L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -

12 septembre 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°443

Du jaune cocu !

TOP 14... 2è journée                                Clermont – Castres       30 – 34

Le faux espoir de Vili !

De Jaunards à Cornards !

À part sur le Tour de France, peut-être, il ne fait pas bon porter le maillot jaune cette saison.

Et ce samedi après-midi, les Jaunards en ont été une nouvelle fois la risée, croqués par le blaireau castrais qui, tel un Bernard Hinault, a fait montre d’agressivité et de réalisme, chaque fois qu’il est sorti de son trou des 22 pour les punir.

Si Penaud était ciblé par des Tarnais en mission, le jeune Vili, qui a pallié au pied levé le forfait de Fofana, a pourtant pu profiter des espaces pour inscrire d’entrée le premier essai des siens, ouvrant la voie à une démonstration offensive qui leur tendait les bras.

Oui, mais voilà, c’est que le jaune cocu colle à la peau de ces chèvres auvergnates, défaites lamentablement à Lyon, la semaine dernière, et dont le jeu léché qui faisait leur réputation, à avaler des essais comme on boit du petit lait, les a encore trompées...

et devant leur public cette fois !

La défense locale laissait des trous béants dans lesquels Dumora puis Kockott n’ont eu aucun mal à se glisser jusque dans l’en-but, reprenant le score (10-11) avant la demi-heure de jeu.

De nouveau, un essai de Pelissié, en force, juste avant la pause, redonnait de l’espoir au Michelin, avec neuf longueurs d’avance (20-11). Mais c’était sans compter sur la défense de ces Jaune et Bleu, félonne infidèle, qui n’a pu s’empêcher d’aller voir ailleurs plutôt que de plaquer dans son propre lit des 22.

Et bis repetita, derrière, comme la semaine et saison dernières, et comme son compère un quart d’heure plus tôt, le trois-quarts centre Cocagi se défaisait trop facilement de tout plaquage pour aplatir le deuxième essai tarnais.

Le second acte, malgré les deux points d’avance (20-18), allait nous offrir une risée identique. Les Clermontois démarraient en trombe, comme en première période, par la grinta au pied de Lopez qui envoyait Hanrahan à l’essai que l’on aurait voulu voir en tribune comme une promesse du retour du jeu offensif clermontois pour fusionner d’amour avec son public.

Mais ces neuf nouvelles longueurs d’avance ont été avalées en moins de vingt minutes par la frivolité d’une défense et de relances maladroites. Un drop de Dumora, deux pénalités d’Urdapilleta et tout était à nouveau à refaire (27-27).

Un nouveau coup de pied de Lopez redonnait pourtant l’avantage…

Mais ter repetita, derrière, comme trop souvent la saison dernière, le Michelin allait vivre une nouvelle désillusion quand, au fil des charges destructrices castraises, Kornath franchissait la ligne d’en-but pour l’essai de l’humiliation.

Les Cornards, comme il sera commun de les nommer dorénavant, ont eu beau tenter de se faire pardonner en imitant l’agressivité tarnaise, sur le gong, pour sauver la victoire, mais Amatosero échappait le ballon avant d’aplatir.

Une impression de déjà-vu chez les cocus du Michelin.

Il semblerait que l’ASM a remis au goût du jour la couleur maudite de son maillot des années avant Cotter, celle du soufre dont l’odeur se répand déjà dans les vestiaires, au bout de deux journées seulement, avec un point seulement au compteur.

Comme d’autres Jaunards que Gibbes connaît bien, d’ailleurs, son prochain adversaire !

Attention, Jono, à trop laisser pousser les cornes sur le fronton du Michelin, tu pourrais devenir le parfait bouc émissaire avant la demande de divorce. Mais, bien sûr, on n’en est pas encore là, pour quelques écarts de conduite.

 

Les autres matches en bref…

Racing 92 (2) – La Rochelle (13)          23 – 10

La revanche des Racingmen

Oubliée, la demi-finale !

Les Franciliens ont pris le dessus sur des Maritimes pourtant dominateurs en première période.

Un essai de Vakatawa d’entrée les a mis en confiance quand, en face, les occasions défilaient sans jamais se concrétiser. Merci à la défense locale et au pied carré de West, le Racing menait 7-3 à la pause. Ouf !

La seconde mi-temps a rééquilibré les débats et le score grâce à une percée de Favre qui parvenait à déverrouiller le coffre-fort francilien pour offrir un essai à Gourdon (10-10), avant de sombrer et se faire pénaliser d’un nouvel essai pour faute grossière sur Fickou.

La revanche était consommée et, comme à Clermont, la défense venait de l’emporter sur l’une des meilleures attaques de la dernière saison. Quelle tristesse !

Toulouse (1) – Toulon (11)                    41 – 10

En patron !

Le champion en titre n’a pas mâché son rugby qui a littéralement marché sur les Varois, pas invités à Ernest-Wallon.

Six essais à un, autant dire une humiliation monumentale pour le tout fier futur acquéreur de Kolbe.

Fallait pas nous piquer notre bébé ! Le match retour promet.

Montpellier (4) – Brive (8)                    39 – 17

51 minutes pas plus !

C’est le temps qu’il a fallu aux Montpelliérains pour corriger des Coujoux pris dans tous les domaines.

39-12, cinq essais à deux… et puis plus rien !

Ah si ! Un essai corrézien pour annuler un bonus offensif que les Cistes n’ont jamais su reprendre.

Ah misère ! Quand la machine s’enraye, impossible de la redémarrer. Un point de perdu à l’arrivée !

Pau (5) – Lyon (6)                                 21 – 17

Hastoy plie le Lou

1 fois 3, 2 fois 3…7 fois 3, l’ouvreur palois, de retour, a récité sa table de coup de pied de pénalité pour punir des Lyonnais trop indisciplinés.

Berdeu n’a pas su aussi bien lui répondre pour le Lou qui s’incline, malgré l’essai d’entrée de Mignot et une longue période de supériorité numérique.

La section tient sa première victoire pour un bon départ dans ce début de championnat, après son point de bonus défensif, la semaine dernière, à Castres.

Bordeaux (7) – Stade Français (14)      37 – 10

La fête à Chaban

Les Bordelais ont disposé assez facilement de Parisiens peu inspirés, eux qui d’habitude ont toujours su s’adapter à des équipes joueuses comme celle de l’UBB.

Emmenée par un Jalibert en feu, et sans doute vexé de sa méforme la semaine passée à Biarritz, l’équipe girondine s’est amusée et emballée en seconde période pour époustoufler son public de Chaban, aux anges.

Quatre essais à un… pour trente minutes de folie et de spectacle.

Perpignan (9) – Biarritz (10)                33 – 20

La première

Les Catalans se rassurent avec cette première victoire sur l’autre promu du championnat, avec le temps et la manière.

Les Biarrots leur ont longtemps donné du fil à retordre, autant que d’occasions de les corriger pour leur indiscipline, par le pied de Jaminet qui faisait son entrée.

Et puis le doublé de Pujol en seconde période permettra de creuser l’écart définitivement et d’envoyer les Basques à leurs chères études.

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après ce week-end)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

3ème journée du tournoi du Four Nations…

Nouvelle-Zélande (1) – Argentine (4)            39 – 0

Afrique du Sud (2) – Australie (3)                  26 – 28

Wallala !

Si les All Blacks n’ont pas laissé les Pumas s’exprimer pour ouvrir le score d’une manière ou d’une autre, les Wallabies se sont appuyés sur leur buteur Cooper pour arracher, en Afrique du Sud, une victoire surprise qui rebat les cartes pour la seconde place derrière des Néo-Zélandais qui ont plus encore leur destin en mains.

Quant aux champions du monde, un sans-faute sur les trois derniers matches, et dans leur double confrontation avec les All Blacks, paraît inéluctable.

 

 ***

Info EPCR du 10 septembre : les poules de la Challenge Cup ont enfin été tirées !

Voir le détail dans l’article dédié aux tirages au sort, mis à jour ici >>

 

La semaine prochaine…

Et ça continue encore et encore…

 

Au programme* de la 3ème journée du TOP 14, dès le samedi 18 septembre :

         Biarritz – Racing 92, à 15h                    

         Brive – Pau, à 15h

         Castres – Bordeaux, à 15h                    

         Lyon – Perpignan, à 15h

         Montpellier – Toulouse, à 17h       

         Clermont – La Rochelle, à 21h05       

Puis dimanche 19 septembre :

         Toulon – Stade Français, à 21h05             

 

Au programme* de la 4ème journée du Four Nations, samedi 18 septembre :

         Australie – Afrique du Sud, à 9h05

         Argentine – Nouvelle-Zélande, à 12h05                    

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

Posté par NewZeland2011 à 23:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


06 septembre 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°442

Comme au BO vieux temps !

TOP 14... 1ère journée                           Biarritz – Bordeaux     27 – 15

Le BO à l'assaut du TOP 14

Aguiléra, à l'envi !

Depuis sa création, en 1913, le Biarritz Olympique en aura fait du chemin dans l’élite du championnat de France.

Avec ses hauts, dans les années 30, puis 2000, le temps de glaner ses cinq titres (1935, 1939, 2002, 2005 et 2006) et de titiller le toit de l’Europe (finaliste en 2006 et 2010), les seuls qui ont été capables de contrarier l’hégémonie des Stadistes toulousains et parisiens à l’ère nouvelle du rugby professionnel.

Avec ses bas, des difficultés financières à la descente aux enfers, l’année de son centenaire, capotant le projet de fusion avec le voisin bayonnais pour tenter de remonter ensemble rapidement dans la cour des grands.

On connaît la suite, Bayonne a fait la route en solitaire, faisant le yoyo jusqu’à la saison dernière, sombrant en PRO D2 quand son voisin sortait la tête de l’eau avec une envie de bien faire et de rester longtemps au paradis du TOP 14.

Et l'envie était bien là, samedi, pour ces retrouvailles avec le rugby d'élite.

Après sept ans de purgatoire, le public d'Aguiléra, plein à craquer, a eu de quoi exulter pendant 80 minutes, pour une première victoire nette et sans bavure. De quoi rêver !

Et ce sont les Béglo-bordelais d’Urios qui en ont fait les frais. Les demi-finalistes de la dernière saison n’ont été que l’ombre de leur jeu flamboyant, fantomatiques jusqu’à l’entrée de Lucu en place de Lesgourgues, en seconde période, le temps (trop court) de réveiller son équipe apathique depuis une heure.

Car il était déjà trop tard, le mal était fait. En première période, par l’ouvreur anglais du Pays Basque qui inscrivait les premiers points du match et de la nouvelle édition.

Herron Herron, petits pas tapant…

Face aux perches, d'abord, pour la première pénalité, puis dans l’en-but, pour le premier essai.

10-0, puis 17-3 après la transformation de la deuxième banderille, plantée dans la défense girondine par Peyresblanques.

Dès la reprise de la seconde mi-temps, les Basques s’offraient même l’essai du bonus, par Lonca, transformé par Herron qui ajoutait derrière une pénalité, de quoi enfoncer définitivement l'UBB (27-3).

Et puis Lucu entra et remit de l’ordre dans les rangs bordelais, secondé par Trinh-Duc remplaçant un Jalibert impuissant, pour accoucher d’un essai de dernière minute qui n’effacera pas la frustration d’une piètre prestation.

L’envie était biarrote, il n'y a pas que moi qui le dis. Ça n'a pas échappé à Urios, à la fin de la partie, l'entraîneur girondin ne mâchait pas ses mots et son dépit.

« On a pris une leçon d’enthousiasme, de courage, de couilles et de rugby. »

« On s’est fait manger. Quand tu as de l’envie et de la volonté, il y a toujours un chemin. Aujourd’hui, j’ai vu une équipe qui avait beaucoup plus envie de gagner que celle que j’entraîne. Je n’ai pas vu l’équipe de Bordeaux sur le terrain. »

Nous non plus.

Ce qui est sûr, c’est que le BO est bien de retour, et qu’avec une telle envie, ils pourraient bien contrarier d’autres grosses écuries, comme au bon vieux temps.

 

Les autres matches en bref… Très bref même

Non, ce n’est pas le retour des « Brèves du lundi », dix ans après, mais plutôt le retour d’un week-end de fête bien arrosé, dans les gorges du Lot, et la mienne, où la bonne humeur et le bon vin ont coulé à flots.

Bref ! je vais faire bref, donc, car je n’ai vu que les résumés ce matin et des bribes d’un match, dimanche. Devinez lequel… Bouh !

Brive (1) – Perpignan (14)                    36 – 15

Par la force des choses…

Les Catalans ont tenté et les Coujoux ont fait régner l’ordre des choses. Le promu ne passera pas et il n’est jamais passé en dehors des coups de pied de Tedder, le suppléant adroit de Jaminet.

Agressifs et solides, comme on les connaît, les Brivistes ont dominé les débats, par la force de leurs avants et la vitesse de leurs trois-quarts, récoltant un bonus offensif qui les place en tête du championnat.

Stade Français (13) – Racing 92 (2)     21 – 36

Un derby à deux vitesses

Ils sont allés trop vite ces Racingmen pour des Parisiens limités dans leurs intentions.

Comme le dit Azéma, aux commentaires de Canal+, le Racing est une équipe très bien huilée, avec des automatismes, qui a su maîtriser son pressing de bout en bout, empêchant les stadistes de s’exprimer.

Mieux, les voisins franciliens ont inscrit trois essais de première main dont le dernier, conclu par Klemenczak, est un pur bijou.

Lyon (4) – Clermont (11)                      28 – 19

Déjà vu !

J’ai vu oui, des bribes de ce match, au milieu d’une partie de pétanque, mais je n’ai rien à en dire de plus que ce que l’on sait déjà. Les Jaunards n’ont que le pied de Parra que ce dernier ferait mieux d’user dans les derrières de ses coéquipiers pour leurs apprendre à plaquer et à tenir un ballon sans le faire tomber.

Les Lyonnais n’ont eu qu’à prendre les espaces et les points pour l’emporter, à deux doigts d’un bonus offensif qui n’aurait pas été volé.

Castres (5) – Pau (10)                           16 – 12

Dur dur !

Le CO a dû s’employer pour venir à bout des Palois, toujours aussi accrocheurs. Urdapilleta a fait la différence avec le seul essai du match quand Henry, l’ouvreur anglais (décidément c’est la mode, après Herron) qui palliait l'absence d'Hastoy, se contentait des pénalités au pied pour courir après le score.

Quels tension et suspense à Pierre Fabre !

La Rochelle (9) – Toulouse (6)             16 – 20

Un rouge et c’est le trou noir

57ème minute, les Maritimes menaient 16 à 9, après l’essai de Favre, en première période. Et puis, un plaquage à l’épaule de Skelton, une décision lourde de conséquence de l'arbitre, remettait les champions de France sur leurs talons, en supériorité numérique.

Il n'en fallait pas plus pour faire basculer le match. Le génie toulousain, avec Dupont, Tauzin et N’Tamack à la finition, a fait le reste pour l’essai de la 4ème victoire des Haut-Garonnais sur les Rochelais cette année.

Toulon (7) – Montpellier (7)                 24 – 24

Défendre n’est pas gagner

Les Toulonnais se sont appuyés sur leur défense et le pied de Belleau pour corriger les Montpelliérains à la faute, mais sans génie ou solution pour inscrire un essai et tuer le match.

Résultat : les Cistes sont allés chercher un deuxième essai sur le gong pour arracher un nul, ma foi, mérité.

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après ce week-end)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

Match en retard de la 2ème journée du tournoi du Four Nations…

Australie (4) – Nouvelle-Zélande (1)             21 – 38

Argentine (3) – Afrique du Sud (1)                10 – 29           (rappel du 21 août)

Y a pas eu photo !

Même à 14 contre 15 pendant une petite heure, les All Blacks ont outrageusement dominé les Wallabies, inscrivant six essais contre trois pour les locaux.

Le tournoi attend la double confrontation des deux dernières journées entre les deux finalistes de la dernière coupe du monde pour les départager. Nous aussi.

 

La semaine prochaine…

Le TOP 14 n’a pas fini de se préparer…

Pour la deuxième journée, beaucoup ont encore à régler des automatismes pour proposer un jeu digne de leur niveau… Sauf Toulouse et le Racing, déjà impressionnants.

Au programme*, dès le samedi 11 septembre :

         Clermont – Castres, à 15h                    

         Montpellier – Brive, à 15h

         Pau – Lyon, à 15h                    

         Perpignan – Biarritz, à 15h

         Bordeaux – Stade Français, à 17h       

         Racing 92 – La Rochelle, à 21h05       

Puis dimanche 12 septembre :

         Toulouse – Toulon, à 21h05             

 

Le Four Nations reprend du service* pour sa troisième journée, dimanche 12 septembre :

         Nouvelle-Zélande – Argentine, à 9h05                    

         Afrique du Sud – Australie, à 12h05

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

 

Posté par NewZeland2011 à 22:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 août 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°441

10 ans déjà !

Jour pour jour... les premières brèves ovaliennes s'éditaient au grand jour.

Les Féminines du Saint-Vincent en première ligne de l'événement !

Souvenez-vous, c’était la coupe du monde 2011 en Nouvelle-Zélande.

Les Bleus de Lièvremont promettaient le désordre dans l’organisation du second titre des All Blacks sur leurs terres. Et, au restaurant le Saint-Vincent de la rue de la Croix-de-Nivert, on ne voulait rien rater de l’événement.

On n’a pas été déçus ! … Enfin, si quand même !

Le 31 juillet 2011, ce blog était créé. Il n’était pas fait pour durer, juste le temps d’animer l’événement et le jeu de pronostics maison qui allait avec.

Dès le 29 août, la première édition des Brèves (intitulée « du lundi » car elle sortait le lundi) affichait la couleur.

All Black is all black !

Le 9 septembre 2011, la 7ème coupe du monde de rugby ouvre ses portes sur les terres néo-zélandaises pour la deuxième fois de son histoire. Et quelle histoire !

Auckland, 20 juin 1987, la Nouvelle-Zélande s’impose dans son propre fief, 29 à 9 face à la France, dans ce qui deviendra la première finale de l’histoire de la coupe du monde de rugby. Et puis, plus rien !

Les All Blacks, meilleure équipe de rugby du monde et de tous les temps (ou presque), reconnue et enviée par tous, jusqu’à leur couleur de maillot récemment copiée par les anglais … pff ! … Comme si on pouvait les confondre ! … bref !! … les All Blacks je disais, meilleure équipe par sa ferveur, ses résultats et son jeu, impressionnants, époustouflants et modèles, n’a remporté ce titre prestigieux qu’une seule fois, oui, j’ai bien dit qu’une seule fois, la première, celle où ils ont reçu l’événement … justement, comme cette année !

