Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
  • Revivez ici les grands moments du rugby à XV... avec les fameuses "Brèves d'Ovalie" d'Antonio ! Retrouvez ici tous les résultats du TOP 14 à la CHAMPIONS CUP... en passant par le Tournoi des VI Nations et la Coupe du monde, bien sûr !
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
42 abonnés
Le match de rugby arbitré par Dédé

Jeu 5-3-Double (LOGO-X)
                  C'est quoi ce jeu ?

TOP 7 - Le jeu de pronos du TOP 14 !
Le Café de la Page blanche

Bandeau le café de la page blanche v12

Visiteurs
Depuis la création 44 705
10 décembre 2023

Les brèves d'Ovalie - Edition n°548

Un champion victime de son vice

CHAMPIONS CUP... 1è journée                 La Rochelle (4) – Leinster (3)    9 – 16

Dulin, un des rares à sortir du lot

La revanche du Leinster

C’est sous un déluge à Marcel-Deflandre que les champions en titre ont reçu les vice-champions, dimanche après-midi, pour une revanche de la dernière finale qui promettait tout, sauf une douche froide.

Comment dire, les conditions de jeu peuvent tout excuser, sur les ballons mal négociés, les fautes de main, les touches manquées, mais pas sur les choix tactiques face à une équipe de tacticiens, pour ne pas dire de truqueurs, où le vice n’est pas qu’un titre, mais surtout un art.

On les a bien reconnus, là, les Irlandais, pris par la patrouille de monsieur Carley, que j’ai trouvé à la hauteur des petits coups dans son dos, souvent bien sanctionnés. Et à ce jeu-là, les Rochelais n’ont pas été bien plus intelligents, concédant des pénalités stupides, et jouant des mains et poings, comme en cour de récré, plutôt que de se concentrer sur leur jeu et les bonnes occasions de marquer.

Après avoir inscrit les premiers points par Hastoy, les locaux n’ont pas su rester devant, subissant les assauts de leurs adversaires qui insistaient au près et inscrivaient logiquement le premier essai de la partie, par Larmour, sur une action d’école au large (3-7).

Pour autant, les Maritimes ne prenaient pas l’eau, laissant ruisseler le déluge du ciel sur leur tête et du jeu irlandais sur leur défense, pour mieux contrattaquer avec un Dulin impérial dans les airs et les relances. Seulement, sur leurs temps forts, à la 20ème minute, les hommes d’O’Gara n’ont pu s’empêcher de chercher la penaltouche, plutôt que de recoller au score et patienter. En vain, l’essai de Botia étant justement refusé, par précipitation et manque total de maîtrise. Hastoy finissait tout de même par montrer les poteaux, pour trois points, aussitôt annulés par Frawley avant de regagner les vestiaires (6-10).

Que de mauvais choix et de points gâchés !

Bis repetita en seconde période, rien ne semblait aller dans le bon sens du jeu, hésitant entre les perches et la touche, Hastoy passant trois points, de nouveau repris par Frawley, comme un jeu de « cours-moi après ». Et au lieu de prendre les points chaque fois qu’ils se présentaient, les Rochelais continuaient d’insister en touche, avec la même maladresse et la même précipitation, nerveux, agaçant l’arbitre par leurs perpétuelles discussions, ayant tout faux sur toute la ligne quand les Irlandais se contentaient d’un jeu d’occupation, concentrés en défense, peu leur important les fautes puisque les locaux n’en faisaient rien. Hastoy manquait même une dernière tentative.

Reus entrait à sa place pour les dix dernières minutes et tenter de remonter les quatre points de retard. Mêmes choix, mêmes conséquences, une pénalité en touche pour rien.

Et le comble du vice, c’est que Frawley passera une ultime pénalité à près de 60 mètres, comme pour montrer aux Maritimes que le jeu devait passer par là. Dommage, il y avait largement la place pour renverser ce vice-champion qui aura eu, pour une fois, la vertu de profiter du vice du champion.

L’absence d’Alldritt semble peser sur ce collectif rochelais, perdu sans son fer de lance, depuis le début de saison.

Un seul être vous manque et tout jeu est délité.

Tout reste désormais à faire. Cap, samedi prochain, chez les Stormers !

 

Tous les autres matches par poule, en bref…

Poule 4    (de La Rochelle)

Sale (2)  – Stade Français (6)                28 – 5

Leicester (1)  – Stormers (5)                 35 – 26

Paris se fait ésharké !

