FRANCE 3  IRLANDE 1

CHAMPIONS CUP... 5ème journée             Clermont – Ulster          29 – 13
                                                        Connacht – Toulouse         7 – 21
                                              Racing 92 – Munster        39 – 22  
                                        Leinster – Lyon           42 – 14

Trois quarts assurés !

Il fallait vingt points après cette cinquième journée pour s’assurer une place en quart de finale. C’est chose faite, non sans mal !, pour trois de nos tricolores, parmi les favoris dans cette compétition européenne majeure, et tous face à une province irlandaise.

Fischer a éteint Iturria

Clermont, d’abord, s’est défait victorieusement des Irlandais du Nord après s’être fait dessus durant une première période… merdique !

Et pourtant, les Ulstermen n’ont pas su profiter de la médiocrité de leur hôte et de leur supériorité numérique pour creuser l’écart durant les quarante premières minutes, s’acharnant à privilégier des pénaltouches plutôt que de prendre les points qui leur tendaient les perches.

Les Jaunards ont pu revenir des vestiaires et du carton jaune de Parra avec de meilleures intentions pour répondre à l’essai de Cooney en début de partie et remonter le petit point de retard laissé généreusement par les Irlandais (9-10).

Il aura fallu que Moala s’arrache par deux fois, dans le bon intervalle, pour faire la différence, la première, en début de seconde période, offrant le premier essai clermontois à Raka, d’un cheveu, la seconde, à trois minutes du terme, pour assurer lui-même la finition et la victoire.

Un match gagnant surtout pour le jeune Fischer, élu homme du match, quelques jours à peine après sa première sélection dans le groupe France.

Il est vrai qu’en une heure de temps de jeu, par sa performance, le flanker remplaçant néo-Bleu a éteint le malheureux titulaire Iturria, non sélectionné et sorti sur blessure.

Il y a des signes qui ne trompent pas.

Tout sourit aux Toulousains

Toulouse, ensuite, a fait preuve d’un pragmatisme à toute épreuve, samedi, pour l’emporter face à d’autres Irlandais sur des terres outre-Manche hostiles.

Car le Connacht a malmené les Toulousains en début de rencontre, ne récoltant qu’un essai de pénalité (sur un maul monstrueux écroulé) et un carton jaune contre Tekori.

De quoi réveiller l’orgueil toulousain qui, même en infériorité numérique, obtenait, neuf minutes plus tard, l’essai de l’égalisation par Kaino, dans la confusion des images, après plusieurs charges près de la ligne.

Mais, juste avant la pause, Marchand exécutait une touche parfaite qu’il bonifiera lui-même derrière un ballon porté aussi parfait et imparable jusque dans l’en-but.

La seconde période verra le pragmatisme coller aux Toulousains qui ont récupéré des ballons sur les temps forts irlandais et marqué à nouveau sur un contre improbable, par Akhi, après une séquence défensive héroïque des locaux qui pensaient avoir fait le plus dur.

Durant les trente minutes restantes, rien ne sera marqué, malgré l’indiscipline des visiteurs chanceux, n’encaissant que deux cartons de plus, un jaune pour Huget et un rouge pour Holmes en fin de match, sans conséquences donc.

Quand je vous disais que tout leur sourit aux Toulousains, toujours invaincus !

Espérons que cela continuera au printemps prochain jusqu’au sacre final.

Incroyables essais de Thomas

Le Racing, enfin, dimanche, dans son antre de Nanterre, s’est sorti incroyablement, et au bout du suspense, d’un traquenard parfaitement dressé par les Irlandais qui ont maîtrisé leur emprise sur leur hôte durant près d’une heure.

C’est que le Munster n’avait pas le droit de perdre, prenant la partie par le bon bout, à bras le corps, et à pied le score, par leur buteur Hanrahan pour mener 9-0 au bout de vingt minutes à sens unique.

Les Franciliens s’en sont remis alors à la magie de Iribaren pour rester dans le match, le demi-de-mêlée français passant les premiers points au pied puis exécutant une chistéra monumentale, de plus de vingt mètres, pour offrir le premier essai à Thomas, à la demi-heure de jeu.

