Que je t'aime !

CHAMPIONS CUP... 3ème journée                     La Rochelle – Wasps       49 – 29

Balès ou comment allumer le feu dans un stade...

Un bel hommage…

Non, notre rugby national n’est pas mort !

La prestation rock and roll de notre boss en France a ébloui toute l’Europe dimanche après-midi, dans son antre de Marcel-Deflandre.

Qui n’est pas tombé sous le charme de son rugby total ? Comme si le French Flair avait ressurgi d’outre-tombe face à ce qui ce fait de mieux outre-Manche.

Même les Anglais ont eu le coup de foudre dès les premières notes de musique de la machine rochelaise, une fois mise en route. Un coup sur la tête, dans une déferlante d’éclairs de génie qui allaient foudroyer ces visiteurs imprudents d’avoir voulu marquer les premiers.

Trois essais en première période par Aiguillon, Bourgarit et Bothia, pour mener largement à la pause (30-12), puis trois autres en seconde pour le doublé de Bothia et celui de Rattez. La Rochelle a passé la quatrième et roule sur sa victoire bonifiée.

Quel panache et quel régal !

Une partition qui aurait été parfaite si les Maritimes n'avaient pas plié durant ce quart d’heure de flottement en fin de match qui a permis aux Wasps de repartir avec cinq essais et le bonus offensif. Quand je vous disais qu’ils n’étaient pas des manches.

Mais quelle performance pour cette équipe française quand on sait qu'elle découvre pour la première fois le haut niveau européen et qu'elle signe ce dimanche un troisième succès consécutif… et avec le bonus offensif, s’il vous plaît !

C’est juste incroyable, surréaliste et pourtant… il faudra se faire à l’idée que cette équipe-là domine aujourd’hui le rugby français et européen dans les plus grands stades. Et si La Rochelle est dans le cœur de tous les Français aujourd’hui, c’est sans doute parce que…

On a tous quelque chose en nous de son rugby.

Quand le beau jeu s’étale, comme un soleil d’été, que le pré de ce stade devient un champ d’essais… Ô que je t’aime que je t’aime que je t’aime… quand tu joues comme ça !

Si seulement certains avaient l’envie d’avoir la même envie d’avancer sur chaque ballon, avec le même enthousiasme, la même ambition et surtout le même soutien infaillible.

Tu nous promets l’essai à chaque balle que tu touches, tu nous promets le ciel à chaque match qui débouche... sur des victoires belles, pour que nos nuits soient douces.

C’est moi où j’ai l’impression de faire des vers ? Quelle est donc cette musique qui chante dans ma tête ? D’où me viennent ces airs qui me hantent depuis hier ?

La Rochelle ! ... Certains l’appellent l’idole des Jaunes (et noir), il en est même qui l’envient (en broyant du noir… en jaune), des qui ont oublié de vivre... le rugby.

Alors moi, je lui dis merci… merci d’avoir ressuscité notre rugby, tant aimé depuis cinquante ans. Ce rugby que la France avait cru mort, cloué dans un stade entre quatre planches, un triste soir de novembre.

Car le French Flair, comme les légendes, ne meurt jamais pour qui sait en jouer.

Et Les Maritimes nous l’ont démontré dans un Crunch que l’on aimerait revoir l’année prochaine au Stade de France en retrouvant notre icône nationale prête, pour nous, à...

ALLUMER LE FEU !

 

 

Les autres matches en bref...

Dans la poule 1, l’Ulster a su prendre le meilleur chez les Harlequins, dans un match au score étriqué (5-17) sous la neige, dans des conditions difficiles, alors qu'un peu plus loin on avait préféré reporter le match.

Les Rochelais dominent outrageusement cette poule et cette compétition avec le maximum de points et de chances de se qualifier pour les quarts de finale. 

Dans la poule 2, dimanche après-midi, Clermont a vu son match chez les Saracens annulé, pour cause d’intempéries empêchant les spectateurs d’accéder au stade en toute sécurité. Curieuse décision, quand on sait qu’à quelques kilomètres de là, l’accès au Stoop de Twickenham ne posait pas de problème aux supporters des Harlequins.

Une sage décision, on va dire, qui n’arrange pas les supporters clermontois. Ils ne pourront sans doute pas rester jusqu’au lendemain, jour du report de la rencontre (lundi 15h, non finalement à 18h30, et à huis clos).

