Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
  • Revivez ici les grands moments du rugby à XV... avec les fameuses "Brèves d'Ovalie" d'Antonio ! Retrouvez ici tous les résultats du TOP 14 à la CHAMPIONS CUP... en passant par le Tournoi des VI Nations et la Coupe du monde, bien sûr !
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
42 abonnés
Le match de rugby arbitré par Dédé

Jeu 5-3-Double (LOGO-X)
                  C'est quoi ce jeu ?

TOP 7 - Le jeu de pronos du TOP 14 !
Le Café de la Page blanche

Bandeau le café de la page blanche v12

Visiteurs
Depuis la création 44 705
11 juin 2023

Les brèves d'Ovalie - Edition n°527

Les Maritimes, c'est du lourd...

TOP 14... Demi-finales                              La Rochelle – Bordeaux      24 – 13

Le raz de marée Dulin

Et Dulin, du velours !

Samedi après-midi, à San Sebastian, pour cette deuxième demi-finale, les hommes d’O’Gara ont envoyé du lourd durant quarante minutes, un bombardement d’avants qui a anéanti toutes les ambitions des coéquipiers de Jalibert à la mi-temps.

L’ouvreur international girondin avait pourtant inscrit les premiers points sur la seule pénalité du premier acte, dès la quatrième minute, puis plus rien.

À peine cinq minutes plus tard, après des charges monumentales acculant la défense bordelaise dans ses 22, Kerr-Barlow ajustait une sautée millimétrée pour Lleyds qui n’avait plus qu’à aplatir en coin. Imparable !

Juste après la « pause fraîcheur », Dulin nous gratinait d’un premier coup de pied dans le dos pour un essai funambulesque de Lleyds, en coin, logiquement refusé pour un bout de chaussure en touche. Mais quel numéro des Maritimes !

La touche suivante sera la bonne, Bourgarit concluant un ballon porté des familles pour la deuxième banderille plantée dans l’en-but bordelais.

Les avants n’avaient pas fini leur travail de sape...

et sur une énième penaltouche, juste avant la pause, ils emportèrent tout avec eux, Alldritt servant Boudehent pour l’essai de la sérénité avant de rentrer aux vestiaires (21-3).

Si les hommes du duo Charrier-Laïrle ont bien réagi, au retour des vestiaires, avec cet essai de pénalité, accompagné d’un carton jaune contre Boudehent, ils ne sont jamais parvenus à profiter de leur supériorité numérique et du décuplement de leur engagement pour inquiéter ces Maritimes qui marchent sur l’eau.

Le second acte aura été une démonstration de force, de puissance et de maîtrise, à l’image de l’homme du match, Dulin, jouant sur du velours, dans les airs, balle en main ou au pied, pour repousser l’ennemi dans son camp, comme après cette séance de tennis-ballon face à Jalibert qu’il a remportée haut le pied. Un sans-faute qui aura fini par écœurer les velléités de la bande à Lucu, impuissante, et qui, j’espère, finira par faire changer d’avis le sélectionneur du XV de France pour enfin le mettre sur son 31.

Dulin, c’est pas Ramos, mais c’est bien mieux que Jaminet ou Buros !

Ainsi, Hastoy, presque parfait, ajouta trois points pour tuer les derniers espoirs suscités par un tableau d’affichage plus flatteur que réaliste, et envoyer, pour la deuxième fois, après 2021, les Jaune et Noir en finale, encore face à leur bête Rouge et Noir toulousaine.

Le double champion d’Europe en titre espère bien saisir sa revanche pour soulever enfin ce Brennus qu’il n’aura pas volé.

Oui, mais en face, c’est pas du lourd, c’est du sensationnel !

 

L’autre demi-finale en bref…

Toulouse – Racing 92              41 – 14

Pas invités

Indisciplinés, maladroits, pas inspirés, et ce, malgré un bon premier quart d’heure, les Racingmen ont subi la loi des Toulousains qui n’ont pas eu à forcer leurs talents pour prendre le dessus avant d’humilier l’équipe francilienne au jeu complètement de travers, à faire s’étrangler le pauvre entraîneur de Nanterre, pour son dernier match au club de la capitale.

Quatre essais, signés Lebel, Meafou, Roumat et Retière, 34-0, en moins d’une heure, dans une partie à sens unique, emmenée, encore, par un grand Dupont et un énorme Ramos, ne laissant que des miettes à Fickou et Diallo pour deux minables réactions, en fin de match. Mais le dernier mot sera toulousain, avec le cinquième essai, conclu par Cros, comme un message avant cette finale de haut niveau qui nous attend au Stade de France.

Vivement samedi prochain !

 

La finale de l’Élite 1 Féminines en bref…

Bordeaux – Blagnac                      27 – 23

Pour rugir de plaisir !

Samedi après-midi, au Bouscat, dans leur antre du stade Sainte-Germaine, les Lionnes du Stade Bordelais ont décroché leur premier titre face aux expérimentées mais maudites Blagnacaises d’Audrey Forlani et Marjorie Mayans, grâce à une mêlée conquérante, armée des piliers de l’équipe de France (Agathe Sochat, Annaëlle Deshaye et Assia Khalfaoui).

Pourtant menées 8-13, à la pause, après avoir été punies par la botte d’Abadie et un essai de part et d’autre (Kondé pour Bordeaux et Llorens pour Blagnac), puis 8-20, dès le retour des vestiaires, après l’essai assassin de Llorens (pour son doublé, 8-20), les Girondines se sont appuyées sur des ballons portés et leur puissance au ras pour enfoncer, par trois fois, la défense blagnacaise, par deux fois, en infériorité numérique.

Trois essais, signés Sylla, Sochat, puis Annery, pour revenir dans la partie puis passer devant dans les dernières minutes.

Après l’ASM Romagnat en 2021, Toulouse en 2022, Blagnac échoue pour la troisième fois de suite en finale. Une nouvelle désillusion dure à encaisser, tandis que le Stade Bordelais peut fêter son premier titre.

 

La semaine prochaine…

Dernier rendez-vous de la saison !

L’élite de notre rugby national nous propose une finale de rêve, entre les deux meilleurs clubs européens, à mon avis, si ce n’est du monde, comme en 2021 où le Stade Toulousain avait décroché son 21ème bouclier.

Le double champion d’Europe en titre aura sa revanche pour aller chercher au Stade de France son premier Brennus, dans sa deuxième finale.

Au programme* de cette finale du TOP 14, le samedi 17 juin :

         Toulouse – La Rochelle, à 21h05

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité