Ce Puma francilien !

TOP 14... 9ème journée                           Montpellier – Racing 92        13 – 27

Quand Imhoff sort les griffes

Imhoff, la griffe d’un grand Racing

De loin, déjà, avec leurs maillots albicélestes, on avait tendance à les prendre pour ces Pumas sud-américains. Et puis en s’approchant un peu, voyant les ballons leur tomber des mains à chaque offensive, on se rappelait qu’il s’agissait de ces Racingmen de notre TOP 14, concentrés en défense et hors-jeu le reste du temps.

Mais dimanche après-midi, en clôture de la 9è journée du championnat, les Ciel et Blanc nous ont bluffés pour de bon. Et pour cause, dans leur cheptel, il y avait un vrai Puma de race argentine qui a sorti les griffes et pris les Montpelliérains à la gorge, pratiquement tout seul.

Juan Imhoff a tout simplement époustouflé la rencontre !

Par ses courses déroutantes et efficaces et ses interceptions assassines qui ont scellé le sort des hôtes et du match.

Dès l’entame, le Racing, emmené par un Russel inspiré et un Zebo incisif, lançait le félin sud-américain sur son aile pour le premier essai, sans qu’aucun Héraultais ne parvienne à l’arrêter. Dans la foulée, sur une touche bien négociée, le maul des visiteurs enfonçaient la défense locale pour un second essai par le demi de mêlée Iribaren.

12-0 en dix minutes, de quoi faire mal à la tête aux supporters de l'Altrad Stadium. Mais heureusement, une faute d’anti-jeu de Chavancy, prié de quitter ses camarades dix minutes, allait leur permettre de revenir dans la partie, par Reilhac d’abord, puis Van Rensburg juste avant la pause (10-12).

Seulement, une fois la supériorité numérique passée en seconde période, les Pumas franciliens allaient reprendre du poil de la bête et mordre à nouveau l’en-but les premiers par le rusé Imhoff, à l’affût pour prendre en chasse son adversaire, interceptant une passe de Serfontein avant de filer à vive allure sur une course de cinquante mètres pour le troisième essai.

Un nouveau carton jaune contre le Racingman Chouzenoux ne permettra pas cette fois aux locaux de revenir, butant sur une défense hargneuse et solide, tels des fauves sur la carcasse d’une bête déjà morte.

Pire, à la dernière minute, Imhoff allait frapper encore !

Une nouvelle interception du Puma et le voilà reparti vers l’en-but, rattrapé par la patrouille locale, ce qui ne l’empêchait pas de servir ses coéquipiers et permettre au jeune demi de mêlée Gibert de conclure le quatrième essai, celui d’une victoire définitivement acquise.

Et quelle prise, chez un prétendant au TOP 6 !

Le Racing y prend place, au cinquième rang, tandis que le MHR en sort, désormais neuvième, attendant son tour qui n’est pas prêt d’arriver tant la concurrence est rude au portillon. 

 

Les autres matches en bref...

Lyon (4) – Stade Français (3)   41 – 6

Le festin lyonnais

Dimanche, à l’heure du déjeuner, les Parisiens n’ont pas eu le temps de digérer leur bon début de rencontre. Trente minutes à picorer des points, à droite et à gauche, pour un modeste 6-0 avant de se sentir ballonnés le reste du temps sans pouvoir retenir les remontées des Lyonnais, en bouchon dans leur 22, toute la seconde période, avec 5 essais et un cuisant 41-0.

La jeunesse parisienne aura appris à ses dépens d’avoir mangé trop vite et de ne pas être restée à table jusqu’à la fin du repas. Seulement leurs ainés n’ont rien fait pour les éduquer en ce sens, à part Steyn.

Trop facile donc pour les Arnold, Buckle, Ngatai et Nakaitaci qui sont entrés dans l’en-but comme dans du beurre, posé sur la table. Un vrai festin pour les supporters de Gerland.

Lyon remonte dans le TOP 6 à la quatrième place, tandis que les Parisiens descendent d’un petit cran.

La Rochelle (6) – Agen (13)        33 – 29

Sale bête agenaise !

Les Maritimes ont été mal habitués à Mayol, pensant qu’à domicile face à ces modestes Agenais, ce serait encore plus facile. Seulement quand on reçoit Agen, il ne faut faiblir et sortir les tripes jusqu'au bout, car on a vite fait de voir revenir ce chien enragé qui ne lâche jamais son os jusqu’à la dernière minute de jeu.

Pourtant les Rochelais pensaient avoir fait le plus dur (après avoir encaissé un essai de pénalité au bout d’un quart d’heure) en revenant au score en première période grâce à Gourdon. Menant même 16-13 à la pause, les locaux allaient prendre le meilleur sur leur adversaire dans le second temps, par le pied de West et un nouvel essai par Aguillon.

Mais Berdeu, suppléant de McIntyre, recollait au score, profitant des fautes rochelaises, quand Laporte répondait encore à Balès qui croyait s’être débarrassé du sale cabot. Encore cinq minutes après le coup de sifflet final et les Agenais créaient la même surprise que les Rochelais à Mayol !

Castres (7) – Pau (10)                37 – 10

À l’orgueil

Après la déroute à Clermont, les champions de France ont réagi avec autorité à la maison face à de pâles visiteurs. Quatre essais en une mi-temps, quand l’équipe paloise bis n’inscrivait que trois malheureux points par Daubagna. La messe était dite, la seconde période ne laissant place à aucun suspense.

Le cinquième essai de Tulou, toujours aussi actif et précieux, permettra d’assurer le bonus offensif après l’essai de la Section par Steffen Armitage. Même avec le plein de points, le CO reste à la porte du TOP 6.

Toulouse (2) – Bordeaux (8)   40 – 0

Jeu blanc !

Le score parle de lui-même. Les Bordelais n’étaient pas invités, ils ont été spectateurs en pesage au milieu du pré d’Ernest-Wallon, regardant les Toulousains faire le jeu.

Un jeu blanc, avec cinq essais et un doublé de Arthur Bonneval.

À croire que l’UBB n’est sereine qu’à domicile ou alors qu’avec ses internationaux. Toulouse prend la deuxième place, à trois longueurs du leader.

Grenoble (11) – Clermont (1)   27 – 27

Un nul rageant et arrangeant

Germain pourra s’en vouloir d’avoir laissé passer tant de points au pied et la victoire, surtout sur cette dernière pénalité, à la dernière seconde, le ballon mourant sur le poteau.

Le nul ne semblait pas volé pour autant, les Auvergnats offrant du jeu et des essais, un de plus que leur hôte, après être passés à travers la première période (11-3).

Les Grenoblois ont même cru frôler la correctionnelle quand Timani, Raka puis Yato inscrivaient tour à tour les essais clermontois pour mener 27-20 à dix minute du terme. Heureusement, le pack conquérant local récompensait tous leurs efforts en offrant l’essai de l’égalisation à Taufa, avant que Germain n’ait l’occasion de rattraper ses échecs passés. En vain.

Rageant oui, mais arrangeant aussi car deux points c’est déjà pas mal face à la machine clermontoise.

Toulon (12) – Perpignan (14)   26 – 16

Savéa il a marqué !

« Savea il a marqué, Savéa il a marqué … Moi j’suis sûr que Toulon y va gagner ! »

À Mayol, ça y est, les supporters tiennent leur chanson et leur chance aussi de rester en TOP 14, tant Perpignan n’en finit pas de s’accrocher à la dernière place.

Mais que ce fut dur encore une fois. Un essai en début de chaque période aura permis aux Toulonnais de tenir la partie, même s’ils étaient légèrement menés à la pause. Trinh Duc aura dû pallier à l’inefficacité des Fekitoa et autres trois-quarts, quand Savéa (enfin !) marquait son premier essai de la saison.

Pour comparaison, Ashton à la même époque comptait déjà sur les derniers doigts de sa deuxième main. Mais sa femme vient de tweeter qu'il avait tendance à s'endormir au volant de ses actions. On est rassuré.

Les Catalans ont tout donné, comme d’hab, et tenu tête dans l’engagement et la solidarité défensive, avant de s’écrouler, comme d’hab, physiquement à l’heure de jeu.

 (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

Le TOP 16 des Féminines... 7ème journée.

Poule 1
Montpellier (1) – Rouen (7)                   88 – 0
Rennes
(3) – Lons (6)                            29 – 25
Paris
(4) – Blagnac (2)                          19 – 22
Villelonguet
(8) – ASM Romagnat  (5)  3 – 46

Poule 2
Bayonne (1) – Grenoble (4)                  38 – 17
Bordeaux
(3) – Lille (6)                         8 – 13
Caen
(7)– Bobigny (5)                           12 – 72
Toulouse
(2) – Tarbes (8)                     78 – 0

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Montpellier fait cavalière seule devant Blagnac dans la poule 1 quand Toulouse (avec deux matches en retard) reste invaincue derrière Bayonne dans la poule 2.

Tous les résultats et classements >>

  

La semaine prochaine…

C’est la tournée d’automne !

Celle du rachat de l’image de l’équipe de France, celle du retour des espoirs comme Dupont et Lopez en une charnière durable (au moins jusqu’à la Coupe du monde), celle de victoires références face à des nations à notre portée (Afrique du Sud, Argentine, Fidji).

En espérant qu’elle ne tourne pas au vinaigre d’entrée, face aux Springboks reboostés avec leur victoire chez les All Blacks au dernier IV Nations, et vaincus d’un petit point samedi chez les Anglais (11-12).

Car les tests internationaux ont débuté ce week-end pour d’autres nations.

Japon-Nouvelle-Zélande     31-69
Pays de Galles-Écosse        21-10
Angleterre-Afrique du Sud  11-10
Irlande-Italie                     54-7

 

Au programme ce samedi 10 novembre :

  • Russie – Namibie (12h)
  • Italie – Géorgie (15h)
  • Écosse – Fidji (15h30)
  • Angleterre – Nouvelle-Zélande (16h)
  • Pays de Galles – Australie (18h20)
  • États-Unis – Samoa (18h30)
  • Irlande – Argentine (19h30)
  • France – Afrique du Sud (20h45, France 2)

 

Chez nos Féminines, les Bleues affronteront les Black Ferns dès vendredi 9 novembre au stade Mayol.

  • France – Nouvelle-Zélande (21h, France 4)