De la graine de Gallois, ces Jaunards !

TOP 14... 19ème journée                      Bordeaux – Clermont        19 – 24

Bordeaux Clermont 2016

Une remontée diabolique !

Menés 19-0 à la 45ème minute, les Clermontois ont infligé un 24-0 à leur hôte, sur sa pelouse de Chaban-Delmas.

On n’avait pas vu un tel retour de situation depuis les dernières sorties galloises, à l’Aviva Stadium puis à Twickenham lors du dernier Tournoi des VI nations.

Sauf que les remontées des diables Rouges ne furent pas aussi victorieuses que celle du leader auvergnat dimanche après-midi à Bordeaux.

Mais du pays de Gaule au Pays de Galles, c'est bien la mer à boire !

Car il aura fallu traverser une manche à vide pour ces Jaunards avant de regagner la terre ferme de leur victoire.

Complètement transparents en première période, et concédant faute sur faute à leur adversaire, ils ont pris la houle et le score par la botte de Bernard, qui à lui seul, a éconduit leur traversée en vedette policière jusqu’à la pause, sur la côte bordelaise (12-0).

Au retour des vestiaires la réaction du leader se fera attendre. Une amende sévère assommera en cinq minutes ces migrants Clermontois, complètement perdus.

Un essai collectif de toute beauté, conclu par Botha et transformé par Bernard (19-0).

Seulement... "qui ne saute pas n’est pas GAL-LOIS LOIS !"

Cela pourrait être désormais le slogan des tribunes de Chaban et de tout stade hostile.

Car seuls les Diables Rouges savent remonter de tels gouffres. Et Davies, le centre clermontois le sait plus que quiconque, soufflant la révolte de ses coéquipiers gaulois.

Il suffira de cinq minutes, le temps que Gear laisse sa place à Toeava, les premières lignes opèrent leurs changements de part et d’autre, et que Spedding se voit attribuer un carton jaune, pour que la physionomie du match change soudainement.... à 14 contre 15.

La mêlée auvergnate met à mal le pack girondin et s’offre de nombreuses pénalités comme de munitions. Après 3 points passés par Fernandez, la première pénaltouche débouche sur Raka qui récupère un ballon inespéré et explose la défense adverse jusqu'à l'en-but par ses raffuts et sa vitesse (19-10). 

Trois minutes plus tard, c’est au tour de Fernandez d’inscrire le second essai clermontois après que Serin, pourtant flamboyant jusque-là, se fasse contrer par le jeune troisième ligne Cancoriet et donne une balle de contre aux Jaunards (19-17).

Il reste 20 minutes. Le banc clermontois avec Parra aux commandes, un carton jaune de Poux pour des mêlées écroulées successives, et le talent des trois-quarts auvergnats internationaux, auront raison d’une fin de match à sens unique.

Spedding met Fofana sur orbite et c’est le troisième essai pour Clermont qui prend les devants à dix minutes du coup de « soufflet » final.

Avec l’entrée de Broke James, grand gestionnaire de fin de rencontre, les Bordelais ne parviendront pas à remettre la main sur le ballon, sauvegardant à minima le point du bonus défensif et empêchant le leader de prendre celui d’un bonus offensif qui n’aurait pas été volé.

Une sixième victoire consécutive pour ces Jaunards, la septième victoire à l’extérieur de la saison. Et dire qu’ils étaient en crise au mois de janvier !

Inutile de s’emballer et de les voir déjà le Brennus en mains, on sait que le printemps attend ces jaunards au tournant avec cette allergie au titre qui leur pend au nez depuis six ans, à éternuer chaque phase finale et se faire moucher par le premier venu.

Les Clermontois se contenteront du résultat comme une belle revanche avant tout, après que les Bordelais leur ai causés bien des misères dans cette première partie de saison, et surtout en Coupe d’Europe, bourreaux de leur élimination.

Clermont est leader plus que jamais !

 

En bref...

Racing 92 – Toulon                            20 – 21

Equipe B comme "Bonne pioche" !

