Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
  • Revivez ici les grands moments du rugby à XV... avec les fameuses "Brèves d'Ovalie" d'Antonio ! Retrouvez ici tous les résultats du TOP 14 à la CHAMPIONS CUP... en passant par le Tournoi des VI Nations et la Coupe du monde, bien sûr !
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
42 abonnés
Le match de rugby arbitré par Dédé

Jeu 5-3-Double (LOGO-X)
                  C'est quoi ce jeu ?

TOP 7 - Le jeu de pronos du TOP 14 !
Le Café de la Page blanche

Bandeau le café de la page blanche v12

Visiteurs
Depuis la création 44 705
16 octobre 2022

Les brèves d'Ovalie - Edition n°493

La crème anglaise au frigo

Mondial féminin... 2è journée                  France (2) – Angleterre (1)      7 – 13

Défense de fer de nos dames

En attendant la cerise sur le gâteau…

Je ne vais pas vous faire un cours de cuisine, rassurez-vous, mais juste une petite brève, à ma sauce, pour accompagner le deuxième match de nos Bleues qui n’a pas été de la tarte, samedi soir, à Whangarei, toujours en Nouvelle-Zélande.

– et pour cause, il s’agissait d’un Crunch !

Sa recette, tout le monde la connaît, ce mets franco-anglais, souvent servi en dessert du tournoi des VI Nations féminin, en étouffe-chrétiennes, nappé de sa fameuse crème anglaise.

Il faut reconnaître qu’elle n’est pas dégueu et rarement ratée, même si un peu trop compacte dans l’assiette des 22, à se faire bouffer en seulement quelques bouchées de ballon porté.

Seulement, samedi, face au cordon bleu agressif, la crème anglaise a eu du mal à prendre et a même tourné, en seconde période, avant de finir au frigo, enfermée dans une défense tricolore hermétique. Je vous explique.

Nos Affamées ont clairement subi la puissance de feu des Red Roses, plus adroites, balle en main, plus agressives et organisées, dans un premier acte presque à sens unique, après avoir perdu, coup sur coup, Sansus et Ménager, au bout d’un quart d’heure. Mais elles ont tenu bon, héroïquement, surveillant les charges des Anglaises chaudes-bouillantes comme le lait sur le feu, jusqu’à celle de trop, à la 25ème minute.

Emily Scarratt fendait la défense tricolore après une rafale de pick and go !

0-7, après la transformation, puis 0-10, après une pénalité, juste avant la pause, les Bleues limitaient la casse, en rentrant au vestiaire, après plus de 120 plaquages contre seulement une trentaine pour les championnes d’Europe et numéro un mondial.

Merci Marjo Mayans, phénoménale « Blond Destroyer » !

Le second acte a été remporté par les coéquipières de Gaëlle Hermet et Pauline Bourdon, entrées prématurément aux places respectives de de Romane Ménager (commotion) et Laure Sansus (genou). Deux pertes énormes !

Fortes d’une solidarité et d’un engagement à toute épreuves, les Bleues ont fini par faire douter les Red Roses, en quarante minutes exemplaires, après avoir pourtant encaissé une nouvelle pénalité par Emily Scarratt (0-13).

À l’heure de jeu, comme face à l’Afrique du Sud, Caro Drouin, pas très inspirée au pied jusque-là, a botté une passe millimétrée pour Joanna Grisez qui a leurré la défense anglaise avant de se faire rattraper et libérer le cuir pour l’entrante, Gaëlle Hermet, qui n’avait plus qu’à franchir l’en-but, Caro transformant ce magnifique essai.

Dès lors, la crème anglaise s’est délitée, tentant de reprendre de la consistance avec force mais maladresse, face à des Affamées, bien huilée en défense, mais avec un jeu d’attaque manquant cruellement de liant.

On en restera là, avec une défaite néanmoins bonifiée qui augure déjà de la deuxième place et un quart de finale à la portée des Tricolores, réservant la crème de ce Crunch au frigo, en attendant de la ressortir à la table d’Eden Park, le 12 novembre, pour napper la cerise sur le gâteau que serait un premier sacre.

Encore faudra-t-il se donner les moyens de s’inviter en finale, sans Laure !

 

Fidji (3) – Afrique du Sud (4)           21 – 17

L’essai de la faim

Les Fidjiennes, punching-ball des Anglaises, la semaine passée, aux courses affûtées mais à la défense fantomatique, ont créé la surprise, dimanche, en clôture de ce deuxième week-end de premier tour.

Certes, les Springboks au féminin, ce n’est pas des foudres de guerre de leurs alter-ego masculins, en attaque, comme en défense. Et les Océaniennes en ont profité, dans le premier quart d’heure, pour ouvrir les hostilités avec un premier essai auquel ont alors répondu les Sud-Africaines, dans un premier acte, équilibré mais finalement à l’avantage des Fidji, avec une deuxième salve avant la pause (14-7).

Les Springboks allaient égaliser, dans la douleur, en deuxième période, et même prendre l’avantage, à une minute du terme, croyant avoir fait le plus dur. C’était sans compter la faim des Fidjiennes, arrachant l’essai de la gagne pour un match référence qui va les hisser à hauteur de leurs adversaires au classement mondial.

Quant au classement de la poule C, il ne devrait logiquement plus évoluer, si le XV tricolore, certainement remanié, samedi prochain, ne prend pas de haut ces affamées océaniennes.

 

Les autres poules en bref…

Poule A

Écosse (4) – Australie (2)                                 12 – 14
Pays de Galles 
(3) – Nouvelle-Zélande (1)      12 – 56

La douche écossaise

Menant 12-0, portées par leurs mauls efficaces, les Calédoniennes se sont fait croquer en seconde période par des Wallabies remontées, à la limite de la faute, la moitié du temps à quatorze, mais avec l’envie de reprendre le ballon et le match à leur compte, avec deux essais transformés.

C’est la douche froide pour les Écossaises, incapables de renverser le match pour l’emporter, dans les cinq dernières minutes, en supériorité numérique. La semaine prochaine, face aux Black Ferns, c’en sera fini pour elles dans cette coupe du monde.

Quant aux Galloises, elles joueront un huitième de finale face aux Australiennes, samedi prochain, après avoir pris une leçon de rugby, dimanche face aux Néo-Zélandaises, à la maison.

 

Poule B

États-Unis (2) – Japon (4)         30 – 17
Italie 
(3) – Canada (1)              12 – 22

Les Canucks s'imposent

Si les Italiennes ont eu le premier et le dernier mot, à la première et dernière minute du match au sommet de cette poule, le reste de la partie est resté aux mains des Canadiennes, inscrivant les quatre essais nécessaires au bonus offensif, faisant honneur à leur quatrième rang mondial.

Logiquement, les Ritales devraient décrocher la seconde place face aux plus faibles Japonaises, dimanche prochain, quand les Américaines devront réaliser l’exploit d’écraser les Canucks, bien au-dessus d'elles.

À ne pas manquer !

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après ce week-end)

Tous les résultats et classements officiels du week-end >> 

 

La 7ème journée du TOP 14 en bref et en bloc…

Brive (12) – Toulouse (1)                      7 – 45

Pau (13) – Stade Français (3)               29 – 31

Perpignan (14) – Clermont (4)              10 – 20

Montpellier (8) – Lyon (7)                    26 – 33

Castres (6) – Bayonne (10)                   39 – 22

Bordeaux (9) – Racing 92 (11)             29 – 17

La Rochelle (2) – Toulon (5)                32 – 5

La revanche des visiteurs

Juste pour me faire mentir, ou alors pour y répondre, à mon coup de gueule de la semaine dernière, les formations en déplacement ont mis les moyens d’aller faire un coup chez leurs hôtes.

À commencer par la plus attendue, mais avec le plus de réussite, finalement, l’équipe toulousaine a écrasé des Coujoux qui s’étaient justement réservés pour ce rendez-vous. Dès le premier essai de Dupont, sur un contre heureux, suite à un en-avant malheureux briviste, et une course tranchante du demi de mêlée international, on a compris que rien n’allait résister aux hommes de Mola, sur un nuage. L’interception d’Arnold confirmait cette aura pour mener 14-0 à la pause, quand les quatre essais faciles du second acte (Flament, Lebel et le doublé de Retière) ne laissaient que les yeux et l’essai de l’honneur aux Coujoux pour pleurer.

Que dire de la remontada incroyable du Stade Français !

Marquant les premiers, par Gabrillagues (3-7) puis subissant la foudre du Palois Ikpefan, auteur d'un doublé (29-7 à la pause), les Parisiens ont sorti la tête de l’eau au retour des vestiaires, avec la bénédiction du ciel, il faut croire, pour inscrire trois essais miraculeux dans le dernier quart d’heure (doublé de Glover et Van der Mescht), à en sectionner les bras des Palois, au coup de sifflet final, et aussi à fermer un peu le clapet de leur président, déjà projeté à la prochaine saison.

