Sauvés du Brexit !

CHAMPIONS CUP... 6ème journée               Clermont – Ospreys       24 – 7

 Leicester – Racing 92   20–23         Scarlets – Toulon   30–27         La Rochelle – Harlequins    16–7

Les Sarries seront bien sur le gâteau !

24 heures chrono

Si nos clubs français ont obtenu ce week-end quatre belles parts du gâteau des phases finales européennes, ce quatre-quarts conserve malheureusement cet arrière goût de Sarries qui prend à la gorge, comme un reflux gastrique pénible, et empeste notre plaisir jusqu’au bout.

Car le double champion d’Europe en titre sera bien de la partie, même s’il a dû attendre 24 heures que toutes les lumières des stades soient éteintes pour s’emparer de la dernière part sur la table, en mal élevé qu'il est.

Retour sur un scénario haletant où tous les clubs anglais ont œuvré (ou pas) pour cette qualification miraculeuse.

Tout a commencé samedi après-midi, vers 14 heures, quand Exeter, bien placé pour monter dans le quart à la place des Saracens, s’inclinait à Glasgow (28-21), après un duel acharné qui aura vu pas moins de cinq essais de part et d’autre, en moins de quinze minutes en seconde période. Les Chiefs semblaient maudits...

comme si le destin était écrit d’avance pour d’autres Rosbeefs.

Car dans le même temps, Montpellier se devait de créer un exploit, bonifié si possible, à l’Altrad Stadium, face aux Irlandais du Leinster, invaincus. Il n’en sera rien. Pire, après avoir mené en première période, la désillusion sera terrible en seconde pour les locaux, incapables d’inscrire le moindre point et encaissant deux essais fatals (14-23).

Il n’y aura pas de meilleur deuxième dans la poule 3.

Vers 16 heures 15, les Saracens faisaient donc leur entrée sur leur pelouse de l’Allianz Park face à leurs compatriotes de Northampton, avec des raisons d’y croire. Et malgré un mauvais départ, encaissant deux essais dans le premier quart d’heure, la suite sera une correction à la mesure du double champion, avec 7 essais, 18 points et la musette du goal-average bien remplie (+59), prêt à toutes éventualités.

De son côté, Clermont, en patron, assurait sa première place de la poule 2, face à une équipe des Ospreys pourtant bien décidée à contrarier les ambitions des Jaunards (24-7). Mais avec un grand Parra, dont le coup de patte génial (avec un drop au passage ?) offrait le premier essai à Abendanon, et une défense rigoureuse, la maison auvergnate a tenu bon, jusqu’au deuxième essai de McAlister en toute fin de rencontre, décrochant le deuxième quart à domicile, après le Leinster.

Quant aux Sarries, il ne leur restait plus qu’à attendre, parmi les trois poules restantes, qu'un deuxième fasse moins bien qu’eux. 

Car dans la poule 5, les Scarlets allaient contrarier les champions en s’imposant devant Toulon (30-27), les Varois empochant un point de bonus défensif. Il aurait pourtant suffi d’une défaite de l’un ou l’autre, sans ce point de bonus, pour faire le bonheur des Sarries. Car la victoire bonifiée de Bath, à Trévise (28-47), restait insuffisante pour leur passer devant.

Mais ce sont bien les Gallois qui terminent premier de poule, avec 21 points, devant les Toulonnais (19 points) qui se sont privés d’un quart à domicile par manque d’efficacité ou juste de lucidité alors qu’ils dominaient les débats en seconde période et qu’une pénalité (non prise) aurait pu leur offrir un match nul, synonyme de première place.

Dimanche, vers 14 heures, les Saracens comptaient fortement sur leurs compatriotes de Leicester, qui ne jouaient plus rien dans la poule 4, pour être sauvés. Après un suspense intenable, dans des conditions météo difficiles (la neige et la pluie étaient de la partie), le Racing 92 a pris le meilleur sur son adversaire (20-23) et, du même bon coup, le second ticket de meilleur deuxième avec 19 points.

Pourtant les Anglais ont eu la possibilité d’obtenir un match nul qui aurait sorti les Franciliens de la qualification et donc offert le quart de finale au double champion en titre. Seulement les Tigres britanniques ont préféré aller chercher une victoire pour leur public, en vain, fort heureusement pour les Racingmen qui doivent leur succès à un grand Machenaud, auteur de 18 points.

Le match entre le Munster et Castres a été décalé à 17 heures pour raison d’intempéries. Mais son résultat, prévisible en faveur du leader de la poule (48-3), tant les Tarnais ne jouaient plus rien à cette heure-ci, ne préoccupaient guère les Saracens.

