INVICTUS !

TOP 14... 3ème journée                       Castres – Bordeaux       32 – 34

                                 Toulon – Lyon      6 – 20

Des Bordelais invincibles

Maîtres de leurs destins…

À l’heure où la fédération sud-africaine compte son quatrième décès de la génération championne du monde en 1995, sacrifiée pour la cause d’une réunification illusoire encensée dans le film à sens unique de Clint Eastwood, Invictus, le TOP 14 renaît des cendres que produit tous les quatre ans dans ses rangs la coupe du monde de rugby.

Alors que le monde du rugby pleure la disparition de Chester William, symbole d’une nation post-apartheid pour avoir été le premier noir à intégrer les Springboks, mort d’une crise cardiaque à seulement 49 ans, Bordelais et Lyonnais, invaincus depuis trois journées, enchantent la France du rugby, faisant des ravages partout où ils passent.

À commencer par les hommes de Urios, stratège gagnant d’Oyonnax en PRO D2 puis de Castres avec un titre de champion de France en 2018, de retour justement à Pierre-Fabre dans une ambiance pour le moins tendue après une fin de mandat houleuse.

Les Bordelais, emmenés par un Jalibert encore époustouflant, auteur d’un troisième essai en trois matches, ont réussi à se défaire de la pression locale qui, en moins d’une demi-heure, leur coûtait cinq pénalités et un carton jaune. Il aura fallu la vista du jeune prodige béglais pour offrir une passe décisive à Higginbotham (15è) et réaliser un coup de pied par-dessus magistral pour lui-même et le deuxième essai, juste avant la pause.

Mais que fait ce garçon en France quand le Japon a tant à lui révéler ?

Menée d’un point (15-14), mais en supériorité numérique après l’expulsion temporaire de Kockott, l’UBB va faire parler la force de son pack pour inscrire son troisième essai dès le retour des vestiaires, par Tutaia, et prendre les devants par la botte de Jalibert (15-24).

Mais le retour du demi-de-mêlée castrais va sonner la révolte des siens et leur permettre de repasser devant après une nouvelle pénalité et un essai de Lapeyre sur un beau mouvement de Dumora, décalé à l’ouverture après la sortie prématurée de Fortunel (25-24).

Le chassé-croisé entre les deux équipes n’allait pas s’arrêter là. Botica, ayant remplacé le jeune virtuose pour Bordeaux, rajoutait trois points avant que Combezou ne les avale avec un essai venu de loin, transformé par l’impeccable Kockott (32-27).

Dans les dernières minutes, les hommes de Urios continuaient de pilonner la défense locale, à la faute. Et il aura suffi d’un seul écroulement de maul qui allait dans l’en-but pour convaincre monsieur Cardona de leur accorder l’essai de pénalité, et de la gagne. 

Quel match et quel scénario !

Dans la foulée, les Lyonnais n’ont pas offert au public de Mayol le même suspense.

Même s'il a fallu attendre pratiquement l’heure de jeu pour voir un premier essai, après un triste et fermé 3-3 dans le premier acte. Les hommes de Mignoni ont fait parler la puissance avec les avants et Ric à la conclusion. Dix minutes plus tard, Barassi contrait une nouvelle avancée locale stérile et partait seul inscrire le deuxième essai des visiteurs.

Jamais le Lou n’a semblé craindre son adversaire, bien ancré dans sa défense, jusque-là toujours préservée, avec aucun essai encaissé en trois matches.

Quant aux Toulonnais, le retour frustré de Belleau n’aura pas fait d’étincelles dans le jeu, avec moins d'âme ou peut-être même moins d'envie, que les quelques minutes avec Carbonel, blessé prématurément.

Lyon et Bordeaux caracolent en tête d’un TOP 14 transfiguré.

Et comme l’écrivait William Ernest Henley à la fin de son poème Invictus, qui a inspiré le film de Clint Eastwood :

Aussi étroit soit le chemin (d’une saison)

Nombreux les châtiments infâmes (qui attendent chacun)

Je suis le maître de mon destin

Je suis le capitaine de mon âme

L’âme d’un rugby que l’on aimerait bien retrouver au Japon.

  

Les autres matches en bref...

Montpellier (3) – La Rochelle (13)        30 – 16

Retour en force

Menés seulement 10-3 à la pause, après un premier essai rochelais par Roudil et deux refusés à Retière, les Montpelliérains ont réagi avec autorité en seconde période par le pied de Cruden et trois essais, dont un doublé de Willemse et un dernier par Immelman, avec chaque fois l’appui précieux de N’Gandebe, le facteur X du MHR.

Les Rochelais ont manqué de tuer le match dans le premier acte et se sont fait prendre par la vitesse locale à l’heure de jeu, en infériorité numérique. Une fois les Héraultais lancés, plus rien ne pouvait les arrêter.