Dimanche, en début d’après-midi, les Parisiens nous ont offert une bonne première période, en marquant leur seul essai par Ward et en regagnant le vestiaire avec un seul point de retard, après avoir pris seulement deux coups de pied au cul de Ford (6-5). Mais le second acte a vu les hommes de Labit passer complètement au travers et subir le réveil des Sharks anglais sans pouvoir réagir. Trois essais en force, coup sur coup, évitant de justesse le quatrième, synonyme de bonus offensif, pour une première plutôt manquée et de mauvais augure avant de recevoir les Tigres du Leicester, vainqueurs des Stormers, dans une des poules les plus relevées.

Poule 3

Munster (3)  – Bayonne (3)                   17 – 17

Toulon (5)  – Exeter (2)                         18 – 19

Glasgow (6)  – Northampton (1)          19 – 28

L’exploit basque après la désillusion varoise

Samedi soir, pour leur première en Champions Cup, les Bayonnais ont réussi à tenir en échec les Munstermen dans leur antre de Thomond Park. Un exploit retentissant que peu de clubs français ont réalisé en dehors des grands (Toulouse, Clermont et Toulon). Et dire que Patat avait décidé de se priver de son stratège, Lopez, laissé au repos. Malmenés dans un premier acte à la main des locaux, (essais de Mccarthy et Coombes, 14-3), les Basques ont rongé leur frein avant de le lâcher et d’accélérer crânement, en seconde période, pour prendre le jeu à leur compte, parfaitement distribué par Machenaud, qui trouvait son pilier, Tagi, dans le bon intervalle pour l’essai de l’espoir. Puis, à trois minutes du terme, c’était au tour de son suppléant à la mêlée, Aprasidze, de servir dans la même configuration son ailier Baget pour l’essai de l’égalisation que l’ouvreur de réserve, Dolhagaray, allait transformer avec brio. Héroïque ! Il ne leur reste plus qu’à valider cette performance à Jean-Dauger, samedi prochain, face aux Glaswégiens.

Un peu plus tôt, Mayol déchantait par deux fois. D’abord, en première période, alors que les Toulonnais semblaient avoir la main sur la partie, avec un Jaminet sur toutes les relances, pour sa première avec le RCT, une interception fatale de Skinner donnait l’avantage aux Anglais. Puis, en fin de match, alors que ces mêmes Varois avaient mené 18-5 à la pause, après avoir parfaitement réagi, par Gigashivili et White, servis par un grand Ollivon, un essai de Vermeulen sur le fil portait le coup de grâce, après celui de Norey, un quart d’heure avant, donnant la victoire à Exeter contre toute attente. Quel gâchis ! Une très mauvaise affaire pour démarrer cette compétition qui ne tolère aucun faux pas à domicile. Désormais, il faudra aux hommes de Mignoni gagner tous les matches, et ce, dès vendredi prochain, chez le leader à Northampton.

Poule 2

Toulouse (1)  – Cardiff (6)                      52 – 7

Racing 92 (4)  – Harlequins (3)            28 – 31

Bath (2)  – Ulster (5)                             37 – 14

Les Haut-Garonnais haut la main, les Franciliens bas le masque

Les champions de France ont parfaitement lancé leur campagne européenne, à Ernest-Wallon, samedi après-midi, en infligeant une correction aux Gallois des Cardiff Blues qui n’ont eu qu’un petit mot à dire, dans le premier acte, avec le seul essai inscrit par Martin, après que Lebel a donné le ton avec un premier essai et fait le spectacle avec une passe décisive pour Arnold. Kinghorn a même honoré sa première sélection en Rouge et Noir avec un doublé. Jelonch, Retière et Placines ont complété le tableau de chasse des tueurs locaux, tout cela orchestré par l’homme du match, Ramos, impérial à l’ouverture, sorti sous les acclamations d’un public à la fête. Dupont n’a pas été en reste, quoi que les médias aient bien envie d’en dire, égal à lui-même et toujours aussi précieux dans les relances et en défense. Les Toulousains sont bel et bien là et devrait confirmer leur statut de favori, dimanche prochain, chez des Harlequins en pleine bourre.

Les Racingmen en ont fait les frais, dimanche, en clôture de cette première journée. Un match très ouvert à rebondissements, comme un ballon ovale, sans savoir jusqu'à la dernière seconde, dans quelle direction il allait pointer le vainqueur. Et ce sont les Harlequins qui ont été les lauréats de cette partie débridée à suspense, répondant au premier essai de Le Garrec, par celui de Smith puis un autre d'Esterhuizen, avant que Gibert ne permette aux Franciliens de recoller au score à la pause (14-17). Le second acte offrira le même scénario, ou presque, Le Garrec redonnant l'avantage aux siens, avec un doublé, appuyé d'un quatrième essai, synonyme de bonus offensif, de Diallo, laissant espérer une fin heureuse à l'heure de jeu (28-17). Mais voilà, les plus forts étaient anglais, et ce fut au tour de Dombrandt, puis Walker, de doucher les espoirs des locaux, bien au chaud dans leur salle de concert, alors qu'il pleuvait dru dehors. Jusqu'au bout, malgré les charges offensives à quelques mètres de leur en-but, les Harlequins ont tenu bon, non sans quelques fautes, et repartent avec les cinq points du bonus offensif, le Racing se contentant des deux de chaque bonus, comme Lyon, dans la poule suivante.