À 16 heures 15, il ne leur restait plus qu’une dernière carte à jouer, s'en remettant à leurs voisins londoniens. Les Wasps recevaient les Irlandais de l’Ulster, bien positionnés pour monter dans le quart.

Et cette fois, c’était la bonne !

Il ne leur fallut pas attendre longtemps pour que les guêpes piquent leur adversaire de leur dard, avant de récidiver quatre fois pour un bonus offensif (26-7) qui éliminaient les Nord-Irlandais et les tuaient du même coup.

Car dans l'autre match, d'autres Anglais, les Harlequins, n'ont pas réalisé le miracle nécessaire dans l'antre du leader rochelais. Pourtant il s'en est fallu de peu que La Rochelle sombre dans un match que les hommes de Collazo auraient dû mieux maitriser et remporter avec le bonus, synonyme de quart de finale à domicile.

Deux essais en première période, non transformés par Balès, sans réussite, le troisième à un mètre de la ligne semblaient insuffisants pour que les Maritimes déroulent sereinement dans une seconde période devenue laborieuse et à l'issue frustrante (16-7), puisqu'ils devront se déplacer en quart de finale.

Mais le travail des Guêpes aura eu le mérite de qualifier un représentant du XV de la Rose...

Les Sarries seront bien sur le gâteau !

En espérant que dès le prochain tour, l’ogre irlandais du Leinster décide de les gober tout rond et qu’on n’en parle plus.

À deux semaines du tournoi, la France affiche fièrement ses couleurs avec quatre prétendants au titre, quand l'Irlande en compte deux et les Anglais, comme les Gallois, un seul chacun.

Alors Cocorico ! ... Qu'on le gagne ce tournoi, devant les Irlandais, grands favoris cette année. Car les Anglais, eux, sont presque déjà morts.

 Tous les résultats officiels du week-end >>

 

Le tableau des phases finales

         Leinster (1) – Saracens (8)            v      Scarlets (4) – La Rochelle (5)

         Clermont (2) – Racing 92 (7)   v      Munster (3) – Toulon (6)

Pour les demi-finales, l’équipe qui gagnera à l’extérieur recevra en priorité, l’ordre de classement de la phase de poules départageant les deux concernées.

C’est à dire que pour la première demi-finale, elle se déroulera en priorité :

à La Rochelle puis chez les Saracens ou au Leinster, les Scarlets étant certains de se déplacer en cas de victoire.

Pour la seconde demi-finale, elle se déroulera en priorité :

à Toulon puis au Racing 92 ou à Clermont, le Munster étant certain de se déplacer en cas de victoire.

 On aura donc au moins un club français en demie, et à domicile… Bonne nouvelle !

 

En ce qui concerne la Challenge Cup, vous trouverez également tous les résultats sur le site officiel de l’EPCR.

Pau termine en grand patron à Gloucester.

Brive et Paris décrochent les deux derniers tickets.

Bordeaux échoue à Newport. 

Le tableau des phases finales

         Pau (1) – Stade Français (8)     v      Édimbourg (4) – Cardiff Blues (5)

         Newcastle (2) – Brive (7)               v      Connacht (3) – Gloucester (6) 

Idem pour les demi-finales, l’équipe qui gagnera à l’extérieur recevra en priorité, l’ordre de classement de la phase de poule départageant les deux concernées.

 

La semaine prochaine…

Un petit tour par le TOP 14, avant le tournoi !

Alors que certains internationaux seront indisponibles durant la préapration nécessaire au tournoi, les clubs puiseront dans leurs réserves après une quinzaine européenne éprouvante.

Pas question d’impasse, pour qui que ce soit, les enjeux sont cruciaux. Clermont n’a plus le droit à l’erreur, les relégables regardent devant et aux portes du TOP 6, ça se bousculent.

Alors ne ratez pas cette journée qui en verra certains verser leur sang pour éviter les larmes.

 

Au programme de la 16ème journée, samedi 27 janvier :

  • Toulon – Bordeaux, à 14h45 (C+) : Éloigner un concurrent.
  • Lyon – Agen, à 18h (R+) : Reprendre de la hauteur,
  • La Rochelle – Brive, à 18h (R+) : Retour du leader ?
  • Toulouse – Oyonnax, à 18h (R+) : Rester dans le TOP 6,
  • Castres – Racing 92, à 20h45 (C+ Sport) : À moi le podium !

Puis dimanche 28 janvier:

  • Stade Français – Pau, à 12h30 (C+) : Un avant-goût de quart de finale,
  • Clermont – Montpellier, à 16h50 (C+) : C’est qui le vrai patron ?