Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
  • Revivez ici les grands moments du rugby à XV... avec les fameuses "Brèves d'Ovalie" d'Antonio ! Retrouvez ici tous les résultats du TOP 14 à la CHAMPIONS CUP... en passant par le Tournoi des VI Nations et la Coupe du monde, bien sûr !
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
42 abonnés
Le match de rugby arbitré par Dédé

Jeu 5-3-Double (LOGO-X)
                  C'est quoi ce jeu ?

TOP 7 - Le jeu de pronos du TOP 14 !
Le Café de la Page blanche

Bandeau le café de la page blanche v12

Visiteurs
Depuis la création 44 705
23 mai 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°432

Toulouse... born to win !

CHAMPIONS CUP... Finale                         Toulouse – La Rochelle       22 – 17

Dupont, élu meilleur joueur de la compétition

La tête sur les épaules
et le jeu dans les étoiles

Y a pas à chier, ce club est né pour gagner !

Vingt Brennus, et maintenant une cinquième étoile sur le maillot mythique des Rouge et Noir, seul club européen avec cinq titres, devant le Leinster (4), Toulon et les Saracens (3). 

Respect !

Mais ça me fait quand même chier que mes nouveaux « Jaunards » soient passés à côté de l’événement, tant les Toulousains n’ont pas été transcendants une bonne partie de cette finale, samedi à Twickenham, sans jamais pour autant se laisser déborder par l’envie rochelaise.

Il y avait la place pour les surprendre et les faire douter.

Mais fallait-il encore contenir toute précipitation et excès de zèle dans les percussions (merci Bothia, le centre n’en est pas à son premier mauvais coup).

En moins d’une demi-heure, le trois-quarts centre fidjien écopait d’un carton rouge justifié pour plaquage à l’épaule dans la gorge de Médard, alors que son équipe tenait tête jusque-là au champion de France, grâce à West qui avait su répondre au pied à N’Tamack, malgré une pénalité manquée.

Mieux, la mêlée fermée rochelaise faisait vaciller le pack toulousain.

A 6 partout, les Jaune et Noir gardaient l’envie et la main sur le ballon, profitant même d’un carton jaune contre Elstadt pour finir la mi-temps à 14 contre 14 et mener 12-9.

Seulement, le second acte allait être une leçon de réalisme de la part des coéquipiers de Dupont qui, curieusement, n’avaient pas encore fait rugir les courses de leurs trois-quarts. L’occasion de sortir la Ferrari Kolbe et donner quelques frayeurs aux Rochelais. L’ailier champion du monde aplatissait en coin, mais avec un pied en touche qui invalidait l’essai.

Ouf !

Les assauts toulousains commencèrent à user les Maritimes, en infériorité numérique, les poussant à la faute que N’Tamack convertissait aussitôt pour égaliser. Pour autant, les occasions des hommes de Jono Gibbes ne manquaient pas, si ce n’est de réalisme, lorsque le pilonnage des avants accouchait d’un en-avant de Bourgarit.

Contrairement aux coéquipiers de N’Tamack que l'ouvreur du XV de France a parfaitement su faire jouer. Une passe sautée vers Tolofua et la voie était dégagée pour l’essai de l’argentin Mallia. C'était pratiquement la troisième action d’envergure du Stade Toulousain. Mais elle faisait mouche, quand les Rochelais attendront la dixième, au moins, autour de leurs ballons portés, pour enfin envoyer Kerr-Barlow à dame, mais sans la transformation.

West laissra quelques 8 points en route dans cette finale !

Des petits détails qui font toute la différence, à ce niveau de compétition, et que ce Toulouse-nouveau a su tirer à son avantage, faisant preuve d'assez de maturité pour imiter les anciens et décrocher une cinquième coupe d’Europe, après 1996, 2003, 2005 et 2010. 

 

Toulouse champion 2021

Seul Médard était du dernier sacre... et des deux précédents. Monsieur trois étoiles !

Bravo à cette génération en or qui fait aussi le bonheur de l’équipe de France, que ce soit du côté des vainqueurs, avec Dupont (meilleur joueur de la compétition), N’Tamack, Baille, Mauvaka, Cros, Tolofua, Lebel et Ramos, ou du côté des vaincus, avec Dulin, Alldritt, Gourdon, Bourgarit et Atonio.

Mais les Maritimes n’ont pas dit leur dernier mot…

Une revanche pourrait bien avoir lieu au Stade de France, si les Rochelais relèvent la tête et évacuent les regrets qu’ils ont nourris sur cette finale. Le Brennus leur tend les bras. À eux de retenir ceux de Bothia et d’embrasser leur destin avec plus de patience et de réalisme.

 

La finale de Challenge Cup en bref…

Leicester – Montpellier              17 – 18

Cocorico !

La veille au soir, toujours à Twickenham devant 10000 spectateurs, cette fois contents de voir une équipe anglaise sur leur pré, d’autres Tricolores triomphaient de la petite finale.