Ajout de la rédaction 11/12 : Victoire écrasante de Clermont chez les Sarries (14-46), historique, comme celle au Munster l'an passé ou encore chez le Leinster, il y a quelques années. Les Auvergnats sont les chasseurs de champions, une aubaine pour les futurs qualifiés en quarts qui se passeraient bien des Saracens, de retour en forme. Car ce lundi, les Anglais étaient méconnaissables, à l'image de Farrel (fantomatique). Par contre, il y a eu un Raka de gala et un festival d'essais à faire rougir un Rochelais. Fabuleux ! ... Merci !

Dans l’autre match, à Northampton, les Ospreys se sont régalés en disposant des Anglais dans un match plein et bonifié, avec onze essais à la clé (32-43).

Les Gallois se replacent en outsiders derrière les deux ogres de cette poule. C’est fini pour Northampton.

Dans la poule 3, vendredi soir, Montpellier s’est rassuré en décrochant un succès bonifié à Glasgow (22-29), grâce encore à la puissance de ses avants qui aura fait la différence dans un match brouillon des deux côtés.

Les Héraultais se replacent ainsi dans la course aux premières places à hauteur de Exeter défait chez lui par le Leinster (8-18), intraitable comme toujours, en coupe d’Europe.

Les Irlandais sont désormais à six longueurs de leurs poursuivants quand le leader écossais de la PRO 14 peut déjà dire adieu à la qualification.

Dans la poule 4, samedi après-midi, Castres a su faire le dos rond chez lui avant de l'emporter face à un Racing 92 pourtant dominateur (16-13). Les Franciliens ont laissé filé le match à l’image de cette balle de Thomas, dans l’en-but castrais alors que l’essai était tout fait ou encore des tentatives manquées au pied de Gibert puis Iribaren, en fin de rencontre. C’est finalement le seul essai tarnais (par Vaipulu, à la 70è) qui aura le dernier mot.

De son côté, le Munster n’a pas fait de quartier face aux Tigres du Leicester en l’emportant avec bonus (33-10). Les Irlandais sont seuls aux commandes dans cette poule, quand les trois autres protagonistes ont tout à faire encore pour espérer une deuxième place qualificative.

Dans la poule 5, samedi encore, Toulon s’est bien compliqué la tâche pour battre Bath alors que le point de bonus lui tendait les bras (24-20). Heureusement que Belleau était là pour donner la victoire aux siens sur un exploit personnel, pourtant très risqué.

C’est le monde à l’envers chez les Varois qui sont incapables de finir des actions collectives bien menées et qui par individualité, soit marquent, soit offrent des points. Que de cadeaux de Noël avant l’heure pour ces Anglais qui n’en demandaient pas tant et repartent avec un point de bonus défensif qui en vaut deux puisque les Toulonnais n’ont pas réussi à prendre celui du bonus offensif.

Dans l’autre rencontre, Scarlets a eu beaucoup de mal à prendre le meilleur sur Trévise, décidément au niveau de cette coupe d’Europe (33-28). Il n’y a plus « d’équipe italienne ».

Avec trois victoires à l’arrachée, Toulon domine cette poule au classement, contre le cours du jeu qu’il propose. Tant mieux pour la suite, en espérant que le triple champion d’Europe nous montrera autre chose en Angleterre.

à noter, au passage : Sale temps pour les Rosbifs, ce week-end ! ;-)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

En ce qui concerne la Challenge Cupvous trouverez également tous les résultats sur le site officiel de l’EPCR.

Pau cartonne, Toulouse et le Stade Français reprennent espoir.

Bordeaux, Agen, Brive et Lyon chutent, Oyonnax sombre.

 

La semaine prochaine…

On reprend les mêmes et on s’invite chez l’autre…

Vous connaissez la musique de cette quinzaine européenne d’avant Noël. Les matches retour promettent de belles affiches, à commencer par celle entre Clermont et le champion en titre.

Les Anglais de Bath et des Wasps auront aussi un sentiment de revanche qui laissent à espérer deux autres Crunchs aussi appétissants face, respectivement, à Toulon et La Rochelle.

 

A suivre, dès samedi 16 décembre :

  • Montpellier – Glasgow, 14h (beIN) : En remettre une couche,
  • Racing 92 – Castres, 16h15 (beIN) : Se remettre à l’endroit,
  • Bath – Toulon, 18h30 (beIN) : Reprendre les cadeaux offerts.

Puis, dimanche 17 décembre :

  • Wasps – La Rochelle, 14h (beIN) : Encore !
  • Clermont – Saracens, 16h15 (Fr2) : On joue ou bien ?

Tous les matches >>

 

S’agissant de la Challenge Cup et les 8 autres clubs du TOP 14, veuillez consulter le site de l'EPCR qui vous en détaillera le programme.