Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
L E S B R E V E S D O V A L I E . C O M - l'Hebdo du Rugby par Antonio -
  • Revivez ici les grands moments du rugby à XV... avec les fameuses "Brèves d'Ovalie" d'Antonio ! Retrouvez ici tous les résultats du TOP 14 à la CHAMPIONS CUP... en passant par le Tournoi des VI Nations et la Coupe du monde, bien sûr !
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
42 abonnés
Le match de rugby arbitré par Dédé

Jeu 5-3-Double (LOGO-X)
                  C'est quoi ce jeu ?

TOP 7 - Le jeu de pronos du TOP 14 !
Le Café de la Page blanche

Bandeau le café de la page blanche v12

Visiteurs
Depuis la création 44 705
14 janvier 2024

Les brèves d'Ovalie - Edition n°553

Nouvelle vague d'effroi à Mayol

CHAMPIONS CUP... 3è journée                Toulon (6) – Munster (3)    18 – 29

Les Munstermen cueillent les Toulonnais

Le duel des vieilles gloires

Samedi après-midi, Mayol est resté stupéfait en voyant son équipe plonger en apnée dans les eaux troubles de son rugby pour atteindre les abysses du classement d’une compétition européenne qui a fait autrefois son histoire.

Avec ses trois étoiles (2013 à 2015), le club varois n’est plus que l’ombre de son glorieux passé, au temps de Wilkinson, chef de file des mercenaires de la rade. Mayol a déchanté, pour la troisième fois en trois matches, assistant au désastre de ses protégés face une autre vieille gloire irlandaise (sacrée en 2006 et 2008) en mal de rugby et de titres.

Petit à petit, il s’est tu, le terrible cri de guerre des terribles guerriers du pilou-pilou en tribune. Éclatant et enthousiaste, avant le match, exalté, au bout de vingt minutes, quand Wainiqolo remontait tout le terrain, enfumant quatre défenseurs celtes, pour offrir le premier essai à Paia’aua, étranglé, lorsque Nankivell puis Zebo rentraient dans la défense locale comme dans du beurre pour renverser la situation et mener à la pause (13-17), silencieux, tout le second acte, en apnée devant l’incapacité de son équipe à mettre un pied devant l’autre et une passe derrière l’autre, apathique en attaque, inerte sous les ballons hauts, laissant filer Ahern puis Nash cueillir le bonus offensif d’une victoire cadeau.

Incroyable de voir comment cette armada si pragmatique et redoutable, la saison passée, s’est délitée, défaussée dans tous les secteurs d'un jeu dont le niveau s'était abaissé à celui de la température extérieure, en dessous de zéro.

Privée de ses fers de lance, tels son capitaine, Ollivon, son meneur d’avants, Serin, son jeune stratège, Hervé, ou encore son finisseur tricolore, Villière, elle n’a trouvé que de pâles copies derrière des mercenaires sans panache, tels son capitaine, Ribbans, sa charnière fantomatique, White-Biggar, ou l’arrière plusieurs fois coupable, Jaminet.

L’arrière international français a été à l’image de cette équipe chaotique, tantôt décisif, comme sur cette chistéra pour l’essai de Du Preez, à l’heure de jeu, remettant les siens dans la partie (18-22), mais trop souvent à côté de la plaque et du plaquage, comme sur cette chandelle, cinq minutes plus tard, qui a amené l’essai de Nash et éteint tout espoir.

« Pilou ! Pilou ! »

Argh ! Ce terrible cri de guerre des terribles guerriers de Mayol n’est jamais arrivé aux oreilles de ses mercenaires échevelés, dans un dernier quart d’heure, à faire pleurer dans toutes les chaumières, de la montagne vers la mer, tant les hommes de Mignoni ont pratiqué un rugby sans queue ni tête, sans agressivité ni envie, qui n’augure rien de bon pour la suite…

Parce que Toulon, désormais dans le rouge

Parce que Toulon, désormais dans le noir

Parce que Toulon, autrefois glorieux Rouge et Noir, a perdu de ses couleurs et de ses ambitions européennes, pas comme d’autres Rouge et Noir du côté de la Garonne.

 

Tous les autres matches par poule, en bref…

Poule 3    (de Toulon)

Northampton (1)  – Bayonne (5)          61 – 14

Exeter (2)  – Glasgow (4)                      19 – 17

L’Aviron sombre à son tour

Vendredi soir, les Bayonnais n’ont pas vu le jour à Northampton, et pas même le ballon durant un premier acte à la main du leader de la poule. Si ce n’est six fois, pour réengager et repartir au casse-pipe, après avoir encaissé six essais. Il faut dire que cette équipe légèrement remaniée, sans Lopez, ne pouvait guère espérer briller face à la bande à Lawes, Smith et Mitchell, qui marche sur l’eau dans cette compétition. 42-0, à la pause, puis 54-0, à l’heure de jeu, l’Aviron était déjà bel et bien coulé quand Spring puis Callandret sauvaient l’honneur dans le dernier quart d’heure.

Torpillés, neuf essais à deux, Bayonne n’a plus qu’à réaliser un exploit face aux Anglais d’Exeter, dimanche prochain, à Jean-Dauger, et espérer, dans le même temps, un faux pas miraculeux de Glasgow face à Toulon, afin de reprendre aux Écossais la quatrième place qualificative.

Devant, Northampton et Exeter sont qualifiés et pratiquement assurés d’un huitième de finale à domicile.

Poule 2

Ulster (4)  – Toulouse (1)                      24 – 48

Bath (2)  – Racing 92 (5)                       29 – 25

Cardiff (6)  – Harlequins (3)                  15 – 54

Toulouse en huitième, le Racing en sursis

Samedi soir, les Toulousains ont atomisé les Ulstermen, à Belfast, emmenés par un grand Dupont et d'autres cadres de l'équipe de France (Ramos, Mauvaka, Baille, Jelonch, Cros...). C'était beau, c'était fort, c'était puissant pour sept essais fabuleux, signés Lebel, Mauvaka, Dupont et Dupont, Mauvaka, Roumat et Meafou. Les locaux ont répondu tant bien que mal, avec trois essais, histoire de ne limiter l'humiliation à la maison.

Les hommes de Mola signent leur troisième victoire bonifiée, tout comme Bath, vainqueur des Racingmen, pourtant si proches de l'exploit en Angleterre. Menant de deux longueurs, après un essai de part et d'autre, par Le Garrec puis Du toit, les hommes de Lancaster ont creusé l'écart, au retour des vestiaires, avec deux nouvelles marques, par Kamikamica et Arundell (8-22), avant de se faire reprendre par deux fois, sur un coaching gagnant de Van Graan (le sélectionneur sud-africain des Anglais... à ne pas confondre avec le sélectionneur anglais des Ouest-Franciliens, suivez, sinon on ne va pas s'en sortir !), après l'heure de jeu. La fin de match donnera raison aux locaux, laissant filer l'exploit à portée des Racingmen qui enregistrent une troisième défaite bonifiée de rang. De quoi nourrir une fois de plus bien des regrets. Navrant !

La semaine prochaine, Toulouse défiera Bath pour la première place, les deux étant qualifiés. Quant au Racing, il ne lui suffira pas de battre Cardiff, mais il devra, en plus, compter sur une défaite de l'Ulster chez des Harlequins, déjà qualifiés. Rien d'impossible !

Poule 4

La Rochelle (4)  – Leicester (2)             45 – 12

Leinster (1)  – Stade Français (6)         43 – 7

Stormers (3)  – Sale (5)                         31 – 24

Le champion n'est pas mort, Paris oui

Mais non mais non, le champion n'est pas mort ! Dimanche après-midi, à Marcel-Deflandre, les supporters rochelais pouvaient exulter après la performance XXL de leur équipe, revenue à son meilleure niveau, depuis le retour de Greg Alldritt, fer de lance d'un pack surpuissant, porté par Atonio, Bourgarit et encore un Skelton phénoménal. Les Tigres du Leicester se sont cassé les griffes dessus, n'existant qu'à deux reprises, quand les Maritimes déployaient un feu d'artifice offensif. Sept essais fantastiques, vraiment ! Même à 13 contre 15 pendant dix minutes, ils ont marqué. Bourgarit, Skelton, Sclavi, Seuteni et Thomas ont passé la ligne, plutôt deux fois qu'une pour ces deux derniers. Seul bémol, les blessures de Bourgarit (épaule) et Danty (commotion) qui handicaperont sans doute également le groupe France pour le tournoi.

