L'armée de l'Eire dans le brouillard

CHAMPIONS CUP... 1ère journée          Munster (8) – Toulouse (6)       13 – 18

Lebel surgit pour le premier essai

Et l'horizon de Toulouse s'éclaircit !

Après deux saisons de huis-clos, à cause de la crise sanitaire, et autant de défaites face aux Toulousains – dont celle exceptionnelle aux tirs au but, au printemps dernier, en quart de finale, sur le terrain du XV du Trèfle, à Dublin – il tardait au Munster de retrouver son public à Thomond Park, pour ouvrir sa saison européenne, comme il se doit.

Enfin !

La fameuse Red Army, dans son antre au complet, comptait bien surfer sur la vague verte de son équipe nationale, invincible, pour voir son club rendre la monnaie de sa pièce au visiteur haut-garonnais, comme en 2017.

Mais c’était sans compter la rudesse de l’adversaire et du brouillard.

Après vingt minutes de jeu éclairé, récompensé logiquement par un premier essai de Carbery, la domination locale s’est estompée au fil du temps, se heurtant à un voile épais qui recouvrait la défense adverse et privait les Munstermen de la vista nécessaire pour lancer leurs trois-quarts, le feu dans les jambes, à l’image de l’arrière Healy.

À l’inverse, ce sont les Toulousains qui en ont profité, sur une penaltouche bien négociée par leurs avants, poussant à la faute les Irlandais sur un ballon porté, avant d’écarter sur l’aile pour l’essai de l’égalisation de Lebel (7-7).

Ramos prenait ensuite l’avantage, en passant une première pénalité avant que Carbery ne lui réponde, juste avant la pause, renvoyant les deux équipes aux vestiaires, dos à dos (10-10).

Mais, dès l’entame du second acte, les coéquipiers de Dupont plombèrent encore plus l’atmosphère de Thomnd Park avec un essai copié-collé du premier, derrière un nouveau ballon porté et une pluie de charges au près, conclu sur l’autre aile, cette fois, celle de Tauzin, tout juste entré à la place de Capuozzo, blessé au poignet.

Si Ramos manquait la transformation, les Munstermen n’allaient quasiment plus voir le jour jusqu’au bout, coupé de leur public, qui comme les commentateurs et les téléspectateurs, n’y voyait rien.

Une pénalité de chaque côté plus loin, les Irlandais restèrent dans le flou, même en supériorité numérique – après le carton jaune contre Dupont pour un en-avant volontaire – quand les Haut-Garonnais restaient regroupés en défense, préservant leur longueur d’avance jusqu’à entrevoir, au coup de sifflet final, la lumière d’une première victoire de référence en terre celte.

De bon augure pour ce mini XV de France, à deux mois de s'envoyer en l'Eire...

Pour le tournoi des VI nations.

 

Tous les autres matches par poule, en bref…

Poule B    (de Toulouse)

Clermont (4)  – Stormers (10)                 24 – 14

La remontée mécanique

Samedi après-midi, le thermomètre du Michelin a pointé en dessous de zéro, comme la défense de ses Jaunards, gelée tout une mi-temps, faisant grimper la facture de l’indiscipline (à trop vouloir se chauffer), sur laquelle ont su glisser les tractopelles sud-africaines pour prendre le score, via le téléphérique de deux pénalités et une descente en ballon porté, avec Fourie à l’arrivée dans l’en-but.

Menés 3-14, devant un public aussi médusé que frigorifié, les hommes de Gibbes ont répondu de la plus belle des manières, dès le retour des vestiaires, avec un slalom géant de Newsome pour le premier essai clermontois. Un quart d'heure plus tard, sur une longue sautée de Plisson, Raka déboulait pour aplatir le ballon en allongeant ses bâtons derrière la ligne.

L’ASM était devant, Plisson assurant un drop des familles, suivi d’une ultime pénalité, laissant la province sud-africaine fanni dans le second acte et hors du bonus défensif.