Hou ! … Vous avez survécu à cette phrase, c’est bon signe ! C’est que vous avez le niveau pour me lire car, comme les All Blacks, une fois le crayon entre les doigts, je m’élance dans de longues phrases de jeu … de mots bien entendus … que plus rien ne peut arrêter, avant d’aplatir le point final dans l’en-but de mon idée de départ.

Alors accrochez-vous ! … car ça peut être vite l’enfer pour me suivre. Mais à me regarder écrire, vous vous habituerez … y haka quoi !!

Et la France, deux mois plus tard, dans un scénario rocambolesque, slalomant entre le pire et le meilleur, atteignait la finale dans un ultime match dantesque, face aux All Blacks, qui deviendra la plus grande escroquerie arbitrale de tous les temps ovaliens.

On aurait dû être champions du monde !

Pas une pénalité en faveur de nos bleus en vingt minutes de domination indiscutable ! Alors certes, on pouvait toujours essayer de discuter avec l’arbitre pendant et après le match, il n’a rien voulu entendre, il a fait son travail, comme tous les arbitres arbitrant le pays organisateur dans SA finale, les All Blacks se souviennent de 1995 face à l’Afrique du Sud de Mandela. Sauf que pour nous en 2007, l’arbitre, généreux en quarts, certes ! … nous a carrément oublié en demi-finale contre les rosbifs. Du coup on a pris une mandale, là en pleine poire !

Bref, il a été dit que la Nouvelle Zélande serait sacrée championne du monde sur son propre territoire et voilà que la Nouvelle-Zélande est sacrée championne du monde pour la deuxième fois sur son territoire. Ca y est, je suis arrivé à le dire !

Bon ben voilà, c’est fait, on ne va pas épiloguer quatre ans sur cette victoire préméditée des All Blacks, si ? … Quelle histoire tout de même ce XV de France face à celui des kiwis, on passe de la correction à l’exploit en passant par le suspense, l’audace, le brio sans prévenir. Et pourtant ils sont à chaque fois prévenus ces All Blacks, jusqu’à cette finale où leur méfiance, réelle en début de semaine, se dissipait au fil des articles d’une presse assurée du grotesque de ces fanfarons français avec une balle ovale.

Mais quelle aventure, ces deux mois de compétition, partagée entre potes, les bons plats de Pierrot et la verve de Tonio qui animait brèves et pronos sur ce blog, créant même une rubrique « Le Mondial au féminin », pour ne pas laisser les copines à la rue :

150

Voici un extrait de l'interview d’une star de ce jeu de pronostics, Lolotte de l’équipe des Toréador, livrant ses dernières élucubrations sur la coupe du monde à notre chroniqueur.

[retrouvez l’intégralité de la rubrique en cliquant sur la photo]

Parlons un peu rugby tant que tu as le Midol encore en tête. T’en penses quoi toi de ces mecs qui jouent n’importe comment, voire pas du tout, et qui se retrouvent quand même en finale ?

Ben, c’est pas bien … (pause, elle réfléchit à la bonne réponse). Ils devraient s’appliquer quand même ! (le silence semble m’interroger, j’ajoute « ils méritent pas d’aller au bout, quoi ! ») … ben, si … ils peuvent aller au bout, je pense… (je m’étonne et lui rétorque « toi, si t’as 3 de moyenne toute l’année tu trouverais normal de passer à la classe supérieure ? »... pas de réponse.)

Petite question technique, c’est la tradition dans cette rubrique. Il fait quoi le talonneur, d’après toi, il est sur la touche à réparer les crampons des joueurs, il prend en chasse le porteur du ballon pour le plaquer aux talons ou bien c’est celui qui en touche lance le ballon ?

Le deuxième ! … Il prend en chasse, là ! (je lui demande si elle ne confond pas, qu’elle se repère au numéro). C’est le 9 (« comme Yachvili quoi ? » je lâche). Oui, c’est ça ! (ben, je comprends mieux pourquoi il est lent à sortir les balles le Yach’ !) 

Et puis la saison du TOP 14, de H Cup et du VI Nations s’enchaînèrent sans que je lève ma plume de là… Dix ans !

Plus de 500 articles dont 440 éditions des fameuses brèves.

Alors en voici dix, sélectionnées sur dix saisons :

2012Les premières brèves du nom : « Le bon, la brute et le truand » (N°43)

2013La première complainte : « Un point c’est tout ! » (N°81)

2014La parodie des Bleus de PSA, prémices d’une fiction à venir : « C’est quand qu’on va où ? » (N°117)

2015La pire déroute, aux antipodes Des Bleus à la belle étoile : « A l’heure du débarquement ! » (N°190)

2016Des brèves érotiques sans couilles : « 50 nuances de regrets » (N°220)

2017Tel un hymne au rugby féminin : « Moi, si j’étais un homme… » (N°271)

2018Un homme, un cœur, un club, à l'heure de sa révérence : « Monsieur Rougerie… » (N°308)

2019Quand la relève nous fait rêver : « Génération (a)dorée ! » (N°360)

2020Un Crunch tel un concert du Boss : « Born to run ! » (N°385)

2021Pour finir avec un dernier frisson de France-Galles : « Et là ! et là ! » (N°423)

[retrouvez l’intégralité de chaque article en cliquant sur chaque année]

 

Et l’aventure continue…

Pour une onzième saison avec la ferveur du public en place de la peur du Covid, on espère !

Mais que s'est-il passé ces dernières semaines ? En bref, les dernières news...

 

Récapitulatif du tournoi du Four Nations…

1ère journée du 14 août

Nouvelle-Zélande (1) – Australie (4)             57 – 22

Afrique du Sud (2) – Argentine (3)                32 – 12

2ème journée du 21 août

Argentine (3) – Afrique du Sud (1)                10 – 29

Australie (4) – Nouvelle-Zélande (2)             reporté au septembre

All Blacks ou Springboks ?

Le Rugby Championship a démarré sur des chapeaux de roue pour les deux favoris du prestigieux tournoi de l’hémisphère sud. Les Wallabies et les Pumas ne joueront que les sparring-partners en essayant de tirer leur épingle du jeu à défaut des quatre points d’une victoire contre eux.

Après le raz de marée noire de la première journée en Nouvelle-Zélande, les Australiens ont craint une nouvelle vague de Covid en Australie, le samedi suivant, mettant un coup d’arrêt au déplacement des All Blacks sur leurs terres, reporté d’abord au 28 août, puis au 5 septembre.

Tandis que les champions du monde en ont profité pour prendre les devants en Argentine, en attendant la prochaine journée le 11 septembre.

 

Le classement final des 3 étapes du Supersevens... la nouvelle compète du rugby à 7 !

Cliquez dessus pour agrandir

Vainqueur des deux dernières étapes, à Toulouse (21 août) et La Rochelle (28 août), Monaco* termine en tête devant chacun de ses finalistes, toulonnais et Babaas*, se qualifiant d'office pour la finale qui se déroulera à Paris-La-Défense, chez le tenant du titre, le 13 novembre prochain.

Tout comme Pau, vainqueur de la première étape, à Aix-en-Provence (14 août), s'ajoutant aux six autres qualifiés qui occupent les huit premières places dans le tableau ci-contre.

Toulouse, resté aux portes de la finale, ne fera donc pas de triplé inédit en 2021 (Champions Cup, TOP 14, Supersevens).

(*) Monaco et les Barbarians français ont été invités pour compléter cette compétition à 16 équipes, en plus de celles du TOP 14. 

Légende : le rang obtenu à chaque étape rapporte les points correspondants (1er:20 pts, 2è:18, 3è:16, 4è:14, 5è:12, 6è à 16è:11 à 1)

 

Les matches amicaux avant la rentrée du TOP 14…

Week-end du 21 août

Bayonne – Pau                                  46 – 31

Aurillac – Clermont                           15 – 28

Castres – Montauban                        33 – 26

Biarritz – Bordeaux                            7 – 28           (à Lille)

Perpignan – Colomiers                      19 – 5

Montpellier – Stade Français            14 – 28           (à Bastia)

Ce week-end

Clermont – Lyon                               14 – 19           (à Issoire)

Pau – Bordeaux                                24 – 33

Toulouse – Toulon                            52 – 10

Brive – Racing 92                             17 – 19           (à Biars-sur-Cère)

À minima…

Avec les tests internationaux tardifs, jusqu’au tournoi du Four Nations en cours, en passant par l’infirmerie, le retour des joueurs s’est fait en ordre dispersé, compliquant la tâche à plusieurs clubs comme Toulon, Montpellier ou La Rochelle pour aligner une équipe cohérente dans un match de préparation.

Résultat : le Challenge Vaquerin de Sainte-Affrique qui devait opposer le CO au MHR a été annulé et les Maritimes démarreront même sans temps de jeu la première journée de championnat. Bonjour l’improvisation d’entrée !

Par contre, pour les champions en titre, avec ou sans Kolbe, ils sont prêts ! Et les Varois en ont fait les frais, dans tous les sens du terme… du contrat de Kolbe à celui du match de samedi.

Rendez-vous samedi prochain pour les matches à balles réelles !

 

Attention aux règles qui changent !

Word Rugby a officialisé en juillet de nouvelles règles qui sont en vigueur depuis le 1er août au niveau mondial afin de réduire le risque de blessures.

Je vous explique, y en a cinq !

50 : 22

La règle : l'équipe qui botte indirectement en touche depuis sa moitié de terrain dans les 22 mètres adverses, ou depuis ses 22 mètres dans la moitié de terrain adverse, aura désormais le lancer en sa faveur.

L’objectif : Contraindre les défenses à éviter de concéder une touche dangereuse en mettant davantage de joueurs en couverture, choix qui aurait pour effet de dégarnir le premier rideau et donc donner plus d'espace à l'attaque pour jouer à la main.

DROP DE RENVOI SUR LA LIGNE D’EN-BUT

La règle : Lorsqu'un attaquant entre dans l'en-but adverse sans aplatir ou commet un en-avant dans cette zone, ou qu'un joueur aplatit dans son propre en-but après un coup de pied offensif (pas après une pénalité ou un drop), la reprise du jeu se fera par un drop de la défense depuis sa ligne d'en-but, drop qui devra dépasser la ligne des 5 mètres. 

L’objectif : Conduire l'attaque à moins miser sur les mauls et les séries de percussions aux abords de l'en-but adverse, ces phases débouchant souvent sur des entrées dans l'en-but sans essai. Auparavant, l'attaque était avantagée car elle récupérait une mêlée à cinq mètres. Désormais, elle devra réceptionner un renvoi, et donc repartir de plus loin.

LA FIN DES MINI-MÊLÉES

La règle : Il est désormais interdit de se lier avant le contact au porteur de balle.

L’objectif :  Ces phases de jeu que nous avions l’habitude de voir sur des ballons ralentis afin de redynamiser les rucks sont désormais sanctionnées d’une pénalité. Le but étant de réduire l’impact que pouvait provoquer la charge combinée de l’attaquant et de ses soutiens sur le seul défenseur dans un objectif de protection des joueurs.

POSSIBILITÉ DE SE « PRÉ-ACCROCHER » AVANT LE CONTACT

La règle : Le premier soutien aura la possibilité de se lier avec le porteur de balle avant le contact mais il devra répondre aux mêmes exigences que les premiers soutiens c’est-à-dire entrer par la « bonne porte », rester sur ses appuis et ne pas aller au sol.

L’objectif :  Avoir une gestion plus cohérente de la zone de ruck où les défenseurs pourront intervenir sur le ballon sans avoir un soutien devant ou couché sur le porteur de balle. L’idée est de fluidifier cette zone de passage et favoriser les libérations rapides (ou les interventions défensives plus limpides).

DÉBLAYAGES INTERDITS SUR LES MEMBRES INFÉRIEURS

La règle : Les déblayages qui ciblent les membres inférieurs (ou si un joueur laisse tomber le poids de son corps sur les membres inférieurs d’un adversaire) sont désormais sanctionnés d’une pénalité. 

L’objectif :  Protéger les joueurs dans les zones de ruck et notamment les joueurs qui sont « déblayés » et risquent de graves blessures par des situations de « porte à faux » lorsque que l’un des membres est bloqué et que l’adversaire exerce une action en sens inverse. Ces situations se produisent également lorsque les déblayeurs exercent le poids de leur corps sur les membres inférieurs de leurs adversaires.

Voilà ! et si vous n’avez pas tout compris, les commentateurs de Canal+ se feront un plaisir d’en rajouter une couche à chaque occasion. Je sens que l’on va bien s’amuser à voir les arbitres aussi perdus que les joueurs et nous.

 

La semaine prochaine…

Le TOP 14 lance sa nouvelle saison…

La première journée du championnat nous offre d’entrée deux beaux derbys, un parisien et un auvergno-rhodanien, ainsi qu’un remake de la dernière finale entre Rochelais et Toulousains, qui se rencontrent pour la quatrième fois en 2021. 

Les premiers sont frais, les seconds, eux, sont prêts. Pas dit que l’on retrouve le niveau de phase finale, mais le retour des supporters en tribunes nous promet au moins de l’ambiance.

Au programme*, dès le samedi 4 septembre :

         Biarritz – Bordeaux, à 14h                    

         Brive – Perpignan, à 16h05

         Castres – Pau, à 16h05                    

         Stade Français – Racing 92, à 18h15

         Toulon – Montpellier, à 21h05       

Enfin, dimanche 5 septembre :

         Lyon – Clermont, à 17h45          

         La Rochelle – Toulouse, à 21h05             

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

Posté par NewZeland2011 à 09:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 août 2021

TOP 7 : le jeu de pronos du TOP 14 !

La nouvelle saison 2021-2022

démarre dans 4 semaines !

Copyright © 2014 

 

TOP7

C'est LE JEU de pronos du TOP 14... 

Ou comment suivre le championnat

entre potes !

 

 

 Le jeu est ouvert à tous sur www.topseven.fr !

  

Le but du jeu  

  • Remporter le TOP 14 en sélectionnant à chaque journée
    l'équipe qui vous fera empocher le maximum de points

 

  • ou tenter de battre des records

    de points, de victoires à l'extérieur, de bonus offensifs et bien d'autres challenges encore !

CLIQUE SUR L'IMAGE POUR AGRANDIR !

 

Les règles

  • Le jeu se compose de 7 joueurs obligatoirement.   (autant que de rencontres dans une journée de championnat) 
  • A chaque journée, chaque joueur choisit* une équipe sur un des matchs qui lui sont proposés et empochera le nombre de points obtenus par celle-ci à l'issue de ce match.
  • Le classement des 7 joueurs (du moins bien au mieux classé) permet de définir l'ordre des sélections des matchs de la journée suivante.

En cas d'égalité, le nombre de matchs gagnés puis de victoires à l'extérieurd'équipes utilisées et de matchs nuls
ainsi que le goal-average serviront à départager (dans cet ordre) !
(L'ordre d'inscription** du joueur dans son équipe interviendra en dernier recours, comme lors de la première journée)

  • A l'issue de la saison régulière, les 6 premiers du classement participeront à la phase finale en s'affrontant 2 à 2 selon leurs rangs et le même principe qu'en TOP14 (des barrages jusqu'à la finale), mais où seul ici le mieux classé aura le privilège de choisir son équipe.
  • Soit, en 3 étapes : 
  1. Pour les barrages : Les joueurs classés 3ème et 4ème à la fin de la saison régulière auront le privilège de choisir leurs équipes dans les matchs correspondant à leurs rangs quand leurs adversaires classés respectivement 6ème et 5ème devront miser par défaut sur les équipes restantes.
    -> Les deux joueurs avec les équipes gagnantes se qualifieront pour les demi-finales.
  2. Pour les 1/2 finales : Les joueurs classés 1er et 2ème à la fin de la saison régulière auront le privilège de choisir leurs équipes dans les demies correspondant à leurs rangs quand leurs adversaires issus des barrages précédents (respectivement vainqueurs 4è/5è puis 3è/6è) devront miser par défaut sur les équipes restantes.
    -> Les deux joueurs avec les équipes gagnantes se qualifieront pour la finale.
  3. Pour la finale : Parmi les deux joueurs qualifiés, le mieux classé à la fin de la saison régulière aura le privilège de choisir son équipe quand son adversaire moins bien classé devra miser par défaut sur l'équipe restante.
    -> Le joueur avec l'équipe gagnante remportera le championnat.

 

 (*) Chacun devra attendre, 

  • soit que tous ses prédécesseurs aient fait leurs choix
  • soit que la date/heure indiquée en face de son nom arrive à échéance, 

 Auquel second cas, les retardataires feront leurs choix avec ce qu’il restera,
 et ce jusqu’à 1 heure avant le coup d'envoi du premier match de la journée.

   
 (**) A noter que la date de validation d'inscription du capitaine est enregistrée avec un handicap de 24 heures.

 

Vous voulez jouer ? ... Alors créez dès maintenant votre équipe sur TOPSEVEN.FR ! 

CLIQUE POUR AGRANDIR !

 

Posté par NewZeland2011 à 14:18 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 juillet 2021

Champions Cup - Saison 2021-2022

Même recette, même alambic !

Ce mercredi 21 juillet, à Lausanne, a eu lieu le tirage au sort des poules de la fameuse Heineken Champions Cup pour la prochaine saison. Et voici le résultat avec la même recette alambiquée que l'année dernière.

Inutile que je vous répète comment ça marche, si ?

CCup 2022 Poule 1

CCup 2022 Poule 2

Bon, ok, vous n'avez encore rien suivi, l'an passé !

Les 24 clubs, issus des ligues française, anglaise et celte, ont été répartis en 2 poules, tout en respectant les règles suivantes :

  • Des clubs d'un même championnat et d'un même chapeau (voir détail ici >>) ne s'affronteront pas.
  • Resteront alors les matches entre les chapeaux 1 et 4 ou les chapeaux 2 et 3.

Ce qui fait que que dans chaque poule :

il y a un même classement mais pas les mêmes adversaires !

Ainsi, nos Frenchies joueront en 4 matches (aller-retour) :

Dans la poule A

  • La Rochelle (chapeau 1)  vs  Bath et Glasgow             (chapeau 4)
  • Montpellier (chapeau 4)  vs  Exeter et Leinster           (chapeau 1)
  • Racing 92     (chapeau 2)   vs  Northampton et Ospreys (chapeau 3)
  • Clermont    (chapeau 3)   vs  Sale et Ulster                (chapeau 2)

Dans la poule B 

  • Toulouse    (chapeau 1)    vs  Wasps et Cardiff Blues    (chapeau 4)
  • Castres       (chapeau 4)   vs  Harlequins et Munster    (chapeau 1)
  • Bordeaux   (chapeau 2)   vs  Leicester et Scarlets       (chapeau 3)
  • Stade Français (chapeau 3) vs  Bristol et Connacht   (chapeau 2)

Les 8 premiers de chaque poule se qualifieront pour les huitièmes de finale (en matches aller- retour)
tandis que les 8 restants seront reversés en huitième de finale de la Challenge Cup.

Les quarts et les demies se joueront sur un seul match... comme la finale à Marseille ! (pour de vrai cette fois !)

 

Un commentaire ?

Pas de Toulonnais cette année, les champions cistes du Challenge européen leur ayant subtilisé la huitième place. Mais le club montpelliérain ne sera pas déçu, en tombant dans la poule la plus relevée avec deux gros clients, favoris pour les quarts, tout comme leurs trois autres compatriotes.

Dans l'autre poule, le CO risque de souffrir pour exister face au Munster et les Harlequins, dans une course où s'alignent le quintuple champion en titre et une armada d'équipes anglaises de gros calibres.

Logique ! Cette formule ne fait pas de cadeau à ceux issus du quatrième chapeau !

 

 ***

Mise à jour le 10 septembre 2021

En ce qui concerne la Challenge Cup, il a fallu attendre que l'EPCR* peaufine le format, tellement ça semblait encore plus alambiqué. Le tirage au sort a désigné alors les adversaires des clubs français restants qui disputeront une phase régulière via 3 poules de 5 équipes :

Poule A

  • Toulon recevra les Zèbre puis Newcastle et se rendra à Worcester puis Biarritz
  • Biarritz recevra Newcastle puis Toulon et se rendra chez les Zèbre puis à Worcester 

Poule B

  • Lyon recevra Gloucester puis Benetton et se rendra à Newport puis Perpignan
  • Perpignan recevra Newport puis Lyon et se rendra à Gloucester puis Benetton

Poule C

  • Brive recevra Pau puis les Saracens et se rendra à London Irish puis Édimbourg
  • Pau recevra London Irish puis les Saracens et se rendra à Brive puis Édimbourg

Chaque club jouera une seule fois contre chaque adversaire de sa poule, avec deux matches à domicile et deux à l'extérieur.

Les premiers de poule et les 5 meilleurs suivants se qualifieront pour les huitièmes de finale, complétés par les 8 équipes reversées de la Champions Cup.

Comme sa grande soeur, les quarts et les demies se joueront sur un seul match... comme la finale à Marseille !

 

(*) Voici le communiqué de l'EPCR (en juilet 2021) : 

"Des discussions sont actuellement en cours dans le cadre du nouvel accord d’actionnaires de l’EPCR, afin de finaliser le format de la Challenge Cup pour la saison 2021/2022 et celle de la Champions Cup et Challenge Cup pour les saisons futures. Tous les détails seront annoncés en temps voulu."

Posté par NewZeland2011 à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


17 juillet 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°440

Dans un mouchoir de poche... de Wallaby !

Tournée d'été... TEST-MATCH (2 & 3)           Australie – France     26 – 28 

Jaminet sort les griffes pour s'imposer

Une belle revanche mais…

Après cette défaite frustrante, lors du premier test à Brisbane, les seconds couteaux de Galthié avaient à cœur de montrer ce qu’ils avaient dans le ventre pour les deux dernières confrontations de la série, planifiées cette semaine.

On prend les mêmes et
on ne recommence pas les mêmes erreurs !!!

Dès mardi, à Melbourne, le message du sélectionneur semblait être passé auprès de ses joueurs, reconduits aux trois-quarts, je veux dire toute la ligne arrière, de Couilloud à Jaminet, le minot à la patate chaude qui nous a coûté la victoire à la dernière minute, la semaine dernière (lire édition précédente).

Ce XV de France improvisé a même réussi l’exploit, jamais réalisé depuis 31 ans, de battre les Wallabies sur leurs terres. Mazette !

Et Jaminet, justement, aura fait taire les mauvaises langues qui ont bavé sur sa première prestation, aussi moyenne que malheureuse. J’assume et je reconnais que, s’il ne m’a pas beaucoup plus convaincu dans ses relances, plutôt timides, il aura fait un match plein et m’aura épaté par son sang-froid et sa qualité de coup de pied de loin remarquable.

Un sans-faute qui lui vaudra 23 points, à lui seul, auxquels on ajoutera l’essai de Penaud qui récompensait la qualité de ces trois-quarts, à l’image de Vincent, à l’origine de l’action que l’ailier clermontois sublimait en un une-deux avec Woki.

Et que dire de Danty, le compère du Montpelliérain au centre, imposant et précieux en défense, jusque dans cette dernière mêlée où, à la Bastareaud, il remplaçait un troisième-ligne manquant (à cause de la blessure de Geraci) pour arracher la pénalité de la gagne.

Nos Coqs tenaient enfin leur revanche !

Si les Australiens ont globalement dominé les débats, la défense française et le travail des avants auront suffi, avec un seul essai encaissé, à faire la course en tête, comme la semaine passée, mais en renversant le scénario, cette fois. Jaminet engrangeant les trois points de la victoire alors que les locaux venaient de prendre les devants à cinq minutes du terme.

Bravo, gaminet ! Ne flambe pas trop, tu pourrais te brûler les zèles !

 

Australie – France     33 – 30

Une belle revêche !

Car samedi, de retour à Brisbane, l’euphorie a été de courte durée dans ce troisième affrontement, pour la belle, qui nous a offert néanmoins du spectacle de haut niveau et du suspense jusqu’au bout... encore !

D’entrée, Jaminet signait de son coup de pied les trois premiers points pour faire la course en tête. Quand un plaquage dangereux sur Jelonch envoyait Koroibete définitivement sur la touche et laissait les Autraliens en infériorité numérique pour les 75 prochaines minutes.

Une aubaine qui souriait dans la foulée à Couilloud pour le premier essai de la partie, derrière un ballon porté bien négocié par Barlot.

Même pas dix minutes et déjà 10-0 pour ce XV de France qui semblait s’être trouvé une âme, prêt à réitérer l’exploit en terre australienne. Seulement, les locaux, piqués au vif, ont vivement réagi et, même à quatorze, ils ont planté deux banderilles dans l’en-but tricolore devant une défense plus enthousiaste qu’hermétique. Une percée de Hooper et un cadeau de Couilloud offraient, en moins de dix minutes, deux essais à McDermott et Lolesio.

Tout était à refaire.

Et nos Coqs ont dû remettre leur bleu de chauffe pour se coller dans l’en-but adverse. À cinq minutes de la pause, après moults charges au près devant la ligne du graal, Woki s’emparait du cuir pour s’allonger par-dessus le ruck et « dunker » le second essai français, tel un basketteur. Woh !

20 partout en rentrant aux vestiaires, après le chassé-croisé au pied entre Jaminet et Lolesio, la seconde période s’annonçait redoutablement serrée.

De nouveau, les Bleus prenaient les devants sur une inspiration de Couilloud qui remontait tout le terrain pour trouver Barassi à la conclusion, avec les relais de Thomas et Hastoy.

La réponse n'allait pas se faire pas attendre. En force, Tupou bonifiait un temps fort des siens et égalisait à nouveau (27-27). La domination des locaux s’intensifiait et leurs attaques submergeaient la mêlée et la défense tricolore aux abois. Un quatrième essai leur sera refusé, comme aux Bleus en fin de première période.

La parité atteignait son paroxysme dans le dernier quart d’heure...

Quand tour à tour, Jaminet et Lolesio manquaient puis passaient une pénalité pour se retrouver à 30 partout à cinq minutes du terme.

Mais contrairement à la revanche du début de semaine, avec sa mêlée du bout du monde qui avait offert la pénalité de la gagne aux Tricolores, cette fois, elle sera à l’avantage des Wallabies. À une minute du gain de la série pour les locaux, Lolesio passait son coup de pied ne laissant qu’une dernière chance aux hommes de Galthié d’égaliser ou de tenter la victoire avec panache sur une penal-touche.

La deuxième option sera vaine et laissera cette bande de « bleus » avec bien des regrets, sans doute, quand le sélectionneur et tous les observateurs du monde entier n’y verront que des satisfactions pour l’avenir, avec une telle réserve de talents à tous les postes.

2023 nous voilà !

 

5è journée du tournoi des VI Nations des U20 en bref…

Irlande  (3) – France  (2)                 28 – 34

Angleterre (1) – Italie (5)               27 – 17

Écosse (6) – Pays de Galles  (4)     24 – 32

Grand chelem pour le XV de la Rose, nos Bleuets deuxièmes !

Mardi, en début d’après-midi, les Anglais sont allés chercher leur titre, face à des Italiens accrocheurs, signant un nouveau grand chelem tandis que les Bleus se sont contentés, non sans mal, mais avec brio, de la deuxième place, dans la foulée, après un match très disputé contre les Irlandais.

Quatre essais à trois pour les Tricolores qui ont su faire déjouer les Celtes grâce notamment à un jeu au pied de Debaes très efficace, élu logiquement homme du match.

Dans la soirée, la dernière place est revenue aux minots du XV du Chardon, accusant d’une cinquième défaite face aux locaux, dans leur antre d’Arms Park, non sans être allés au charbon pour éviter cette humiliante cuiller de bois. En vain !

 

Les autres résultats des Test-matches de l’été... 

Mercredi 14 juillet :

Afrique du Sud [A] – Lions britanniques   17 – 13     la réserve des Boks piège les Lions

Puis samedi 17 juillet :

Nouvelle-Zélande – Fidji                  60 – 13      Ravaï sauve l’honneur des Fidjiens

Pays de Galles – Argentine             11 – 33     les Pumas étrillent les Gallois au Millennium

Lions britanniques – Stormers        49 – 3       les Lions passent en force, cette fois !

 

La semaine prochaine…

Les Brèves d’Ovalie se repose !

Le rugby tricolore est en vacances, l’occasion pour le chroniqueur de souffler jusqu’à la reprise du TOP 14, début septembre.

Que cela ne vous empêche pas de suivre les fameux défis des Lions (irlando-) britanniques chez les champions du monde :

les samedis 24, 31 juillet et 7 août à 18h ! (canal+)

[Sous réserve de tests Covid négatifs chez les Springboks !]

 

Bonnes vacances à ceux qui y sont ou seront bientôt !

Les Brèves d’ovalie vous donne rendez-vous le dimanche 29 août.

Posté par NewZeland2011 à 17:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juillet 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°439

« Z’ai cru voir un Zaminet ! »

Tournée d'été... TEST-MATCH (1)                  Australie – France       23 – 21

Riri et la patate chaude

Riri et Jaminet...
l’épisode de la patate chaude

Mais c’est qui Jaminet ?

Le nouvel arrière du XV de France. Une première sélection encore plus improbable que celle de Bouthier, en son temps, avant que Dulin ne rebatte les cartes et ne rabatte le jeune Ciste sur le banc.

Et pourtant, l’arrière montpelliérain était loin d’avoir démérité sur ses premières prestations. Seulement, le vieux loup de mer rochelais marchait sur l’eau avec ses Maritimes.

Quel rapport avec Jaminet ?

Ben, il se trouve que cet ovni, directement venu de la planète PRO D2 (il joue chez le promu perpignanais), sans encore un match de TOP 14 dans les jambes (ça va venir), a atterri, on ne sait comment, dans le groupe France pour la tournée des Bleus au pays des Kangourous.

Une idée de Galthié qui a sans doute voulu impressionner son monde avec une nouvelle pépite, à la Bouthier, titularisée pour le premier test face aux Wallabies, tandis que l’originale restait sur le banc durant 80 minutes, sans bouger.

C’est que le scénariste du XV de France a le goût de la comédie.

Alors que les Tricolores ont mené tout le match, après avoir asséné d’entrée aux Australiens un brutal 15-0 grâce à un doublé de Villières, deux fois bien servi par Danty, jamais l’expérimenté montpelliérain, qui a fait une incroyable fin de saison avec son club, n’est entré pour remplacer un joueur plutôt moyen de PRO D2 qui aura fait un match plutôt moyen avec assez de temps de jeu pour emmagasiner des souvenirs de vacances.

Quel mauvais coaching, vous allez me dire !

Mais l’enjeu ne semblait pas là, tant à revoir la dernière action des Bleus, quelques secondes avant la sirène, on se dit que le coaching visait un autre public.

Celui des enfants que nous sommes devant un dessin animé désopilant.

Imaginez la scène !

Iribaren, zozotant à côté de Bouthier : « Oh oh ! Ze crois que z’ai vu un Zaminet », histoire de mettre un peu de piment sur le banc quand l’arrière catalan s’illustrait en passant une pénalité lointaine pour conserver huit longueurs d’avance sur les Australiens.

C’est que depuis le retour des vestiaires et l’essai en force des Wallabies par Paenga-Amosa, les locaux avaient la main sur le ballon, chauffant le cuir et les fesses de la défense tricolore, particulièrement indisciplinée (14 fautes recensées dans le match).

Jusqu’à ce que Riri fasse son entrée pour les dix dernières minutes du match, sans savoir que ça allait sentir le roussi pour le zozo demi-de-mêlée du Racing.

À peine en place, voilà que Hooper, le capitaine australien, inscrivait un second esssai en force, ramenant les siens à un petit point (20-21) d’une équipe de France sans Couilloud, complètement désorganisée.

S’en suivit alors sept minutes d’un film d’animation clownesque à tenter de se débarrasser d’une patate chaude, sans essayer de faire de fautes. Mission impossible !

Et pourtant, comme dans ce type de scénario, tout semblait fait pour sourire à nos héros tricolores qui, sur la dernière touche lancée par Etrillard, avaient l’occasion d’écrire une nouvelle page de victoire au pays des Kangourous, ce qui n’était pas arrivé depuis 1990 et l’ère Blanco.

Le ballon, pourtant lancé droit, a été dévié in-extrémis par Cretin pour Riri qui, comme s’il avait peur de se brûler les doigts, n’a pas cherché à botter en touche, alors que la sirène retentissait, préférant s’en débarrasser en direction de Jaminet qui, n’ayant toujours pas compris que le match était fini, a tenté de passer la patate chaude à son voisin, Penaud, sans jamais le trouver, ce qui a fait les affaires des Wallabies qui se sont emparés du cuir pour ne jamais le lâcher jusqu’à obtenir la pénalité de la gagne, transformée par Loloesio.

Un gâchis monumental à mourir de rire !

Tandis que sur le banc, quelqu’un a cru entendre Bouthier zozoter :

« Ze crois qu’on ne reverra plus Zaminet ! »

 

4è journée du tournoi des VI Nations des U20 en bref…

France (3) – Écosse (6)                      45 – 21

Italie (4) – Irlande (2)                         23 – 30

Pays de Galles (5) – Angleterre (1)      3 – 45

Sans surprises mais pas sans efforts

Nos Bleuets ont assuré l'essentiel en disposant difficilement, en infériorité numérique, mais avec le bonus, de vaillants Écossais, promis à la cuiller de bois.

Grâce à une entame parfaite, emmenée par une charnière inspirée, Le Garrec puis Debaes trouvaient respectivement Baudonne puis Reybier pour les deux premiers essais du match. Un troisième de pénalité, après un maul écroulé derrière une touche qui allait à dame, donnait un large avantage aux Français avant de devoir poursuivre la partie à 14, au bout de 25 minutes seulement, après l'exclusion définitive de Reybier pour un plaquage dangereux.

L'occasion pour le XV du Chardon de passer la ligne d'en-but tricolore par Harrison et de réduire le score (24-7). 

Forts en conquête, notamment en mêlée fermée, les Bleuets prenaient néanmoins le dessus sur son adversaire pour inscrire l'essai du bonus avant la pause, derrière un nouveau maul bien réalisé. De quoi donner des idées aux Calédoniens qui les imitaient parfaitement sur la sirène (31-14), puis au retour des vestiaires (31-21), de quoi donner des sueurs froides aux Tricolores en seconde période qui s'en remettaient à leur point fort : la mêlée.

Après l'heure de jeu, un nouvel essai de pénalité donnait de l'air aux Français (38-21) qui se sentaient soudain pousser des ailes, sur le dos d'une course folle de Debaes, conclue par Baudonne, pour son doublé (45-21). Le XV du Chardon ne reviendra jamais.

C'est le statu quo au classement, après la victoire attendue, non sans efforts, des Irlandais, deuxièmes, et celle plus aisée du XV de la Rose, incontestable premier, pour qui le grand chelem ne fait aucun doute, lors de la dernière journée face aux Italiens.

Seules les deuxième et dernière places se disputeront dans les deux autres rencontres (voir ci-dessous).

 

Les résultats des Test-matches de l’été... 

Lions britanniques – Sharks      54 – 7        une belle première claque en semaine !

puis samedi :

Nouvelle-Zélande – Fidji           57 – 23      spectacle et démonstration...

Pays de Galles – Argentine      20 – 20      vain vain !

Angleterre – Canada                 70 – 14      récitation parfaite de la table de 7...

Irlande – États-Unis                 71 – 10       pareil ! sans Lions et sans concession

Lions britanniques – Sharks    71 – 31       une deuxième claque bien irlando-britannique

Sinon...

Roumanie – Écosse                   et
Afrique du Sud – Géorgie         ont été annulés cause Covid*

(*) À noter que les tests des Lions britanniques face aux Springboks sont compromis

 

La semaine prochaine…

Derniers rounds pour les Bleus !

En deux temps, le XV de France finalisera les trois mouvements de sa tournée en Australie avec l’objectif de nous offrir de vrais films d’action qui se finissent bien.

À suivre, d’abord, mardi 13 juillet :

         Australie – France, à 12h    (Canal+)

Puis, avec les autres tests internationaux, samedi 17 juillet :

         Nouvelle-Zélande – Fidji, à 9h05

         Australie – France, à 12h   (Canal+)

         Pays de Galles – Argentine, à 16h

         Géorgie – Écosse a été annulé cause Covid

 ***

Et gardez-en pour les 3 défis des Lions (irlando-)britanniques chez les champions du monde !   

A ne pas manquer les samedis 24, 31 juillet et 7 août à 18h ! (canal+)

[Sous réserve de tests Covid négatifs chez les Springboks !]

 

Puis, également le mardi 13 juillet, après le second test des Bleus, les U20 clôtureront le tournoi avec la dernière journée, toujours à Cardiff :

         Angleterre – Italie, à 15h                    -> pour le grand chelem

         Irlande – France, à 17h45    (France 4)    -> pour la 2è place

         Écosse – Pays de Galles, à 21h            -> pour éviter la cuiller de bois

Posté par NewZeland2011 à 23:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 juillet 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°438

Faut pas rêver !