La veille, les Parisiens avaient subi le même sort que les Anglais, dans la province du Leinster qui survole cette poule. En pire, tant les Français n'ont rien eu à se mettre sous la dent. 43-0, à la 80ème minute, avant que Segonds ne sauve l'honneur sur le fil. Une misère !

Paris est éliminé et ne me semble pas assez armé pour espérer une victoire face aux Stormers, la semaine prochaine, et être ainsi reversé en Challenge européen. Quant au champion en titre, il jouera sa qualification à Sale, dans un véritable match de barrage.

Poule 1

Bordeaux (1)  – Saracens (4)                55 – 15

Lyon (2)  – Connacht (6)                        34 – 20

Bristol (5)  – Bulls (3)                             17 – 31

Bordeaux et Lyon qualifiés

Dimanche, en clôture de cette troisième journée, les internationaux girondins ont impressionné, comme leurs homologues toulousains, en écrasant les Sarries, sans partage, ou presque. Un festival d'essais qui a vu Bielle-Biarrey et Penaud inscrire chacun un doublé, Buros, Lamothe, Jalibert et Uberti complétant le tableau de chasse, tandis que les Anglais marqueront par deux fois, après un cuisant 43-3.

Les Lyonnais ont dû un peu plus s'employer, la veille, pour venir à bout des coriaces Irlandais de Connacht, à Gerland. Et avec le bonus offensif, grâce aux essais de sa jeunesse, par Tchaptchet Noutcha, Guillard, ainsi qu'un doublé d'Abrahams.

L'UBB n'a besoin que d'un point pour assurer son huitième à domicile, tandis que Lyon devra réaliser un exploit chez des Sarries vexés, pour avoir ce privilège. 

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement, par poule, après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

La 3ème journée de la Challenge Cup, en bref…

Poule 3

Clermont (3)  – Scarlets (6)                   38 – 17

Castres (2)  – Black Lion (5)                  28 – 6

Édimbourg (4)  – Gloucester (1)           20 – 21

ASM et CO, à un point du but

Clermont et Castres continuent de faire la route côte à côte dans cette poule, talonnant le leader anglais, intouchable, encore vainqueur à Édimbourg.

Samedi, au Michelin, les Jaunards ont écrasé des Scarlets dépassés, non sans tenir compte d’un coup du sort qui les a bien aidés. Car avant le carton rouge contre J. Williams (largement justifié pour avoir fracassé le plancher orbital d’Hériteau), durant une demi-heure, à quinze contre quinze, les hommes d’Urios ont fait preuve de bien trop de maladresses et de précipitations pour inquiéter des Gallois, bien en place en défense et encore plus dangereux en contre. Une fois en supériorité numérique, les espaces ont permis de rééquilibrer les forces en présence et à Jauneau et Belleau d’animer un jeu offensif en conséquence. Trois essais en dix minutes, avant la pause, signés Raka (doublé) et Belleau, puis deux autres, dès le retour des vestiaires, conclus par Béria et Jurand. Seulement, dès que Fouyssac a redonné l’avantage aux visiteurs, en prenant un carton jaune et ramenant les deux équipes à quatorze, l’ASM a perdu pied et subi la fin de match, encaissant deux essais, avant d’en marquer un dernier sur le fil, par Belleau (son doublé), sur une action stupidement jouée après la sirène, alors qu’il n’y avait rien à gagner, mais un point de bonus défensif à offrir aux Scarlets, en cas de contre. Cette ASM est stupéfiante, même en l’emportant avec le bonus offensif, elle ne nous rassure pas !

De leur côté, un peu plus tard dans la journée, à Pierre-Fabre, les Castrais ont aussi balayé les Géorgiens d’un coup de bonus offensif, mais à quinze contre quinze et après avoir bataillé rudement une mi-temps, avec un seul essai à la clé, marqué par Raisuqe. Heureusement, les Lions noirs ont vite été matés, en seconde période, encaissant trois nouveaux essais, signés Zarantonello, Arata et Colonna.

Désormais, il manque un point à nos deux clubs français pour assurer leur huitième de finale. Si Castres est en mauvaise posture pour l’espérer à domicile, avec son déplacement périlleux à Gloucester, Clermont a plus de chance de le décrocher en Géorgie.

Poule 2

Montpellier (1)  – Lions (3)                    13 – 3

Ospreys (4)  – Perpignan (6)                 25 – 3

Newcastle (5)  – Trévise (2)                  18 – 57

Le MHR qualifié, l’USAP éliminé

Montpelliérains et Perpignanais jouent dans la même poule mais pas dans la même cour. Les premiers dominant la compétition, grâce à une troisième victoire, les seconds la subissant avec autant de défaites.

Les Cistes ont validé leur ticket pour les huitièmes de finale, en disposant des Lions de Johannesburg, grâce aux entrées décisives de Doumayrou et Willemse, après avoir été menés à la pause (0-3). Deux essais libérateurs, après un premier acte de domination stérile, pour un coaching gagnant de Collazo. Il ne reste plus qu’à conserver cette première place chez son dauphin italien, à Trévise, samedi prochain.

Les Catalans, eux, avaient sans doute la tête au championnat et n’ont pas semblé plus impliqués ou en mesure de rivaliser chez des Gallois mieux armés que les forces en présence d’une équipe remaniée. Troisième défaite en autant de matches, autant dire que les hommes d’Azéma ne chercheront pas la qualification, la semaine prochaine, à Aymé-Giral, mais juste sauver l’honneur face aux Anglais de Newcastle, déjà éliminés comme eux.

Poule 1

Cheetahs (2)  – Pau (4)                          20 – 33

Sharks (1)  – Oyonnax (6)                      38 – 7

Zèbre (3)  – Newport (5)                        20 – 17

Pau in, Oyo out !

Les Palois ont enregistré leur deuxième victoire de la plus belle des façons, ce dimanche à Amsterdam, en surprenant d'entrée les Cheetahs, avec deux essais des trois-quarts Maddocks et Gailleton. De quoi faire douter les Sud-Africains, indisciplinés, et garder une petite avance sous la botte de Desperes. Et puis Robson a inscrit le troisième essai qui a mis fin au suspense, en fin de match, offrant un seizième de finale à son équipe, la semaine prochaine, à Parme.

La veille, les Oyomen n'ont pas résisté face à la surpuissance des Boks de Durban, sauvant l'honneur au retour des vestiaires, par Berthaud, avant de craquer derrière et encaisser six essais. Cette troisième défaite signe leur élimination, dans une poule où les Aindinois n'y ont jamais vraiment cru.

(entre parenthèses, le rang du nouveau classement après cette journée)

Tous les résultats officiels du week-end >> 

 

La semaine prochaine…

Dernière ligne droite pour les huitièmes !

Quasi éliminés, à moins de miracles, Toulon, Bayonne et Paris tenteront de décrocher une place en Challenge européen. Pour Le Racing et La Rochelle, l'équation semble favorable pour une qualification dans la Coupe des Champions. Quant à Toulouse, Bordeaux et Lyon, qualifiés, ils chercheront à valider leur huitième à la maison.

Du côté du Challenge européen, seuls Montpellier, Pau, Clermont et Castres sont en mesure de se qualifier, avec de bonnes chances.

Au programme* de la 4ème journée de Champions Cup, dès vendredi 19 janvier :

         Glasgow – Toulon (3) à 21h

         Connacht – Bristol (1) à 21h

Puis samedi 20 janvier :

          Bulls – Bordeaux (1) à 14h

         Harlequins – Ulster (2) à 14h

         Racing 92 – Cardiff (2) à 16h15        -> FR2  

         Leicester – Leinster (4) à 16h15

         Stade Français – Stormers (4) à 18h30

         Munster – Northampton (3) à 18h30

         Saracens – Lyon (1) à 21h

Enfin, dimanche 21 janvier :

         Sale – La Rochelle (4) à 14h  

         Toulouse – Bath (2) à 16h15           -> FR2  

         Bayonne – Exeter (3) à 18h30

S’agissant de la Challenge Cup et les 6 autres clubs du TOP 14, veuillez consulter le site officiel de l’EPCR qui vous en détaillera le programme.

Retransmission France TV, dimanche 21 janvier à 14h : Perpignan – Newcastle (2)

 (*) Tous les matches sont retransmis par les chaînes de beIN Sports
Entre parenthèses, le numéro de la poule du match

Du côté de l’Élite 1 féminine

Retrouvez tous les résultats* et le programme sur >> site FFR : competitions-elite-1-feminine

(*) Faute de suivi médiatique en direct, je ne commente plus les résultats

#ChampionsCup #RCTMUN #Rugby #Toulon #Munster #Mayol #effroi

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité