C'est pas la faute à Irma...

TOP 14... 3ème journée                       La Rochelle – Clermont        51 – 20

La tornade Lacroix dévaste la défense clermontoise

Ni à José !

Alors que le cœur de l’ouragan Irma se dirigeait sur la Floride, samedi 9 septembre vers 15 heures, le cœur du jeu rochelais, lui, frappait de plein fouet le stade Marcel-Deflandre où le champion de France n’avait pas jugé bon d’évacuer l’euphorie d’un titre qui l’habitait depuis le début de l’été.

C’est ça de rester sur son nuage… On n’est pas à l’abri d’un coup de vent !

Pourtant la météo rugbystique avait été en alerte jaune et noire toute la semaine du côté de La Rochelle, tant on savait les Maritimes agités depuis leur défaite à Paris. Le champion de France était prévenu. Seulement il se croyait intouchable avec sa défense anti cyclone, au titre radieux, à l’épreuve de n’importe quel temps.

Oui, mais voilà… en à peine quarante secondes, lancé à plus de trente kilomètres heure, la tornade Lacroix balayait tout le terrain et les défenseurs, après avoir fait tourbillonner la balle en croisées avec ses coéquipiers, ne laissant aucune chance à l’en-but clermontois de subir les premiers dégâts. Un essai aussi dévastateur qu’époustouflant pour les yeux !

"Tous aux abris !", aurait dû hurler le capitaine Rougerie aux siens, un peu trop insouciants dans leur jeu sur pilotis. Car ces quarante premières secondes-là allaient durer quarante minutes d’une première période apocalyptique.

Le jeune international rochelais n’allait pas en rester là. Un quart d’heure plus tard, il soufflait à nouveau à cent à l’heure sur les têtes des visiteurs imprudents pour un doublé décoiffant.

Lacroix avait repris le chemin de l’en-but et le champion son chemin de croix.

Vito s’extirpait d’un maul pour l’essai du bonus offensif, alors que Chaume puis Grosso écopaient chacun d’un carton jaune pour évacuation du jeu d’urgence, laissant leur équipe déjà fébrile à treize et un quatrième coup derrière la tête avec un essai de pénalité. Forbes et Balès déchiraient à nouveau ce qui restait de la défense auvergnate, la tête déjà sous l’eau. On dénombrait 43-6 à la pause, six essais au total, 15 victimes et 6 blessés dans leur orgueil sur le banc.

En seconde période, une dernière rafale du cyclone Lacroix parachevait son œuvre avec un triplé, tout comme sa petite sœur Irma (Saint-Martin, Cuba, Floride), avant que les victimes ne relèvent enfin la tête et limitent la casse autant que possible.

Lee puis Betham, tout juste entré, sauvaient les meubles auvergnats avec un essai chacun dans une seconde période où les vents maritimes étaient nettement retombés, ne se mettant sous la dent qu’une petite pénalité de Goillot.

Mais quel désastre dans les têtes des champions !

Ce n’est que le début de saison, certes, mais on peut se demander s’il y a encore quelque orgueil à sauver ou jeu à reconstruire, tant il ne reste rien dans le cœur des supporters.

Faut-il croire à la malédiction du champion la saison d’après, tout comme ses prédécesseurs ? En tout cas, Clermont la démarre de la pire des façons, son égo et son Brennus en bandoulière, et personne ne viendra à son secours populaire pour qu'il se fasse une meilleure place que la 13ème qu’il occupe désormais.

Quant aux Rochelais, l’éclat de cette victoire est à l’image de l’éclat de leur jeu, toujours aussi flamboyant et ambitieux qui devrait les emmener au moins aussi loin que la saison dernière.

 

Les autres matches en bref...

Castres (7) – Montpellier (1)                17 – 22

Pienaar, bon pied bon œil !

Tout va bien pour Montpellier ! Solide leader avec trois victoires sur autant de rencontres, le club héraultais peut voir venir l’automne européen sereinement.

Merci à son demi de mêlée et buteur sud-africain qui a su passer les points et compenser les faiblesses de son équipe, en mêlée notamment, profitant du manque de réussite de son vis-à-vis argentin, Urdapiletta (11 points vendangés).

Même menés une bonne partie de la rencontre, les Montpelliérains ont sur faire le dos rond, de maul en maul, et saisir leur seule opportunité pour passer devant, à six minutes de la fin, avec Immelman qui servait Nadolo pour l’essai de la victoire. C’est ce qui fait le caractère d’un futur champion.

Le CO peut se mordre les doigts d’avoir laissé passer une victoire à sa portée et devra se contenter d’un nouveau point de bonus défensif.

 

Brive (14) – Racing 92 (2)                     6 – 25

Des Coujoux au fond du trou

Amédée-Domenech, forteresse imprenable les saisons passées, vient de concéder une seconde défaite de rang. Un séisme de magnitude maximale à l’échelle de la Corrèze. Après le passage des Rochelais, c’est le tour des Racingmen de s’y offrir une victoire, qui plus est bonifiée.

Mais où sont passés les Coujoux ?

Incapables d’inquiéter leurs adversaires depuis la reprise du championnat, ils n’ont toujours pas inscrit le moindre point au classement, logiquement lanterne rouge. Plus qu’inquiétant !

