Paris impossible !

TOP 14... 23è journée                            Stade Français – Clermont    25 – 41

Penaud à l'abordage !

Touché coulé !

Dimanche, en clôture de la 23ème journée, les Parisiens ont sabordé leur chance de qualification en coulant à pic au large d’une victoire historique des Jaunards à Jean-Bouin sous leurs déboulés canon.

Pourtant tout avait bien démarré pour les Stadistes qui, durant vingt bonnes minutes, ont tenu à distance les assaillants, sous les coups payants de Plisson, causant la perte d’un premier clermontois fautif (carton jaune pour Tuicuvu) et amenant le premier essai de Bonfils après de multiples charges.

13-0, on ne donnait pas cher de la flotte des visiteurs reculant à chaque assaut.

Et puis les locaux se sont un peu vite emballés, commettant des fautes qui leur seront fatales. Deux cartons jaunes (Arias et Fickou), coup sur coup, et un essai de pénalité.

Si les Clermontois étaient maladroits jusque là, à l’image d’un surnombre mangé par Nanai-Williams se la jouant seul vainement, ils ont vite rectifié le tir et bonifié les exceptionnelles relances d’un Penaud omniprésent, Naqalevu parachevant l’assaut final.

Seul à la barre, Plisson tenait par sa botte le cap vers la terre promise d’une victoire encore possible, passant devant à la pause et creusant l’écart au retour des vestiaires (22-17).

Seulement l’ouvreur local se blessait et devait céder sa place à Sanchez alors que les trois-quarts clermontois, sous l’impulsion de Penaud, encore lui, venaient d’investir le camp parisien pour le doublé de Naqalevu, après un petit par-dessus de Nanai-William, enfin inspiré.

Dès lors, dominés en mêlée et dépassés dans le jeu courant, les Stadistes offraient autant d’occasions aux Auvergnats de revenir à la charge et de couler leur défense par deux nouveaux essais signés des avants Ulugia et Falgoux, chaque fois transformés impeccablement par Laidlaw.

Pourtant, Morné Steyn avait maintenu l’espoir, à six longueurs d’un renversement toujours possible, mais l’indiscipline et la maladresse parisiennes durent s’incliner devant l’efficacité clermontoise.

Décidément, le jeu de Paris est impossible à cerner, tantôt flamboyant, tantôt décousu, toujours imprévisible, pour le meilleur, comme pour le pire.

Tout comme la qualification semble désormais très compromise, voire impossible.

 

Les autres matches en bref...

Toulon (10) – Bordeaux (8)                    45 – 17

Pour le plaisir

Bordeaux se trouve également dans une position très compliquée après avoir fait les frais du réveil sans pression des Toulonnais, plus tôt dans l’après-midi, ce dimanche.

Un match à sens unique, sept essais à deux, malgré une entame idéale des visiteurs, inscrivant le premier d’entre eux, et un Belleau qui les a laissé en vie en laissant pas mal de points en route en première période. Seulement la machine varoise a roulé sur la défense girondine en seconde, sans partage.

Si le RCT ne joue que pour le plaisir, l’UBB, elle, va devoir remporter ces trois derniers matches si elle veut espérer voir un jour un barrage.

Montpellier  (7) – Grenoble  (13)           47 – 12

Des raisons d’y croire

Idem pour le MHR qui poursuit sa remontada avec en tête que chaque match désormais est un barrage et que la moindre défaite le condamnera.

C’est pourtant en tremblant que les locaux ont entamé cette rencontre face à des Grenoblois très préoccupés par leur maintien et qui ont pris le jeu à leur compte dans la première demi-heure sous le pied adroit de Latorre.

Il aura fallu que Picamoles montre l’exemple pour que six autres essais suivent et que les hommes de Cotter déroulent enfin le match à la mesure de leur force incontestable, pour une seconde période où les visiteurs ne marqueront pas le moindre point.

Maintenant il leur faudra aller à Castres, recevoir Paris et défier Clermont au Michelin, de belles affiches de phase finale avant l’heure.

Agen (12) – Lyon (3)                      25 – 15

Solides Agenais

Les Agenais ne doivent jamais être pris à la légère et il semblerait que les Lyonnais n’aient pas mis l’intensité et l’engagement nécessaires pour contrer le courage et l’application de leur hôte.

Deux essais des visiteurs dans les dix dernières minutes quand les Lot-et-Garonnais en avaient déjà inscrit trois bien avant… C’est ce qu’on appelle se réveiller un peu tard.

Tant mieux pour Agen qui fait un grand pas vers le maintien, même si son déplacement à Grenoble pourrait le remettre très vite en cause.

Pau (11) – Racing 92 (5)                      29 – 27

Une mi-temps chacun

Le Racing est passé à côté de sa première période laissant les Palois inscrire deux essais pour mener 23-6 à la pause. Et vice versa, le Racing l’emporte 21-6 dans le second match au retour des vestiaires. Insuffisant pour empocher la victoire.

Une bonne réaction de la Section reprise en main par Godignon depuis l’éviction de son ancien manager, Mannix. Le point de bonus défensif laisse les Franciliens dans la course pour espérer figurer dans le premier carré et recevoir son barrage.

Castres (4) – Toulouse (1)                      20 – 21

L’arroseur arrosé

Toulouse est venu à Castres avec une seule ambition : mettre fin à ces derbys perdus depuis trois ans.

Peu lui importait la manière ou plutôt, si. Rendre la monnaie de la pièce au jeu castrais en le pastichant dans tous les secteurs.

D’abord être pénible, chambreur, bagarreur, et pousser son adversaire à la faute pour inscrire les points par le pied Urdapilletain de Ramos, sans faillir et sans inscrire le moindre essai.

Alors que les locaux s’appliquaient à fournir du jeu et trois essais face au modèle toulousain, leurs buteurs (Urdapilleta et Kockott) faillaient, laissant ces visiteurs provocateurs, contre le cours du jeu, l’emporter sur le fil.

Ironie du score, les Castrais empochaient le double bonus (défensif et offensif), une première à ma connaissance dans le TOP 14. Tandis que les Toulousains sont désormais certains de disputer directement une demi-finale.

Perpignan (14) – La Rochelle (6)                      29 – 49

Adieu Perpignan !

C’est officiel, l’USAP sera en PRO D2 la saison prochaine.

Ne vous fiez pas à l’ampleur du score, les Rochelais ont dû s’employer pour décrocher le point de bonus offensif en fin de rencontre, dans un match très offensif.

Une première période à l’avantage des visiteurs (8-22), inscrivant trois essais contre un seul juste avant la pause pour les locaux. Une seconde mi-temps incroyable où les Perpignanais n’ont cessé d’annuler le bonus offensif de leur bourreau qui finira par en inscrire deux dans la dernière minute pour l’arracher enfin.

Les Maritimes ont désormais leur destin en main pour jouer les barrages, tout en gérant leur préparation de la finale de Challenge Cup dans quinze jours.

 (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

La semaine prochaine…

Les filles jouent les quarts…

Tandis que les mecs courront après leurs qualifications ou leur maintien dans l’élite, selon.

 

Au programme de ces quarts de finale du TOP 16 féminin, samedi 4 mai à 16h30 :

  • Montpellier – Grenoble
  • Bayonne – ASM Romagnat
  • Toulouse – Rennes
  • Blagnac – Bobigny

Des play-off auront lieu également entre les 8 équipes de bas de tableau pour déterminer qui descendra en division inférieure.

Tous les matches >>

 

 Au programme de la 24ème journée de TOP 14, samedi 4 mai :

  • Toulouse – Pau, à 14h45 : en toute décontraction
  • Castres – Montpellier, à 18h : les barrages c’est maintenant !
  • Grenoble – Agen, à 18h : la dernière chance
  • Clermont – Perpignan, à 18h : valider la demie
  • La Rochelle – Toulon, à 20h45 : le piège parfait avant une finale

Puis dimanche 5 mai :

  • Lyon – Bordeaux, à 12h30 : l’UBB peut-il croire au miracle ?
  • Racing 92 – Stade Français, à 16h50 : le derby de l’impossible pour Paris

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+