Les Vito'Folies

CHAMPIONS CUP... 2ème journée                      La Rochelle – Ulster        41 – 17

Vito mène la danse, en embuscade...

L’autre festival de La Rochelle !

C’est un grand huit à lui tout seul, une de ces attractions qui donnent le frisson et le vertige, autant au public qu’à l’adversaire. Victor Vito.

À La Rochelle, le rugby est devenu un festival quasi chaque week-end autour de l’ancien international All-Black, meilleur joueur du TOP 14 de la saison dernière. Chacun de ses gestes, chacune de ses partitions encensent le stade Marcel-Deflandre...

sur des airs de jeu total qui font la part belle au rugby à la française.

« Ici, ici… c’est La Rochelle ! » Ce tube n’est pas loin de rentrer bientôt dans les Charts tellement l’Europe et les Irlando-britanniques (après le succès bonifié chez les Harlequins la semaine passée) sont en train de découvrir le phénomène du rugby rochelais emmené par son leader charismatique aux envolées époustouflantes.

Que dire de cette action de la 56ème minute lorsque Vito surgit dans les airs, se saisissant du ballon d’une main, tel un globetrotter de Harlem, lançant Jordaan jusque dans l’en-but. L’essai sera justement refusé pour un pied en touche…

Mais quel spectacle à couper le souffle !

Au départ, tout semblait équilibré, sur le papier, comme sur le terrain. Les Ulstermen démarraient en trombe mais les locaux leur coupaient l’herbe sous le pied, contre le cours du jeu. Troisième minute, une interception de Botia suffit pour laisser filer Sinzelle comme un avion à l’essai, sur une passe de Lamb bien ajustée.

La réaction irlandaise ne se fit pas attendre. Cinq minutes plus tard, un joli travail des trois-quarts de l’ulster envoyait Lealifano égaliser sur une aile, l’ouvreur irlandais passant lui-même la transformation.

La première partie se jouait sur un tempo élevé, les deux équipes se rendant coup pour coup. Lamb, blessé, dut laisser sa place à Jordaan et le soin de buter à Balès, excellent dans l’exercice. À la pause, La Rochelle menait gentiment 13-10 avec une domination en mêlée quand l’Ulster gérait l’occupation.

Mais la seconde partie allait mettre en scène la star du festival, dans une ambiance électrique. Il aura suffi de dix minutes pour que Vito fasse trembler les tribunes en surgissant une première fois sur une relance de Lacroix. Doumayrou servait le néo-zélandais dans sa course pour le deuxième essai maison.

À partir de cet instant, il n’y avait plus qu’une seule équipe sur la scène emmenée par un gratteur de ballon ovale, aux mains géniales, tel Jimi Hendrix jouant dans toutes les positions.

Après l’essai refusé à Jordaan, malgré un geste extraordinaire, en seulement dix minutes, il allait offrir (plus ou moins directement) trois essais de concert, à Gourdon, Aguillon puis Eaton.

Un bonheur d’offensives... pour un bonus offensif !

L’essai de Bowe ne permettra pas aux Ulstermen de revenir sur un des bonus. Il concèderont logiquement leur première défaite dans cette compétition où ils faisaient figure de favoris, un statut réservé désormais à ces incroyables Rochelais dont chaque presttion force le respect.

Parce que les Maritimes n’ont pas fini de nous régaler, en coupe d’Europe comme en TOP 14.

 

En bref…

Dans la poule 1, en clôture de cette journée, les Wasps n’ont pas été en reste,  écrasant avec presque la même manière des Rochelais, les Harlequins (41-10).

Les Londoniens seront donc les prochains adversaires des Français dans une double confrontation intéressante en décembre.

Dans la poule 2, samedi après-midi, Clermont a payé cher sa victoire bonifiée sur Northampton (24-7). Fracture ouverte de la malléole pour Lopez, dès la 20ème minute qui a jeté un froid sur toute l’équipe, menant alors 7-0 (Essai de Lee). Complétement déstabilisée, elle reprendra les rênes du match juste avant la pause, grâce à un grand Parra à l’ouverture et un Cassang inspiré pour conclure, plutôt deux fois qu’une. Falgoux offrira l’essai du bonus comme une délivrance, à un quart d’heure du terme.

