Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
  • Revivez ici les grands moments du rugby à XV... avec les fameuses "Brèves d'Ovalie" d'Antonio ! Retrouvez ici tous les résultats du TOP 14 à la CHAMPIONS CUP... en passant par le Tournoi des VI Nations et la Coupe du monde, bien sûr !
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
42 abonnés
Le match de rugby arbitré par Dédé

Jeu 5-3-Double (LOGO-X)
                  C'est quoi ce jeu ?

TOP 7 - Le jeu de pronos du TOP 14 !
Le Café de la Page blanche

Bandeau le café de la page blanche v12

Visiteurs
Depuis la création 44 705
26 novembre 2023

Les brèves d'Ovalie - Edition n°546

Un leader au flegme britannique

TOP 14... 8è journée                               Pau (2) – Stade Français (3)    30 – 6

Simmonds dans un fauteuil... de leader

Un jeu à la main d’une charnière anglaise

La Section Paloise impressionne depuis le début de saison et confirme tout le bien que l’on pense d’elle et de son jeu solide et pragmatique.

Samedi soir, elle a montré trois choses : Un, qu’elle savait réagir après une déconvenue à Bayonne, la semaine passée ; deux, qu’elle ne comptait pas laisser l’actuel leader violer sa forteresse du Hameau ; mieux, trois, elle avait bien l’intention de lui prendre sa place en tête du championnat.

Et sa botte secrète tient en deux noms : Joe Simmonds, stratège et buteur à l’ouverture, et Dan Robson, détonateur à la mêlée. Cette charnière du XV palois, venue tout droit d’outre-Manche (d’Exeter pour le premier, des Wasps pour le second), anime un jeu séduisant et efficace qui sait autant utiliser l’agilité et les jambes de ses trois-quarts pour jouer au large que la puissance de ses avants pour finir le travail.

Des jambes de feu de sa jeunesse, championne du monde des moins de 20 ans, avec le phénomène Théo Attissogbe, insaisissable sur son aile, à coups de crochets et d’accélérations fulgurantes, et son compère au centre, Émilien Gailleton, le plus british des internationaux français, à la sérénité impressionnante.

La puissance de son pack, emmené par un capitaine de renom, Luke Whitelock verrouillant toute velléité parisienne en défense et finissant un travail de sape en puissance, pour inscrire trois essais, plein de détermination et d’autorité.

Le premier, par Sacha Zegueur, dès la quatrième minute, derrière un maul sur une penaltouche, imparable. Le second, moins d’une demi-heure plus tard, par Mickael Capelli, après une série de pick and go, dont les avants palois ont le secret. Enfin, le dernier, par le capitaine néo-zélandais, en fin de match, toujours en force, pour un bonus offensif en apothéose.

Les visiteurs n’ont eu que des miettes à se mettre sous les crampons de Segonds, menés 20-6 à la pause, avant de capituler en seconde période, face à une défense locale hermétique et bien organisée.

On ne peut pas dire que les hommes de Laurent Labit ont mis tous les ingrédients pour espérer renverser le cours de la partie. Ce qui est sûr, c’est que les Palois ne leur rien donné gratuitement et qu’ils ont montré qu’ils n’avaient pas volé leur trône.

Tout cela grâce au flegme de Simmonds et Robson !

 

Les autres matches, en bref…

Toulon (4) – Castres (5)                      41-19

Mayol impose sa loi

Les Toulonnais ont su disposer des Castrais aux dents longues et toujours opportunistes dès qu’on leur en donne l’occasion. Même en infériorité numérique pendant une mi-temps, après le carton rouge contre Sinzelle, les Varois ont dominé leur adversaire, après avoir été cueillis à froid par Raisuqe.

Hervé a d’abord puni l’indiscipline des Tarnais, avant que Tuicuvu concrétise la domination maison. Menant 19-12, à la pause, après avoir encaissé un essai contre le cours du jeu de Fernandez, les hommes de Mignoni ont ajouté trois nouveaux essais, par Tuicuvu, pour son doublé, puis Dréan pour un autre doublé.

Si le Castrais Babillot a eu le dernier mot, la victoire n’a souffert d’aucun doute du côté de Mayol, aux anges de voir son équipe en forme et sur le podium du championnat.

Toulouse (6) – Clermont (8)               31-10

Comme d’hab... ou presque

Quasi dix ans que les Auvergnats n’ont pas gagné à Ernest-Wallon, c’était pas avec une équipe de minots, complètement remaniée qu’ils allaient créer l’exploit, face à Dupont, Ramos, Jelonch, Cros et consort.

Et pourtant, ils n’ont pas été ridicules ces Jeunards, à l’image du jeune Yérim Fall, à deux doigts d’inscrire un essai, à la barbe de Ramos, qui aurait pu changer le cours de la partie. Mais quand l’arbitre s’appelle lui-même Ramos et qu’il est le pion d’un complot contre les Clermontois depuis le début de saison, à entendre Urios, on ne s’étonne de rien.

Il n’empêche qu’il y a eu beaucoup d’approximations et de maladresses, de part et d’autre, et qu’à la fin, ce sont les Toulousains qui ont eu le dernier mot, pour même décrocher le point de bonus offensif.

Quatre essais, dont le premier signé Chocobares, dont le retour semblait plus précieux que ceux des internationaux français toujours choqués, suivi d’un doublé de Tauzin puis de Germain, en seconde période. Simone sauvera l’honneur pour l’ASM, avec un seul essai, ce qui n’est pas cher payer pour les efforts et la prestation honnête de ses jeunes.

Bordeaux (7) – Perpignan (13)           46-22

Le festival de Penaud

Dans cette rencontre inégale, où les Bordelais étaient en démonstration (34-5 à la pause, bonus offensif en poche), un homme est ressorti du lot et il s’appelle Damian Penaud, auteur d’un quadruplé sur les sept essais girondins.

Buros, Lamothe et Poirot complèteront ce tableau de chasse aux catalans, qui n’ont pas fait que regarder jouer les locaux, marquant quatre essais, notamment en fin de chaque mi-temps, profitant de quelques espaces et relâchements, par Van Tonder, Roelofse, Acebes et Mcintyre.

La saison de l’UBB semble bien lancée.

Montpellier (14) – Oyonnax (9)           21-26

Oyoyo, ça mal à la tête !

Les Cistes ont reçu un nouveau coup sur la tête, avec son nouveau staff dirigé par Collazo, supervisé par Bernie, tout ça grassement payé par Mohed.

Une défaite à la maison face au promu, comme un soufflé, après une première période intéressante avec deux essais partout (14-14), Simmonds et Chalureau pour le MHR, Ikpefan et Bourau pour Oyo.

Seulement au retour des vestiaires, Farrell et Salles ont enfoncé le clou, obligeant les Cistes à réagir en fin de match pour récupérer un point de bonus défensif. Merci Willemse.

Il paraît que Bernie et Collazo y ont vu du mieux. En attendant Montpellier conserve sa place de lanterne rouge derrière Perpignan.

Lyon (10) – Bayonne (12)                     42-29

La peur aux trousses

Les Lyonnais ont cru que la poisse allait encore leur coller au basque, après trois défaites consécutives. Mais ce sont bien les Basques qu’ils ont vu leur coller au cul, dans un second acte fou, après avoir mené 21-5, bonus offensif en poche.

Cinq essais à quatre dans un match animé, pas pour déplaire au public de Gerland, même s’il aurait préféré avoir moins d’adrénaline à chaque retour des coéquipiers de Lopez.

Les marqueurs : Couilloud, Taofifenua, Jackson et doublé de Regard pour le Lou, Bosch, Callandret, Spring et Cassiem pour l’Aviron bayonnais.

Racing 92 (1) – La Rochelle (11)     32-10

Des Maritimes sous l'eau

Dimanche soir, les Racingmen ont facilement disposé des Rochelais dont la partie leur a échappé en cinq minutes, vers la trentième minute, le temps de prendre deux cartons, un jaune et un rouge, et deux essais dont un de pénalité, un autre de Gibert, alors que jusque-là les Maritimes semblaient tenir tête aux coéquipiers de Kolisi, pour sa première au Paris-La-Défense Arena, et ce, malgré avoir été cueilli à froid par l'incontournable Imhoff. 

Menés 24-3 à la pause, en infériorité numérique, les Maritimes ont subi la loi des Racingmen qui ont fini le travail en seconde période, achevant la bête avec un bonus offensif sur un essai du phénomène Arundell. La messe était dite, La Rochelle en crise et le Racing en tête, supplantant la Section paloise.

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après ce week-end)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

La semaine prochaine…

Dernier round national avant un premier tour d’Europe !

Comme un tour de chauffe…

Au programme* de la 9ème journée du TOP 14, dès le samedi 2 décembre :

    Toulon – Pau, à 15h

    Bayonne – Montpellier, à 17h

    Castres – Lyon, à 17h

    Oyonnax – Bordeaux, à 17h

    La Rochelle – Perpignan, à 17h

    Clermont – Racing 92, à 21h05

Puis dimanche 3 décembre :

    Stade Français – Toulouse, à 21h05

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de Canal+

 

Du côté de l’Élite 1 féminine

Retrouvez tous les résultats* et le programme sur >> site FFR : competitions-elite-1-feminine

(*) Faute de suivi médiatique en direct, je ne commente plus les résultats

#TOP14 #SPSFP #Rugby #Simmonds #Pau #anglais #flegme

 

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité