Dans le blanc des Bleus !

Test-match,     France – Samoa   22 – 14

Impressionnants ces samoans, au point de rendre nos Bleus blancs comme leur linge !

Samedi, en fin d’après-midi, au Stade de France, le blanc qui a suivi le haka des samoans en disait long déjà sur l’état d’esprit et la détermination des polynésiens à renverser l’aura du XV tricolore.

Parce que nos Bleus qui jouaient en blanc face à ces bleus, pas si bleus au fond, déjà vainqueurs de nos diables de champions d’Europe en titre et qui semblaient voir à nouveau rouge, n’en ont pas mené large.

Face à ces armoires à glace qui les fixaient sans relâche dans le blanc de leur jeu, nos Bleus en blanc ont cligné les premiers et baisser le niveau du jeu qui était le leur contre les argentins et les australiens.

Des armoires à glace, oui, dont le reflet de chaque tampon, chaque plaquage, déformait l’image d’une équipe de France solide à la défense infranchissable telle qu’on avait pu la voir les semaines passées.

Mais ce qui a le plus impressionné dans ce match, c’est bien la capacité des samoans à jouer balle en main, avec ces gabarits hors-normes, une dextérité et une efficacité hallucinantes à faire pâlir des All Black.

Quel culot et quelle technique ce premier essai dès le quart d’heure de jeu !

Imaginez le pilier toulousain Johnston, 1 mètre 89, 130 kilos, en pleine course, petit coup de pied extérieur à suivre, surgit alors, comme le vent se lève, l’ailier Lilomaiva qui souffle la balle au dernier défenseur enrhumé par une subtile passe volleyée remise vers l’intérieur pour son arrière qui achève avec brio l’action pour un essai imparable entre les perches. 7-0, les samoans donnent le ton et refroidissent les ardeurs de nos coqs quelque peu émoussés.

Les français vont bien réagir grâce à l’opportunisme de leur meneur de jeu, Michalak, qui bénéficie d’un contre heureux, deux minutes plus tard, et permet aux siens de revenir dans la partie. 7-7.

Le reste de la première période n’offrira que deux belles occasions aux tricolores, en vain, pour tenter de renverser la tendance qui voit les samoans prendre le jeu à leur compte, et de belle facture. Plus agressifs, plus entreprenants balle en main, les Manu Samoa comme ils se font appeler, expulsent tous les ballons manu militari des rucks, multipliant les turnovers en leur faveur. Incroyable toupet !

Heureusement, leurs péchés mignons au sol et en mêlées, nous offriront deux pénalités dont la deuxième sera finalement réussie par Parra donnant au XV de France un court avantage à la pause. 10-7.

La seconde période, elle, ne laissera aucun répit aux français, dominés des mains à la tête après avoir encaissé un second essai dès l’entame par le castrais Tekori concluant plusieurs temps de jeu devant l’en-but français impulsé par le demi de mêlée très actif Fotuali. 10-14, après la transformation aisée face aux poteaux.

Ca se complique pour nos Bleus, menés, qui tirent à blanc sur chacune de leurs attaques et doivent s’en remettre à la botte de leur homme providentiel qui, inspiré sans doute par son coéquipier anglais de club, Sir Wilkinson, remet son équipe sur pied… un pied qui ne flanche pas et saisit toutes les occasions pour revenir au score d’abord, pour le prendre ensuite, avant qu’il ne file à l’anglaise aux yeux et à la barbe des samoans pourtant dominateurs et méritants malgré leur indiscipline.

Mais voilà, les grandes équipes, ce sont celles qui savent accepter la domination de l’adversaire et la combattre avec courage et humilité ce dont ont fait preuve nos Bleus en blancs, sans doute un peu trop usés pour fournir l’énergie nécessaire à l’impact d'une telle armada guerrière, vive et surtout avec un talent que l’on ne lui soupçonnait pas.

Si on a assisté cette saison à la naissance du Four-nations avec l’entrée de l’Argentine dans la prestigieuse compétition entre pays de l’hémisphère sud, on ne devrait pas tarder à voir naître un tournoi des cinq nations avec cette équipe impressionnante samoane, et ce pour le bien du rugby international en vue de la prochaine coupe du monde.

Chapeau messieurs les samoans, votre défaite nous aura fait autant mal que plaisir à voir !

Dans les autres test-matchs du week-end, à noter une nouvelle défaite sur le fil des anglais face aux sud-africains, qui valide définitivement notre quatrième place au classement IRB, synonyme de tête de série pour la prochaine coupe du monde chez nos meilleurs ennemis britanniques.

Les irlandais ont montré qu’il fallait compter sur eux en dominant les argentins, mieux que nous ne l’avons fait. Pas de surprise pour l’Italie, l’Ecosse et le Pays de Galles, défaits chez eux, même si on peut parler de performance la défaite de 3 points des italiens face aux australiens.

De bon augure pour le spectacle du tournoi des six nations, prochain rendez-vous des Bleus, le 2 février à Rome.

On y sera !

 

Tous les résultats du week-end :

Irlande – Argentine  46 – 24

Italie – Australie 19 – 22

Angleterre – Afrique du Sud  15 – 16

Ecosse – Tonga  15 – 21

Pays de Galles – Nouvelle Zélande  10 – 33

 

La semaine prochaine…

Retour au TOP 14 pour nos tricolores tandis que deux nations européennes ont décidé de redonner le bâton pour se faire battre aux nations du sud. Il s’agit de l’Angleterre et du Pays de Galles qui affrontent respectivement la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Mais l’heure est au championnat, je vous disais, avec un programme palpitant pour le compte de la 12ème journée, l’avant dernière des matchs aller.

Dès vendredi 30 novembre, à 21h :

  • Perpignan – Agen, pour relever la tête au classement.

Samedi 1er décembre, ensuite :

  • Toulouse – Clermont à 15h, en sparring-partners de HCUP,
  • Mont-de-Marsan – Castres à 18h30, en quête d’un nouvel exploit,
  • Toulon – Grenoble à 18h30, un leader serein,
  • Montpellier – Bayonne à 18h30, retrouver la sérénité au pied du podium,
  • Biarritz – Bordeaux à 18h30, recoller au TOP 6 impérativement,
  • Racing-Métro – Paris à 20h40, un derby pour rester dans le bon peloton.