Des Bleus en pleine forme...

TOP 14... 19è journée                            Racing 92 – Bordeaux      32 – 33

Woki et Jalibert en pleine forme !

Sauf au Racing !

Après un week-end de matches en retard, la LNR nous en a offert un autre d’une journée en avance, la 19ème !

Histoire de profiter des internationaux d’une journée promise aux doublons, en plein tournoi.

Et pour en profiter, on en a profité :

Jalibert et Woki, étincelants et décisifs à Paris La Défense Arena pour Bordeaux.

Alldritt et Bourgarit, efficaces à Marcel-Deflandre, avec chacun son doublé.

Marchand et Dupont, à la fête à Armandie pour le champion de France.

Raka et Penaud, pas en reste au Michelin, pour les Jaunards, même si le premier est un oublié (temporaire) de la liste de Galthié.

Et enfin, Serin et Carbonel, magistraux à Mayol, démontrant, encore une fois, qu’ils valent mieux que des doublures de Dupont et Jalibert, cités au-dessus... parce que, quand même au-dessus.

Quant aux internationaux du Racing, c’est un deuxième coup d’arrêt qui stoppe la dynamique gagnante du club francilien, comme pour ceux du MHR, dans le dur, à se demander ce qu’ils ont bien pu démontrer à perdre autant avec leurs coéquipiers de club.

Pire, pour le Racing ! En plus de perdre un match à sa portée, pour la deuxième fois d’affilée, il a perdu Vakatawa, blessé au genou et qui sera sans doute privé de tournoi. Un coup dur pour Galthié qui a appelé le Lyonnais Barassi pour le remplacer.

Mais l'excellente forme de nos autres internationaux reste néanmoins de bon augure avant le premier match contre l’Italie, en espérant que le tournoi aille au-delà, ce qui est moins sûr.

En attendant, voici un résumé des matches de cette 19ème journée.

 

Tous les matches en bref…

Racing 92 (4) – Bordeaux (6)                32 – 33

Arrêt net à l’Arena, deuxième !

Décidément, le spectacle se retourne contre ses hôtes à l’Arena de Paris La Défense. Pour la deuxième fois, les Racingmen se sont fait surprendre par l’audace et le pragmatisme de leurs visiteurs.

Après un quart d’heure d’observations fébriles, de part et d’autre, tant les deux équipes avaient à se racheter de leurs mauvaises opérations du week-end passé, les Bordelais profitaient d’une interception de Higginbotham pour lancer ce match avec le premier essai.

Une course-poursuite s’engageait alors entre les deux formations offrant un jeu enlevé et ouvert, Imhoff puis Lauret répondant avec deux beaux essais avant que Woki n’égalise à la pause.

En seconde période, les visiteurs allaient prendre les devants, grâce à un essai de l’incontournable Jalibert obligeant les locaux à courir après le score, Machenaud et Beale passant des pénalités gagnées « bien » facilement en mêlée, quand le carton rouge pour plaquage cathédrale virait finalement au jaune contre Sanconnie, autant de petites choses qui permettaient au Racing de reprendre le score (32-30).

Seulement, à dix minutes du terme, Lucu passait la pénalité de la gagne quand le Racing ne parvenait plus à passer le rideau bordelais, dévissant ses relances et le coup de pied décisif par Beale.

Une victoire finalement méritée pour l’UBB même si l’on peut penser que la perte prématurée de Vakatawa a pu déstabiliser le jeu d’attaque francilien, plus imprécis et moins perforant que d’habitude.

Clermont (5) – Castres (10)                   59 – 19

La reconquête de Parra

Quand la touche va, tout va… beaucoup mieux pour le jeu clermontois, relancé ce samedi au Michelin, avec un Parra des grands jours qui a fait oublier Bezy sur le banc.

Si les Castrais ont fait presque jeu égal en première période, avec deux essais partout (Raka, Vili, contre Fernandez, Guillemin) pour un honorable 23-16 à la pause, le seconde acte n’a vu qu’une déferlante volcanique du jeu auvergnat, appuyé sur une conquête enfin digne de ce nom et qui change tout à l’arrivée.

Cinq nouveaux essais, grâce aux doublés de Raka et Fourcade, plus deux autres de Penaud et Jedrasiak. Pas de quoi crier au génie non plus, quand on sait que l’équipe tarnaise a largement été remaniée, déjà satisfaite de ses trois gros coups à Pau, Lyon et Montpellier.

Mais de quoi rassurer les joueurs et le staff avant de recevoir Bordeaux pour une belle revanche dans la manière avec du spectacle, encore ! au Michelin.

Montpellier (13) – Lyon (7)                    16 – 21

Les chèvres de monsieur Saint-André

On pourrait presque en rire, tant tout ce remue-ménage pour virer Garbajosa et mettre un nouveau berger juste bon à mener des chèvres à l’abattoir (voir la coupe du monde 2015 de PSA) ne pouvait présager un autre résultat.

Sixième défaite de rang, avec son petit point de bonus défensif et de satisfaction :

« Il y a de bonnes choses, mais tout n'a pas tourné rond, et puis, c’est pas notre faute, tout est contre nous, j’ai jamais vu ça ! »

Menteur, Philippe, on a les vidéos des matches des Bleus en Angleterre.

Peut-être que le problème à Montpellier n’est pas l’entraîneur, mais le manque de jeu, d’envie, d’amitié qui soudent un groupe autour d’un même but, la base du rugby comme dirait Blondin :

« A travers les contrées, malgré les situations, par-delà les chapelles, on est du même côté de la barrière quand on est de la même angoisse et du même espoir. »

Alors forcément, les Lyonnais en ont profité, comme les Castrais, les Bordelais. Y avait qu’à se baisser pour ramasser la victoire, un temps bonifiée, avec les essais de Mignot, Nakaitaci et Fainga’a, avant que Delhommel ne l’annule à dix minutes de la fin, pour changer la autre du bonus, en faveur des tristes locaux.

La bataille va être rude entre Palois, Basques et Montpelliérains pour éviter le match de barrage de la relégation.

Pau (11) – Brive (9)                               27 – 32

Enzo Enzo

Dans un match très serré où le jeu palois a accouché de trois essais (Le Bail, Whitelock et Lesplaucq) après un début compliqué, c’est l’ouvreur briviste Enzo Hervé qui a tiré son épingle du jeu, récompensant les efforts de ses coéquipiers avec un 100% au pied et permettant de mener 16-3 avant que les locaux ne se réveillent.

Suffisant pour tenir le match, grâce à un deuxième essai de Bitunyata en seconde période (après celui de Kamikamica en première), et toujours un Enzo parfait au but pour punir l’indiscipline de la Section.

Le pragmatisme et le courage au combat des Coujoux auront eu raison d’un match indécis jusqu’au bout. Brive s’éloigne de la zone du maintien quand Pau s’y installe devant les Basques.

Toulon (3) – Stade Français (8)           35 – 13

Prise de podium 

Les Toulonnais ont confirmé leur maîtrise offensive, autant que leur efficacité, sous la baguette de leur charnière Serin-Carbonel, l'ouvreur ouvrant même le score avec un premier essai d'école, copié quelques minutes plus tard par la vivacité de leurs trois-quarts qui lançaient Toeava à la conclusion du deuxième.

Les Parisiens ont bien tenté d'exister, mais les six points de Sanchez en début de match n'aboutiront à rien, pire, l'ouvreur argentin sera expulsé définitivement pour un plaquage dangereux (tiens! pas comme au Racing).

En supériorité numérique en seconde période, les locaux ont enfoncé le clou avec un ballon porté par Tolofua jusque dans l'en-but pour le bonus offensif qu'a sécurisé Heem sur une nouvelle séquence. Etien sauvera l'honneur des siens à dix minutes de la fin d'un match à la main des Varois.

Toulon monte sur le podium, en place et à hauteur du Racing.

La Rochelle (2) – Bayonne (12)            40 – 3

Agen (14) – Toulouse (1)                      0 – 59

Le trop grand écart

Sans commentaire tant il n’y a pas eu de match dans ces deux rencontres aux allures de démonstration.

6 essais pour les Maritimes, 9 pour les Toulousains, et pas une miette pour leurs adversaires, à la rue dans tous les secteurs du jeu.

 (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après ce week-end)

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

La semaine prochaine…

Le TOP 14 se remet la tête à l’endroit

Après avoir reprogrammé des matches en retard et en avance, le championnat de France reprend son cours avec la 15ème journée, mais sans les internationaux, convoqués cette semaine à Nice pour préparer le tournoi.

Ce qui est bien dommage quand on voit l’affiche alléchante de haut de tableau qui se jouera sans les cadres toulousains et rochelais.

Une chance pour les clubs moins impactés par les sélections de se rapprocher du carré de tête, logiquement plus sollicité par l’équipe de France. La double peine étant pour le MHR, à la ramasse en championnat et pourtant à l’effectif très prisé. Cherchez l’erreur ! (PSA ou Galthié ?)

Voici un récapitulatif des sélections par club :

  • 7 pour Toulon et Racing 92  
  • 5 pour Toulouse et Montpellier   
  • 4 pour La Rochelle et Lyon      
  • 2 pour le Stade Français et Bordeaux 
  • 1 pour Clermont, Castres et Pau

Au programme*, dès le vendredi 29 janvier :

         Montpellier – Racing 92, à 20h45                    

Puis le samedi 30 janvier :

         Clermont – Bordeaux, à 15h15          

         Bayonne – Agen, à 18h15                    

         Brive – Toulon, à 18h15                    

         Lyon – Pau, à 18h15                    

Enfin, dimanche 31 janvier :

         Stade Français – Castres, à 18h                      

         La Rochelle – Toulouse, à 21h05    

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

 

Du côté du TOP 16 féminin

Des matches en retard de la phase régulière se sont joués ce week-end.

Retrouvez résultats et calendrier sur >> site FFR : competitions-elite-1-feminine