Poule 1

Connacht (6)  – Bordeaux (1)                5 – 41

Bristol (2)  – Lyon (4)                             36 – 34

Bulls (3)  – Saracens (5)                         27 – 16

L’UBB comme un grand et le LOU pris au piège

Vendredi soir, à Galway, les Girondins se sont offert une petite promenade de santé, avec un festival d’essais qui n’a laissé que des miettes aux Irlandais. D’entrée, Buros concrétisait la mainmise des siens sur une belle action emmenée par sa charnière, Lucu-Jalibert. Si les locaux répondaient par l’entremise de Hurley-Langton, derrière un ballon porté, les hommes de Bru allaient les faire taire une bonne fois pour toute, en les atomisant de jeu et d’essais. D’abord par Penaud, forcément, pour son premier européen sous les couleurs de l’UBB, puis par Uberti, au retour des vestiaires, sur une nouvelle attaque au large des trois-quarts, avant que Buros ne s’offre un doublé pour l’essai du bonus offensif. Tout comme Uberti, dans les dernières minutes, après un essai de pénalité, venant étoffer la démonstration girondine avec six essais. Bordeaux s’installe parfaitement en tête de poule avant de recevoir, la semaine prochaine, les chasseurs du Lou.

C’était samedi soir, à Bristol, un match de folie et d’essais où les Lyonnais ont failli réussir l’exploit d’une remontada victorieuse. Menés 21-10, à la pause, puis 33-15, à la 55ème minute, après avoir tenu la dragée haute aux locaux, grâce à trois essais somptueux, de Dumortier, Gys-Okuya puis Abrahams, tout en en encaissant cinq sous les coups de griffes aussi bien léchés des ours anglais, le Lou a sorti les crocs, dans un dernier quart d’heure époustouflant, pour refaire son retard, et même passer devant, grâce à trois incroyables essais, conclus par les trois-quarts Radradra, Abrahams (pour son doublé) et Parisien (33-34). Seulement, quatre longues minutes après la sirène, Sheedy allait porter le coup fatal, par un drop trop facile qui piégeait cruellement la bête aux abois dans ses 22. Les Lyonnais pourront s’en vouloir ou plutôt à leurs buteurs, Page-Relo et Tchaptchet, qui ont gâché quatre transformations. Les deux points des bonus sont toujours bons à prendre avant de recevoir des buffles sud-africains bien lancés dans cette poule.

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement, par poule, après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

La 1ère journée de la Challenge Cup, en bref…

Poule 3

Clermont (2)  – Édimbourg (5)              31 – 18

Castres (1)  – Scarlets (6)                     34 – 16

Black Lion (4)  – Gloucester (3)            10 – 15

Nos Frenchies mènent la danse

Vendredi soir, au Michelin, il aura fallu 25 minutes aux Jaunards pour trouver la faille dans une défense écossaise hermétique, et ce, encore, par la chignole de service, Moala. Une fois le verrou sauté, c’était au tour de Newsome d’aggraver la marque sur une sautée de Belleau piégeant Patterson pour le deuxième essai maison. 17-3 à la pause, après un premier acte très disputé, les Calédoniens d’Édimbourg allaient réagir dès le retour des vestiaires, sur une bonne séquence de leurs avants, conclue par Sebastian, avant de revenir à quatre longueurs (17-13). Heureusement à l’heure de jeu, le banc clermontois apportera la fraîcheur pour faire la différence, Tixeront offrant un doublé à Newsome, avant que Bibi Biziwu ne concrétise les efforts des siens derrière un maul pour l’essai du bonus offensif. Le dernier essai des visiteurs restera anecdotique, la mission étant accomplie pour les hommes d’Urios, leaders, à hauteur des Castrais.

Samedi après-midi, à Pierre-Fabre, les Castrais ont pris la tête de la poule, sans une grosse résistance en face, parachevant leur victoire bonifiée dès la 42ème minute, avec quatre essais signés Raisuqe, Fernandez, Papali’i et Dumora, avant que Lloyd ne vienne contrarier la machine locale. La maîtrise des Tarnais sera sans partage jusqu’au cinquième essai final, conclu par Le Brun, confirmant leur bon début de saison en championnat. Cela risque d’être un peu plus compliqué à Édimbourg, la semaine prochaine, tout comme pour les Clermontois, se déplaçant à Gloucester, qui a fait la bonne affaire chez les Sud-Afs des Black Lion.

