Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
  • Revivez ici les grands moments du rugby à XV... avec les fameuses "Brèves d'Ovalie" d'Antonio ! Retrouvez ici tous les résultats du TOP 14 à la CHAMPIONS CUP... en passant par le Tournoi des VI Nations et la Coupe du monde, bien sûr !
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
42 abonnés
Le match de rugby arbitré par Dédé

Jeu 5-3-Double (LOGO-X)
                  C'est quoi ce jeu ?

TOP 7 - Le jeu de pronos du TOP 14 !
Le Café de la Page blanche

Bandeau le café de la page blanche v12

Visiteurs
Depuis la création 44 705
19 septembre 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°444

Paris, lanterne rose

TOP 14... 3è journée                                Toulon – Stade Français       38 – 5

Paris ferme la marche

Et un, et deux, et trois zéros !

Si la Ville rose peut s’enorgueillir que son équipe championne de France brille déjà à la première place du TOP 14, avec trois victoires, la Ville lumière, elle, préfèrerait taire que la sienne sombre aux tréfonds du classement, après trois défaites en autant de matches.

Et surtout un zéro pointé au compteur !

Ce dimanche soir, les Stadistes de la capitale ont essuyé une humiliante défaite chez d’autres Rouge et Noir que nos champions en titre, dans la rade de Toulon.

À se demander s’il y avait quelqu’un sur le terrain face aux hommes de Mola (Hugo, pas Omar) qui sont entrés dans la partie comme des Talibans dans Kaboul, sans la moindre résistance.

Une honte quand on sait que cette rencontre inaugurait le trophée dédié à Christophe Dominici, disparu tragiquement l’an dernier. De quoi se retourner dans sa tombe et tomber une nouvelle fois de haut.

Un peu d’orgueil et d’envie, les gars !

Au bout d’une heure, après avoir encaissé quatre essais sans réagir et un cinglant 31-0, les hommes de Quesada ont enfin entendu le cri d’une âme en peine, emmenant dans l’en-but un ballon comme on porte un cercueil.

Mais cette fois, il s’agissait du jeu parisien, bel et bien mort.

Pas sûr que fin janvier, à Jean-Bouin, il ressuscite pour rendre hommage à celui qui l’avait rendu si flamboyant, imprévisible et surtout gagnant, dans les années fastes Guazzini.

Désormais, la couleur fétiche du club de la capitale suffira à désigner la dernière place, tant il paraît improbable qu’il la cède un jour, comme Agen la saison dernière. Alors on parlera de lanterne rose.

Quoi, la victoire des Toulonnais ?

Bien sûr, les Varois étaient aussi au pied du mur avant ce match, sans la moindre victoire, avec juste un nul à la maison. Ils se devaient de montrer les dents et marquer les esprits en gagnant avec la manière. Mais que dire de ces deux premiers essais si faciles, en force, deux copier-coller par Isa puis Parisse, face à des Parisiens ailleurs ?

Le retour des vestiaires s'est fait dans le même état d'esprit, les uns dans la lune, les autres dans l'en-but, Salles et Luc corsant l'addition d'une partie déjà pliée. Le dernier essai, à la sirène, de Sosene-Feagai sera anecdotique.

Non, Paris n'est pas en crise, nous jure Quesada... Non, il manque juste de lumière !

 

Les autres matches en bref…

Clermont (10) – La Rochelle (13)             23 – 22

Malheur au perdant

Comme les Parisiens, les deux formations aux tuniques jaunes ne comptaient pas la moindre victoire avant la rencontre et la défaite pour l’un allait le plonger dans les abysses du classement.

Et ce sont les Jaune et Noir qui auront fait les frais de ce deuxième choc des mal classés, même si les Jaune et Bleu n’en ont pas mené large durant toute une partie compliquée sous une pluie battante, voire diluvienne en première période.

On leur pardonnera donc les fautes de mains, de part et d’autre, et on retiendra l’essai de Yato qui a lancé la partie et obligé Plisson à corriger le tir au pied pour rester dedans, à la pause, mené d’un petit point (13-12).