Un bon point pour la suite et une première victoire européenne qui, ajoutée à la réaction de la semaine passée, face au champion de France, pourrait créer une dynamique à plus long terme. Le déplacement chez les Tigres du Leicester nous donnera la réponse.

London Irish (7)  – Montpellier (3)       27 – 32

En deux temps

Le champion de France a rongé son frein pendant une mi-temps, vendredi soir, sur les terres hostiles londoniennes, encaissant trois essais, coup sur coup, en fin de premier acte, pour être mené 24-6, avant de réagir, juste avant la pause, par Reinach, enclenchant la révolte française du second acte, tout à sa cause : sa remontada.

Darmon, par deux fois, et Bécognée allaient offrir les essais d’une victoire bonifiée et sans partage aux Montpelliérains, si ce n’est le point de bonus défensif, arraché à la dernière minute par Jennings.

De très bon augure avant la réception des plus modestes Gallois.

La Rochelle (2)  – Northampton (11)       46 – 12

Sans partage

De l’essai de Dulin, dès la troisième minute, à celui de Seuteni, à la cinquantième, en passant par ceux de Bourgarit, Boudehent, Leyds et Alldritt, il n’y a eu qu’une seule équipe sur le terrain de Marcel-Deflandre.

Dulin, fantastique, Bourgarit et Alldritt, incontournables, et enfin Kerr-Barlow, indispensable !

46-0, circulez, y a plus rien à voir ! Non mais, c’est qui le champion !

Quoi ? Mais la partie n’est pas finie. Oups ! Bon, ben… cadeau !

Sale (1)  – Ulster (12)                               39 – 0

Ospreys (9)  – Leicester (5)                    17 – 23

 

Poule A

Racing 92 (12)  – Leinster (1)                10 – 42

Pas invité

D’entrée, les Irlandais ont donné le ton, marquant derrière une touche et un ballon porté déchirant le mince voile défensif francilien. Si les Racingmen ont tenu une vingtaine de minutes, répondant par trois malheureux points, le Leinster a déroulé ensuite son plan de jeu, infligeant une correction exemplaire aux locaux, délocalisés au Havre…

Comme si, par avance, ils n’avaient pas voulu être humiliés dans leur antre.

Six essais au total pour l’équipe dublinoise, pourtant remaniée, par Porter, Sheehan, Ringrose, Van der Flier, pour un doublé et Byrne contre un seul, maison, en fin de partie, signé Wade.

Une victoire chez les Harlequins semble déjà obligatoire pour le Racing, s’il veut espérer voir un huitième de finale.

Gloucester (5)  – Bordeaux (9)             22 – 17

Trop court

Les Girondins ont cru qu’ils avaient fait le plus dur en marquant d’entrée, par Falatea, puis en gérant parfaitement les débats, même sans Jalibert, répondant par Willis à l’essai de Varney, juste avant la pause pour mener avec douze longueurs d’avance (5-17).

Seulement, le retour des vestiaires a été synonyme de retour de bâton, un peu comme à Clermont, pour les locaux. Sans marquer un seul point, les Bordelais ont vu revenir les Anglais comme un boomerang après l’heure de jeu, inscrivant trois essais de plus pour l’emporter avec le bonus offensif.

Coaching perdant pour le coach de l’UBB qui repart avec un petit point de bonus défensif, alors qu’il y avait la place pour beaucoup mieux. La réception des Sharks, vendredi prochain, s’annonce comme un défi saignant à Chaban-Delmas.

Bulls (4)  – Lyon (7)                               42 – 36

Trop tard

Pour son premier déplacement en Afrique du Sud, le Lou a pour le moins été impressionné, tétanisé pendant une demi-heure, le temps d’encaisser les quatre essais du bonus offensif par les Bulls.

Autant dire, que démarrer une parie à 28-0, comme si les Lyonnais avaient été pénalisés par la Covid, c’est pas ce qui est le plus simple pour exister dans une rencontre de haut niveau.

Revenus à 28-12, à la pause, après les essais de Botha et Coltman, la seconde période sera, du coup, plus équilibrée, mais logiquement tranquillement gérée par des locaux dominateurs, même si laxistes.