Malgré ce temps fort des Racingmen en fin de première période, Conway interceptait une passe de Chavancy qui augurait un deuxième essai sur l’aile de Imhoff dans les 22 irlandais. Le deuxième ligne du Munster mettait les cannes et filait vers l’en-but dans une course de 80 mètres, assommant les locaux sur le pré, comme en tribunes (11-16).

Au retour des vestiaires, Iribaren remettait à nouveau les siens dans la partie par son pied pour revenir au score et entretenir un chassé-croisé avec Hanrahan jusqu’à l’heure de jeu. 14-16, puis 14-19, puis 17-19, puis 20-19 enfin ! Et à nouveau 20-22.

Quand à dix minutes de la fin, un homme allait pousser à lui seul la défense du Munster dans ses retranchements, jusqu’à l’asphyxie, Vakatawa ouvrant toutes les portes et permettant sur un temps fort à Russel d’exécuter une transversale, à première vue trop longue, mais que le funambule Thomas allait quand même aplatir à la limite de la sortie d’en-but. L’arbitrage vidéo durera cinq longues minutes, mais les faits seront têtus.

L’ailier international français a bien réussi l’impossible. Quel essai !

A partir de là, les Irlandais accusaient le coup, pourtant menés seulement de cinq points (25-22, Machenaud ayant manqué la transformation). Les Racingmen allaient alors jouer comme ils ne l’avaient pas encore fait jusque là, faisant virevolter le ballon d’une aile à l’autre pour voir au bout Vakatawa mystifier Conway et inscrire le troisième essai. Et comme il aurait été dommage de ne pas bonifier cet élan offensif, même tardif, Imhoff concluait sur le gong une dernière action somptueuse pour le précieux point du bonus.

Le Racing revient de loin mais peut rêver d’aller plus loin...

s’il sait jouer 80 minutes comme il l’a fait sur les dix dernières de ce match.

Le leinster a encore survolé ce match

Seul Lyon, sur les potentiellement qualifiables, n’a pas réussi l’exploit d’aller l’emporter à Dublin, chez les favoris quatre étoiles de cette compétition. Mais qui aurait misé sur ce Lou-là, avec une équipe remaniée et l’improbable charnière Pélissié-Buttin aux commandes ?

Et pourtant, les Lyonnais ont couru vaillamment une mi-temps derrière l’ogre irlandais, inscrivant deux essais par leurs avants, Bruni et Roodt, quand les locaux, privés de Sexton, en marquaient trois, pour un disputé 21-14 à la pause.

Mais au retour des vestiaires, il n’y a eu plus qu’une équipe sur le terrain, le Leinster corsant la note de trois essais supplémentaires quand les visiteurs sont restés fannis, à écouter chanter cette balade irlandaise.

 

Le point par poule en bref...

Poule 1       Leinster (1) – Lyon (3)                       42 – 14
                 Northampton (2) – Trévise (4)           33 – 20

Northampton en sursis

Les Anglais de cette poule ont pris le point de bonus nécessaire face à trévise pour bien se placer dans la course à la meilleure deuxième place qu’ils joueront à Lyon la semaine prochaine, afin de passer devant leurs compatriotes de Gloucester qui iront, eux, à Toulouse.

Pas sûr que les Français se laissent faire à domicile. Car c’est toujours un plaisir de jouer les trouble-fêtes-anglaises.

Poule 2       La Rochelle (3) – Sale (2)                    30 – 23
                 Glasgow (2) – Exeter (1)                     31 – 31

Des Maritimes sans pression

Les Rochelais ne jouaient plus la qualif et ça les a libérés. Malgré une entame subie et un premier essai encaissé en moins de dix minutes, ils ont fait le jeu au bout de vingt minutes et inscrit deux essais coup sur coup, sur deux inspirations de Kerr-Barlow, un coup de pied de recentrage qui a fini au large dans les mains de Railevu, puis une interception du demi de mêlée local pour un essai en solitaire.

Doumayrou et Aldritt complèteront le festival rochelais dans une seconde période maîtrisée.

Dans l’autre rencontre, les Glaswégiens ont résisté à l’appétit d’Exeter, invaincu dans cette poule et déjà qualifié, en répondant à chaque salve anglaise et en récoltant le point de bonus offensif qui les laissent encore en course pour une place de meilleurs deuxièmes.

Pour cela, il leur faudra impérativement aller gagner à Sale, ce qui n’est pas une mince affaire.

