Rien ne sert de courir...

CHAMPIONS CUP... 1ère journée                      Toulon – Scarlets        21 – 20

                                                         Ospreys – Clermont        21 – 26

Quand ça part trop vite...

Il faut arriver à 5 points !

Toulon et Clermont ont démarré trop bien et trop vite ce dimanche après-midi, chacun dans son match face à une équipe galloise.

Sans doute se sont-ils vu trop beaux après avoir croqué d’entrée leurs adversaires. Deux essais chacun, plein de culot et de brio, en moins d’un quart d’heure. Et puis plus rien.

Après l’euphorie, le désenchantement.

Les maladresses, l’indiscipline, un carton jaune, autant d’occasions données aux Gallois d’y croire et d’amorcer leur réveil, terrible, quand le jeu français s’endormait sur de maigres lauriers, à la merci, jusqu’à la dernière minute, d’un drop, d’une pénalité ou d’un essai pour tout perdre.

Et pourtant, ce premier quart d’heure augurait d’une belle victoire, bonifiée.

D’abord, à Mayol. Il faisait beau, comme un jour d’été.

Les journaux avaient été vite épluchés, prêts à s’envoler, tant le score enflait au fil des premières minutes. Escande interceptait subtilement une balle d’attaque des Scarlets pour filer à l’essai. Guirado l’imitait, dans la foulée, après un festival des trois-quarts relayé par un Tuisova étincelant. Quelques points au pied de Belleau et cela faisait 18-3 à la pause, accomplissant la moitié du boulot.

Deux heures plus tard, chez les Ospreys, l’entame des Clermontois nous offrait la même flamboyance. Raka, extraordinaire sur une course de cinquante mètres, résistait à tout plaquage et marquait avec force et brio. Puis ce fut au tour de Spedding de conclure une attaque magnifiquement orchestrée par une charnière Parra-Lopez synchronisée. Quelques points au pied de Parra assuraient aux Auvergnats un écart confortable à la mi-temps. 20-7, après l’essai de Webb qui augurait déjà de ce qui attendait les Auvergnats au retour des vestiaires. Comme à Mayol.

L’entame de la seconde période allait surprendre les Varois qui encaissaient coup sur coup, deux essais des Scarlets, le second par Halfpenny, ironie du sort, celui-là même congédié par Boudjellal en juin dernier (L’arrière gallois marquera 15 points et en vendangera 6 qui auraient pu changer l’issue de cette rencontre).

Les Ospreys, chez eux, inscrivaient également deux nouveaux essais à l’heure de jeu, revenant à deux points des Clermontois qui passèrent la deuxième période à défendre et à serrer les dents pour conserver une victoire qui ne tenait plus qu’à un petit fil à la fin.

Une ultime pénalité lointaine de Spedding donnait de l’air enfin aux Auvergnats et leur offrait leur première victoire à l’extérieur de la saison, et surtout chez ces diables de Gallois, une première historique.

Mais que ce fut douloureux et laborieux !

Comme à Mayol, la victoire est là, d’un cheveu, mais il y avait tellement la place pour tellement mieux. Si seulement Clermontois et Toulonnais avaient bien voulu maintenir leur niveau de jeu un peu plus qu’un quart d’heure.

 

En bref…

Dans la poule 1, samedi après-midi, à deux pas du mythique stade de Twickenham, au Stoop, La Rochelle aura marqué les esprits pour sa première dans la grande coupe d’Europe, en dominant les Harlequins avec la manière (34-27). Les Maritimes, bonus en poche avant l’heure de jeu (Forbes, Priso et doublé de Doumayrou) allaient obliger les Anglais à se rebeller jusqu’à la sirène pour arracher la pénalité du bonus défensif.

Vendredi soir, l’Ulster ne faisait pas mieux en recevant d’autres Rosbifs, ceux des Wasps, avec une victoire sans bonus (19-9) qui laissent le commandement aux Rochelais dans ce groupe.

Dans la poule 2, dimanche, pendant que Clermont se débattait chez les Ospreys, les Saracens étrillaient leurs compatriotes à Northampton (57-13). Le champion en titre annonçait la couleur. C’est lui le Boss jusqu’à preuve du contraire.

