Un petit jaune en pastiche !

TOP 14... 7ème journée,                    Montpellier – Clermont         43 – 3

asm petit jaune

« Se faire un petit jaune » tel était le défi n°4 affiché des montpelliérains vendredi soir dans leur Stade Yves du Manoir déjà ivre à l’idée de se taper le leader du championnat.

Et comment !

« La première tournée est pour moi ! », répliquait Pélissié, tout simplement phénoménal d’aisance et d’efficacité après que le patron du TOP 14 ait annoncé d’entrée la couleur en les faisant payer cash une pénalité dès la première minute de jeu. Vingt minutes plus tard, le jeune demi de mêlée mystifiait tout le personnel clermontois en s’enfilant l’un après l’autre les trois-quarts de jaunes servis en ligne sur le présentoir en défense, avant de récidiver cinq minutes plus tard.

De « Ici, ici, c’est Mont-pe-llier ! » à « Merci, merci, Jo Pé-li-ssié ! », il n’y avait pas loin dans le chœur du public, à peine 40 minutes d’une première période époustouflante de la recrue de Grenoble, auteur de tous les points qu’il a fessé à des Jaunards indisciplinés et totalement inertes (26-3).

Le petit jaune s’est noyé dans un verre d’haute platitude, devenant le pastiche de lui-même sans goût ni force. Imbuvable, quoi !

A l’image du demi de mêlée remplaçant Radosavljevic, improvisé demi d’ouverture titulaire en place de Broke James blessé, l’ASM n’a été tout le long qu’une embarcation en naufrage, incapable de trouver un cap pour espérer à un m’ment donné toucher terre.

Le Rado a médusé tout le monde jusqu’à son entraîneur qui a du le sortir dès la seconde période pour tenter avec Gavin Humes de réanimer le peu de jeu encore vivant dans ce match mal embarqué.

C’était sans compter l’ouvreur en forme du moment, Trinh Duc, complétant une charnière dont la complicité et l’efficacité feraient rêver tout sélectionneur qui aurait un peu de flair et de bon sens. Un jour peut-être, en 2016…

« La deuxième est pour moi » lâchait sans complexe le demi d’ouverture héraultais, avalant en vingt minutes deux essais cul-sec bien servis par son meneur Jo Pelissier, décidément sur tous les coups.

A la tienne ! .. et aux Bleus, un jour peut-être, en 2016…

L’addition est salée pour les clermontois qui repartent avec trois cacahuètes. Les Jaunards perdent non seulement le match et leur trône mais aussi et surtout leur statut et leurs certitudes.

De mauvais augure avant d’aborder dans trois semaines la première journée de coupe d’Europe dans un autre stade Yves du Manoir, celui de Colombes du Racing Métro.

Trois semaines, le temps de remonter son froc et recevoir dignement Bordeaux avant de répondre à l’invitation de Toulon en serrant les fesses et le pantalon avec ceinture et bretelles.

On n’est jamais assez prudent !

 

En bref…

Toulouse a eu la main moins lourde face au champion de France, Castres (26-9). Mais le résultat comptable est le même, un bonus offensif et une remontée au classement aux côtés des montpelliérains, à la troisième place, un point seulement derrière les nouveaux meneurs du championnat.

Car Toulon n’a pas réussi à enclencher la vitesse supérieure à Mayol face à Bayonne (18-12) pour empocher le bonus et par le même coup s’asseoir seul sur le trône qu’il doit partager avec un Stade Français, heureux tombeur d’Oyonnax à la maison (16-15).

Et oui, incroyable ! … Bayonne n’a pas fait l’impasse et Mathon a craqué, après à peine deux ans d’invincibilité.

Sans doute, le coach basque a lu mes brèves et doit se mordre les doigts de ne pas avoir tenté un coup à Michelin pour récupérer là aussi un point.

Le Racing Métro, avec sa victoire sans point bonifié sur Bordeaux (26-19) passe devant Clermont à la cinquième place, conservant ainsi sa place dans le TOP 6 et se rassurant sur ses ambitions de départ.

En zone reléguable, rien ne va plus pour Biarritz qui perd une nouvelle fois à domicile, contre Grenoble cette fois (21-27), les isérois faisant une excellente opération, en remontant à la septième place quand les biarrots au bout du classement et du rouleau comptent désormais 5 points de retard sur leur voisin bayonnais, autre candidat à la relégation, dans de meilleures dispositions pour en sortir avant de recevoir le derby basque la semaine prochaine. Chaud bouillant !

Car Brive a bonifié son succès face à Perpignan (31-6) replaçant les corréziens devant les basques et les oyonnaxiens, de quoi respirer et aspirer à une suite de championnat un peu plus sereine.

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

La semaine prochaine…

Le TOP 14 devra se passer de ses internationaux les premiers jours, en stage avec l’équipe de France pour préparer une tournée qui aura lieu dans deux mois… Sans Trinh Duc, sans Pelissié ?

Rien n’est moins sûr. Autant dire que cette préparation ne sert à rien si ce n’est à agacer Noves privé de dix joueurs à l’entrainement.

Oh mais, ne commençons pas à polémiquer mais suivons plutôt le programme de cette 8ème journée qui commence dès vendredi soir 27 septembre :

  • Stade Français – Montpellier, 20h45 (c+ sport) : qui sera leader ?

Puis samedi 28 septembre :

  • Oyonnax – Toulon, 14h55 (c+) : ne pas laisser s’installer le doute,
  • Grenoble – Brive, 18h30 (r+) : surfer sur la vague basque,
  • Bayonne – Biarritz, à 18h30 (r+) : le coup de grâce ?
  • Castres – Racing Métro, à 18h30 (r+) : retrouver le TOP 6,
  • Perpignan – Toulouse, 20h35 (c+ sport) : accrocher le wagon de tête,

Et pour finir, exceptionnellement le dimanche 29 septembre :

  • Clermont – Bordeaux, 12h30 (c+ sport) : se rassurer.

Sans oublier le Four-Nations qui reprend du service le samedi dans son avant dernier round où le duel entre les Springboks et les All Blacks se jouera à distance avant leur ultime affrontement sur les terres sud-africaines.

  • Afrique du Sud – Australie, 15h (c+ sport) : sans trembler,
  • Argentine – Nouvelle-Zélande, 22h40 (c+ sport) : sans complexe !