Le second acte fut plus plaisant, d’entrée, avec ce petit numéro de Lopez dans la défense rochelaise, offrant l’essai à Vili, dans l’intervalle (20-12). Mais les visiteurs ne se sont pas laissés abattre et ont poussé les Auvergnats à la faute pour que Plisson continue son travail de recollage (20-15) avant que Bourgarit n’inscrive un essai qui lui sera refusé pour avoir rampé.

Après la pénalité de Lopez (23-15), les Jaunards du Michelin se sont sentis pousser des ailes, rêvant d’un bonus offensif, à la sirène. Sauf qu’il ne faut pas écouter les sirènes et qu’à trop rêver, Lopez s’est fait intercepter, laissant filer Haddad pour l’essai du bonus défensif des Maritimes. Cela aurait été trop beau aussi !

Montpellier (7) – Toulouse (1)             15 – 17

Indétrônable champion

Le champion de France et actuel leader ne s’est pas laissé démonter sa victoire à Montpellier, la troisième en trois journées, malgré une infériorité numérique à treize dans les dernières minutes et un retour tonitruant des Cistes avec leur deuxième essai, signé Rattez.

C’est qu’ils avaient commencé forts, les Toulousains, avec le feu follet N’Tamack qui prenait l’intervalle dès l’engagement pour le premier essai. Le reste aura été défense et maîtrise pour rester devant à la pause (3-7) malgré la poussée des locaux.

Au retour des vestiaires, rebelote ! Tauzin surprenait la défense montpelliéraine et creusait l’écart (3-14). Il faudra attendre l’heure de jeu que les hommes de Saint-André trouvent enfin la faille et inscrivent le premier essai par Doan. Puis le second, en supériorité numérique, après le carton jaune pour le pilier Tafili. Mais l’ouvreur italien Garbisi manquait la transformation de l’égalisation.

Les cinq dernières minutes, ayant privé les Haut-Garonnais d’un deuxième avant (par la règle de carence sur la mêlée précédente) ont donné quelques occasions aux locaux d’aller chercher cette victoire. En vain ! Trop maladroits, leur dernier ballon d’attaque leur en tombera des mains. Quel gâchis !

Lyon (2) – Perpignan (12)                      47 – 3

En Bleus de chauffe !

Les seconds couteaux de l’équipe de France ont fait parler d’eux à Gerland, à l’image de Bamba raffutant trois défenseurs avant d’inscrire, tout seul, le premier essai lyonnais. Barrassi, Couilloud, Cretin, Taofifenua lui ont emboîté le pas de l’oie pour se distinguer à leur tour dans cette partie à sens unique, en marquant ou faisant marquer, pour sept essais à l’arrivée.

De quoi rassurer un Pierre Mignoni inquiet de la prestation de ses hommes, la semaine passée, à Pau.

Brive (3) – Pau (11)                                30 – 13

Enzo Enzo !

À Amédée-Domenech, les Coujoux sont imprenables. Non, seulement, ils savent défendre et faire déjouer leurs adversaires, mais en plus, cette année, ils jouent comme des All Blacks.

Et c’est grâce à l’animation encore époustouflante d’Enzo Hervé, auteur d’un essai sur les quatre qui offrent à Brive un deuxième bonus offensif successif à la maison. De quoi nourrir de belles ambitions pour la saison, même si les Palois n’ont pas été exempts de tout reproche sur leur aptitude à défendre.

En tout cas Hervé ou Hastoy, y a pas photo !

Castres (4) – Bordeaux (9)                   23 – 23

Pas touche !

Les Castrais ont souffert en touche, c’est le moins qu’on puisse dire dans ce match qui semblait pourtant bien parti après l’essai de Barlot et un 10-0, au bout d’un quart d’heure. Mais l’heureux talonneur s’est ensuite heurté à un alignement adverse coriace à chacun de ses lancers, notamment dans les 22 bordelais, laissant son adversaire recoller au score par le pied de Trinh-Duc, titulaire en place de Jalibert, et dont le dernier drop avant la pause ramenait son équipe à quatre longueurs.

Et puis Jalibert a fait son entrée et son show, chambrant un peu le public local qui le siffleait Quatre minutes auront suffi pour bluffer le rideau tarnais et lancer Lam à l’essai.

S’ensuivit une mainmise des Girondins durant dix minutes aboutissant au second essai, signé Woki. De quoi mener 23-13 en terre castraise.

Et puis ce fut le temps des cartons. Un jaune contre Mori qui amenait l’essai d’Arata (20-23), un rouge « vif » contre Pietersen, après un attentat sur Lucu, qui offrait deux opportunités à Jalibert de creuser l’écart. Mais le chambrage de l’ouvreur du XV de France jouera contre lui, puisqu’après deux échecs, ce sera son vis-à-vis, Urdapilleta, qui aura le dernier mot, celui d’une égalisation heureuse.

Biarritz (5) – Racing 92 (6)                  28 – 19

Sweet home Aguilera

Aguilera était encore à la fête, samedi après-midi, pour sa deuxième réception de la saison. Les Biarrots ont surpassé leur envie de bien faire, collectivement, à force de courage et d’un seul ballon bien porté, pour venir à bout d’un Racing fluide et élégant qui a avalé les espaces pour inscrire trois essais de belle facture.

Et la note, salée, c’est bien les Franciliens qui l’ont payée à l’arrivée, par leur indiscipline en seconde période, et par la botte d’Herron, impeccable au pied. Ça fait mal au cul des ambitions du Racing et ça met du baume au cœur des supporters basques, ravis de voir leur équipe dans le TOP 6, juste devant leur adversaire du jour.

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après ce week-end)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

4ème journée du tournoi du Four Nations…

Argentine (4) – Nouvelle-Zélande (1)            13 – 36

Australie (3) – Afrique du Sud  (2)                 30 – 17

Les champions du monde déchantent

Après leur défaite surprise à la maison, les Boks ont été corrigés à l’extérieur par des Wallabies métamorphosés depuis le retour de Cooper et d’un jeu plus offensif. Quatre essais bien négociés contre un seul pour les champions du monde, éteints en seconde période.

De leur côté, les All Blacks n’ont pas faiblis en Argentine, enchaînant leur quatrième bonus offensif en autant de matches, à plus qu’une longueur d’une victoire qui ne peut plus désormais leur échapper dans la prochaine double confrontation avec les Springboks, condamnés à un double exploit… impossible.

En réalité, le seul suspense concerne la seconde place entre Australiens et Sud-Africains qu’un petit point seulement sépare. Et aussi, les Pumas, courant après une première victoire contre les Wallabies.

 

 ***

Reprise du TOP 16 féminin

Depuis la saison dernière et le nouvelle formule à deux poules, je ne commente plus les résultats de la phase régulière, faute de retransmission et suivi sérieux de la part des médias, mais aussi et surtout faute de suspense et d’intérêt sportif, vu les différences de niveau entre les six premières équipes et les autres.

Rendez-vous au printemps pour la phase finale !

Que cela ne vous empêche pas de retrouver tous les résultats et le calendrier sur 
>> site FFR : competitions-elite-1-feminine

 

La semaine prochaine…

Le TOP 14 défie le IV Nations…

Cela va être dur de relever le niveau. Pas sûr qu’un Toulouse – Clermont vaudra le choc entre All Blacks et Springboks. À moins qu’un Perpignan – Toulon… Misérable TOP 14 !

Au programme* de la 4ème journée du TOP 14, dès le samedi 25 septembre :

         Bordeaux – Brive, à 15h                    

         La Rochelle – Biarritz, à 15h

         Stade Français – Castres, à 15h                    

         Pau – Montpellier, à 15h

         Racing 92 – Lyon, à 17h       

         Perpignan – Toulon, à 21h05       

Puis dimanche 26 septembre :

         Toulouse – Clermont, à 21h05             

 

Au programme* de la 5ème journée du Four Nations, samedi 25 septembre :

         Nouvelle-Zélande – Afrique du Sud, à 9h05

         Australie – Argentine, à 12h05                    

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

 

Du côté du TOP 16 féminin

Retrouvez la prochaine journée sur >> site FFR : competitions-elite-1-feminine

Publicité
Publicité
Commentaires
P
Clermont, enfin ! Et ce malicieux Lopez qui offre un cadeau souvenir aux vaincus.A Toulon, Les amateurs parisiens touchent le fond.<br /> <br /> Petit W-E de rugby
Répondre
Publicité