Poule 3       Clermont (1) – Ulster (2)                          29 – 13
                 Bath (4) – Harlequins (3)                     19 – 25

Des Anglais hors jeu !

La victoire des Harlequins chez leurs compatriotes de Bath ne pouvait changer la donne dans une poule où les deux premiers avaient déjà suffisamment creusé l’écart avec les clubs anglais.

Désormais, si Clermont veut décrocher son quart au Michelin, il devra surtout compter sur une défaite des autres leaders de poule, soit du Racing, soit de Toulouse, en plus de battre les Harlequins, avec ou sans bonus. À moins que les Rochelais surprennent Exeter outre-Manche, ce serait encore mieux.

Quant à l’Ulster, la donne est différente, qu’il finisse premier ou meilleur deuxième, avec une victoire obligatoire contre Bath, ce sera forcément pour un quart à l’extérieur.

Poule 4       Racing 92 (1) – Munster (3)                   39 – 22
                 Ospreys (4) – Saracens (2)                 15 – 22

Les Sarries sur la bonne voie

Avant même que le Munster soit éliminé, les Saracens avaient assuré leurs chances en disposant difficilement des Gallois, à l’extérieur.

Les tenants du titre joueront donc un huitième de finale, chez eux, face au Racing qui, lui, y bataillera pour un quart à domicile. Un match, à la saveur de phase finale, à ne pas manquer. En tout cas, les Auvergnats auront un œil dessus, c’est sûr.

Poule 5       Connacht (3) – Toulouse (1)                   7 – 21
                  Gloucester (2) – Montpellier (4)     29 – 6

Des Cistes qui se désistent

Menant trois points à zéro à la demi-heure, les Montpelliérains ont pris l’eau une première fois en première période, résistant encore en seconde, le temps d’encaisser trois autres essais en quinze minutes pour laisser logiquement le match aux Anglais de Gloucester, désormais seuls en lice (avec le point de bonus) pour viser une place de meilleure deuxième dans cette poule.

Encore leur faudra-t-il battre les Toulousains à Ernest-Wallon.

Quant aux Montpelliérains, leurs chances étaient déjà illusoires avant ce match, maintenant elles sont définitivement nulles, comme pour le Connacht.

  (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

En ce qui concerne la Challenge Cupvous trouverez également tous les résultats sur le site officiel de l’EPCR.

Toulon et Bordeaux, toujours invaincus, s’imposent et se qualifient pour les quarts de finale.

Castres et Pau l’emportent et joueront leur qualification la semaine prochaine.

Bayonne gagne pour l’honneur mais c’en est fini pour les Basques comme pour Brive, Paris et Agen, une nouvelle fois défaits ce week-end. 

  

La semaine prochaine…

Il n’en restera que huit !

On connaît les cinq premiers qualifiés : Leinster, Exeter, Toulouse, le Racing 92 et Clermont, dans l’ordre des mieux classés pour disputer un quart à domicile.

Reste les trois meilleurs deuxièmes à départager entre Glasgow, Northampton, Gloucester, Saracens et Ulster, les derniers ayant les faveurs des pronostics. Pas de quoi se réjouir à les recevoir en quart.

Si la logique est respectée, on risque de se retrouver avec le tableau suivant :

Leinster – Northampton
Exeter – Saracens
Toulouse – Ulster 
Clermont – Racing 92 (ou l'inverse)

À suivre*  à partir de samedi 18 janvier :

  • Lyon – Northampton, 14h (poule 1)
  • Trévise – Leinster
  • Harlequins – Clermont, 16h15 (poule 3)    -> FR2
  • Ulster – Bath
  • Exeter – La Rochelle, 18h30 (poule 2)
  • Sale – Glasgow

Puis dimanche 19 janvier :

  • Saracens – Racing 92, 14h (poule 4)
  • Munster – Ospreys
  • Toulouse – Gloucester, 16h15 (poule 5)    -> FR2
  • Montpellier – Connacht

S’agissant de la Challenge Cup et les 8 autres clubs du TOP 14, veuillez consulter le site officiel de l’EPCR qui vous en détaillera le programme.

(*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de BeIn Sports

 

Du côté du TOP 16 féminin, c'est la trêve hivernale jusqu'au 22 mars 2020.