Poule 1

Sharks (1)  – Pau (6)                             45 – 5

Newport (3)  – Oyonnax (4)                  24 – 7

Zèbre (5)  – Cheetah (2)                        15 – 33

Nos Tricolores décolorés

Samedi, les Palois ont préféré faire tourner pour se rendre chez des Sharks aux dents acérées et qui n’ont pas mâché à vide leur jeu pour broyer leur adversaire à chaque action. Seul Arfeuil sauvera l’honneur pour la Section, au milieu des six essais locaux, croqués en moins de cinquante minutes par des Springboks aux noms glorieux à faire tourner l’estomac d’un Français moyen : Doublés de Am et d’Etzebeth, suivi des essais de Potgieter et Mapimpi. Mais non ! monsieur O’Keefe n’y est pour rien, l’arbitre était italien.

Plus tard, dans la nuit, à Newport, les Oyomen ont cru au père Noël, se voyant mener à la pause (0-7), grâce à un essai de Treilles et une domination surprenante sur des locaux en dedans. Seulement, le retour des vestiaires s’est transformé en retour de bâton, avec un vent contraire qui ne leur a fait aucun cadeau, facilitant un raz-de-marée d’essais gallois et renvoyant leurs croyances de victoire, qui avaient cheminé jusque-là, d’où elles venaient, par le conduit d’une défaite à zéro point. Merci, au revoir ! Quelle déception pour le retour d’Oyonnax dans cette compétition depuis 2018.

Ce sera dur de rebondir dans une poule où les Boks risquent d’écraser toute concurrence. 

Poule 2

Perpignan (6)  – Lions (3)                      12 – 28

Newcastle (4)  – Montpellier (2)           19 – 24

Ospreys (1)  – Trévise (5)                      43 – 34

Tout bonus pour le MHR, tout malus pour l’USAP

Dimanche, après le déjeuner, les Catalans se sont fait manger, dans leur antre d’Aimé-Giral, par des Lions sud-africains plus affamés qu’eux mais surtout plus costauds et disciplinés. Avec un seul essai à leur actif, en début de rencontre, les visiteurs ont construit leur victoire au bout du pied de leur buteur, Hendrikse, auteur d’un 8 sur 9, punissant logiquement des locaux poussés à la faute pour défendre leur en-but. Les hommes d’Azéma n’ont pas démérité dans leurs intentions, mais le niveau était un cran trop haut pour eux. Difficile d’espérer sortir de la poule avec autant de fautes.

Quelques heures plus tard, le relégué de notre TOP 14 a relevé la tête dans son entrée en coupe d’Europe, à Newcastle, dans une première petite heure à sens unique, avec trois essais à rien, signés Bécognée, Lam et Bouthier (17-0), avant de se faire rattraper par la patrouille anglaise. Si Carbonel n’aura pas été efficace au pied, pour assurer la victoire, Simmonds se chargera de l’essai du bonus offensif et de la gagne, plaçant idéalement les hommes de Collazo et Laporte en tête de poule, à hauteur des Gallois d’Ospreys qu’ils recevront au GGL Stadium, dimanche prochain, afin de conserver seul le leadership.

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

La semaine prochaine…

Deuxième chance pour bien entrer dans le bain européen…

Rien n’est encore perdu pour tout le monde, mais l’urgence de victoire est déjà là pour Toulon, Paris, le Racing et La Rochelle.

Au programme* de la Champions Cup, dès vendredi 15 décembre :

         Northampton – Toulon (3) à 21h

         Bayonne – Glasgow (3) à 21h

Puis samedi 16 décembre :

          Stormers – La Rochelle (4) à 14h

         Saracens – Connacht (1) à 14h

         Bordeaux – Bristol (1) à 16h15                 -> FR2  

         Lyon – Bulls (1) à 18h30

         Leinster – Sale (4) à 18h30

         Ulster – Racing 92 (2) à 21h

         Cardiff – Bath (2) à 21h

Enfin, dimanche 17 décembre :

         Exeter – Munster (3) à 14h

         Harlequins – Toulouse (2) à 16h15           -> FR2  

         Stade Français – Leicester (4) à 18h30

S’agissant de la Challenge Cup et les 6 autres clubs du TOP 14, veuillez consulter le site officiel de l’EPCR qui vous en détaillera le programme.

Retransmission France TV, dimanche 17 décembre à 14h : Montpellier – Ospreys (2)

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de beIN Sports

Du côté de l’Élite 1 féminine

Retrouvez tous les résultats* et le programme sur >> site FFR : competitions-elite-1-feminine

(*) Faute de suivi médiatique en direct, je ne commente plus les résultats

#ChampionsCup #SRLEI #Rugby #Larochelle #Leinster #Revanche #vice

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité