Castres atrophique !

TOP 14... 26è journée             Castres – Toulon    16 – 25         
                                                                       Clermont – Montpellier   27 – 28 

                La Rochelle – Bordeaux    81 – 12        Agen – Racing 92    3 – 35  

Dernier coup de massue pour Castres !

Après vous, MHR !

Le CO avait son destin en mains, roulant sur un boulevard depuis quatre journées, avec trois réceptions qui lui auguraient une place de barragiste à domicile toute faite.

Mais voilà, le champion de France a été reçu chez lui comme il ne s’y attendait pas, s’égarant dans un jeu réduit à défendre et attendre que ça (se) passe.

Trois claques. Sur la joue gauche par le leader toulousain, fin avril, puis la droite par un MHR mort de faim, début mai, et enfin, pour couronner son fiasco, samedi, un coup de massue en pleine face par un Toulon qu’on aurait pu croire déjà en vacances. À tort !

Personne n'aurait imaginé les Tarnais capables de sombrer devant leur public, après leur victoire à Agen qui les avait remis en selle.

Même les Montpelliérains, condamnés à gagner à Clermont en faisant aussi bien que les Rochelais (qui recevaient des Bordelais déjà hors course), ne pensaient pas avoir à regarder du côté de Castres pour s'en tirer. Et pourtant !

Alors que les Maritimes et les Racingmen bonifiaient aisément leurs victoires (avec respectivement 12 et 5 essais), les Héraultais butaient face à l'ogre Jaunard bien décidé à préserver son invincibilité dans l’antre du Michelin. Un bonus offensif semblait très compliqué, d'autant que les Clermontois menaient deux essais à un à la pause, même si le score restait en faveur des visiteurs (14-16).

Mais l’espoir est venu du stade Pierre-Fabre justement où les champions de France avaient sans doute cru avoir fait le plus dur en marquant les premiers, par Urdapilleta qui scorait à lui seul un 8-0 prometteur. Seulement les Varois, sans pression, avaient aussi envie de jouer et ont mis la pression en une mi-temps sur leur hôte en inscrivant deux essais, coup sur coup, par Ikpefan et Belleau, trop faciles (8-12).

La seconde période allait offrir aux publics et téléspectateurs de Canal+ un chassé-croisé haletant entre le CO et le MHR, à celui qui allait craquer le premier et laisser la politesse à l'autre pour s'emparer de la sixième place, synonyme de barrage.

Un premier quart d’heure et Laidlaw faisait passer Clermont devant en deux pénalités (20-16), remontant le CO du même coup à la sainte place, alors que les hommes d'Urios n’en finissaient pas de s'écraser sous les coups de pied de Belleau et un doublé de Ikpefan (11-22).

Si les Champions de France semblaient s’en remettre aux Jaunards plutôt qu’à leur propre jeu, atrophié, ou quelque révolte, les Montpelliérains, eux, voulaient encore croire en leur destin et leur remontada extraordinaire.

Et deux coups du sort les délivreront.

D'abord l’essai de Nadolo dont le toucher dans l’en-but ne semblait pas si clair et évident, sauf pour monsieur Raynal, puis l’en-avant de Ulugia au sol quelques séquences avant l’essai alors refusé de Tuicuvu, à trois minutes de la fin.

Un ballon porté conclu par Delhommel pour Montpellier et un essai en force de Ulugia pour Clermont alimenteront le suspense jusqu’au bout, les visiteurs devant batailler pour préserver un petit point d’avance précieux, tout en jetant un œil du côté de Castres qui ne parviendra qu’à réduire inutilement l’écart avec un essai de Jeneker.

Le champion de France vient de tomber de haut et de perdre son titre. Pour la première fois depuis très longtemps, le CO ne participera pas aux phases finales. Il jouera néanmoins un barrage contre un club anglais pour accéder à la Champions Cup la saison prochaine.

Quant à Montpellier, il pourrait bien faire regretter à Clermont de l’avoir laissé passer, s’il parvenait à poursuivre sa folle série de victoires lors de son barrage à Lyon samedi prochain.

 

Les autres matches sans conséquences...

Grenoble (13) – Lyon (3)                        23 – 24                 Quelques frayeurs pour rien

Toulouse (1) – Perpignan (14)               47 – 7                   Le grand écart

Stade Français (8) – Pau (11)                 31 – 17                Juste finir en beauté

 (entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >>

 

Le tableau des phases finales

Barrages                                  les demies à Bordeaux

Lyon – Montpellier                v          Clermont

Racing 92 – La Rochelle       v          Toulouse

  

La finale de PRO D2

Bayonne Brive    21 – 19

Renversant !

Les Bayonnais ont réalisé un exploit à Pau, dimanche après-midi, en battant les favoris corréziens pour le titre de champion de France de PRO D2.

Il faut dire que la rencontre n’a pas été d’un très haut niveau, avec beaucoup de déchets et de fautes de part et d’autre, des mêlées intenables qui ont souri arbitrairement aux Basques et des coups de pied qui ne se sont pas perdus entre les perches pour prendre le score doucement.

Laranjeira, d’abord, puis Bustos Moyano et Ordas, à tour de rôle, pour un petit 9-6 à la pause en faveur de Bayonne.

Et puis en seconde période, les Brivistes ont haussé le ton avec un premier essai en force de Galala qui ne présageait rien de bon pour les hommes de Bru. Malgré deux pénalités supplémentaires de Laranjeira, les Basques ont tenu bon et par leur buteur argentin Bustos Moyano, héros du jour, ils ont même recollé au score avant d’arracher la victoire sur une ultime pénalité à la sirène.

De quoi faire retentir une pena baiona dantesque dans les tribunes du Hameau, pour le plaisir de retrouver un club basque en TOP 14.

Les Brivistes ont de quoi être frustrés mais ne peuvent que s’en prendre à eux-mêmes de n’avoir su mieux maitriser leur sujet. Ils auront une nouvelle chance d’accéder à l’élite dès dimanche prochain, à domicile face aux coéquipiers isérois de Gaétan Germain, l’ancien buteur de la maison. Amédée-Domenech devrait lui réserver un drôle d’accueil.

Pour info, Rouen et Valence-Romans, finalistes de Fédérale 1, rejoindront la PRO D2 la saison prochaine.

La semaine prochaine…

Place aux barrages !

Trois rencontres vont déterminer les adversaires de Toulouse et Clermont pour les demies à Bordeaux, ainsi que l’heureux élu qui accompagnera Bayonne en TOP 14 la saison prochaine.

Trois rencontres en trois jours, le tout sur les chaines de C+ bien sûr :

Vendredi 31 mai à 21h, à Colombes :

  • Racing 92 – La Rochelle

Samedi 1er juin à 17h, à Lyon :

  • Lyon – Montpellier

 Dimanche 2 juin à 15h15, à Brive :

  • Brive – Grenoble