Le mors aux dents ou la mort aux trousses

TOP 14... 18è journée                           Toulon – Racing 92       25 – 21

La course aux qualifs est lancée !

Avant la dernière ligne droite

Plus que sept journées avant le dénouement de la phase régulière... l'éclaircie du printemps.

La 19ème journée du championnat, au titre de la 18ème (comprend qui suit), a reboosté les prétendants aux phases finales et fait réagir les concurrents au maintien.

En haut

Toulon a serré les fesses, samedi soir, et appuyé sur la pédale d’accélérateur après avoir vu surgir dans son rétroviseur trois sérieuses écuries qui visaient clairement sa sixième place, la dernière qualificative pour les barrages.

Lyon, Paris et même le pénible CO, le Diabolo des fous du volant, rompu à l’exercice jusqu’à décrocher le bouclier en 2018.

Bayonne (13) – Lyon (7)                        20 – 28

D’abord, le LOU à Bayonne, s’est défait des Basques accrocheurs mais dépassés par la rage des visiteurs aux dents longues et aux armes acérées dans leur ligne arrière.

Mignot, Regard et l’international Barassi signaient trois essais contre deux pour les locaux, par Luc et Duhau.

Stade Français (8) – Agen (14)             40 – 21

Ensuite, Paris qui recevait la lanterne rouge, est venu à bout du bonus offensif qui lui tendait les bras, malgré un carton rouge et quelques sueurs en mêlée.

Waisea, Kremer, l’international Macalou, Latu, Veainu et Danty conclueront les six essais parisiens quand Gauban s’offrira un doublé pour Agen, complété par un troisième essai de Cottin.

Castres (9) – La Rochelle (3)                22 – 15

Enfin, Castres, qui pouvait craindre la venue des Maritimes, a surfé sur sa défense dont la spécialité est de couler la moindre offensive à l’amarrage, pour canaliser les velléités du dauphin du championnat, le poussant à la faute.

Les Varois, eux, ont donc ramé dans une galère de 80 minutes pour venir à bout de Racingmen qui cherchaient à profiter du faux pas rochelais pour reprendre la deuxième place et coller au leader toulousain.

Mais si Vakatawa a réussi à donner des sueurs froides aux locataires de Mayol, Serin et Carbonel ont tenu les rênes d’un match tendu mais maîtrisé, tenant à distance les Franciliens avec le seul essai de Villière et le pied parfait de l’ouvreur international.

Car les internationaux auront été très en vue... lors de ce match, et de cette dernière journée, avant la reprise du tournoi des VI Nations en Angleterre.

La charnière remplaçante Serin-Carbonel, tout en maîtrise, je vous disais, Villière, tout en embuscade et efficacité, côté varois, mais aussi et surtout Vakatawa, côté Racing, explosif et précieux (comment s’en passer ?), Le Roux à la conclusion du deuxième essai, et Chat, au four et au moulin, toujours dans l’avancée. On peut dire qu’ils ont tous marqué des points.

Le Racing aura laissé filer le match, pourtant à sa portée, à cause d’un Iribaren à côté de ses pompes et d’une indiscipline qui aura permis à Carbonel de prendre les devants.

Toulon assure ainsi l’essentiel avant de se rendre à Gerland, dans trois semaines, avec cinq longueurs d’avance sur son hôte, pour un choc qui ressemble déjà à un huitième de finale.

En bas

Montpellier (11) – Clermont (4)            22 – 16

Montpellier jouait gros pour son maintien, en recevant des Jaunards revanchards après la défaite du match aller au Michelin. Mais rien n’a pu ébranler la motivation et l’engagement des Cistes pour l’emporter, grâce à un retour de Bouthier gagnant, auteur du seul essai maison.

Et pourtant, la domination était bien auvergnate, avec les Moala, Barraque, Matsu et Raka en feu, l’ailier international, finisseur sur l’essai asémiste. Mais il aura fallu un Lopez pas en réussite et une première ligne suppléante catastrophique pour que l’ASM perde le fil du match et du score, et même son bonus défensif.

De quoi mettre en liesse le groupe montpelliérain à la fin du match, comme s’il venait de gagner le Brennus. Et pour cause, le MHR fait un bond au classement, laissant Pau à cinq longueurs, Bayonne à six.

Seulement les Basques recevront Agen, samedi prochain, en match en retard, et devrait recoller au train des hommes de Saint-André, oubliant ainsi la défaite à Jean-Dauger contre les Lyonnais, malvenue après l’exploit à Mayol.

Bordeaux (5) – Pau (12)                        29 – 23

La mauvaise affaire du week-end aura été pour les Palois qui se seront bien accrochés à Chaban-Delmas pour tenter l’impossible, face aux coéquipiers de Jalibert, en grande forme internationale, l’ouvreur, replacé à l’arrière, ayant sans doute marqué les esprits du staff du patient-zéro-qui-ne-l’était-pas, même si N’Tamack a fait un retour correct à Ernest-Wallon et que derrière Dulin, n’a pas à craindre pour sa place.

Woki, auteur du deuxième essai girondin, devrait être de la sélection. Quand je vous disais que nos internationaux ont tout fait pour être vus.

Toulouse (1) – Brive (10)                       42 – 17

Et pour finir, que dire de notre leader, si ce n’est qu’il s’est amusé à se faire peur pendant une heure, mené même par des Coujoux autant pénibles à jouer qu’opportunistes, après deux essais de Buliruarua et Japaridze (14-17).

Les Toulousains ont dû s’en remettre à leurs avants pour enfoncer la défense corrézienne, plus à la rude qu’à la rue, avec deux essais de pénalité après ceux de Tekori et Cros, l’international faisant un retour remarqué, comme N’Tamack et Aldegheri, le pilier des Bleus arrachant un bonus offensif mal barré en fin de rencontre, sécurisé par le sixième essai du talonneur suppléant Cramont.

Tout va bien pour le champion de France, jamais aussi proche d’un nouveau titre.

 (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après ce week-end)

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

La semaine prochaine…

Un Crunch qui ne sent pas bon…

Après toutes ces polémiques et mascarades autour de la bulle sanitaire du XV de France, finalement pas plus percée que le mystère du patient zéro, et largement commentées outre-Manche par des tabloïds qui réclamaient la tête de la France, tranchée sur tapis vert… les Bleus seront attendus de pied ferme à Twickenham, là où quelques mois auparavant un certain Andrew Brace les avait privés du titre du premier Tournoi d’automne.

Et voilà que le téméraire arbitre gallo-irlandais sera de la partie pour servir le XV de sa Majesté après sa défaite à Cardiff à cause d’un duo d’arbitres français qui a osé lui voler sa victoire et son troisième rang mondial, cédé à ces « fromages-qui-puent-le-covid-sans jouer ».

Bref, ce match sent surtout la poudre…

S’il se joue, car la semaine promet encore des étincelles et des surprises !

 

Au programme*, le samedi 13 mars :

         Italie – Pays de Galles, à 15h15          

         Angleterre – France, à 17h45                    

Enfin, dimanche 14 mars :

         Écosse – Irlande, à 16h                      

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de France TV

 

Le TOP 14 présentera en parallèle le match en retard de la 15ème journée suivant :

         Bayonne – Agen, samedi à 14h45  (C+)

À noter que tous les matches seront à jour pour la reprise de la 20è journée, le 26 mars prochain !

 

Du côté du TOP 16 féminin

Les Play-Off se déroulent jusqu'au 2 mai, sur 6 journées que je ne commente plus, faute de couverture médiatique en direct.

Cependant, il ne fait aucun doute que Montpellier et Toulouse seront des demies. Reste à savoir qui entre Blagnac et Rennes, dans la poule 1, et Bayonne et l’ASM, dans la poule 2, leur serviront de sparring-partner avant leur finale courue d’avance.

Retrouvez résultats et calendrier sur >> site FFR : competitions-elite-1-feminine