Quant à Clermont, ayant clairement affiché ses intentions, en alignant la grosse équipe à Perpignan, a réussi, dans la douleur et l’ennui aussi, à contenir les assauts catalans, agressifs et indisciplinés, permettant à Belleau de prendre le score, avant que l’ancien de la maison, Delguy (remplaçant Ezeala, blessé avant le match), ne porte le coup fatal avec le seul essai des Jaunards, avant d’être lamentablement hué à sa sortie et qu’Acebes ne sauve l’honneur avec un essai plein de détermination. Une victoire logique, mais pas des plus belles à voir.

Qui a peur du grand méchant LOU ?

La plus grosse performance à l’extérieur, plus qu’une surprise, est venue des hommes de Garbajosa, dans l’antre du champion de France. Surprenant d’entrée les locaux par Dumortier, après un beau par-dessus au pied de Doussain, les Lyonnais ont mené 10-0 avant de voir les Cistes réagir en passant la vitesse supérieure par une course de N’Gandebe servant le jeune Coly pour son premier essai. Le demi de mêlée, venu de Mont-de-Marsan, enchantait le stade avec un tour de passe-passe fabuleux pour envoyer Paenga-Amosa à dame et remettre son équipe devant au score (17-10). Mais la seconde période sera un cauchemar pour les uns, un rêve pour les autres, quand Berdeu (ayant permis de revenir au pied à 17-16) s’élançait dans les airs pour récupérer une chandelle de Garbisi avant de s’envoler jusqu’aux 22 adverses et offrir le doublé à Dumortier. Dans une forme internationale (allo ! Galthié ?), le duo Dumortier-Berdeu allait encore affoler la défense héraultaise pour le troisième essai lyonnais, conclu par Regard (33-23), à dix minutes de la fin d’une partie que les locaux ne parviendront plus à renverser. Quel exploit des Lyonnais !

On attendait de voir si les Varois allaient être aussi inspirés que les anciens Rouge et Noir de Mignoni, mais il n'en a rien été, les Maritimes les ont expédiés en quatres essais (Seuteni, Bourgarit, Thomas et Lespiaucq) contre un (Bastareaud), pour une victoire bonifiée qui les rapproche un peu plus des Toulousains. 

Plus classique et plus brouillon, à Castres et Bordeaux, les locaux sont parvenus à disposer de leurs adversaires, grâce à Cocagi, Palis et un essai de pénalité décisif pour le CO et à un doublé de Diaby pour l’UBB.

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après ce week-end)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

La semaine prochaine…

La tête aux quarts de finale !

La seule incertitude des Bleues, déjà qualifiées (car au moins meilleures troisièmes), se trouve dans l’adversaire qu’elles affronteront au prochain tour, sachant que les Fidjiennes ne devraient pas s’opposer à leur deuxième place.

Pas d’inquiétude !

Deux confrontations pour la qualification vaudront le coup d’œil, entre Wallabies et Galloises, dans la poule A, et entre Américaines et Canadiennes, dans la poule B.

Il faudra veiller très tard !

Au programme* de ce troisième week-end, le samedi 22 octobre :

          Australie – Pays de Galles (A), à 3h15 à Whangarei

         Nouvelle-Zélande – Écosse (A), à 5h45 à Whangarei

          France – Fidji (C), à 8h15 à Whangarei

Enfin, dimanche 23 octobre :

          Japon – Italie (B), à 1h45 à Auckland (Waitakere Stadium)

          Canada – États-Unis (B), à 4h15 à Auckland (Waitakere Stadium)

          Angleterre – Afrique du Sud (C), à 6h45 à Auckland (Waitakere Stadium)

 (*) Tous les matches sont retransmis par TF1

 

Toujours en parallèle, le TOP 14 proposera des affiches alléchantes pour sa 8ème journée, avec au programme**, le samedi 22 octobre :

         Racing 92 – Montpellier, à 15h

         Lyon – Pau, à 17h

         Bayonne – Perpignan, à 17h

         Stade Français – Brive, à 17h

         Toulon – Castres, à 17h

         Clermont – Bordeaux, à 21h05

Enfin, dimanche 23 octobre :

         Toulouse – La Rochelle, à 21h05

 (**) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

Publicité
Publicité
Commentaires
P
Ici, on se rassure, l'UBB a montré que ce n'était pas la cata face au Racing. A confirmer devant Clermont qui progresse bien.
Répondre
Publicité