les matches de classement.

  • Match pour la 3è place, à 18h
  • Finale, à 20h45

 

Au programme du TOP 14 à partir de samedi 26 août :

  • Oyonnax – Toulouse, à 15h10 (C+)
  • Brive – La Rochelle, à 18h (r+)
  • Montpellier – Agen, à 18h (r+)
  • Stade Français – Lyon, à 18h (r+)
  • Racing 92 – Castres, à 18h (r+)
  • Bordeaux – Clermont, à 20h45 (C+)

Puis dimanche 27 août :

  • Toulon – Pau, à 17h (C+)

 

Au programme du IV Nations, 2ème journée, samedi 26 août :

  • Nouvelle-Zélande  - Australie, 9h35
  • Argentine - Afrique du Sud, 21h30