VI Nations U20... 3è journée                  France – Pays de Galles       36 – 19

Tchapchet, auteur d'un doublé

Le petit a poussé

Le XV de France des moins de 20 ans s’est remis la tête à l’endroit, jeudi en fin d’après-midi, à Cardiff, lors de la 3è journée du tournoi des VI Nations, version express-tout-dans-le même-stade.

Après la leçon des petits Rosbifs (22-28) et le succès poussif contre les Ritals (13-11), les Bleuets ont enfin élevé leur niveau et appuyé sur l’accélérateur d’un jeu plus ambitieux et efficace.

Dès le premier quart d’heure, deux essais, signés Haddad et Tchaptchet, donnaient le ton d’une rencontre enlevée où les petits Diables Rouges parvenaient à donner entre-temps la réplique par Beetham (12-7).

Réduits à quatorze, les Gallois allaient subir la mainmise des Français sur le ballon et le jeu, emmené par un Le Garrec au meilleur de sa forme, capitaine et distributeur de munitions.

Deux nouveaux essais saignaient à blanc les locaux avant la pause, sous les griffes de Barré et à nouveau l’arrière tricolore (Tchaptchet), très en vue, pour son doublé (26-7).

En seconde période, la cinquième banderille de Debaes, un bijou de slalom entre les lignes de l’ouvreur palois, tuait tout espoir du XV du Poireau de revenir dans la partie (36-7).

Pourtant, en fin de match, la défense tricolore retombait dans ses travers et, en dix minutes, laissait les Diables Rouges passer deux fois sa ligne, trop facilement, à un essai du bonus offensif qui aurait pu avoir des conséquence au classement final.

Mais il n’en sera rien. Mieux ! nos Bleuets, désormais troisièmes, pouvaient même rêver d’une victoire finale sur le tournoi face aux Irlandais, lors de la dernière journée. Mais fallait-il encore que ces mêmes Celtes se défassent des Anglais, quelques heures plus tard.

Là, encore, il n’en sera rien, les Babies du XV de la Rose ayant disposé de ceux du XV du Trèfle, s’assurant quasiment le Grand Chelem avant d’affronter ces bien faibles Gallois, puis les pas plus dangereux Italiens.

La messe est dite !

Les Bleuets joueront sans doute la deuxième place face aux Irlandais dans onze jours après avoir engrangé un nouveau bonus offensif – on n’ose en douter – la semaine prochaine  contre les Écossais, corrigés par la Squadra Azzurra.

 

Les autres résultats …

Écosse (6) – Italie (4)                     3 – 43

Irlande (2) – Angleterre (1)          15 – 24

 

Les résultats des Test-matches de l’été...

Afrique du Sud – Géorgie            40 – 9     1er match du champion du monde depuis sa finale.

Nouvelle-Zélande – Tonga        102 – 0     15 essais à rien.. mazette, les Tongiens !!

Irlande – Japon                          39 – 31     serré... Lions irlandais obligent !!

Pays de Galles – Canada          68 – 12     y a pas eu photo !!

Roumanie – Argentine             17 – 24    des Chênes robustes mais qui plient ! 

Angleterre – États-Unis            43 – 29    du spectacle même sans les Lions anglais !

et enfin

Lions britanniques – Lions 'sud-africains'    56 – 14     8 essais à 2... mais sans Springbok !       

***

Alors, ne manquez pas les 3 défis des Lions (irlando-)britanniques chez les champions du monde   

les samedis 24, 31 juillet et 7 août à 18h ! (canal+)

 

La semaine prochaine…

La tournée des Bleus en Australie démarre mercredi-midi !

L’équipe de France masculine défiera les Wallabies, à Brisbane, tandis que les Bleuets, un peu plus tard, affronteront le XV du Chardon, toujours à Cardiff, pour le compte de la 4ème journée du VI Nations.

À suivre, donc, mercredi 7 juillet :

         Australie – France, à 12h    (Canal+)

 

Puis, chez les U20 :

         Italie – Irlande, à 15h

         France – Écosse, à 18h      (France 4)

         Pays de Galles – Angleterre, à 21h

 

Tous les autres tests internationaux, à suivre :

Vendredi 9 juillet

         Afrique du Sud – Géorgie, à 18h

Samedi 10 juillet

         Nouvelle-Zélande – Fidji, à 9h05

         Pays de Galles – Argentine, à 14h

         Angleterre – Canada, à 16h

         Roumanie – Écosse, à 18h     (annulé cause Covid chez les Écossais)

         Irlande – États-Unis, à 21h

 

À lire : une coupe du monde mort de rire !

Une fiction jubilatoire ! Clique ici pour tout savoir >>

Posté par NewZeland2011 à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juin 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°437

Always lost in the sea !

TOP 14... Finale                                        Toulouse – La Rochelle       18 – 8

Les Maritimes n'ont rien vu venir

Ramos et "stratos"… féeriques !

« Al-ways lost in the sea…
Alllll-ways lost in the sea !! »

Le refrain d’une célèbre chanson résume bien à lui seul l’amer destin des sombres héros rochelais après cette seconde défaite, au Stade de France, contre des champions d’Europe encore plus pragmatiques et impitoyables qu’à Twickenham.

Ils n’ont rien vu venir, les Maritimes ! 

Tout espoir de premier sacre pour leur première sur le ring dionysien est littéralement parti dans les flots, sur fond de nuit sereine pour ce monument du rugby français qu’est le Stade Toulousain, disputant sa 28ème finale pour un 21ème titre gargantuesque.

Les hommes de Jono Gibbes ont sombré en première période, abattus par l’enjeu et la pression de ce noir et jaune désir qui pesaient sur eux, sans aucun doute. Incapables de tenir le ballon, ils l’ont rendu pour se faire battre, à coups de coup de pied au cul par la botte d’un impeccable Ramos, rompu à l’exercice, et parfait suppléant d’un N’Tamack logiquement écarté, suite à sa commotion la semaine passée.

Maladresses, fautes à répétition et manque de réussite au pied de West, les Rochelais ont crevé d’une absence de jeu et d’inspiration durant toute la première mi-temps, sans parvenir à crever l’abcès d’une défense toulousaine intraitable.

Tandis que deux drops, entre leurs lignes de flottaison défensives, déposés par strates successives, par deux fées maléfiques, allaient distiller en profondeur le poison qui coulera définitivement l’embarcation des Maritimes.

Deux drops stratosphériques, signés Ramos et Kolbe !

Ils n’ont rien vu venir !

Et, en seconde période, ils ne verront pas mieux pour tenter de remonter le 12-0, sous une pluie battante qui ne semblait tomber que sur les Jaune et Noir en tunique blanche, orphelins de leur meilleur joueur, Dulin, blessé à la main. Quand rien ne va !

Une pénalité de West, enfin, puis plus rien jusqu’à trois minutes de la fin où les naufragés de Gibbes et leurs peines ont mis un point d’honneur à inscrire le seul essai du match, par Priso, un point final de leur histoire qu’ils ont dû arrêter d’écrire, avant de jeter l’encre, ici, au Stade de France, au coup de sifflet final.

Une histoire banale, au fond, de « Jaunoirs » perdant contre Toulouse en finale.

Ca me rappelle 2008, tiens ! Pas toi, Jono ?

Une 21ème victoire des Toulousains, donc... et une 5ème rien que pour Médard !

Quel homme ! Quelle équipe !

2021 et 21 titres pour le Stade Toulousain

Bravo pour ce deuxième doublé, championnat et coupe d’Europe, et pour avoir su préserver, avec brio, ce titre déjà remporté en 2019 contre d’autres jaunes… Aaaargh !

 

2è journée du tournoi des VI Nations des U20 en bref…

Italie (5) – France (4)                     11 – 13

Angleterre (1) – Écosse  (6)              31 – 12

Pays de Galles  (3) – Irlande (1)       12 – 40

Très poussifs nos petits Bleus

Décidément, les Bleuets n’aiment pas les secondes mi-temps. Après une large défaite la semaine dernière contre les Rosbifs, après avoir mené en première période, voilà qu’ils se compliquent à nouveau la tâche face aux Itlaiens, toujours à Cardiff, dans le second acte (encore manqué), incapables de bonifier leur domination (13-8).

Pire, ils ne marqueront plus un point quand les Transalpins reviendront sur leurs talons, à une botte de la victoire qui aurait pu changer de main.

Pas de quoi rêver faire un miracle en Irlande. Le tournoi se jouera désormais entre les Anglais et les Celtes.

 

Le résultat du premier Test-match de l’été…

Lions britanniques – Japon             28 - 10

                                                                                                  

La semaine prochaine…

Des Bleuets et des tests sans Bleus !

L’équipe de France masculine débutera sa tournée en Australie le mercredi 7 juillet pour s’achever le samedi 17.

Trois rencontres face aux Wallabies avec un effectif étoffé de 42 joueurs sans les finalistes du TOP 14.