Stade Français (9) – Bayonne (7)       33 – 27

Rien ne sert de courir…

Deux essais en quinze minutes (Lapègue puis Hamdaoui), deux pénalités de Segonds, le suppléant de Plisson (puni sur le banc), et un doublé de Lapègue juste avant la pause pour répondre à Ruru et mener 27 à 10, tout est allé trop vite à Jean-Bouin pour le public parisien qui a cru à une promenade de santé de son équipe, déjà défaite deux fois à l’extérieur.

Seulement, au retour des vestiaires, les Stadistes n’ont rien montré, si ce n’est encaisser le retour des Basques avec deux nouveaux essais (Graaf et Gorin), laissant le second de Plisson assurer la victoire au pied, l’ex-ouvreur international français ayant été laissé sur la touche jusqu’au coup de sifflet final. Il n’était pas question de manquer ces pénalités de la gagne, cette fois.

Pau (5) – Agen (12)                            18 – 12

Un maintien bien fragile

Les Palois ont peiné pour venir à bout de ces Agenais, appliqués et réalistes, comme toujours.

Pendant qu’Hastoy grignotait des points, les Lot-et-Garonnais osaient et concrétisaient le premier essai du match par Lagarde pour mener 7-6 à la pause.

Dans le second acte, les locaux parvenaient enfin à marquer pour passer devant (11-7) avant que les visiteurs ne reprennent les commandes par un deuxième essai de Sadie (non transformé). Il faudra attendre les cinq dernières minutes pour que Wotu sauvent les siens et soulagent le public du Hameau en passant victorieusement l’en-but des Agenais qui méritaient mieux.

Brive (13) – Clermont (4)                    28 – 21

Un derby qui booste

15-0 en quinze minutes. Puis 22-7 à la pause. Brive assomme Clermont d'entrée dans le derby du Massif Central, avec trois essais (Namy, Fa'aso'o et Galala) et une pénalité de Laranjeira quand les vice-champions de France parviennent timidement à réduire le score avec l'essai de Lee.

La seconde période, à la main des visiteurs qui reviennent dans le match après deux essais de bonne facture, de Moala puis Cassang, se terminera par du déchet de chaque côté, la fatigante n'aidant pas, les Clermontois en faisant les frais, perdant le point de bonus défensif.

Si Brive lance enfin sa saison avec ce derby gagnant, Clermont encaisse en essais et en silence l'absence de ses leaders.

Toulouse (8) – Racing 92 (6)           20 – 17

Un Toulouse hybride à deux vitesses

Hormis les très bonnes entames de chaque période, qui ont permis les trois essais toulousains, le champion de France a souffert, laissant le Racing revenir dans la partie à chaque fin de période. Heureusement que les buteurs franciliens n'étaient pas en réussite !

Une première tout de même réussie sur la nouvelle pelouse hybride d'Ernest Wallon qui permet à Toulouse de lancer enfin sa saison.

 (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

Les derniers résultats internationaux avant la coupe du monde...

Japon – Afrique du Sud        7 – 41

Écosse – Géorgie                  36 – 9

Angleterre – Italie                37 – 0

Nouvelle-Zélande – Tonga   92 – 7

Australie – Samoa                34 – 15

Irlande – Pays de Galles      19 – 10

L’Irlande succède au Pays de Galles

Le deuxième succès des Irlandais sur les Gallois leur vaudra plus qu’un simple test d’avant le grand bain international, mais une première place au classement mondial, trois semaines après les Gallois qui n’étaient restés sur ce trône qu’une semaine.

Le XV du Trèfle pourra savourer sa première place au moins jusqu’au premier match des All Blacks le 21 septembre contre l’Afrique du Sud. Après quoi, les champions du monde en titre pourraient bien conserver leur place et leur titre jusqu’au bout du mondial.

À noter la cuisante défaite des Tongiens qui, espérons-le, augure d’une moindre menace pour les Bleus…
Pas comme en 2011. 

Quant aux Anglais, ils nous ont tout simplement rappelé, ben que... les Ritals, y a pas de quoi sauter au plafond.

 

La semaine prochaine…

Le TOP 14 régale pendant que les Bleus sont prêts à trinquer.

Ça y est, le XV de France s’est envolé pour le Japon, avec leurs bleus de chauffe et des Bleus chauffés à blanc.

En attendant ses premiers « vrais-pas », le TOP14 tentera de consoler les oubliés et les recalés en les intégrant à sa quatrième journée qui chauffe déjà pour quelques grosses écuries. 

Au programme* dès samedi 14 septembre :

         La Rochelle – Toulouse, à 15h30 : sortir des bas-fonds

         Bayonne – Castres, à 18h : resserrer les rangs

         Clermont – Pau, à 18h : maruer les esprits

         Lyon – Brive, à 18h : en patron

         Bordeaux – Stade Français, à 20h45 : ne pas gâcher

Puis dimanche 15 septembre :

         Agen – Montpellier, à 12h30 : dans la douleur

         Toulon – Racing 92, à 16h50 : affiche d’un autre temps

(*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

 

Du côté du TOP 16 féminin, les filles reprennent enfin !

À suivre le programme de la première journée>> site FFR : competitions-elite-1-feminine