De leur côté, les Saracens ont eu énormément de mal à se défaire des Ospreys (36-34) à qui ils ont dû laisser les deux points de bonus dans un match serré à 9 essais. Les Gallois n’ont pas fini de jouer les trouble-fêtes entre Anglais et Clermontois dont le double affrontement de décembre promet encore du sang et des larmes.

Dans la poule 3, dimanche, Montpellier s’est fait surprendre à domicile par Exeter (24-27), une contre performance qui met les hommes de Cotter dans l’obligation de tout gagner jusqu’à la fin, malgré les deux points de bonus offensif et défensif. Les champions d’Angleterre ont su mettre de la vitesse pour contrer systématiquement les locaux et décrocher une victoire bonifiée sur le fil.

Dans l’autre rencontre, le Leinster a fait sereinement le plein à Glasgow (18-34) et pointe en tête du classement avec le maximum de points, deux longueurs devant les Anglais.

Dans la poule 4, samedi, le Racing 92 a résisté une heure avant de craquer face au Munster, à Thomond Park (14-7). Une heure à 0-0, c’est autant soporifique qu’une performance pour les Français qui ont eu un passage à vide, le temps d’encaisser deux essais. Heureusement Nakarawa, cinq minutes avant la fin, arrachait l’essai du bonus défensif.

De son côté, Castres a complètement sombré chez les Tigres du Leicester (54-29), malgré une belle réaction en seconde période dont le triplé de Smith offrait le bonus offensif aux Tarnais. Mais 7 essais encaissés tout de même !

Les Anglais et les Irlandais mènent la danse dans un groupe néanmoins très serré. Les deux équipes françaises ont encore leur mot à dire.

Dans la poule 5, samedi après-midi, Toulon s’est de nouveau fait très peur à Trévise l’emportant sur le gong d’un cheveu (29-30). Les équipes italiennes ce n’est plus ce que c’était ! Il va falloir prendre très au sérieux ces Trévisans qui avaient déjà donné du fil à retordre à Bath, vainqueur patient chez les Scarlets (13-18), grâce au pied de Priestland.

Les Varois n’ont même pas pu aller chercher le bonus offensif, bloqués à deux essais (Radradra et Tuisova), exactement comme les Anglais avec qui ils partagent logiquement la première place. Leur double confrontation de décembre sera déterminante pour sortir de la poule.

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

En ce qui concerne la Challenge Cupvous trouverez également tous les résultats sur le site officiel de l’EPCR.

Seul Pau confirme, Lyon se rattrape et Brive étrille Oyonnax comme il aimerait bien le refaire en TOP 14.

Pour Agen, Toulouse, Bordeaux, et surtout Paris, c'est juste pitoyable.

 

La semaine prochaine…

On passe à l'heure du TOP 14... avec des effectifs plus courts.

Il y aura eu de la casse durant cette quinzaine européenne, de la fatigue surtout, pour les équipes qui auront joué à fond chaque match.

Il se peut que d’autres, essentiellement en Challenge Cup, profitent de cette aubaine pour aligner leur équipe-type en meilleure forme.

Une 8ème journée à suivre de près.

 

Au programme, à partir de samedi 28 octobre :

  • Toulon – Brive, à 14h45 (C+) : attention aux apparences trompeuses,
  • Lyon – Oyonnax, à 18h (r+) : conforter le leadership,
  • Pau – Montpellier, à 18h (r+) : garder la dynamique européenne,
  • Racing 92 – Bordeaux, à 18h (r+) : retrouver ses marques,
  • Clermont – Stade Français, à 20h45 (C+ sport) : le grand retour de Fofana ?

Puis dimanche 29 octobre :

  • Castres – Agen, à 12h30 (C+ sport) : attention au changement d’heure,
  • La Rochelle – Toulouse, à 16h50 (C+) : « Déflandration » programmée.