De quoi inscrire trois essais de plus pour les hommes de Garbajosa et repartir avec deux points de bonus, ce qui est une très très bonne affaire pour les comptes finaux. D’autant que la réception des Sarries, samedi, risque d’être au moins aussi compliquée. Il s’agira de ne pas s’endormir, cette fois, au coup d’envoi.

Castres (11)  – Exeter (2)                       12 – 27

Trop injuste

Un peu trop tournés vers ce qui se passait sur la pelouse du Qatar, après avoir crié au scandale de jouer pendant le quart de finale de l’équipe de France de football, les Castrais ont semblé copier les Bleus du ballon rond en tenant à distance les Anglais au pied de Dumora (12-10), malgré des attaques britanniques saillantes et deux essais déjà à la clé.

Seulement la seconde période a vu les Anglais revenir sur eux encore plus fort et prendre le dessus, comme une claque dont les Tarnais ne se remettront jamais. Quatre essais à rien, le CO terminant même fanni la seconde période, comme scotché devant une télé fictive après le but vainqueur de Giroud, il faut croire.

En effet, il ne faut jamais jouer pendant un match de l’équipe de France, quelle qu’elle soit. Qu’on se le dise ! Rattrapage en Écosse ?

Sharks (3)  – Harlequins (10)                 39 – 31

Saracens (6)  – Édimbourg (8)              30 – 26

 (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

La 1ère journée de la Challenge Cup, globalement…

Poule A

Perpignan (8)  – Bristol (3)                   5 – 19

Cardiff (1)  – Brive (10)                         41 – 0

Zèbre (6)  – Toulon (2)                         21 – 24

Bath (6)  – Glasgow (5)                       19 – 22

Connacht (3)  – Newcastle (8)            22 – 8

Poule B

Stade Français (2)  – Trévise (7)         24 – 14

Pau (6)  – Cheetahs (3)                        16 – 21

Scarlets (1)  – Bayonne (8)                  39 – 7

Lions (4)  – Dragons (4)                       31 – 31

4 impasses et 2 victoires

Perpignan, Brive Pau et Bayonne ont clairement déjoué ce premier tour, faisant tourner à souhait pour préserver leurs forces en championnat (ça se comprend), même si les seconds couteaux palois ont fait mieux que résister face aux Sud-Africains.

Toulon et Paris ont assuré devant les équipes italiennes, les Varois avec le bonus offensif.

 (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

La semaine prochaine…

Deuxième chance pour entrer dans le bain européen…

Si cette première journée n’aura pas été heureuse pour tous nos clubs français, surtout dans la poule A, Racingmen, Bordelais, Castrais et Lyonnais pourront se rattraper dans ce deuxième round qui promet de la sueur et du sang.

Et ça commence dès vendredi 16 décembre, en Champions Cup, avec au programme* :

         Bordeaux – Sharks (A) à 21h

         Leinster – Gloucester (A) à 21h

Puis samedi 17 décembre :

         Édimbourg – Castres (A) à 14h

         Exeter – Bulls (A) à 14h

         Lyon – Saracens (A) à 16h15

         Leicester – Clermont (B) à 16h15

         Ulster – La Rochelle (B) à 18h30      -> France TV

         Stormers – London Irish (B) à 18h30

         Montpellier – Ospreys (B) à 21h

Enfin, dimanche 19 décembre :

         Northampton – Munster (B) à 14h

         Toulouse – Sale (B) à 16h15            -> France TV

         Harlequins – Racing 92 (A) à 18h30

S’agissant de la Challenge Cup et les 6 autres clubs du TOP 14, veuillez consulter le site officiel de l’EPCR qui vous en détaillera le programme.           

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de beIN Sports

 

Du côté du nouveau TOP 12 féminin

C’est reparti ! (avec 12 équipes au lieu de 14, toujours réparties en 2 poules)

Retrouvez les résultats* et le calendrier sur >> site FFR : competitions-elite-1-feminine

(*) Faute de suivi médiatique en direct, je ne commente plus les résultats