De son côté le Racing s’est rassuré avec un bonus offensif acquis grâce au premier essai de Vakatawa en TOP 14. Très prometteur pour le club francilien, confortable dauphin, comme pour l’ailier international français en pleine forme.

 

Toulon (4) – Toulouse (8)          20 – 16

Mayol respire

Toulon a bien cru qu’il allait se faire taper sur les doigts par son rival toulousain pour un duel, pour une fois relocalisé dans son antre à Mayol.

Les Toulousains ont mené les débats en première période, marquant les premiers par l’insaisissable Dupont, pour sa première avec les couleurs rouge et noir hautes-garonnaises, avant que Etrillard puis Tuisova, surtout, ne remettent leur équipe sur les rails de la victoire.

L’ailier fidjien a été précieux ce dimanche, faisant le différence tout seul, avec un essai mais aussi un sauvetage devant Kunatani en début de match. 

Une belle prestation des deux équipes qui peuvent repartir avec des points positifs, dans leur jeu et au compteur, en espérant des jours encore meilleurs.

 

Bordeaux (5) – Stade Français (12)       30 – 10

Un Bordeaux supérieur

Bordeaux a maitrisé son match globalement, après l’essai de Ducuing en début de rencontre. Les Parisiens ont donné trop d’occasions à Hickey et Schoeman de les corriger au pied pour ne jamais vraiment entrer dans le match, même s’ils auraient pu y croire à l’heure de jeu avec cet essai en contre de Daguin.

Mais les locaux allaient conforter leur victoire par un drop de Schoeman et un essai de Ravai en fin de rencontre.

De bon augure pour la suite, les Bordelais étant bien entrés dans leur saison, avec ces deux victoires à domicile.

 

Oyonnax (9) – Agen (11)                        12 – 10

Promus à souffrir

Que ce fut dur pour les Oyomen de venir à bout de leurs anciens collègues de PRO D2.

Il aura fallu le pied de Botica pour tenir les rênes d’un match éprouvant où le seul essai sera inscrit par le valeureux visiteur agenais (Abadie, 26ème). Un point de bonus défensif mérité pour les Lot-et-Garonnais qui auraient pu espérer mieux avec un peu plus d’application.

Les promus n’ont pas fini de souffrir dans ce championnat difficile, mais ils ne sont pas résignés à baisser les bras.

 

Pau (10) – Lyon (6)                                 30 – 14

Belle première au Hameau

Une mi-temps a suffi pour dégoûter les Lyonnais d’un match dominé par les Palois. Trois essais dont un doublé de Wotu assuraient déjà la victoire de la Section, malgré le premier essai lyonnais par Cretin.

En seconde période, les locaux allaient bien gérer, encaissant un second essai du Lou, toujours à l’affût, malgré un retard conséquent au score.

Une première victoire rassurante pour une première à la maison avant la réception du CO la semaine prochaine.

 

 (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

 

Les résultats du IV Nations... 3ème journée.

Nouvelle-Zélande – Argentine          39 – 22

Australie – Afrique du Sud               23 – 23

Les Springboks dans la roue des champions…

Un peu malmenés par les Pumas jusqu’à la 50ème minute (15-22) malgré pourtant trois premiers essais (non transformés) en première période, les All-Blacks ont dû s’employer jusqu’au bout pour écarter le danger argentin, qui ne tenait qu’à un homme au nom de Sanchez, auteur de tous les points des siens (dont un essai et un drop).

De leur côté, les Springboks confirmaient que leur équipe était un prétendant sérieux au titre, empêchant les Wallabies, impressionnant face aux All-Blacks quinze jours avant, de s’imposer chez eux. Deux essais partout pour un score de parité logique.

Les Sud-Africains ont toutes les raisons d’espérer faire un coup en Nouvelle-Zélande samedi prochain. Une confrontation à ne pas manquer pour la quatrième journée, qui pourrait relancer cette compétition.

 

La semaine prochaine…

On passe la quatrième !

Que ce soit en TOP 14 et pour le Four Nations, cette quatrième journée sent la poudre, comme dans le derby entre les Auvergnats et les Coujoux, déjà en position de relégation, ces derniers avec même un zéro pointé.

Quant au choc entre les deux gros favoris de ce championnat à l’Altrad Stadium, il a tous les ingrédients pour rivaliser avec celui entre les All-Blacks et les Springboks.

Une journée à ne pas manquer !

 

Au programme du TOP 14 à partir de samedi 16 septembre :

  • Toulouse – Stade Français, à 14h45 (C+) : un clasico alléchant,
  • Agen – La Rochelle, à 18h (r+) : même pas peur !
  • Lyon – Bordeaux, à 18h (r+) : premières rivalités pour le TOP 6,
  • Pau – Castres, à 18h (r+) : dans la continuité,
  • Clermont – Brive, à 20h45 (C+ sport) : au fond du trou.

Puis dimanche 17 septembre :

  • Racing 92 – Oyonnax, à 12h30 (C+ sport) : garder la tête haute.
  • Montpellier – Toulon, à 16h50 (C+) : un choc au sommet.

 

Au programme du IV Nations, 4ème journée, samedi 16 septembre :

  • Nouvelle-Zélande – Afrique du Sud, 9h35 : l’heure de vérité.
  • Australie – Argentine, 12h : plus rien à perdre.