Les Auvergnats devront au moins faire aussi bien la semaine prochaine au Michelin contre ces Anglais humiliés, parce qu’il y a du rosbif encore plus indigeste à suivre en décembre, dans une double confrontation aux allures de finale.

Dans la poule 3, samedi, Montpellier n’a pas existé à Dublin face au Leinster (24-17), même si le point de bonus défensif a meilleur goût que le 57-3 encore en travers de la gorge de l’an passé. Heureusement qu’il y avait le puissant Nadolo pour concrétiser les offensives héraultaises. Pour le reste, les hommes de Cotter ont regardé leur hôte faire sa démonstration de force avec les quatre essais minimaux pour prendre la tête de la poule. Le MHR peut et doit mieux faire !

De leur côté, les Anglais de Exeter se contentaient d’une petite victoire sur les Écossaisde Glasgow, repartis fannis (24-15).

Dans la poule 4, samedi après-midi, à Colombes, le Racing 92 s’est rassuré face aux Tigres du  Leicester avec une courte victoire, mais ô combien importante (22-18), quand on sait le parcours catastrophique de la saison dernière. Un match rendu compliqué par un essai pris d’entrée, une réaction qui laissait espérer un match plutôt maitrisé. Mais la frustration au bout sera grande avec seulement 3 essais (Nakarawa, Roux et Thomas) et le bonus défensif laissé à l’adversaire. Un moindre mal puisque Le Racing se place en tête. Mais il a encore besoin de hausser son niveau. Vivement le retour de Carter.

Dimanche après-midi, au stade Pierre-Antoine (ou Fabre, si vous préférez), Castres n’a pas été verni face au Munster dans une course-poursuite qui s’est achevée par un score nul (17-17). Et pourtant, après que les deux équipes se sont rendues coup pour coup avec deux essais chacune (Ebersohn et Dumora pour le CO), Urdapiletta égalisait à l’heure de jeu et obtenait deux occasions de donner la victoire aux siens. Une pénalité et un drop manqués. Cher payé, quand on pense que l’arbitre n’avait pas pénalisé les Irlandais dans leur camp pour une faute grossière dans un ruck sur le porteur de balle. Scandaleux !

Dans la poule 5, samedi, Bath n’en menait pas large face à Trévise avec une victoire même pas bonifiée, à deux essais seulement (23-0). Pourtant les Italiens repartaient bredouille de leur déplacement avec la satisfaction d’avoir tenu bon longtemps.

Toulon partage donc la première place avec les Anglais et devra profiter de ce faux pas pour aller chercher, eux, un bonus offensif en Italie, la semaine prochaine.

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

En ce qui concerne la Challenge Cup, vous trouverez également tous les résultats sur le site officiel de l’EPCR.

Agen, Pau et Bordeaux régalent, Toulouse, Paris et Lyon déçoivent, Brive et Oyonnax n'y sont pas.

 

La semaine prochaine…

On prend les mêmes et on recommence !

Car cette première journée aura été très satisfaisante sur le plan comptable pour nos clubs français, avec quatre victoires (dont une bonifiée), un nul et une défaite avec le point de bonus.

Le second round sera décisif pour postuler aux premières places. Deux déplacements difficiles attendent les Racingmen et les Castrais, mais pour les autres, la victoire est obligatoire.

 

A suivre, dès samedi 21 octobre :

  • Clermont – Northampton, 16h15 (beIN) : sans pitié,
  • Trévise– Toulon, 16h15 (beIN) : le plein, s’il vous plaît !
  • Leicester– Castres, 18h30 (beIN) : par surprise,
  • Munster– Racing 92, 18h30 (beIN) : dures retrouvailles.

Puis, dimanche 22 octobre :

  • Montpellier – Exeter, 14h (beIN) : hausser le ton,
  • La Rochelle – Ulster, 16h15 (Fr2) : déjà en patron.

Tous les matches >>

 

S’agissant de la Challenge Cup et les 8 autres clubs du TOP 14, veuillez consulter le site officiel de l’EPCR qui vous en détaillera le programme.