Les remplaçants Toulonnais avaient faim. Ils voulaient juste faire un bon match, qu’ils nous ont dit après leur victoire magnifique à Colombes chez ce même adversaire qui l’attend dans quinze jours dans un quart de finale de Champion Cup chaud bouillant.

Ils ont surtout montrer qu’ils valaient autant, si ce n’est mieux, que les stars affichées sur la rade et réservées pour le soi disant vrai affrontement dans deux semaines.

Les Racingmen ont été apathiques durant une heure laissant les Rouge et Noir faire le jeu et prendre le score après deux contres concrétisés par Armitage puis Belan.

La réaction des Franciliens viendra dans les cinq dernières minutes grâce à Lauret puis Carter, permettant aux locaux de passer enfin devant, la victoire quasi acquise, il reste moins d’une minute à jouer (20-18).

Oui mais voilà, Castrogiovanni, sur le renvoi de Michalak commet une faute grossière et le buteur varois ne se prive pas de donner la victoire aux siens, avec beaucoup de sang froid.

Une victoire méritée pour cette équipe B, comme « Bonne pioche », qui offre à Toulon la place de dauphin derrière Clermont.

Le Racing 92, lui, doit partager sa troisième place avec des Montpelliérains en pleine bourre.

 

Agen – Montpellier                            21 – 45

Le plus fort c’est Mon…tpellier.

Les Agenais jouent et jouent bien, on ne peut leur enlever cette volonté. Mais que faire face à l’armada des Boks héraultais, machine à marquer depuis un mois, irréfrénable.

Les locaux lui auront tenu tête presque une heure, inscrivant trois essais, avant de se faire avaler tout cru en fin de rencontre, avec cinq essais coup sur coup des Montpelliérains, dont un doublé de Du Plessis et un autre de Nagusa, avant que Liebenberg offre le sixième essai du bonus offensif sur le fil.

Il n’y avait pas photo !

Le carré de tête semble acquis aux cadors de ce championnat, quand Bordeaux et Toulouse vont s’attacher à conserver les deux derniers tickets pour les phases finales, combien même cela passera par un barrage à l’extérieur.

Car les toulousains ont su creuser l’écart (8 points) avec leurs poursuivants dans la course au TOP 6.

 

Toulouse – Stade Français                 36 – 3

Un Clasico sans saveur ni adversaire.

Cette affiche n’est plus ce qu’elle a été par le passé. La rivalité entre les deux Stades, Toulousains et Français, a perdu de son panache, laissant place à la réalité du moment.

Le champion de France est en perdition, à l’image de son effectif, ses internationaux et son jeu offensif au repos ou à l’infirmerie.

Le Stade Toulousain, lui, avait besoin de se refaire une santé avec son effectif et son envie au complet, reboostés par une ligne de trois-quarts très en jambes.

Clerc, avec un doublé, Palisson et Médard corseront l’addition après un premier essai de pénalité à la demi-heure de jeu qui lancera la machine locale.

Si les Parisiens n’ont pas trop à s’inquiéter pour leur maintien dans l’élite, à 13 points du premier relégable, leur titre est bel et bien dans les cartons pour déménager quoi qu’il arrive.

Quant aux Toulousains, ils peuvent espérer une bonne fin de saison avec les temps de repos européens non négligeables, dans cette course au Brennus face à des adversaires coriaces où seuls deux d’entre eux auront en ligne de mire un autre titre (Toulon ou Racing 92 et Montpellier).

 

Brive – Castres                                 23 – 22

Au bout du suspense…

Brive remporte ce match sur le fil grâce à la transformation de Germain sur l’essai dans le money-time de Mignardi, clouant les Castrais sur place alors qu’ils pensaient avoir fait le plus dur.

A trop laisser de points et d’occasions en route, les Tarnais ne peuvent s’en prendre qu’à eux même dans une première période où les Coujoux semblaient marquer le pas.

3 à 6 à la pause, c’est pas assez cher payé pour les copains de Urdapiletta quand on voit le score à la fin.

Seulement les locaux se sont réveillés en seconde période et ont su enquiller les points par Germain et concrétiser un essai par Jourdain à l’heure de jeu, menant alors d'un point au score (13-12).

La réaction logique mais tardive des visiteurs par l’essai de Combezou n’empêchera pas l’issue fatale que l’on connaît.

Les Brivistes peuvent jouer leur va-tout en se projetant vers le TOP 6, à dix longueurs, au cas où un des protagonistes toulousain ou girondin flanche dans les 7 dernières journées.

Tout comme les Castrais (7ème à 8 points) et les Grenoblois (9ème à 11 points).

 

Grenoble – La Rochelle           39 – 23

Le maintien, c’est fait !

Grenoble a assuré son maintien, comme La rochelle la semaine passée, en disposant de son adversaire du jour avec la manière et le bonus offensif, emmené par un Wisniewski en pleine forme, sur tous les coups, au pied comme derrière l’en-but, auteur d’un doublé sur les cinq essais finaux.

Les Rochelais, après un excellent départ (essai de Bothia à la 20ème minute), s’éteindront petit à petit devant la supériorité de leur hôte, avant d’inscrire un second essai par Forbes (70ème) pour ne pas être en reste et tenter d’enlever en vain ce point de bonus à un concurrent direct… oui mais concurrent à quoi ?

Le maintien est là et l’espoir d’une phase finale bien loin pour que les Maritimes (10ème à 13 points)  espèrent y participer.

 

Pau – Oyonnax                       25 – 6

L’essentiel est là…

Les Palois, en bataille pour le maintien, ont pratiquement sauvé leur saison et ont surtout enfoncé un peu plus les Oyomen en PRO D2, désormais à 19 points d’eux et 13 des Parisiens.

Certes, Oyonnax s’est battu et aurait mérité un meilleur sort. Seulement les visiteurs ont lâché prise en fin de première période encaissant deux essais coups sur coup avant d'en prendre un dernier en fin de match pour un bonus offensif heureux pour les locaux.

Pau assure quasiment son maintien, à moins de circonstances exceptionnelles, l’équipe béarnaise sera en TOP 14 l’an prochain, quand Oyonnax et Agen n’ont plus qu’à se faire plaisir dans cette fin de saison qu’ils peuvent aborder sans pression.

Attention aux adversaires qui les prendront à la légère !

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

La semaine prochaine…

Suite du TOP 14 avant l’Europe !

La 20ème journée du championnat pourrait sceller définitivement le sort des deux équipes relégables, mathématiquement, en cas d’échec à domicile.

L’affiche du week-end sera sans aucun doute entre les Tarnais et les Haut-Garonnais, concurrents directs pour une sixième place qualificative aux barrages.

Bordeaux aura aussi une occasion sérieuse de conforter sa place dans le TOP 6 avec la réception du Racing, au plus mal, et sans doute la tête tournée vers l’Europe.

Quant au choc des deux premiers, la pression est du côté varois, également préoccupé par une autre échéance, l’occasion pour les Auvergnats de prendre une nouvelle revanche après l’humiliante défaite au Michelin l’an passé.

Alors, ne ratez rien le week-end prochain !

 

A suivre dès vendredi 1er avril :

  • Montpellier – Brive, à 20h45 (C+ Sport) : pour une place de dauphin.

Puis samedi 2 avril :

  • Castres – Toulouse, à 14h45 (C+) : le moment de recoller au TOP 6.
  • Oyonnax – Grenoble, à 18h30 (r+) : un derby crucial,
  • Agen – Pau, à 18h30 (r+) : pour l’honneur,
  • La Rochelle – Stade Français, à 18h30 (r+) : pour se faire peur,
  • Bordeaux – Racing 92, à 20h45 (C+ sport) : profiter de l’Europe.

Enfin, dimanche 3 avril :

  • Toulon – Clermont, à 16h15 (C+) : (p)rendre le leadership.