En attendant, les Bleuets tenteront de briller, le jeudi 1er juillet, pour la troisième journée du tournoi des VI Nations des U20 :

         Écosse – Italie, à 15h

         France – Pays de Galles, à 18h     (France 4)

         Irlande – Angleterre, à 21h

 

Les autres nations ne seront pas en reste avec leurs tests internationaux, à suivre :

Vendredi 2 juillet

         Afrique du Sud – Géorgie, à 18h

Samedi 3 juillet

         Nouvelle-Zélande – Tonga, à 9h05

         Irlande – Japon, à 14h

         Pays de Galles – Canada, à 16h

         Roumanie – Argentine, à 20h

Dimanche 4 juillet

         Angleterre – États-Unis, à 15h

Posté par NewZeland2011 à 14:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 juin 2021

Les brèves d'Ovalie - Edition n°436

Demie panachée ou IPA amère ?

TOP 14... Demi-finales                                La Rochelle – Racing 92       19 – 6

L'offrande de Dulin pour Retière

Deux pressions, deux coups de grâce !

Vendredi et samedi, nos deux finalistes européens, au repos la semaine dernière, ont abordé leurs demies, chacun son tour, avec fraîcheur et pression, sur la grande terrasse du stade Pierre-Mauroy, à Lille.

Le premier, vendredi soir, a bu d’un trait de quatre-vingts minutes sa demi-pinte de rugby sans que son adversaire n’ait pu lui faire baisser le coude un seul instant, tant la soif d’une première finale au Stade de France le tenaillait depuis sept ans, à mettre l’océan des occasions adverses à sec.

Car les Maritimes ont littéralement asséché les ressources des Racingmen, en les acculant dans leur camp par un jeu d’occupation tactique parfait de leur charnière West-Kerr-Barlow et en les poussant à la faute après les avoir étouffés derrière leur conquête.

Il aura suffi d’un coup d’éclat, à la demi-heure de jeu, signé par les anciens Ciel et Blanc, Dulin et Retière, pour que les Franciliens mettent un genou à terre. L’arrière international, plus étincelant que jamais (quel joueur !), nous régalait d’une pépite de passe par-dessus pour une réception et finition imparable de son ailier.

Du grand art pour le coup de grâce, juste avant la pause !

Menant 16-6, rien ne semblait acquis au retour des vestiaires. Et pourtant, la puissance des avants rochelais allait anéantir tout espoir francilien. Le Racing ne marquera aucun autre point dans un second acte verrouillé par une défense intraitable qui sabordera ses rares temps forts.

Sept ans après leur retour dans l’élite, les Maritimes vont fouler pour la première fois la pelouse du Stade de France et retrouver leur bourreau de Twickenham pour une revanche qu’ils comptent bien ne pas gâcher cette fois, en jouant le meilleur de leur jeu, avec la même lucidité et le même panache que cette pétillante demie.

Toulouse – Bordeaux            24 – 21     

L’IPA toulousaine

On peut le décoder comme une Intention Publique d’Accession au Stade de France.

Samedi soir, l’opération toulousaine a consisté à amorcer publiquement son intention d’accéder à la victoire, coûte que coûte, en payant cash ses efforts et profitant de sa côte en bourse arbitrale pour porter le coup de grâce à des Bordelais qui ne garderont que le goût amer que laisse une telle demie à la fin.

Non, Toulouse n’a pas volé sa finale. Mais à y regarder de plus près, le champion de France a bénéficié de largesses dans les décisions et vérifications arbitrales qui lui ont souri au final.

À commencer par ce premier essai de N’Tamack, dès la cinquième minute, qui a assommé le petit poucet béglais sur un contre toulousain fulgurant. Le coup de pied de Dupont, dans son camp, derrière la défense « à l’attaque » bordelaise (ou bordélique), heureusement contré par Lamérat, a trouvé Tolofua (pas hors-jeu du coup) qui a lancé son demi d’ouverture sur une passe pourtant en-avant et que l’arbitre n’a jamais demandé à revoir. Alors que plus tard…

Tout un symbole !

On pouvait penser que cela ne resterait qu’un épiphénomène, mais c’était bien une épine dans le pied qu’allait supporter la formation girondine toute la première période, un peu manquée il faut le dire, malgré l’essai de Lam quelques minutes plus tard.

Une action magnifique, initiée par Lam lui-même, en relais avec le "malheureux" Seuteni qui transperce toute la défense haut-garonnaise, nous gratifiant d’une chistera aveugle pour Petti, enquillant des séquences de jeu au près avant de retrouver l’ailier néo-zélandais à la finition d’un premier essai d’envergure.

Menés 8-7, l’UBB ne parvenait plus à remettre la main sur le ballon et multipliait les fautes et approximations qui permirent à Ramos d’aggraver le score avant la pause (14-7).

Mais la seconde période allait offrir de belles occasions aux homme d’Urios de renverser le cours du match et de belles frayeurs au champion d’Europe de perdre son fil.

Un premier coup de pied de Jalibert, de loin, donnait le ton de ce nouvel acte, avant que Lam ne récidive sur une nouvelle action de grand art pour marquer le deuxième essai en coin. Jalibert manquait malheureusement la transformation mais Bordeaux menait, pour la première fois, d’un petit point devant l’ogre toulousain (15-14).

Oui mais voilà, le cœur du rugby a ses raisons que la raison de ses règles ignore.

Et l’intention première de l’action, on en fait quoi ? Monsieur Trainini l’a avalé d’une traite de séance vidéo, sans circonstance atténuante, renvoyant Seuteni, l’auteur de l’agression (qui n’en était pas une), sur la touche pour laisser ses coéquipiers en infériorité numérique.

Jouer avec le cœur et l’allant peut parfois coûter cher. Une action, un coup de tête, une commotion, un KO de N’Tamack et l’émotion donne la couleur du carton. ROUGE !

Ramos redonnait l’avantage aux siens, quand N’Tamack quittait la pelouse sur une civière pour revenir plus tard sous les caméras, sain et sauf. C’est déjà ça. Prompt rétablissement, garçon, on a besoin de toi la saison prochaine !

Mais le match venait de revirer une seconde fois et rien n’allait plus sourire à l'UBB. Jusqu’à cette penaltouche, d’abord déclarée sauvée (une aberration arbitrale), avant d’être rendue justement aux Toulousains qui, de cette confusion, la transformeront en essai décisif, signé Ramos, homme du match malgré lui.

Jalibert fera tout pour revenir, avec deux pénalités, mais ce n’était pas le jour des Bordelais, de quoi rendre amer cette demie, imbuvable pour son entraîneur qui l’a recrachée aussitôt en colère refoulée contre un arbitrage qu’il n’arrivait toujours pas à comprendre.

Non, je le répète, le Stade Toulousain n’a pas volé sa finale. C’est le lot des grandes équipes d’insuffler les bonnes ondes et décisions en sa faveur.

Toulouse visera donc un doublé, vendredi prochain, au Stade de France.

 

La finale du TOP 16 Féminin en bref…

Blagnac – ASM Romagnat                8 – 13 

Les Puydômoises au sommet ! 

3è titre pour l"ASM Romagnat

Marjo Mayans contre Jessy Trémoulière, mes deux chouchous en équipe de France, cette finale inédite, après la suprématie toulouso-montpelliéraine, a tenu toutes ses promesses. Diffusé sur France 4, ce choc au féminin est resté indécis jusqu'au bout (super l'interruption qui m'a empêché de voir la fin). 

Les Romagnatoises ont mis d'entrée la pression sur les Blagnacaises, chez elles, dominant en conquête la première période, malgré un score nul (0-0). La seconde période les ont récompensées avec un essai de Pignot, transformé par Jessy, avant qu'Abadie ne réduise le score à l'heure de jeu, entretenant le suspense, d'autant que les Romagnataises commençaient à souffrir. Un carton jaune de chaque côté et 8-10, à cinq minutes du terme, après un essai en force de Sylla.

Jessy aura le dernier mot, avec une pénalité qui offrira à l'ASM son troisième titre (un de plus que les hommes), après ceux de 1994 et 1995.

L'ASM, ce n'est pas que nos jaunards d'Azéma en perdition, c'est aussi ça, des championnes en herbe qui font la joie de toute une région depuis leur retour dans l'élite, il y a cinq ans.

 

Le tournoi des VI Nations des U20 en bref…

Angleterre (2) – France (4)               38 – 22

Écosse (6) – Irlande (1)                       7 – 38

Italie (5) – Pays de Galles (3)             8 – 25

Les Bleuets font pschitt !

Après avoir mené 19-3 à la pause, les Français ont complètement craqué en seconde période en encaissant cinq essais des Rosbifs à Cardiff où se déroulent tous les matches du tournoi.

                                                                                                 

La liste des 42 pour la tournée en Australie…

Avec 22 bleus-bites !

Liste des 42 pour l'Australie en juillet

Des nouveaux noms en équipe de France, et même des Clermontois…

Mais pas de finalistes du TOP 14, c’est la règle. Et repos forcé pour des Internationaux très sollicités cette saison, comme Jalibert, Fickou ou Vakatawa.

 

La semaine prochaine…

Le remake de la finale européenne…

Les Rochelais parviendront-ils à priver les champions d’Europe d’un doublé et du Brennus qu’ils détiennent toujours ?

Pour cette première finale au Stade de France, il est clair que les Maritimes vont tout donner.

 

À suivre au Stade de France, sur France 2 et Canal+ :

         La Rochelle – Toulouse, vendredi 25 juin, 20h45

 

Du côté du VI Nations des U20

Voici le programme de la deuxième journée, également vendredi 25 juin :

         Angleterre – Écosse, à 15h

         Italie – France, à 18h     (France 4)

         Pays de Galles – Irlande, à 21h

Posté par NewZeland2011 à 19:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,