D’un petit point, à l’image de leur saison, les Montpelliérains ont fait preuve de courage et d’abnégation pour venir à bout des Tigres du Leicester et décrocher leur deuxième challenge européen.

Dans le dur tout le match, les hommes de Saint-André ont su relever la tête pour finir plus fort et l’emporter, d’un cheveu, à la hauteur de leur envie et des talents qui composent, malgré tout, cette équipe.

Avec Reinach et Pollard sur le banc, le XV de départ avait de la gueule, emmené par la charnière titulaire, Paillaugue-Lozowski, qui a su se souder pour réaliser un exploit chez les Rosbifs.

Pourtant dominés en première période, multipliant les fautes jusqu’à récolter un jaune (Bécognée), les Cistes ont marqué les premiers, par Rattez, grâce à une fulgurance de Bouthier, royal sous ses propres ballons hauts, permettant de ramener le nul à la pause (10-10) après l’essai en force de Wells.

C’est dans la même douleur que les Héraultais ont abordé le second acte, subissant les charges des avants anglais jusqu’à récolter un second carton jaune (Guirado), le temps pour Wiese d’offrir aux locaux le second essai, tout en force, derrière un énième ballon porté.

Mais, avant l’heure de jeu, Montpellier réduisait l’écart, par Paillaugue pour rester dans la partie, avant qu’une nouvelle fulgurance de ses trois-quarts, initiée pa N’Gandebe et relayée par Bouthier, n’envoie Goosen à l’essai de la gagne, malheureusement pas transformé.

Restait vingt minutes à tenir cet infime point d’avance.

Les entrées simultanées de Reinach et Pollard allaient apporter l’expérience suffisante pour priver les Tigers de ballon et les renvoyer dans leur camp. Une fin pleine de suspense qui aura finalement souri aux hommes de Saint-André, heureux de rattraper une saison merdique par un titre qui leur ouvre les portes de la prochaine Champions Cup.

Autant dire que Montpellier n’a même plus à se battre pour la huitième place. Sa saison est sauvée.

 

Le match en retard de la 21ème journée de TOP 14 en deux mots…

Agen (14) – Bordeaux (4)      3 – 49

À table(s) !

7 fois 1 : 7 ! 7 fois 2 : 14 ! … … … … 7 fois 7 : 49 !

Comme des All Blacks, les Bordelais ont multiplié les essais sans se tromper : Woki (2 fois), Moefana, Uberti (2 fois), Lachaise et Botica.

Tandis que les locaux ont buté sur leur table de trois.

3 fois 1 : 3 ! 3 fois 2 ? … 3 fois 2 ?

Vivement que la saison se termine pour Agen qui ne se sera rien mis dans le ventre de toute la saison.

L’UBB s’assure une place dans le premier carré, et devrait monter plus haut même, mardi prochain, face à des Montpelliérains, la tête dans leur nuage.

 

La semaine prochaine…

Le TOP 14 finit de régler ses comptes…

Plus que deux journées de phase régulière avant de connaître le verdict des qualifications aux phases finales.

Dès le week-end prochain, Paris, Lyon, Castres et Toulon pourraient entériner leur élimination. Malheur aux perdants !

Bordeaux pourrait carrément profiter, dès le mardi, de l’impasse attendue des néo-champions du Challenge Européen qui ne jouent plus rien, pour décrocher un nouveau bonus offensif et titiller une place directe en demie. Bayonne peut même espérer réitérer son exploit d’Ernest-Wallon, dans la foulée, à l’Altrad-Stadium face à des Cistes plus concernés par le championnat.

De quoi mettre la pression sur Pau qui serait bien inspiré de faire de même à Marcel-Deflandre, chez un vice-champion d’Europe peut-être encore à Twickenham à digérer sa défaite, pour espérer dépasser Bayonne la semaine suivante.

Une journée pleine de rebondissements !

 

À suivre* d’abord, le dernier match en retard de la 22ème journée, mardi 25 mai :

          Bordeaux – Montpellier, à 20h45

 

Ensuite, au programme* de la 25ème journée, dès vendredi 28 mai :

          Stade Français – Lyon, à 20h45

Puis samedi 29 mai :

         Toulon – Bordeaux, à 14h45

         Brive – Castres, à 17h

         La Rochelle – Pau, à 17h

         Agen – Racing 92, à 17h

         Montpellier – Bayonne, à 17h 

         Toulouse – Clermont, à 21h05

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

 

Du côté du TOP 16 féminin

Les Play-Off s’achèvent avec la dernière journée qui ne changera rien aux classements.

Montpellier et Toulouse, termineront devant leurs dauphines respectives, Blagnac et ASM Romagnat. Ces dernières n’ont pas plus à craindre de leurs poursuivantes et serviront de sparring-partner en demies aux deux ogresses du rugby français féminin.

Retrouvez résultats et calendrier sur >> site FFR : competitions-elite-1-feminine

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité